toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Antisionisme : une idéologie génocidaire


Antisionisme : une idéologie génocidaire

Par les temps qui courent, il est de bon ton de masquer son antisémitisme  derrière le paravent de l’antisionisme, bien plus respectable a priori. User habilement de ces deux termes, en s’appuyant sur l’un pour nier l’autre, permet aux antisionistes d’entretenir une double confusion.

La première confusion est propre au terme « antisémitisme ». Pour les antisionistes, l’accusation d’antisémitisme est caduque du fait même qu’étymologiquement, il ne s’applique pas qu’aux juifs mais à tous les peuples sémites, arabes inclus. Les antisionistes les plus cultivés (il y en a) bottent donc en touche en arguant qu’il serait plus opportun de parler d’antijudaïsme ou de judéophobie. Deux nouveaux termes qui ajoutent à la confusion et permettent de brouiller encore davantage les pistes.

Le premier de ces termes, « antijudaïsme », désigne selon Wikipedia une hostilité à la religion juive. Ce mot ne s’applique donc pas aux antisionistes, qui légitiment leurs discours et leurs actes par le soutien à leur cause de groupes religieux juifs, ultra-minoritaires certes, à l’image de Naturei Karta, mais qui ont le tort d’exister. Le terme «  judéophobie » désigne quant à lui une hostilité à la communauté juive, juifs antisionistes inclus. On se rapproche donc de la notion d’antisionisme sans parvenir à faire concorder avec précision les deux idées.

La seconde confusion est liée au terme « antisionisme », et ce grâce à une manipulation sémantique introduite par les antisionistes eux-mêmes pour justifier leur idéologie. L’antisionisme, selon eux, se résume à la lutte contre une mainmise supposée d’un pays, Israël, et d’une communauté, les juifs, sur le reste du monde.

Résumons : l’antisioniste ne peut pas être antisémite puisqu’il ne s’attaque pas aux arabes. Il ne peut pas non plus être antijuif puisqu’il lui est le cas échéant donné d’avoir pour alliés des juifs religieux. Il peut à la rigueur être judéophobe sans que cela soit systématique.

L’antisioniste n’est donc qu’antisioniste et cela lui donne, croit-il, toute légitimité et respectabilité. Mais il n’en est rien et c’est là que l’antisioniste commet une lourde erreur.

Les antisionistes définissent leur doctrine comme une opposition au sionisme qui consiste en… en quoi au juste ? La charte d’Egalité & Réconciliation ne mentionne pas ce mot, que son président et ses militants brandissent pourtant tel un étendard, une sorte d’épouvantail en forme d’hydre capitaliste ultralibérale ou de pieuvre mondialiste aux contours vagues, dont on sait juste que sa tête de pont pour conquérir le globe est l’Etat d’Israël. La charte du parti antisioniste, quant à elle, parle bien de sionisme, ce qui est logique. D’ailleurs, elle aime tellement ce mot qu’elle le matraque jusqu’à plus soif, sans en donner clairement la définition.

Donc, il est bon de rappeler que le sionisme est un mouvement politique né au XIXème siècle et ayant pour but d’établir un foyer de peuplement juif, si possible en Palestine. Le premier constat que nous pouvons faire est donc que le sionisme, au sens premier du terme, est mort dès lors que l’État d’Israël a été créé. On peut aisément en déduire que les antisionistes ont deux siècles de retard, mais passons.

Le sionisme, dans son sens moderne, ne peut donc que désigner la volonté de faire perdurer ce foyer de peuplement juif en Palestine. Le sioniste est donc celui, juif ou non, qui reconnaît la légitimité de l’Etat d’Israël, reconnaît à ce pays le droit d’exister, de faire ses propres choix politiques et sociétaux, de développer ses propres modèles économiques, etc. Et bien entendu, le sionisme reconnaît à ce pays le droit de se défendre et d’assurer sa sécurité.

A la lumière de ces définitions, qu’en est-il de l’antisionisme ? Si le préfixe anti- marque l’hostilité ou l’opposition, n’oublions pas qu’il indique également l’idée de neutralisation, voire d’extermination. Un anti poux a pour vocation d’éradiquer les poux. Un antiseptique a pour vocation d’éliminer toutes sortes de bactéries. De même, l’antisionisme a pour vocation d’exterminer l’Etat d’Israël, d’exterminer, de chasser ou de déporter les populations juives qui y vivent, et de faire taire par tous les moyens celles et ceux, juifs ou non, qui reconnaissent à Israël le droit d’exister.

L’antisionisme est donc loin d’être innocent. Il n’est pas une simple opposition à la politique d’un pays. Il constitue une idéologie génocidaire qui se pare des atours d’un militantisme humanitaire bon teint. Si l’antisémitisme est abject, comprenons que l’antisionisme l’est tout autant, et il est grand temps que le masque tombe. Que l’on ne prenne plus les antisionistes pour de joyeux agitateurs ou des boyscouts des droits de l’homme. Considérons-les pour ce qu’ils sont, les idéologues du prochain holocauste.

Auteur : Mark Breddan – Enquete et Débat





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 98 thoughts on “Antisionisme : une idéologie génocidaire

    1. EDL

      C’est une honte d’écrire ça, c’est de l’incitation à la haine raciale.
      Oui l’antipoux est pour exterminer les poux, le poux est un animal parasite et nuisible pour l’homme, de même que les bactéries, MAIS AU CONTRAIRE de l’être humain ! NON l’antisionisme n’est pas pour exterminer l’état et les habitants d’Israël, mais pour marquer une position anti-colonialiste. Et dans votre dernier paragraphe, cessez de chouiner sur « les juifs », il n’y à pas que ça en Israël. Alors soit vous restez cohérent et vous considérez que les antisionistes veulent éradiquer de la surface de la terre Israël, les habitants d’Israël (et eux seuls, donc), juifs ou pas, et vous allez vous faire soigner votre parano délirante en hopital psy, soit vous arrêtez votre délire de « ce qui n’est pas juif est contre les juifs », c’est n’importe quoi. Les gens sur terre peuvent s’entendre, tous, sans notion de race ou de religion, mais il faudrait commencer par ne pas tenir des discours comme le votre.

    2. Nemo

      Oui, l’antisionisme est une idéologie raciste et génocidaire, n’en déplaise au commentaire précédent d’une bêtise crasse qui en apporte la preuve.

      Le sionisme c’est le droit d’un peuple (le peuple Juif) à vivre libre sur sa terre, et lui refuser ce droit, après tout ce que ce peuple a subi, ce n’est ni plus ni moins que vouloir perpétuer la haine antisémite et le refus de la différence.

    3. Elia

      Il y a 2 sortes de gens qui se disent antisionistes :

      1- Des gens qui ne savent pas ce que c’est, qui le confondent avec une idéologie imperialiste. Des gens incultes qui font ça par reflexe de se comporter dans le même sens que la tendence, la mode actuelles.

      2- Des gens qui savent ce que c’est, mais qui l’utilisent pour cacher leur antisémitisme derrière le masque d’antisionisme. Ces gens la savent exactement ce qu’ils veulent, la disparition de cet état qu’ils haissent parcequ’il est dit juif. En général ces gens là, sont la plupart des intellectuels, journalistes, politiques, des gens éduqués.

    4. Robert Davis

      Excellente analyse que je partage entièrement contrairement à ce mystificateur qu’est edl et de ,plus vouloir éradiquer Israel c’est vouloir éradiquer le peuple Juif aussi pour en faire à nouveau un peuple sans patrie que l’on peut pérsécuter impunémment et même le massacrer entièrement puisqu’il n’aurait plus où aller étant donné qu’il n’existe pas un autre remplaçant. L’antisiiniste est bien un génocidaire,cela ne fait AUCUN DOUTE que cela ,plaise ou non à ceux qui veulent éradiquer Israel sans l’avouer.

    5. Robert Davis

      Elia : vous avez raison mais j’ajouterai just que ces intellectuels sont généralement de gauche car les gauchistes,ces néo communistes, en veulent à Israel pour avoir choisi la démocratie et non le communisme. Ils veulent se venger et « prouver » qu’ils sont les plus forts et qu’ils ont les moyens de se venger mais comme ils sont lâches,ils savonnent la planche pour que d’autres fassent ,le travail. L’extrême droite française a déjà fait cela dans les années 30 et les nazis ont fait le « travail » pour eux! L’extrême gauche française fait la même chose et entraine les IDIOTS UTILES notamment de nombreux juifs stupides qui ne comprennent pas que pour eux en particulier c’est un suicide!

    6. EDL

      C’est quand même curieux que les amis juifs les plus pacifistes, les plus ouverts, et les plus tolérants que j’ai la chance de cotoyer soient plutôt anti-sionistes, alors. Autant vous le dire tout de suite, le chantage habituel et les amalgames à l’antisémitisme, au racisme, et à la haine ne marcheront pas avec moi. Je suis bien trop poly-culturel (et renseigné) pour m’y laisser prendre.
      Arrêtez de prendre les gens pour des débiles. Le sionisme de nos jours (et depuis environ 35 ans, le néo-sionisme pour être précis, puisqu’en théorie le sionisme n’existe plus, par définition, depuis la création d’israël), c’est pas la reconnaissance de l’existence d’israël et du droit au peuple juif d’exister et d’avoir une terre, c’est le fait d’être pour, ou contre, la politique d’expansion et de colonisation d’israël. C’est une opinion politique, et chacun est libre de l’avoir sans être taxé d’antisémite. Parce qu’oser appeler l’anti-sionisme une idéologie raciste et génocidaire, c’est une incohérence absolue, grotesque et inacceptable. Et qui plus est, PIRE : une incitation au VRAI antisémitisme. Heureusement qu’il reste des gens pour s’en rendre compte et tenter de ramener la paix et la tolérance.

    7. EDL

      PS : à ceux qui veulent mon CV : je ne me considère d’aucun peuple, ni d’aucune patrie ni d’aucune religion. Un simple terrien résidentiel du sol français (et donc soumis à ses lois et aspirant à ses libertés). Et je n’aspire qu’à vivre en paix avec le monde qui m’entoure, sans notion de race, de religion, ou de couleur de peau.
      Quand a mon avis sur le (néo)sionisme, les juifs étant à la fois un peuple ET une religion, je suis plutôt pour le fait qu’ils aient une terre à eux, Israël donc si ça leur fait plaisir (je connais l’importance biblique de la terre de Jerusalem), mais PAS AU MÉPRIS des droits les plus élémentaires des voisins humains, ni du droit international, point !

    8. Nemo

      Une preuve de plus que ceux qui se disent antisionistes sont complètement à côté de la plaque et des antisémites déguisés :
      même Shalom Arshav (la paix maintenant) est sioniste … et fière de l’être.

      Il n’y a que ceux qui nient la relation éternelle du peuple Juif à son histoire et à sa terre, et souhaitent secrètement la disparition de l’Etat d’Israël comme état-nation du peuple Juif, qui sont « antisionistes ».

      Ce sont des has-been, qui ont 65 ans de retard, et la nostalgie des totalitaires et des impérialistes.

    9. Elia

      EDL, des juifs pacifistes, tolérants, sont pratiquement tous les juifs. Ce n’est pas parce que tu en connais qu’ils devraient être sionistes. S’ils le sont pas et s’ils sont contre le simple droit des Juifs, à disposer, d’un Etat juif, dans des frontières, réellement défendables, c’est qu’ils n’en ont rien à fouttre d’Israel.
      Y’en a beaucoup comme celà par exemple Ronny Braumann, Edgar Morin et plein d’autres sont presque pour la disparition de cet état et ils ne ratent pas une seule occasion pour l’accuser de n’importe quoi.

      Voilà un extrait d’un article de Michel Garroté qui définit l’antisionisme :

      L’antisémitisme est aujourd’hui très répandu. Cela tient notamment à l’islamisme et à l’imposture antisioniste, une forme particulièrement dangereuse d’antisémitisme. Le sionisme, c’est, concrètement, le simple droit des Juifs, à disposer, d’un Etat juif, dans des frontières, réellement défendables. Alors que l’antisionisme, c’est, concrètement, la négation, pure et simple, de l’Etat d’Israël, quelles que soient ses frontières. L’imposture antisioniste, fait passer le sionisme, pour une idéologie raciste et impérialiste.

      En clair, on veut bien, ne pas être antisémite. Mais à condition que tous les palestiniens de la planète, puissent vivre, à l’intérieur, des frontières actuelles, d’Israël. Autrement dit, on veut bien, ne pas être antisémite, mais à condition qu’il n’y ait plus d’Etat Juif au Proche Orient. Il y a pire. L’Arabie saoudite et l’Iran notamment, avec leurs pétrodollars, investissent des sommes folles, dans des médias et des publications, viscéralement antisémites, y compris en anglais et en français. Enfin, il y a « l’antisémitisme ordinaire », dans les pays occidentaux. Concrètement, dès qu’un Juif occupe une fonction dans les médias ou dans la banque, on amplifie le phénomène. Et on raconte, que « la presse et la finance, sont contrôlées par ».

      Quelles sont les conséquences de cette structure autocratique attribuée au judaïsme ?

      La principale conséquence, c’est le maintien des mythes destructeurs : le mythe du lobby juif, le mythe du complot juif, etc. Il a suffi, qu’un jour, De Gaulle, parle, du peuple juif « dominateur et sûr de lui » et le mythe destructeur, a retrouvé, ses lettres de noblesse, dans la France post-vichyssoise. Or, les mythes destructeurs, en période de difficultés, engendrent des boucs émissaires. Dans les démocraties occidentales, on parle du soi-disant « pouvoir des Juifs », une fiction. Mais on ne dit rien du réel péril islamique, qui sévit, dans certaines banlieues, devenues des zones de non droit. Au lieu de soulever le vrai problème avec courage, on entretient des mythes avec lâcheté. Et dans ce cadre, on a recours à l’alibi antisioniste.

    10. Nemo

      Autre chose aussi, que l’on peut remarquer : la plupart de ceux qui essaient de se donner une consistance et un vague vernis rebelle en affichant leur « antisionisme » de facilité et de pacotille, sont des personnes totalement paumées et désaffiliées …
      Il suffit de lire leur discours pseudo bonasse et nihiliste genre « citoyen du monde tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil » et surtout citoyen de nulle part …
      C’est plus dur d’assumer son histoire, ses origines, ses différences et sa culture.
      Surtout quand on est environnés de gens pas clairs qui ne souhaitent que vous pousser pour prendre votre place ou vous jalouse …

    11. EDL

      Elia : malheureusement NON. J’en vois beaucoup trop qui appellent à la haine et à la violence dès lors qu’on critique la politique d’Israël. Tu appelles ça de l’ouverture d’esprit et de la tolérance, toi ? Moi pas. En France, toutes les idées (politiques ou non) ont le droit de s’exprimer et de débat pacifiste, y compris ET SURTOUT celle avec lesquelles on est pas d’accord, point. C’est CA, de la vraie tolérance, et de la vraie ouverture. J’ai vraiment l’impression à vous lire, que tout ce qui n’est pas avec vous est CONTRE vous. Vous l’ignorez peut être, mais il existe un état intermédiaire, le « ni pour, ni contre », c’est à dire « pour dans certaines limites », ou « contre dans certaines limites ». Pourquoi partez vous systématiquement dans l’excès ?

      Ce n’est pas parce qu’on est contre la politique d’extension et de colonisation que mène Israël (au mépris du droit international, je rappelle) qu’on est automatiquement contre son existence même, et contre l’existence du peuple juif tout entier. J’en suis UN exemple parmi une multitude, et je le répète, ça ne prendra pas avec moi.

      Nemo : ta parano ne prendra pas non plus avec moi, je ne jalouse personne. On est en 2014, mon histoire passée je la connais, mes origines, mes différences et ma culture aussi. Cool… mais elles ne me servent pas pour avancer, tout au plus elles m’ont construit. Je regarde devant moi, moi. Avec confiance, tolérance, aucun sentiment de persécution, et la liberté d’être jugé selon MES propres choix, et pas ceux de mes arrière-grands-oncles-qui-ont-un-jour-volé-une -chèvre-d’un-voisin-dans-un-maquis-corse-et-que-c’est-un-crime-impardonnable-pour-10-générations-(au-moins) !

    12. EDL

      Elia : tu as raison sur un point, les juifs dont je parle n’en ont rien à foutre, d’Israël, ils vivent en France (ce qui ne les empêche pas de critiquer la politique colonialiste d’Israël). D’ailleurs, si tu veux rire et un exemple inverse de paix et de tolérance, mon père lui est un militant pro-israélien (et pourtant c’est pas du tout un juif, c’est amusant non ? ), MAIS d’une part c’est le premier à dire « Israël à internationalement tort, mais même si ils ont tort je les soutiendrai jusqu’au bout », d’autre part à se soumettre aux lois de ce pays, qui autorisent la liberté d’expression de TOUT le monde sans violence.
      Ce sont les juifs français solidaires de leur pays au mépris du droit le plus élémentaire, qui sont les plus dangereux, les plus haineux, et qui EUX incitent par leur sionisme démesuré, à l’antisémitisme des bas du front nazillons qui ne réfléchissent pas plus loin que le bout de leur croix gammée.

    13. Nemo

      EDL : Telle n’était pas mon intention de vous décrire quand j’écrivais ceci :
      «  »Surtout quand on est environnés de gens pas clairs qui ne souhaitent que vous pousser pour prendre votre place ou vous jalouse … » »

      Mais finalement, puisque vous vous êtes senti visé : aurais-je fais mouche ?

      (lol)

    14. Nemo

      «  »Ce sont les juifs français solidaires de leur pays au mépris du droit le plus élémentaire » » (citation EDL)

      Les juifs français n’auraient donc pas le droit d’être solidaire de leur pays ? MDR ….
      Je vous laisse méditer ce rigolo lapsus calami qui en dit long !

    15. EDL

      Nemo, pas du tout, je ne me sens pas concerné par le moindre propos de jalousie et, pour tout dire, je ne vois pas le moindre rapport entre me sentir concerné par de la jalousie, et votre réplique de mon propos ???. Dans un milieu professionnel, je reconnais les mérites des gens à leurs qualités professionnelles, point et c’est tout 🙂

      Quand aux juifs français, bien sûr qu’ils ont le droit d’être solidaires (ou non) de leur propre pays, ne sortez donc pas ma citation de son contexte, je prenais l’exemple de ceux qui incitaient (ou passaient) à la violence en France dès qu’on critique Israël, ce qui ça, n’est pas tolérable.

    16. EDL

      Nemo, tu veux méditer ? Je vais te retourner ton exemple à l’envers (ce qui tombe merveilleusement bien, j’en ai un sous la main). Donc : puisque tu penses (et tu n’es pas le seul) que quelqu’un qui est contre la politique que mène Israël est aussi contre l’existence même du peuple juif tout entier, alors que penses tu d’un non-juif qui soutient mordicus la politique d’Israël ? A-t-il le droit d’exister et de vivre, puisqu’il soutient une cause sans en être un représentant « légal » ? O:)

      Amusant hein ? 😀

    17. Nemo

      Voyons, voyons EDL … avez-vous déjà oublié votre adresse : «  »Nemo : ta parano ne prendra pas non plus avec moi, je ne jalouse personne » »

      Déjà, le tutoiement est vulgaire, et secondo, si quelqu’un est projectif ici, c’est bien vous.
      S’il y a de l’incitation à la violence en France, c’est contre les Juifs, et pas l’inverse. Nous sommes des gens très tranquilles, parfaitement insérés dans la société et respectueux de ses lois.
      Vous inversez à loisir les causes et les responsabilités.
      C’est louche !!

    18. Nemo

      Inutile de tenter de noyer le poisson EDL. La définition du sionisme est donné dans cet article :

      « Le sioniste est donc celui, juif ou non, qui reconnaît la légitimité de l’Etat d’Israël, reconnaît à ce pays le droit d’exister, de faire ses propres choix politiques et sociétaux, de développer ses propres modèles économiques, etc. Et bien entendu, le sionisme reconnaît à ce pays le droit de se défendre et d’assurer sa sécurité. »

      Celui qui, à partir d’arguties fallacieuses et malsaines, conteste cette base censée minimum, que l’on reconnait à n’importe quel pays du monde, est antisioniste.

    19. EDL

      Nan nan (et repardon pour le tutoiement, Ô grand Schtroumpfissime), je ne projette rien, moi, je constate que partout où ce genre de manifestations à lieu, alors que tout se passe pacifiquement, les premiers à semer le boxon en incitant (ou passant) à la violence sont des groupes genre Betar, LDJ, etc…
      Alors certes, ce sont des groupuscules radicaux et extrêmes, mais ça donne vraiment pas une bonne image du reste de la communauté.
      De la même manière que les intégristes cathos qui vont évangéliser les papous à coups de fusil, ou que les islamistes qui vont jeter des boeings sur des gratte-ciels. Ce genre de débordements donne pas une belle image du groupe, mais c’est au groupe de l’encadrer…

    20. EDL

      PS : PARFAITEMENT OK sur votre définition, et je le dis encore une fois : PAS AU MÉPRIS DU DROIT INTERNATIONAL, ni des peuples voisins.

      Entre « se défendre et assurer sa sécurité » et « coloniser, occuper, et annexer des territoires voisins », y’a une différence notable, faudrait voir à pas la zapper comme ça vous arrange.

    21. Nemo

      Mais oui, mais oui. Un autre grand classique des antisionistes bas du front, quand ils n’ont plus aucun argument dans leur musette, c’est de brandir l’épouvantail de la LDJ ou du Bétar ! Autant essayer de cacher la forêt de l’incitation et des agressions antisémites quotidiennes, avec un brin d’herbe !

      Quand à la comparaison avec les évangélistes ou les terroristes, elle est tellement grotesque et stupide, qu’on en reste sans voix.

      Mais après tout, c’est une chance de constater que les antisionistes sont avant tout des marioles qui se paient de mots à tort et à travers.

    22. EDL

      PS 2 : vous venez de le dire vous même et dans votre merveilleuse définition (que j’approuve encore une fois), le sioniste est celui qui, JUIF OU NON, etc etc…

      Donc un anti-sioniste? JUIF OU NON, n’est pas forcément un anti-juif (ni donc par extension un antisémite), merci et bravo !! 😀

    23. EDL

      La comparaison est légitime : un groupe d’extrêmes fait payer les autres, comme les curés pédophiles (mais heureusement qu’il reste des gens biens, ici et là, n’est ce pas ? ), et comme le betar et la ldj donnent une mauvaise image, c’est un fait, point. Après, si vous jouez d’amalgames, faut pas s’étonner que cette image soit entretenue.

      Rassurez vous, il reste des gens biens… si si.. partout, faut juste vouloir les voir, au lieu de vivre replié sur soi même 😉

    24. EDL

      PS encore une fois, je ne suis ni antisémite, ni anti-sioniste. Je reconnais le droit à l’existence d’Israël, mais pas celui de coloniser les voisins.

      C’est curieux, « vous » (généralisation) qui sortez souvent les horreurs des années 40, que cette politique d’expansion, d’annexion, et de colonisation, ne vous rappelle pas celle de l’Allemagne du moustachu hystérique, quand même !

    25. Nemo

      Le droit international ne donne aucun droit aux terroristes ni aux entités qui n’ont aucune légitimité pour représenter un peuple ou un pays.
      Quand aux « territoires », leurs frontières doivent être déterminées de gré à gré puisqu’elles n’ont jamais été celle d’un état « palestinien » (celui-ci n’existant pas, ses frontières non plus = simple constat du droit international), et aux conditions de sécurité de TOUS leurs habitants.

    26. Nemo

      Mais si. Un antisioniste, juif ou non, qui récuse cette définition basique et évidente du sionisme, est un antisémite (avoué ou non).

      Puisqu’il récuse la légitimité de l’Etat d’Israël, son droit d’exister, de faire ses propres choix politiques et sociétaux, de développer ses propres modèles économiques, etc. Et bien entendu, … son droit à se défendre et à assurer sa sécurité.

    27. EDL

      Mouais, enfin si je pose la question : qui actuellement en 2014 viole le droit international, les conventions de Genève, la résolution 446 du conseil de sécurité de l’ONU ? Qui à conquis, colonisé et annexé des territoires illégaux ? Qui construit des routes de contournement uniquement réservées aux colons ? qui… qui… qui !

      Bref, et perso, c’est le problème de la politique d’Israël, moi ce qui me touche et me gonfle c’est quand ça commence à m’en faire des pages en France. Et puis aussi, à voir ça (et à avoir des témoignages de « sur place »), et bien je m’étonne pas du tout que les voisins leur en veulent « un ptit peu », aux israéliens et aux pro-néo-sionistes, si vous voyez c’que j’veux dire !

    28. EDL

      Je vous cite : « Un antisioniste, juif ou non, qui récuse cette définition basique et évidente du sionisme, est un antisémite (avoué ou non). »

      OK, on va toucher un truc vraiment intéressant : expliquez moi comment un antisioniste juif peut, par définition, être antisémite, alors ?

    29. Nemo

      Si ça en fait des tonnes de pages en France, c’est que la plupart des journalistes sont obsédés.
      Ca fait dérivatif à tout ce qu’ils veulent cacher à la population, et aux milliards de turpitudes de tas de pays dont on veut cirer les pompes …

      Vous n’avez pas l’air très au courant : les « territoires » ont surtout été conquis illégalement par la Jordanie, qui en a expulsé tous les juifs qui y vivaient, détruisant des synagogues et des villages … peuplés de juifs.
      Ils ont été ensuite libérés. Au terme d’une guerre déclenchée par les pays arabes, et perdus par eux.
      Il n’y a aucune « frontières » à ces territoires, en droit international.

    30. Nemo

      Il y a des juifs antisémites. Ca s’appelle la haine de soi, la peur de ne pas être « comme tout le monde », ou un problème oedipien gratiné.

      Il y a aussi des gens qui se font passer pour juif et ne le sont pas. Comme par exemple un gourou à papillotes que Mbala bis avait tenté de recruter pour le rallier à sa cause (toujours).

    31. EDL

      OK, OK, peut importe, moi je parle de 2014, et ces territoires sont occupés illégalement et au mépris des demandes de la communauté internationale, point final.

      Par contre, vraiment ça m’intéresse, comment un antisioniste juif peut il être antisémite ? Pour moi, c’est une contradiction même dans la définition, un antisémite étant par définition un individu manifestant de l’hostilité au peuple juif ? Il fait quoi le gonze ? la chat de Shrödinger ? hara-kiri ??? sur ce coup là, si vous avez la lumière, allez y !

    32. EDL

      Ohlà, fichtre, z’êtes grave là, parce que des juifs plutôt anti-sionistes (ou j’men foutiste) qui se portent à merveille, j’en connais assez pour me dire qu’ils n’ont aucun problème psy, eux (et alors à vous suivre, un juif pro-sioniste ? ce serait quoi ? un mégalo qui à l’amour d’israël plus fort que tout ???)… bref, si vous commencez à généraliser (encore) tous les cas de la terre qui relèvent de la psychiatrie (juifs ou non), et principalement des juifs qui sont anti-sionistes, on est pas sorti des ronces… notez qu’à vous lire, psy pour juif auto-haineux semble un métier d’avenir….

    33. EDL

      « Il y a aussi des gens qui se font passer pour juif et ne le sont pas. Comme par exemple un gourou à papillotes que Mbala bis avait tenté de recruter pour le rallier à sa cause (toujours). »

      Vous parlez de Shmeil Mordche Borreman ??? ‘tain bravo, pour vous discréditer, vous pouviez mieux choisir qu’un gars aussi connu…

      Celui là : https://www.youtube.com/watch?v=iwX5yjaHUYE ??

    34. EDL

      « Il y a aussi des gens qui se font passer pour juif et ne le sont pas. Comme par exemple un gourou à papillotes que Mbala bis avait tenté de recruter pour le rallier à sa cause (toujours). »

      Vous parlez du rabbin Shmeil Mordche Borreman ??? ‘tain bravo, pour vous discréditer, vous pouviez mieux choisir qu’un gars aussi connu, ou que le mouvement NK (des complexés oedipiens aussi, sans doute, mmm ?)…

    35. Nemo

      Si la « communauté internationale » avait une quelconque utilité… elle aurait beaucoup à faire … à commencer par la Syrie, le Tibet, Chypre, le sahara occidental, etc, etc … (la liste est très très longue).
      Peut être qu’elle s’obsède sur un petit pays grand comme une tête d’épingle sur la mappemonde pour la même raison que les journalistes hexagonaux …

      L’antisioniste est un militant, pas un « j’menfoutiste ».
      Le j’menfoutiste est un idiot utile aussi parfois, qui préfère vivre béat dans un monde de béni oui-oui.

    36. EDL

      Ah mais elle s’en occupe aussi, la communauté internationale, de tout ça, C’est pas parce qu’elle n’en parle pas qu’elle ne s’en occupe pas. Mais là, c’est ce problème là qui vient sur le tapis, chacun son tour et chaque chose en son temps.

    37. Nemo

      Oui, je confirme : il n’est pas plus rabbin que je suis papoue.
      C’est un belge converti à la hâte dans une communauté Satmar, ce qui n’a aucune valeur.

    38. EDL

      Rhaaa cette manie de faire des amalgames partout. Un anti-sioniste, de même qu’un pro-sioniste, peut très bien aussi être un je m’en foutiste et un non-militant, je vois pas au nom de quoi on l’obligerait à militer si il n’en à pas envie…

    39. EDL

      Bon, de une, un converti, c’est quand même un converti, vous êtes qui pour écrire que ça n’a aucune valeur ? le juge suprême du peuple et/ou de la religion ? les convertis n’ont pas droit d’existence dans la communauté ? Il à été converti selon des règles communes, il me semble, et il est reconnu comme tel, donc cela à une valeur, POINT !

      De deux, tous les mouvements du genre Naturei Karta, ce sont pas des juifs anti-sionistes aussi ? Et le rabbin Emmanuel Lévyne, qui écrivait, en 1969, « Nous, juifs antisionistes, nous avons choisi la Paix. C’est pourquoi nous n’avons pas voulu la création de l’Etat d’Israël et nous souhaitons sa disparition (par le renoncement du peuple juif et évidemment non pas par la guerre et le massacre des populations), car son existence – comme celle de tout autre Etat particulier – menace la paix mondiale », c’était pas un juif antisioniste ? si tous les juifs antisionistes ont des problèmes psy, selon vous, croyez moi je vais mener une étude de marché et vite me reconvertir (professionnellement, je parle)

      Un peu de sérieux, vous vous enfonciez, vous êtes en train de creuser… (mais vous verrez, c’est beau, l’Australie).

      Admettez simplement que juif/non-juif et sioniste/antisioniste sont des notions différentes, non incompatibles, et combinables entre elles (et que si l’antisémitisme est, à raison, hautement condamnable, le sionisme n’est qu’une opinion politique que tout un chacun, juif ou pas, à le droit d’émettre en France, sans être menacé, violenté, ou taxé immédiatement d’antisémite)

    40. Elia

      EDL, concernant ton message no 7.

      «  »je ne me considère d’aucun peuple, ni d’aucune patrie ni d’aucune religion. Un simple terrien résidentiel du sol français (et donc soumis à ses lois et aspirant à ses libertés). Et je n’aspire qu’à vivre en paix avec le monde qui m’entoure, sans notion de race, de religion, ou de couleur de peau. » ».

      C’est flagrant, ce sont les arguments que j’ai entendu n fois des gens qui se disent libres de tout et qui se défendent de n »être que antisionistes mais pas antisémites. C’est toujours la même rengaine ! Aucun peuple, aucune patrie, aucune religion !!!! En somme vous êtes complètement paumé dans ce monde !
      Alors que les vrais juifs, les sionistes comme vous dites, sont le contraire de ce que vous êtes.
      Voilà pourquoi vous ne les aimez pas ! Ce n’est pas le sionisme qui vous gène, mais plûtot ces juifs et ces chrétiens qui se cramponnent aux valeurs ancestrales, aux traditions, à la famille, à la patrie. Ainsi, vous les détestez.

      «  » »Quand a mon avis sur le (néo)sionisme, les juifs étant à la fois un peuple ET une religion, je suis plutôt pour le fait qu’ils aient une terre à eux, Israël donc si ça leur fait plaisir (je connais l’importance biblique de la terre de Jerusalem), mais PAS AU MÉPRIS des droits les plus élémentaires des voisins humains, ni du droit international, point ! » » »

      Apparemment, pour vous, ce n’est que pour le plaisir qu’ils ont cette terre. Décidement vous ignorez totalement l’histoire et vous n’avez jamais mis les pieds dans cette région.
      Quels sont les droits les plus élémentaires bafoués selon vous ?
      Les voisins humains ? Ils passent leur temps à faire des attentats et assasiner des israeliens et n’arrêtent pas de déclarer qu’ils veulent la destruction de ce pays. Ce sont des voisins humains, comme vous ?
      Alors arrêtez avec votre mascarade !
      Et si le droit international servait à quelque chose, la Syrie et d’autres pays comme l’Ukraine ne serait pas dans ces conditions. Le droit international n’est valable que pour condamner Israel. L’onu passe son temps à voter des résolutions contre Israel. Ils ne servent plus qu’à ça.

      Je pense que vous êtes encore jeune, et comme tous les jeunes actuels vous n’êtes pas suffisement renseigné pour juger de ce que se passe dans cette région et ce conflit aussi complexe. A vous lire, on peut facilement déceler les idées stéréotypes que vous véhiculez sans vous rendre compte, mais, vu les informations diffusées en France, vous ne pourrez jamais vous faire une opinion objective de ce qui se passe là bas. Vous ne pouvez que vous refugier sur des gadgets comme résolutions de l’onu, du droit international et tout le bla bla qu’on connait par coeur, sans se soucier si la partie adverse les a jamais respectés.

      Alors, je dirais, on connais la chanson, vous n’êtes pas antisémite mais seulement antisioniste !

    41. EDL

      Elia, Elia, mon dieu, dans quels extrêmes (vous aussi) de délire partez vous… ?
      Ce ne sont pas des arguments, c’est simplement une vérité, qui vous semble peut être délirante et inconcevable, mais une vérité quand même, la mienne ! Et pour pouvoir me situer (par rapport à vous donc), et m’en justifier puisque vos propos sont une forme d’attaque, ou du moins de doute, je vous réitère (si vous m’avez entièrement lu), que je ne suis absolument pas paumé sur terre (rassurez vous), ni antisémite, ni anti-sioniste (par contre, quand je lis des propos comme les votre, franchement je comprends que certains le deviennent, et même vrillent dans le pire, l’antisémitisme), bref, ni envieux de quoi ou qui que ce soit, ni anti-rien à la base, ni anti-tout.
      Où diable avez vous pu lire que je « détestai » les autres si ce n’est dans le fruit de votre propre imagination paranoïde ? que je détestai les sionistes, les catholiques, la religion, la famille, etc ? Vous ne savez rien de moi, rien. Ni d’où je viens, ni mon âge, ni rien. Cessez de vous cacher sous des suppositions et contentez vous de faits. Je n’ai simplement pas besoin d’une religion, d’une patrie, d’un peuple, ou de me sentir représentant de quoi que ce soit de ce genre, pour être viscéralement cramponné à mes valeurs, ma fille, ma famille, mes amis… Pourquoi voulez vous absolument vous persuader que, parce que je ne suis pas « totalement pour » quelque chose, c’est que je deviens automatiquement « totalement contre » ? Imaginez que, si vous étendez cette pensée à la planète, les juifs ne représentent que 0.2% de la population…
      Imaginez que si tout ce qui n’était pas juif était anti-juif… comment, à 514 contre 1, resterait-il encore le moindre juif sur terre, si vous vous revendiquez de « tout ce qui n’est pas avec moi est contre moi » ? Imaginez que tout ce qui n’est pas catho est anti-catho ? resterait-il des cathos sur terre ? Imaginez que si tout ce qui n’était pas « pour les roux » était « anti roux », resterait-il des roux sur terre ? On va s’arrêter où, dans ce délire ?
      Si je n’aime pas quelqu’un (je ne perdrai pas de temps à le détester, croyez moi, l’ignorance est bien meilleure), c’est parce que j’estime que ses valeurs fondamentales sont en conflit avec les miennes, mais encore une fois, ça n’a rien à voir avec sa religion, origine, couleur, etc… On parle plus d’amour, de paix, de tolérance, de vie ensemble, d’ouverture d’esprit, de liberté d’expression, d’acception de l’autre tel qu’il est, etc.
      Il vous semble tellement inconcevable que, pour juger avec mes propres critères de la « valeur » d’un être humain, j’ai d’autres valeurs à ma disposition que son pays, sa religion, ses opinions politiques, sa couleur de peau ?
      Je connais très bien, l’histoire, et cette région, au contraire de ce que vous vous contentez de supposer…
      Vous critiquez l’ONU, vos voisins terroristes, etc… et bien pour les comprendre, cherchez un peu à vous mettre à leur place, vous aussi, que ce ne soit pas à sens unique. La terre, comme chaque pays ou fratrie, à besoin d’un organe de justice. « Malheureusement pour Israël », c’est l’ONU, et malheureusement pour Israël, et bien c’est elle qui est souvent dans le viseur. Mais l’ONU à tort, probablement, alors qui à raison ? Israël, bon, d’accord…
      Et ceux qui ne sont pas d’accord avec Israël alors, on les laisse faire et raser le pays ?
      Toute paix (dans tous les domaines) est histoire de compromis, ce que malheureusement, et à mon sens, Israël est incapable de faire.
      Posez vous la question de savoir pourquoi, au lieu de vous cacher derrière des écrans de fumées…

    42. EDL

      PS, OUI je pense que ce n’est « que pour le plaisir » (et comme justification l’histoire et l’histoire biblique) qu’ils ont cette terre (et encore une fois, mon avis propre est que je suis plutôt d’accord avec ça).
      Ceci dit…
      Les musulmans ont-ils une terre propre à eux ?
      Les catholiques ont-ils une terre propre à eux ?
      Les noirs……………………….. ?
      Les jaunes……………………… ?
      Les indous…………….. ?
      Les bouddhistes ………….. ?
      Les roux………………….. ?
      Les indiens ………………………… ?
      Les dresseurs d’otaries naines de nouvelle zélande ?
      Les fox à poil ras……………………………….. ?

      Bref, ça s’appelle « chacun doit y mettre du sien si tout le monde veut vivre en paix » !

      A moins que vous ne préfériez le nationalisme, l’expansion, et donc : la guerre avec les voisins… ok… pas de soucis pour moi hein… on ne récolte que ce que l’on sème, souvenez vous en.

    43. EDL

      « Alors que les vrais juifs, les sionistes comme vous dites »

      NON pour moi, un « vrai » juif n’est pas obligatoirement un sioniste, je l’ai dit et redit, faudrait revoir les bases, avant de jeter de la fumée ici et là…

      « Voilà pourquoi vous ne les aimez pas »

      MAIS QUI vous autorise a penser à ma place et à affirmer que je ne les aime pas ?? c’est délirant ça quand même !! Oo

      « Ce n’est pas le sionisme qui vous gène, mais plûtot ces juifs et ces chrétiens qui se cramponnent aux valeurs ancestrales, aux traditions, à la famille, à la patrie. Ainsi, vous les détestez. »

      Mais JE NE LES DÉTESTE PAS, je n’en ai tout simplement RIEN A CARRER tant que ça vient pas toucher à mes propres convictions et libertés de pensée et d’expression. Ce que vous tentez de faire avec vos manupulations, vos amalgames et vos extrapolations à la c*n… !

    44. Nemo

      Réponse au message N° 38

      Je répète : un zig qui se prétend rabbin et qui a été converti à la hâte dans une secte qui vit en circuit fermée, est aussi juif que je suis papoue.

      Mais moi j’adore les « exemples fameux » que prennent les dieudonnistes pour justifier leur antisionisme et leur antisémitisme viscéral = y’a pas plus rétrograde, sectaire et à l’ouest de la réalité que ces neturei karta (qui doivent être au nombre de 300 dans le monde entier) qui vivent à peu près comme au moyen-âge, sans travailler, au crochets de leurs « bienfaiteurs », et en cachant leurs femmes.

      Ca donne une idée très précise de l’« idéal » idéologique de notre antisioniste de service qui est de permanence aujourd’hui.

    45. Nemo

      Message N°41 :
      Justement, les exemples sont mauvais et tombent complètement car les Juifs sont un peuple et non une race (ils sont de toutes les couleurs) et ils peuvent être religieux ou laïcs.

      Un peuple se définit par une langue (l’hébreu et toutes ses déclinaisons au cours des siècles d’exil : yiddish, judéo-espagnol, judéo-arabe, etc, etc…), par une culture commune (la référence au Livre, l’amour de l’étude, l’humour, la mère juive, le sens de la famille et l’amélioration de soi et du monde, une certaine forma mentis forgée au cours des siècles d’une histoire de persécutions…) et des traditions solides et partagées qui ont traversé les millénaires.

      Donc je constate que notre antisioniste de service est bien un antisioniste puisqu’il ne considère pas que le peuple Juif a droit à son état comme tous les autres peuples.
      Il se contredit lui-même …
      Comme souvent dès qu’on « creuse » un peu la discussion avec ceux qui se défendent d’être antisémite …

    46. Europe-Israel.org Post author

      Loool @EDL votre pseudo rabbin n’est même pas connu du Consistoire et n’a fait aucune étude rabbinique !

      C’est un pote à Dieudonné qui se prétend Rabbin mais vous devez surement être une bonne soeur communiste…

    47. Nemo

      Tout à fait. C’est un usurpateur, comme son copain l’escroc qui plument les gogos.
      Qui se ressemble s’assemble …. 🙂

    48. EDL

      Nemo, vous jouez les obtus, c’est décevant

      OK, je peux m’être trompé, le rabbin de dieudo est peut être un faux, et encore je n’en suis pas convaincu, le fond est que ça n’empêche pas qu’il existe d’autres aussi nombreux JUIFS et ANTISIONISTES.

      Je constate simplement que vous revenez beaucoup sur des points de détails, pour masquer l’essentiel.

      Les juifs sont un peuple ET/OU une religion. Les deux, pas forcément ensemble, mais les deux, et c’est bien de ça dont certains jouent pour amalgamer antisionisme et antisémitisme, et c’est vraiment pas réglo.

      Vous me dites, en parlant de moi : « il ne considère pas que le peuple Juif a droit à son état comme tous les autres peuples »

      OK, alors d’une part vous pourrez me relire 10 fois, je considère que si, justement, le peuple juif à droit à un état à lui si la majeure partie de la communauté internationale est OK (ce qui fut le cas à sa création), et par contre, si vous voulez vous re-crédibiliser un peu, citez moi UN peuple qui à SON état ? J’écoute et j’attends…

    49. EDL

      Hey, Europe-Israël org machin là, au lieu de vous moquer de mon exemple pour illustrer qu’il existe une quantité non négligeable de juifs anti-sionistes, ou non-sionistes, vous pouvez m’expliquer pourquoi je viens de trouver sur votre propre site ces mots ci (article « la recette de la quenelle passe par Téhéran ») :

      « Sur l’affiche, il fait le geste « antisystème » et « antisioniste ». Posent à ses côtés l’essayiste issu du Parti communiste Alain Soral, un rabbin « antisioniste » et, juste derrière lui, en chemise blanche, Yahia Gouasmi, fondateur, en janvier 2009, du Parti antisioniste »

      Alors, c’est un rabbin ou c’est pas un rabbin ? faudrait savoir les gars…

    50. Nemo

      Sacré pot de colle cet EDL !

      On vous dit que ce rabbin est en toc tout comme vos gourous du Parti.
      Vos propos n’ont ni queue ni tête. Et vos questions font pitié.

      Cf.

      «  » si vous voulez vous re-crédibiliser un peu, citez moi UN peuple qui à SON état ? J’écoute et j’attends… » »

      Ici c’est pas le bac le sable : Passez votre chemin

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap