toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Fuir, se soumettre ou mourir : les seules options pour les chrétiens de Syrie.


Fuir, se soumettre ou mourir : les seules options pour les chrétiens de Syrie.

 Quel choix pour les chrétiens de Syrie ?  Image à la une : Plusieurs des religieuses syriennes enlevées à Maaloula en 2013. (Source de l’image: YouTube vidéo par les ravisseurs)

Si Assad tombe, quel avenir les chrétiens de Syrie peuvent –ils avoir quand on sait que des groupes radicaux sunnites tuent leurs concitoyens musulmans chiites et sunnites et même des soldats rebelles modérés?

C’est en effet une ironie de l’histoire de voir que le seul endroit sûr pour un chrétien au Moyen-Orient est Israël, un pays en grande partie peuplé de juifs qui eux-mêmes ont été forcés à fuir l’intolérance islamique et ces terres mêmes que les chrétiens sont maintenant contraints de fuir.

À la fin de Janvier, une délégation de dignitaires religieux des communautés chrétiennes de Syrie en visite à Washington, DC a témoigné sur les attaques horribles perpétrées par les rebelles anti-Assad contre les non- combattants chrétiens innocents. Ils ont affirmé que les soi-disant modérés de l’Armée syrienne libre comme les factions des extrémistes islamiques étaient tous deux coupables de violations répétées des droits de l’homme contre les chrétiens. [1] Pour les chrétiens de Syrie, l’issue de la guerre civile a des ramifications existentielles.
Le statut de dhimmi [citoyen de seconde classe, «toléré» pour les minorités non – musulmanes] a pendant des siècles sous l’Islam, enseigné aux minorités chrétiennes de Syrie de se méfier de tout changement politique. Après l’invasion initiale en 633 après JC par des hordes de Bédouins arabes musulmans, les communautés chrétiennes de Syrie se sont vite rendu compte que c’était bien plus qu’un simple raid de nomades venu du désert. Après un siège d’un mois, le 19 Septembre, 634 [2], Damas capitulait devant les envahisseurs arabes. Finalement, dans l’ensemble du Levant, le christianisme fut supplanté par l’islam. L’ère de la civilisation byzantine et de la chrétienté orientale en Syrie parvenait à son terme. Le massacre de fidèles chrétiens qui s’ensuivit en Syrie fut dévastateur. Les incendies d’églises, de couvents et de monastères, effacèrent pratiquement toute infrastructure physique du christianisme. Le viol et la mise en esclavage de non-combattants innocents prirent des proportions énormes. De vastes étendues de terres privées furent expropriées et investies par les conquérants musulmans. Les populations chrétiennes d’Alep et Antioche étaient presque à l’agonie. [3]

Ces « peuples du Livre », juifs et chrétiens qui ont survécu aux premiers massacres, allaient être «protégés» – dès l’instant qu’ils embrassaient pacifiquement leur humanité diminuée. Les Juifs de Syrie ont peut-être mieux fait que les chrétiens de Syrie, en passant simplement d’un oppresseur à l’autre. Cependant, les chrétiens n’avaient pas encore discerné la nature éphémère de leur statut dit «protégé». Au cours du pogrom anti- chrétien dans le quartier chrétien d’Alep en 1850, leur
statut de  » protégé  » s’était complètement évaporé. [4] Chaque fois que les imams fanatiques le jugeaient bon, ils excitaient leurs fidèles musulmans en une foule délirante.

Par ailleurs, les dirigeants politiques responsables du maintien du contrat de dhimmi avec l’Islam se sont avérés inefficaces et volontairement passifs face au fanatisme des foules [5]. Les chrétiens de Syrie ne pouvaient pas non plus compter sur les factions musulmanes modérées et y trouver refuge : celles-ci disparaissaient invariablement dès que les radicaux se mettaient à tout saccager. [6] Des poches de chrétiens basés sur Alep, cependant, ont toujours réussi à survivre. Les Communautés chrétiennes d’Alep ont pu rebondir après les massacres, une fois par les Mongols et plus tard par Tamerlan, ainsi qu’à plusieurs pogroms orchestrés par les musulmans. La Communauté chrétienne syrienne d’aujourd’hui est à nouveau mise à l’épreuve et elle s’efforce de supporter les atrocités de la guerre civile en cours.

Le dramatique choix entre extinction et exil pourrait expliquer pourquoi beaucoup de chrétiens de Syrie soutiennent le régime d’Assad. Néanmoins, il y a eu des chrétiens qui, avec leurs compatriotes chiites alaouite musulmans, ont été poussés par l’instinct de conservation à rejoindre les rangs des manifestants dans les premiers mois de la rébellion contre la tyrannie d’Assad. [7] Beaucoup de chrétiens peuvent aussi rester fidèles au régime par peur, surtout avec l’influence accrue des factions sunnites extrémistes dans l’opposition. Des groupes comme al – Nusra et l’Etat islamique en Irak et la Syrie [ISIS] ont commis aussi bien des crimes contre des innocents que contre des combattants. Un crime notoire a été commis par des combattants tchétchènes étrangers alliés à Al – Nusra avec l’enlèvement en avril dernier des archevêques Grecs orthodoxes et syriens orthodoxes d’Alep. [8] Le sort de ces deux membres du clergé reste inconnu.

Un autre crime a été l’enlèvement de 13 religieuses de leur couvent à Maaloula, il y a plusieurs mois. [9] Plus de quarante églises ont été brûlées, des roquettes tirées sur un lycée arménien à Damas tuant quatre étudiants, et plusieurs hommes ont été décapités juste du fait d’être chrétien. Un demi-million de chrétiens ont été chassés de leurs foyers et 300.000 autres ont définitivement fui la Syrie. [10]

 

Ceux qui ont choisi de rester risquent la conversion forcée, la mort ou la dhimmitude. Après la conquête de la province syrienne d’al – Rakaa par les extrémistes d’ISIS, par exemple, les habitants chrétiens ont reçu l’ordre de se convertir à l’islam, de passer au fil de l’épée ou d’accepter de devenir dhimmis. Selon les témoignages, les chrétiens qui ont opté pour le statut de dhimmi ont accepté les conditions suivantes : payer deux fois par an, la jizya ; pratiquer tranquillement son culte à l’intérieur des églises, n’afficher aucun signe extérieur de foi chrétienne, ne pas améliorer ni développer les sites cultuels existants et ne pas critiquer la foi islamique. [11] Il s’agit du profil historique de la dhimmitude depuis l’époque de Mahomet.

Learn Hebrew online

Même les combattants de l’Armée syrienne libre plus modérés [FSA] auraient  commis des atrocités contre les chrétiens. Le survivant d’un massacre de chrétiens dans la ville syrienne de Yakubiyah, par exemple, qui en a réchappé en passant la frontière turque, a affirmé que la FSA y a décapité six chrétiens. [12] Il est probable que la plupart des combattants de l’opposition sunnites considèrent maintenant les chrétiens et les Alaouites comme principaux piliers de soutien interne pour la dictature d’Assad.

Le sort de la population chrétienne de Syrie peut être similaire à celui de l’Irak. [13] Il semblerait que seul un quart de la population d’Irak évaluée en 2003 à 1 million de chrétiens subsiste dans le pays. L’Agence Fides, une fondation d’aide chrétienne internationale, accuse les rebelles de Syrie d’avoir participé à un « nettoyage ethnique » massif des chrétiens. Un rapport affirme que les unités militaires de l’opposition ont réduit la population chrétienne de Homs de plus de 150.000 âmes à 1000 [14].

Si le gouvernement syrien s’effondre, les alternatives sûres pour la minorité chrétienne de la Syrie sont extrêmement limitées. Ils pourraient soit fuir le pays ou migrer vers une plus petite entité syrienne éventuellement gouvernée par des alaouites. Si la guerre civile en Syrie continue, il est encore plus probable que la minorité chrétienne du pays se joindra aux centaines de milliers de leurs frères, pour la plupart des chrétiens irakiens, qui ont également abandonné leur patrie. Cette migration est susceptible d’être l’alternative la plus sûre en dépit des appels du Vatican pour que les chrétiens de la région restent dans leur pays d’origine. [15]

Si Assad tombe, quel avenir les chrétiens peuvent-ils avoir en Syrie quand des groupes radicaux sunnites tuent leurs concitoyens musulmans chiites et même des soldats rebelles sunnites modérés ?
[16]. C’est en effet une ironie de l’histoire que le seul endroit semble-t-il sûr pour un chrétien au Moyen-Orient est Israël, un pays en grande partie peuplé de juifs qui eux-mêmes ont été contraints de fuir l’intolérance islamique de ces mêmes terres que les chrétiens sont contraints aujourd’hui de fuir.

 

Sources: The Gatestone Institute. Par Lawrence A. Franklin
4 avril 2014 – Traduction Nancy Verdier

http://www.gatestoneinstitute.org/4243/syria-christians

Bibliographie :

[1] « Syrian Christian Leaders Show Hope in Face of Despair » by Andrew Harrod. Religious Freedom Coalition, 31 January 2014.
[2] Early Islam, by Desmond Stewart, Time Incorporated: New York, 1967, p.56. Damascus surrendered to the Muslim army led by General Khalid ibn al-Walid and his Deputy Abu Ubaidah; The Oxford History of Islam by John Esposito. Oxford University Press. UK, p.311.
[3] The Decline of Eastern Christianity under Islam: From Jihad to Dhimmitude by Bat Ye’or. Fairleigh Dickinson University Press: Teaneck, N.J. 1996. p.47.
[4] The Dhimmi: Jews and Christians under Islam by Bat Ye’or. Associated University Presses: Cranbury, New Jersey. 1985. p.242.
[5] Ibid. p. 242
[6] Ibid. pp. 242-243.
[7] Religious Freedom Coalition 31 January 2014. Statement by Dr. Riad Jarjour, former General Secretary of the Middle East Council of Churches.
[8] Middleastlive: « Syria Crisis: Aleppo Bishops Kidnapped ». 23 April 2013.
[9] The nuns were released on 9 March, crossing the border into Lebanon the next day. Their release along with three attendants occurred following an exchange of prisoners between the Assad Regime and the rebel group that was detaining the Sisters. Damascus released some female and child relatives of rebel fighters in the exchange. New York Times, March 10, 2014. « Nuns Released by Syrians After Three-Month Ordeal, » by Anne Bernard and Hwaida Saad, p1.
[10] Statement by Delegation of Syrian Christian Clerics visiting Washington D.C. January 26-29, 2014. Westminster Institute and Barnabas Aid.
[11] Times of Israel, « Syrian Christians Sign Treaty of Dhimmitude » by Elhanan Miller. 27 February 2014.
[12] The Daily Beast, « Syria’s Christians Flee Kidnapping, Rape, and Execution » by Jamie Dettmer. 19 November 2013
[13] The Institute on Religion and Democracy Blog. « Will Christianity in Iraq Survive? » by Dennis Crowley, 1 February 2014. « Since Saddam’s overthrow Iraq’s 1 million Christian population is down to 200,000. »
[14] Agenzia Fides claims that the region of Homs in Syria once held about 160,000 Christians but now the population has been reduced to only around 1000.
[15] « The Fears and Future of Religious Minorities in Syria » by Ammar al-Mamoun, Fikra Forum. March 13, 2014.
[16] « Western-backed Syrian Rebels Massacre Shia Villagers ». BBC: Alan Newman, 13 June 2013. The Associated Press and the New York Times covering the same massacre in the Syrian village of Hatia described rebels displaying the signature black flags of al-Qaeda as they rejoiced denouncing the slain Shia « dogs and apostates. » The London-based Syrian Observatory for Human Rights claimed that almost 500 Syrians were killed in the first week of January this year as fighting intensified between the radical rebel group, The Islamic State of Iraq and the Levant and moderate Syrian rebel troops. Russian Times, 11 January 2014.

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Fuir, se soumettre ou mourir : les seules options pour les chrétiens de Syrie.

    1. jérôme lassaigne

      Pour les juids d’après la reconquista, sous Isabel la catholique, la dhimitude n’existait pas.

    2. MisterClairvoyant

      Permettez-moi de vous dire monsieur Jérôme, que les persécutions des juifs n’ont pas commencé en Espagne, avant il y a eu les persécution en Égypte, les babyloniens, les grecs, les romains, les musulmans de Grenade, l’inquisition en Angleterre et les français dans le Languedoc, l’inquisition en Espagne a plus expulsé et converti des juifs de force que massacré. Il n’a jamais eu des pogroms ni camps d’extermination comme dans toute l’Europe (en Espagne ni au Portugal)
      Le sujet étant les chrétiens en Syrie. C’est malheureux de le dire, mais celui qui on traite de dictateur, il a protégé toutes les minorités en Syrie, mieux que ne le fait l’ASL et toutes les bandes terroristes, que pour moi sont à éliminer, comme la France l’a fait au Mali avec les djihadistes , mais là, la France et autres pays occidentaux se trouvent avec les terroristes, donc, du mauvais coté.
      Je ne vois pas aucune alternative pour la paix ni l’avenir de la Syrie autre que Bachar El Assad. Tous ceux qui s’opposent à lui, ils ont eu le temps de se discréditer en trois ans de conflit contre lui. Je n’aime pas les dictateurs ni les dictatures. Ceux qui aident les opposants au régime syrien savaient qu’ils ne peuvent pas gagner la guerre en Syrie, mais que la prolonger d’avantage, cela les rend coupables des 150 000 morts et de toutes les destructions qu’il a eu et qu’il aura. Pour ne pas dire « ma culpa » on a perdu et on ramasse nos djihadistes occidentaux etc, et on aide la Syrie à se reconstruire dans l’unité de toutes les minorités, car si non, à terme les chrétiens en Syrie (les survivants) vont subir le sort de tous les chrétiens dans les pays musulmans, être volés de leurs terres, et humiliés pour survivre en dhimmis.
      Les choses il faut qu’elles soient la vérité ou le plus proche possible de la réalité, et pas les plus proches de la manipulation ni du mensonge historique.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *