toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Affaire Halimi : la sortie d’Aymeric Caron que vous n’avez pas vue sur France 2


Affaire Halimi : la sortie d’Aymeric Caron que vous n’avez pas vue sur France 2

Aymeric Caron est de gauche. La preuve, il n’aime pas qu’on tue des enfants. Surtout quand ce sont des enfants palestiniens tués par des soldats israéliens – ce qui, malheureusement arrive, comme dans toutes les guerres, même si on n’a jamais vu les Israéliens acclamer un tueur d’enfants comme l’ont fait les Libanais en accueillant en héros Samir Kuntar, dont le haut fait d’armes était d’avoir fracassé la tête d’une fillette israélienne sur des rochers. Passons, un enfant est un enfant et moi non plus, je n’aime pas que les enfants meurent.

Cependant, on dirait que l’amour des enfants peut faire perdre tout discernement aux plus grands intellectuels. Oui, Caron est un grand intellectuel sinon, il n’aurait pas eu les honneurs de l’éditorial de Jean Birnbaum dans Le Monde des Livres, pour son dernier ouvrage, plaisamment intitulé Incorrect. De méchantes langues vous diront que ce texte indigent et truffé de calomnies court avec zèle d’un lieu commun à une contre-vérité. Pas moi. Pourtant, pour m’attaquer, cet esprit supérieur ne s’est pas donné la peine de me lire, sans doute par peur d’être influencé. Je lui pardonne volontiers, car Caron, et Birnbaum avec lui, dénonce courageusement mon omniprésence médiatique. N’ayant aucun engagement régulier à la télévision, il m’arrive assez fréquemment d’être invitée ici ou là – s’agissant du Service public deux ou trois fois l’an par Taddéï : alors oui, je suis flattée que mon aimable confrère, si j’ose dire, me voie dès qu’il allume la télé – quand le pauvret, lui, résiste dans l’ombre sur France 2 le samedi soir. Que je puisse indisposer, au point que mon image les poursuive, des adversaires aussi titrés, sans avoir à bouger de chez moi, que  le patron d’un grand supplément littéraire et un chroniqueur-vedette se mettent à deux pour me cogner, j’avoue que cela me va droit à l’égo. Je suis partout !

D’accord, ce n’est pas le sujet. Quoique. En vrai, c’est toujours un peu le même sujet: la morgue satisfaite, la bonne conscience d’airain, la haine de la différence intellectuelle qui s’avancent dans les habits de la vertu, du courage et de la tolérance ; le refus de toute complexité drapé dans l’indignation ; les idées courtes et les phrases longues.

Oui, oui, les faits, j’y viens ! Vendredi soir, pendant le tournage de « On n’est pas couchés ! », une altercation, assez violente paraît-il, a mis aux prises Aymeric Caron, chroniqueur gauche de Laurent Ruquier, et le metteur en scène Alexandre Arcady, venu défendre 24 jours, son film sur la séquestration et l’assassinat de Ilan Halimi. J’ai entendu parler de cet incident par quelqu’un, qui en avait entendu parler par quelqu’un…qui connaissait Arcady ou une de ses connaissances. Il n’est même pas scandaleux, juste révélateur d’un état d’esprit commun aux milieux islamistes et à une certaine gauche, plus active dans les médias que dans les partis – ce qui n’est pas nécessairement rassurant. Dans le paquetage idéologique de Caron et de ses multiples clones, il y a, entre autres certitudes rangées au carré, celle qu’Israël est l’un des noms du mal. Alain Finkielkraut aussi – logique, puisque Finkielkraut soutient Israël. N’empêche, il est un peu vexant que Finkie ait droit à un chapitre pour lui tout seul, et Zemmour pareil, alors que moi, j’en partage un avec « Marine », ben oui chef, pourquoi faire compliqué ? Lévy, Le Pen, tout ça, c’est qu’un tas de fachos, non ?

Revenons à notre Caron et à sa dispute avec Arcady. Il est dommage que cette édifiante scène de la vie parisienne ait été coupée au montage – chapeau au monteur car on ne voit rien. La productrice Catherine Barma en a d’ailleurs informé Alexandre Arcady à l’issue du tournage. C’est que les propos de Caron semblent avoir effaré pas mal de monde jusque dans l’équipe de l’émission, aussi a-t-elle dû penser qu’il était inutile de les infliger au téléspectateur. Cette décision est parfaitement légitime. S’agissant d’une conscience morale et d’un penseur de la stature de Caron, il est tout aussi légitime d’éclairer le public, qu’il s’emploie à rééduquer en l’insultant, sur son intéressante vision du monde. Faute de disposer des images, j’ai demandé à Alexandre Arcady de me relater l’accrochage. Par souci de loyauté envers ses employeurs, Natacha Polony a, pour sa part, préféré s’abstenir de tout commentaire, se contentant d’observer que mon récit était, dans l’esprit sinon dans la lettre, conforme à ses souvenirs. Quant à Aymeric Caron, il n’a pas dû avoir eu le temps de répondre à mes messages sollicitant sa version, mais il est le bienvenu s’il souhaite amender celle-ci. Du reste, il me remerciera certainement, car il doit être du genre à assumer ses opinions. Même pas peur. D’ailleurs, de quoi aurait-il peur : s’il était dangereux de dire des âneries, il le saurait.

Polony ouvre le feu. Après quelques amabilités sur le film, elle regrette que le parti choisi par le cinéaste, raconter le drame du seul point de vue de la victime et de sa famille, l’empêche de montrer ce que cette terrible affaire dit de notre société. Il aurait fallu s’intéresser aussi aux motivations des membres du gang des Barbares, précise-t-elle. Elle veut parler de ce mélange de haine des Juifs et d’appât du gain qui a tué Ilan Halimi et qui fait des ravages dans la jeunesse des banlieues, bien au-delà de ces sinistres branquignols du crime. Le cinéaste ayant évoqué la souffrance de « la Communauté », elle ajoute que cette affaire ne doit pas être seulement celle des Juifs. Je l’avoue, l’insistance de certains milieux juifs à imputer ce crime odieux à la seule passion antisémite à l’exclusion de toute autre affect mauvais et, dans la foulée, à faire de Ilan Halimi le « mort des Juifs », m’a souvent mise mal à l’aise. En tout cas, Polony a raison : l’antisémitisme n’est pas le problème des Juifs.

Passablement tendu, Arcady croit déceler dans les propos de la chroniqueuse la tentation de justifier l’injustifiable. Il s’énerve un peu. Aymeric Caron, lui aussi, a entendu de travers, mais par chance, il a entendu ce qu’il voulait entendre. Je suis en partie d’accord avec Natacha, il ne faut pas se focaliser sur l’antisémitisme, embraye-t-il ravi, au grand dam de l’intéressée. Puis, consultant ses fiches soigneusement préparées, il déplore, chiffres à l’appui, que le film passe sous silence les actes islamophobes qui ont bien plus augmenté que les actes antisémites. On ne voit pas bien le rapport. Veut-il dire qu’on en fait un peu trop pour une affaire certes terrible mais isolée, quand l’islamophobie est une réalité quotidienne ? On n’ose le penser, mais Arcady en est convaincu. Le ton monte. Le cinéaste remarque fort justement qu’il n’y a plus un seul élève juif dans les écoles publiques de Seine Saint Denis. À quoi notre Jean Moulin d’opérette répond qu’il est contre tous les racismes. Tant d’audace laisse coi. Polony reprend la parole, évoque Les Territoires perdus de la République, rappelant qu’il a fallu des années pour qu’on accepte de regarder en face la réalité du « nouvel antisémitisme », en clair l’antisémitisme arabo-musulman, devenu une opinion, et une opinion courante, dans une proportion inconnue de la jeunesse des banlieues. Arcady ne sait plus comment la discussion en arrive à Merah. Si on interrogeait Merah, déclare alors Caron, il dirait qu’il a tué des enfants juifs parce que l’armée israélienne tue des enfants palestiniens. Bien sûr, ça ne justifie rien, mais tout de même, c’est vrai que Tsahal tue des enfants. D’ailleurs, là encore, il a les chiffres. Sous le regard médusé des invités, il brandit ses notes, puisées dans le rapport d’une ONG. J’ai les chiffres ! Qu’est-ce que vous répondez à ça ? Arcady s’étrangle. Vous osez dire que l’armée israélienne tue des enfants !, hurle-t-il. Réponse un peu maladroite car la phrase de Caron est factuellement exacte, mais tout le monde a compris. En particulier Polony, qui demande à son partenaire s’il n’a pas perdu la tête. Tu viens à une émission sur Ilan Halimi avec des données sur les Palestiniens tués par l’armée israélienne, est-ce que tu te rends compte de ce que tu fais ?

Attention, tout cela ne fait nullement de Caron un antisémite – et là, il ne s’agit pas d’une antiphrase. Espérons que nul n’aura la sottise de proférer cette accusation mensongère qui lui permettrait de jouer les offensés avec les trémolos d’usage. Caron n’est pas antisémite, il est juste l’un des meilleurs représentants de ce qu’Orwell appelait l’esprit de gramophone. Il pense ce qu’on lui a dit qu’il fallait penser pour avoir le chic radical.

Laurent Ruquier, quant à lui, n’a rien vu venir. On ne saurait le lui reprocher, quand ça part en vrille, on n’y peut rien. Pour calmer le jeu, il passe la parole aux autres invités. À l’écran, on les verra rivaliser dans le bon sentiment et communier dans leur admiration pour 24 jours, un film qui devrait être obligatoire dans les écoles. Tous déclarent fermement être contre le racisme, l’antisémitisme et le nazisme, sans oublier l’homophobie qui tue, elle aussi. Tous le proclament solennellement, les heures les plus noires ne doivent pas revenir. Ouf, on peut enfin aller se coucher.

Learn Hebrew online

Elisabeth Lévy est fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur.





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 15 thoughts on “Affaire Halimi : la sortie d’Aymeric Caron que vous n’avez pas vue sur France 2

    1. Nemo

      Ce type est un obsédé. Je l’ai entendu face à Alain Fienkielraut dans une autre émission, il aboyait de la même manière.

      « Esprit de gramophone » est un euphémisme. Son attitude est juste insupportable et indécente.

    2. EDL

      [À l’écran, on les verra rivaliser dans le bon sentiment et communier dans leur admiration pour 24 jours, un film qui devrait être obligatoire dans les écoles. ]

      Léchage de bottes et démagogie, quand tu nous tiens. C’est à vomir.

      Quand aux écoles, si on veut leur passer un film intelligent, qu’on leur mette « La Vie est Belle ».

      J’ai pas vu le film 24 heures, je n’irai certainement pas. La façon honteuse dont Arcady l’à présenté en jouant du violon pitoyablement sur les bons sentiments, et en s’appropriant la souffrance d’Ilan et de sa mère m’en à dégouté. J’préfère mettre le prix du billet pour lui envoyer une rose.

    3. Nemo

      Le film a été réalisé d’après le récit écrit par Ruth, la mère d’Ilan.

      Un élément à savoir avant d’écrire encore des énormités.

    4. klein

      Pour ce qui est de A. Caron Brassens a fait une excellente chanson autant que je m’en souvienne !
       » Quand on est -on on est -on  »
      Souvenons vous aussi de sa triste intervention négationniste avec Véronique Genest sur les massacres des hindous par les arabes !
      Que fout ce type à la télé ?

    5. EDL

      [Quand aux écoles, si on veut leur passer un film intelligent, qu’on leur mette « La Vie est Belle .]

      Ou, pour les plus vieux, American History X.

    6. DANY83270

      les journalistes présents auraient dû intervenir à la suite des propos de ce minable Caron pour préciser que s’il arrive que « l’armée israélienne tue des enfants palestiniens  » ce n’est jamais intentionnellement mais c’est parce que les terroristes Arabes palestiniens se servent des enfants comme de boucliers humains; tandis que les Arabes cherchent à tuer les enfants juifs en envoyant des dizaines de milliers de fusées Qassam à l’aveugle sur la population civile et s’il n’y a pas beaucoup de victimes israéliennes, c’est uniquement grâce au système d’interception « dôme de fer » mis en place par l’armée israélienne.

    7. Robert Davis

      Les israéliens ne tuent pas les enfants point barre! Cet énèrgumène doit confondre aves les faux « palestiniens » et la gauche néo-communiste qui eux tuent bien tous les civils enfants compris qui leur tombe sous la main! Que ces crapules de gauchistes l’admettent une bonne fois sinon…leurs amis palestiniens » se feront un plaisir de les massacrer. Ou alors c’est peut-être les israéliens qui auront ce plaisir. Dans tous les cas leurs jours sont comptés.

    8. Tamara

      Alexandre Arcadi a fait ce film pour ne pas oublier Ilan car malgré tout la haine et les mensonges concernant Israël et les Juifs sont en vigueur, et pour cela, bravo M. Arcadi, n’en déplaise aux détracteurs d’avant et après le film. Tamara

    9. Yéochoua

      Tsahal n’a jamais tué le moindre enfant dit palestinien. Les accusations, toutes mensongères, ont beau avoir été démenties, ceux qui ont la haine des Juifs et d’Israël continuent de les brandir. Les Ong sont celles qui ont induit en erreur Goldtone pour son rapport, ce Goldstone qui s’est rendu compte trop tard de la supercherie.
      Cette Polony, polonium, Pologne, pour dire que l’antisémitisme est le problème de tous, alègue qu’il faudrait présenter le point de vue des séquestreurs, tortionnaires et assassins. Le procureur de l’inquisition musulmane, qui n’a pas été censuré en faisant le procès de Mme Genest, veut banaliser le massacre d’enfants juifs, qui lui, n’est plus perpétré aujourd’hui par les nazis mais par ce que l’on appelle dans les médias les « propalestiniens ».
      Ces gens-là procèdent à une inversion des valeurs. Ce ne sont pas les Juifs qui font aux Arabes (ou certains Arabes) ce que les Allemands (ou certains Allemands) leur ont fait, ce sont les Arabes qui marchaient la main dans la main avec les Allemands et qui font aujourd’hui comme si le troisième Reich n’avait pas été neutralisé par les Alliés.
      Il faudrait, de la même façon que l’on récite les noms des enfants juifs tués par le nazisme, le jour du Yom Hashoah, réciter les noms des enfants juifs tués par les musulmans.
      La réaction d’Arcadi a peut-être été maladroite, mais la mauvaise foi poussée à l’extrême ne peut que révolter et susciter l’indignation. N’est-ce pas une demande de minute de silence pour les nazis morts au combat qui avait provoqué une émeute sur le plateau de l’émission d’un certain Chavane?

    10. LACHKAR Norbert

      MAIS C’EST QUI CE CARON,UN MEC QUI SE PREND POUR UN GRAND INTELLECTUEL AU POINT DE PUBLIER UN LIVRE INSENSE ET DE VENDRE SON AME AU DIABLE EN TENANT DE TEL PROPOS ET TOUT CA POUR CONSERVER SA PLACE MINABLE DANS UNE EMISSION DE MERDE.IL SE SENT OBLIGE,POUR SE FAIRE MOUSSER,DE SORTIR DES CONTRE VERITES.C’EST BIEN UN CON D’EXTREME GAUCHE,ENCORE PLUS DANGEREUX QUE LES GENS DU FN,PLUS ANTISEMITE ET BIEN SUR ANTISIONISTE.J’AIMERAI BIEN ME RETROUVER FACE A LUI POUR LUI DIRE CE QUE JE PENSE DE LUI !!!!!!!!

    11. Bois d'Inde

      Il y a une connivence entre l’extrême droite classique et l’extrême gauche qui se répand dans les ONG pro palestiniennes
      C’est grave et il faut réfléchir pour argumenter et l’enrayer.
      Ce qui me déplaît en outre c’est que ce sont nos impôts qui rétribuent ce pretentiard imbécile boute feu. Que faire ? Écrire pour s’en plaindre ? Il n’y a pas de problème sans solution

    12. klein

      Pourquoi a-t-on laissé ce Caron faire des études ! il ne les mérite pas !
      En plus on nous l’impose à la télé ! allez Ruquier essaye d’être intelligent pour une fois !

    13. Sahnoune

      Ce qui me désole profondément dans cet article et tous ces commentaires c’est « l’absence totale d’amour ,de tolérance et de compassion entre les humains »
      je crois que je vais me tourner définitivement vers la campagnie exclusive des animaux.Vous exhibez tous de belles phrases pseudo intelligentes mais dénuées de sens et d’humanisme et à aucun moment vous ne remettez en question la conscience humaine en question,vous ne faites que flatter votre égo de peuple élu intouchable,ne croyez vous pas que cela est neurotoxique pour le reste de l’humanité,c’est triste,inadmissible,inacceptable pour tous les enfants du monde de trinquer pour les conneries des adultes!!! juifs,palestiniens,musulmans on est tous dans le meme sac nous périrons tous quand la terre que nous massacrons en aura marre de nos conneries!!!! caron levy finkielkrault….. Vous n’avez rien compris car l’antisémitisme,le néo nazisme,le sionisme,l’antisemitisme etc….Ce sont les stratégies utilisées SATAN pour détruire l’humain et la seule arme est de cultiver l’amour et c’est tout le contraire que vous faites,vous marchez en plein dedans en étant dans le déni et les insultes.

    14. EDL

      Oooooooooooooooooooooooooohhhhhh

      Sahnoune, vous, vous me plaisez d’avance !!!

      Vraiment ! 🙂

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *