toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le double jeu du Fatah : Abbas simule la modération, tandis que les cadres du Fatah se préparent à la « lutte armée » contre Israël.


Le double jeu du Fatah : Abbas simule la modération, tandis que les cadres du Fatah se préparent à la « lutte armée » contre Israël.

Tandis qu’en anglais Abbas exprimait son opposition à la lutte armée, en langue arabe, des responsables de l’AP publiaient des déclarations de soutien à la « résistance armée » contre Israël.

Quand des fonctionnaires de haut rang du Fatah incitent les arabes de l’AP à se préparer à l’éventualité d’une «lutte armée» contre Israël, en réalité ils donnent des instructions aux miliciens du Fatah de s’apprêter à lancer des attaques terroristes.

Dans une interview [interview] cette semaine avec le New York Times, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a de nouveau exprimé son opposition à la lutte armée contre Israël.

«De ma vie, et si j’ai encore plus à vivre, je ne reviendrai jamais à la lutte armée», a déclaré Abbas.

Mais si Abbas exprimait en anglais son opposition à la lutte armée, en arabe des responsables de l’AP publiaient des déclarations de soutien à la « résistance armée  » contre Israël. Les fonctionnaires qui favorisent la « résistance armée  » ne sont pas des bureaucrates de bas niveau employés par l’Autorité Palestinienne [AP]. Ce sont plutôt  des représentants supérieurs du centre de décision du Fatah de M. Abbas. En outre, leurs noms sont souvent cités comme successeurs potentiels à Abbas, qui le mois dernier a entamé la 10e année d’un mandat d’élection de quatre ans aux fonctions qu’il occupe.

Dans le passé, M. Abbas a affirmé son opposition à l’usage de la violence contre Israël, expliquant [arguing] que cela s’était avéré «inefficace» et pouvait apporter plus de  » destruction  » pour les arabes de l’AP.

La  bonne nouvelle est que la direction du Fatah a récemment réitéré son soutien à une  » lutte populaire  » contre Israël. L’annonce [announcement] a été faite lors des célébrations marquant le 49e anniversaire du Fatah.

La mauvaise nouvelle est que le Fatah n’est pas uni sur la question du recours au terrorisme contre Israël.
Le Fatah a beaucoup de «rebelles» et de groupes armés qui continuent ouvertement à appeler à une «lutte armée» contre Israël comme moyen d’atteindre des objectifs des arabes de Palestine.

 

Jibril Rajoub, membre du Comité Central du Fatah et ancien commandant des forces de sécurité palestiniennes. (Source de l'image : Palestinian Media Watch)

Jibril Rajoub, membre du Comité Central du Fatah et ancien commandant des forces de sécurité palestiniennes. (Source de l’image : Palestinian Media Watch)

 Jibril Rajoub, membre du Comité Central du Fatah et ancien commandant des forces de sécurité palestiniennes. (Source de l’image : Palestinian Media Watch)

Learn Hebrew online

« Mais je jure que si nous avions l’arme nucléaire, nous l’aurions utilisée ce matin même »

 Au cours des derniers mois, un nombre croissant de hauts responsables du Fatah, tels que Jibril Rajoub, Tawfik Tirawi et Mahmoud al – Aloul, tous membres du Comité Central du Fatah – se sont publiquement déclarés en faveur d’un retour à une  » lutte armée  » contre Israël. Rajoub et Tirawi sont d’anciens commandants des forces de sécurité palestiniennes en Judée-Samarie et sont considérés comme des alliés proches d’Abbas. Al- Aloul, qui est aussi étroitement associée à Abbas, est un ancien gouverneur de la plus grande ville de Judée-Samarie,  Naplouse.

En outre, divers groupes armés appartenant au Fatah, comme les Brigades des martyrs d’Aqsa, continuent à maintenir une présence non seulement en Judée-Samarie, mais aussi dans la bande de Gaza. Les miliciens du groupe ne manquent jamais une occasion d’émettre toutes sortes de menaces [threats] contre Israël, y compris de transformer Tel Aviv en «une boule de feu»

Abbas a choisi de ne pas commenter les appels à la « lutte armée » contre Israël, lancés par ses meilleurs fidèles. Il pourrait y avoir trois raisons expliquant la décision d’Abbas de rester en position d’attente. Tout d’abord, il se peut qu’il craigne de s’aliéner ces fonctionnaires et les autres membres du Fatah désireux de recourir au terrorisme contre Israël. Deuxièmement, peut-être qu’Abbas, au fond, ne s’oppose pas complètement à cette idée. Troisièmement, Abbas veut probablement utiliser ces menaces comme moyen d’extraire des concessions d’Israël et d’effrayer la communauté internationale pour obliger Israël à accepter les exigences palestiniennes.

Les déclarations en faveur d’une «lutte armée» visent à préparer l’opinion publique palestinienne à un nouveau cycle de violence avec Israël dans l’hypothèse et quand les négociations israélo-palestiniennes parrainées par les États-Unis échoueraient.

Abbas peut rester sourd à ces déclarations, mais de nombreux arabes de l’AP écoutent très attentivement les messages en provenance des hauts responsables.

Lorsque des personnalités du Fatah tels que Rajoub et Tirawi exhortent les arabes de l’AP à se préparer à la possibilité d’une  » lutte armée  » contre Israël, en réalité ils donnent des instructions aux miliciens et partisans du Fatah de se préparer à lancer des attaques.

Justement la semaine dernière, Rajoub a déclaré [told] à la chaîne de télévision iranienne Al – Alam que, «L’option de la résistance, y compris la résistance armée, restait sur la table.»

Tirawi, pour sa part, a envoyé le message [message] suivant aux arabes de l’AP : «Ceux qui pensent que les négociations [avec Israël] vont nous apporter quelque chose se trompent. Nous devons revenir au cycle de l’action.  Cela signifie la résistance sous toutes ses formes. Le Fatah n’a pas abandonné l’option de la lutte armée».

Al Aloul, dans un message similaire [message] a souligné que « le Fatah n’a pas abandonné la lutte armée comme un droit légitime. Le sixième congrès du Fatah, qui a eu lieu à Bethléem à l’été 2009, a réaffirmé ce point »

Il est presque inouï d’entendre le Hamas dire du bien du Fatah. Mais la prolifération des discours appelant au terrorisme contre Israël a incité le Hamas à encenser les dirigeants du Fatah. Se référant à l’appel du Fatah, pour un regain de violence contre Israël, le chef du Hamas Moussa Abou Marzouk a déclaré [commented] : «Ce sont des déclarations positives, surtout à la lumière du fait que ces trois responsables sont membres du Comité Central du Fatah.»

De manière évidente, certains au Fatah croient encore aux attentats- suicides et aux attaques à la roquette comme moyen de forcer Israël à faire des concessions. Ces responsables du Fatah ont oublié que les arabes ont payé un lourd tribut pour la  « militarisation » de la Seconde Intifada, et maintenant ils sont prêts à envoyer à nouveau des jeunes hommes et femmes au « sacrifice » pour la «cause palestinienne».

Il est agréable de lire les déclarations apaisantes et modérées d’Abbas dans le New York Times. Mais il ne faut pas non plus ignorer les autres voix qui émanent  de son cercle intérieur.

Sources : The Gatestone Institute – 7 février 2014
Par Khaled Abu Toameh – Traduction Europe-Israël

http://www.gatestoneinstitute.org/4163/fatah-armed-struggle

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif

 

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *