toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’UNESCO vient de choisir de devenir le contraire de ce pourquoi elle a été crée par Alain Rubin


L’UNESCO vient de choisir de devenir le contraire de ce pourquoi elle a été crée par Alain Rubin

L’UNESCO vient de choisir de devenir le contraire de ce pourquoi elle a été crée par Alain Rubin: elle devient un organisme niant l’histoire du peuple Juif et son lien avec Israël sous la pression des nations Arabes.

Il y a treize mois j’écrivais, sans succès, à l’UNESCO, puis je donnais à publier l’article ci-après.

Un an plus tard, La nouvelle situation, crée par l’adhésion de l’Etat de la Palestine arabo-islamique, sur fond d’engagement idéologique délirant de l’agence des Nations-Unies pour la culture, va multiplier les situations comme celle que je relevais alors. Je me suis donc permis d’écrire pour la seconde fois à Madame BOKOVA, la Directrice de l’UNESCO.

Loading...

Alain Rubin, le 17 novembre 2011

 

Quand l’Unesco remonte le temps et change le passé sur trois mille ans ???

L’UNESCO vient de prendre une décision tout à fait surprenante.

Comme on dit, l’antisémitisme, grimé en antisionisme, mène à tout, même à révolutionner la science de l’histoire et la technologie.

En la circonstance : haine irrationnelle pour les uns, pusillanimité pour les autres, ont produit au sein de la vénérable institution quelque chose de tout à fait miraculeux. L’UNESCO a enfin réalisé ce que les auteurs de science fiction n’avaient que rêvé et fait qu’offrir à des lecteurs bienveillants. C’est ainsi que les dernières décisions de l’organisation ont fait passer cette machine extraordinaire du stade d’invention littéraire à celui d’outil réel et quotidien, pour favoriser l’action « éducative » des représentants des gouvernements.

Je vois d’ici votre petit sourire, ou votre index porté au front, pour signifier : il est maboule, complètement cinglé, ce pauvre Alain…

Learn Hebrew online

Malheureusement, dans l’affaire, je ne suis pas cinoque. Les instances de l’organisation internationale ont bel et bien inventé une machine à voyager dans le temps. Elle est même capable de permettre de changer le passé.

Elle a donné les moyens scientifiques, à madame la directrice de l’UNESCO et à ses proches collaborateurs, pour qu’ils remontent loin en arrière dans l’histoire humaine, aux fins d’agir pour changer un avenir qui pour nous reste un passé. Désormais, un pan du passé de l’histoire humaine a été profondément modifié. Il nous est enfin révélé dans sa vérité vraie.

Quitte à me répéter, j’insiste : Les experts qui officient dans les bureaux bien ensoleillés de la place Fontenoy, dans le magnifique 6ème arrondissement de Paris, -madame Irina Bokova et ses collaborateurs-, ont bien inventé pareille et extraordinaire machine, capable d’envoyer des gens dans un passé où ils ont changé le cours des choses, effaçant des mythes, révélant des vérités cachées.

Loading...

Et cela à marché. La preuve, les dernières décisions de l’organisation des Nations Unies pour la culture, la science et l’éducation.

C’est ainsi que le tombeau de Rachel, -une des matriarches du peuple hébreu, l’épouse de Jacob qui prendra le nom d’Israël-, un lieu de pèlerinage juif racheté à prix d’or par Lord Montefiore au milieu du 19ème siècle aux autorités légales d’alors, -à savoir les dignitaires ottomans représentant du Califat islamique-, serait un élément du patrimoine islamo-palestinien sur lequel les Juifs n’auraient aucun droit.

L’acquisition, réalisée par Lord Montefiore, était destinée à faciliter les pèlerinages juifs. Elle  devait assurer leur pérennité, leur tranquillité, en protégeant légalement le lieu et les pèlerins. Grace à la machine mise au point place Fontenoy, ce lieu n’est plus un lieu juif et leur sera interdit…

Je voudrai dire à Madame Bokova, la Directrice de l’UNESCO, il y avait un homme qui tiendra ce propos : « quand j’entends parler de culture, je sors mon revolver ». Je ne pensais pas jusqu’à ce jour que l’UNESCO pourrait le suivre.

Pourtant c’est devenu le cas, et ce grâce aux voyageurs du temps installés dans la grande maison parisienne. Par leur extraordinaire vigilance et perspicacité scientifique, la propriété des héritiers légaux de Lord Montefiore n’est plus leur propriété, ni morale, ni légale. Ils ne pourront plus en disposer.

Grâce aux travaux scientifiques des fonctionnaires internationaux de la place Fontenoy, une machine révolutionnaire à permis de modifier, en fait, révéler le passé caché. Extraordinaire, non ?

Le tombeau de la matriarche n’est plus le tombeau de la matriarche

L’acte d’achat du lieu, réalisé il y a 170 ans, ne s’est pas produit. Le tombeau hébreu et juif est même devenu une « mosquée », un lieu arabe et musulman.

Grâce à l’extraordinaire machine, mise au point par l’équipe de madame Bokova, on peut enfin savoir que ce que tout le monde croyait savoir, depuis un peu plus de trois millénaires, n’était qu’une vaste erreur : L’islam n’était pas né au 7ème siècle de l’ère actuelle mais bien plus tôt, deux mille ans plus tôt précisément; et les Juifs n’avaient jamais voyagé, de près ou de loin, pour venir se recueillir sur ce lieu.

Quant à Lord Montefiore, un Juif sépharade anobli par sa gracieuse Majesté britannique, il n’avait pas acheté le lieu. Et même, ce Lord et la reine qui l’avait fait noble n’avaient pas existé.

Lord Montefiore et la Reine d’Angleterre n’étaient que des mythes sionistes…

Par contre, on apprend enfin ce que tous nous ignorions, y compris ce que ne savaient pas les autorités califales ottomanes du début et du milieu du 19ème siècle :

Foin de tombeau d’une matriarche juive, il s’agissait d’une mosquée. C’était une mosquée sans salle de prière, une mosquée sans lieu d’ablution… mais quand même, de tous temps, ce fut néanmoins « une mosquée ».

Et l’équipe de savants fonctionnaires et d’érudits vacataires lui a même découvert son nom, -un nom que personne ne connaissait jusqu’alors-, à cette « mosquée » très particulière.

Fantastique, la science des fonctionnaires et vacataires de la place Fontenoy !!

Revenons à la réalité. Quittons le fantasmagorique

Pour qui pensait naïvement que la culture et l’histoire qui la produit sont des données objectives, en tant que telles, -mêmes si elles sont le produit des relations sociales et de la subjectivité humaine qui les accompagne et les nourrit-, qui ne doivent pas apparaître ou disparaître au gré des choix politiques, de leurs manipulations et de leurs ruses, l’UNESCO vient de choisir de devenir le contraire de ce pourquoi elle a été crée.

En remontant dans le passé, pour changer la nature des choses et favoriser des combines politiciennes répugnantes, elle vient de s’affirmer comme une sorte de « propaganda staffel ». Ses fonctionnaires sont sans manteau de cuir, leurs « bureaux » émanent d’une machine bureaucratique de taille internationale, mais le fond des choses marquent une continuité indéniable.

Dans le cas de la première machine, la machine policière nazie, les Juifs étaient bien réels, il convenait de s’en débarrasser, par tous les moyens et les plus expéditifs étant les meilleurs. Les accuser de tout donnant le prétexte commode.

Pour la nouvelle, la machine « culturelle » internationale, les Juifs n’ont jamais existé, ils n’ont aucun lieu propre, surtout, ils n’ont jamais eu de territoire national, ni lieu de pèlerinage. Ils n’ont jamais rien acheté et payé de leurs deniers, dans le territoire qui se serait appelé toujours et de tous temps : « Palestine ».

Bref, et pour faire court, les Juifs sont un mythe. Mais un mythe bizarre quand même, parce qu’il existe depuis trois mille ans, et quand quelque chose ne va pas, on peut lui taper dessus à bras raccourci, comme s’il était une réalité tangible et absolument détestable : l’archétype de la « tête de Turc », en quelque sorte. D’ailleurs, comme c’est la tête de turc idéale, ce non-être juif, il se dit même : que le projet national de ce non-être, « l’entité sioniste », est en réalité un formidable « complot turco-tartare »…

En conférant au tombeau de Rachel, un lieu saint juif antérieur de plus deux millénaires à l’apparition de la prédication mahométane, le statut de « mosquée », l’équipe dirigeante de l’UNESCO se comporte ici comme les rédacteurs du précis d’histoire du PCUS (le parti communiste « bolchevique » de la défunte URSS). Comme ces derniers, nos experts de la nomenklatura de la place Fontenoy se croit autorisés à effacer tel événement et/ou à en inventer un autre aux grés des caprices du chef de la bureaucratie.

Ici, ce qui tient lieu de chef de la bureaucratie, ce sont les oukases de ceux qui veulent faire définitivement disparaître le peuple juif, en commençant par son état national.

Je crois quand même que ces messieurs et ces dames vivent un peu de nos impôts, ne serait-ce qu’au niveau de leurs locaux bien ensoleillés, bureaux, restaurant d’entreprise, électricité, et autres commodités. Il me semble que cela nous donne un tout petit peu le droit, à nous autres qui payons des impôts dans ce pays, de lui demander quelques comptes à la dame Bokova et à son équipe.

Une affaire à suivre donc.


 

Le 17 janvier 2014

À l’attention de madame Irina Bokova

Directrice générale

UNESCO

7, Place Fontenoy

75007 Paris

Objet : terrorisme intellectuel et…

Madame,

Nous ne nous sommes jamais physiquement rencontrés, mais nous nous connaissons. En effet, j’ai eu à vous écrire, deux fois, et vous m’avez répondu ou fait répondre, au sujet de la façon dont l’institution que vous dirigez se retrouve enrôlée dans une croisade… je dirai plutôt : dans un djihad intellectuel visant à nier la réalité humaine, sociale, spirituelle et historique d’une Histoire humaine trois fois millénaire qui a pour nom et substance : le Peuple juif.

À l’époque, il s’agissait de cette curieuse nouvelle science historique et culturelle, confinant à une sérieuse hystérie lyssenkiste, amenant à dire : que les sites Juifs du tombeau des Patriarches et du tombeau de Rachel, pour ne prendre que ces deux sites là, étaient des sites « palestiniens » et musulmans, qu’en conséquence, Israël en Particulier et les Juifs en général n’avaient aucun droit administratif de regard, – et encore moins un droit légitime d’accès- à ces lieux.

De cette façon, ce qui est reconnu aux chrétiens du monde entier sur les sites chrétiens, – d’Israël et de la future « Palestine » étatique-, liés à la vie quotidienne de Jésus était ainsi, « scientifiquement » et radicalement refusé aux Juifs.

Non contente d’entériner l’acte de guerre de l’empereur romain, ayant fauché par centaines de mille la vie des Juifs de Judée ayant participé ou seulement approuvé la seconde révolte contre l’empire romain menée par le « Messie » Bar Ko’hba (132-135), non contente de certifier légitime le fait qu’en 135 l’empereur romain décidera de changer le nom du pays (le baptisant « Palestine/Palestinae », en lieu et place de Judée), l’UNESCO donnera un certificat « scientifique » à l’expropriation physique et spirituelle des Juifs au moyen d’un effacement des traces physiques du passé hébreu-juif. Ce qui a été fait, c’est quelque chose dont Adolphe Hitler rêvait, pour parachever son entreprise de massacres industrialisés connus sous le nom de Shoah.

Hitler espérait : qu’après avoir anéanti physiquement le Peuple juif, son souvenir disparaîtrait aussi

Les Juifs deviendraient une légende, un mythe, comme l’Atlantide. Dans l’avenir, des auteurs de romans, ou des chercheurs, se retrouveraient réduits à questionner une Histoire sans témoignage, pour dire à leurs concitoyens : vous savez, il a existé des gens, une nation, qui s’est répandue aux quatre coins du globe ; elle s’appelait les Juifs, parce que ce nom venait d’un de ses douze fragments, -à savoir la tribu de Judas alliée à celle de Benjamin-, qui occupait le même portion de la terre d’Israël, dite aussi « Terre sainte » par les Chrétiens, et Palestine pendant quelques temps, par les Romains, puis par les Arabes qui, jusqu’en 1967, considéraient ce territoire comme un bout de la « Grande Syrie ».

L’UNESCO sanctifiera de priver les Juifs de pans entiers de leur passé, en se moulant  dans les formes d’un acte politique palestinien, un acte de pur terrorisme intellectuel, soutenu par des sommités et une institution internationale sensée promouvoir la paix et le savoir scientifique objectif.

Mais comme si cette réécriture d’éléments du passé ne suffisait pas, l’UNESCO vient de franchir un nouveau Rubicon : Pour se conformer au principe maffieux – que qui dispense l’argent, le « pèze », le « flouze », « l’artiche », détient la vérité et décide souverainement-, l’UNESCO vient de baisser pavillon. Elle annule l’exposition prévue dans ses locaux, parce qu’elle déplait et réfute, par les faits, l’idéologie se proclamant « Histoire ».

Madame Bokova,

Vous vous êtes inclinée bien bas, jusqu’au sol jonché de débris politiciens se trouvant aux antipodes des principes et considérations démocratiques

Vous avez baisé la poussière du mensonge, pour lécher les pieds de nouveaux tyrans de la rente pétrolière.

Vous vous  êtes assujettie à leurs exigences tyranniques. Vous avez capitulé piteusement, devant les arguties de la coalition des pays « arabes » ; laquelle a exigé, -au nom de négociations qui n’ont pas lieu, au nom de négociations dont le but n’est malheureusement pas encore, vous le savez bien, la reconnaissance mutuelle *1 dans les cadres juridiques fondés par la SDN puis l’ONU : que n’ait pas lieu l’exposition sur l’Histoire du Peuple juif sur le petit bout de terre sur lequel a pourtant cristallisé en nation la confédération de clans sémites et « éthiopiens » (les Kouchites en hébreu) que l’on appellera les fils d’Israël, dont les Juifs (les hébreux issus de Juda, une des douze tribus) sont le fragment le plus connu, parce qu’il a maintenu  contre vents et marées -affrontant et subissant pour cela brimades, vexations, violences, pogroms, et la shoah- la continuité morale et organisée des douze tribus devenus Nation d’Israël.

Madame Bokova, je ne prétends pas vous donner une leçon d’Histoire

J’espère seulement, contre tout espérance peut-être, – qu’en formulant le vœu que le diktat, l’oukase écœurant devant lequel vous faites chapeau bas, ne prévale pas-, que sorte de sa torpeur, contraire à ce pourquoi elle a été mise en place, l’institution que vous dirigez présentement.

J’ose croire, qu’il n’est pas impossible qu’elle revienne sur ses rails ; ceux mis en place en 1945, ceux fabriqués et installés : pour aider l’humanité à cheminer vers des objectifs qui ne sont pas des buts et des décisions d’arbitraires caprices d’Etats tyranniques et/ou de potentats.

Autrement, Madame le Directeur, les honnêtes gens seraient fondés de se tourner vers leurs gouvernants pour leur demander : si leurs impôts doivent continuer à servir à nourrir une machinerie bureaucratique gloutonne, purement politique et partiale ? Ils seraient fondés de se dire et proclamer haut et fort : que l’UNESCO n’est plus légitime.

À vous lire

Alain Rubin 

*1 Refusant la reconnaissance mutuelle, les responsables de l’Autorité palestinienne continuent de nier toute existence juive dans le pays, avant la seconde partie du 19ème siècle, pour déclarer « présence coloniale », colonialisme, la présence juive en terre d’Israël.

 Ils font même du Juif Jésus, un « palestinien », lui, que les Romains appelèrent, par dérision, lors de sa mise à mort : « Roi des Juifs ». Mahmoud Abbas et ses amis font désormais de Jésus : un « Palestinien et un musulman »…

Ne vous demandez-vous pas pourquoi les Romains n’ont pas tourné Jésus en dérision, en l’appelant, puisqu’il était « Palestinien » : « Roi des Palestiniens » ?

 Vous qui êtes historienne, comment appelez-vous Vercingétorix ? Comment le qualifiez-vous ?

 Etait-il « français » ? Etait-il français, parce que le territoire des Celtes arvernes deviendra une partie du pays qui doit son nom aux tribus franques, des populations de conquérants germains, venus des siècles après que Vercingétorix ait vécu et combattu pour la liberté celtique?

À l’inverse, l’Histoire du pays d’Israël, telle que les Juifs la transmettent, plus particulièrement au moyen de la Bible, n’ignore pas l’existence ancienne, judéenne, d’Arabes locaux. Ils ne nient pas, ils n’effacent pas l’Histoire et les actes de ces Arabes ; Arabes de ce petit bout de terre qui s’appelait Canaan, puis royaume de David-Salomon, puis Israël au nord et Judée au sud, puis Samarie et Judée, et enfin Judée sur tout le territoire des douze tribus jusqu’à 135, mais jamais Palestine (ce dont témoignent aussi les Evangiles, comme vous devez le savoir).

Au contraire, la Bible en parle, des Arabes locaux

Elle rappelle, que lorsque les Perses autoriseront les fils de Juda/Israël à revenir à Jérusalem, pour vivre et y reconstruire le « Temple de Dieu », ce sont les « Aravim » (les Arabes du cru) qui protesteront. Ils tenteront ainsi d’attirer les foudres des Perses, parce que le Temple était rebâti, et que les Juifs reconstruisaient aussi des murailles autour de la cité. Pour les pétitionnaires qui s’adressaient à l’ONU  de l’époque, -l’empire Perse-, les Judéens (les Juifs) ne devaient surtout pas chercher à protéger leur existence paisible et leur vie, face à des incursions meurtrières, déjà !

L’expression les « Juifs judaïsent » Jérusalem n’existait pas encore, sans quoi ils l’auraient probablement utilisée

Outre la Bible, l’Historien Flavius Josèphe les évoque. Un  Juif me direz-vous, alors quelle valeur accorder à son témoignage vieux de deux mille ans (un Juif ? non, un « palestinien », un palestinien devenu citoyen romain et un « musulman », pourrait écrire sans rire Mahmoud Abbas, – s’il en parlait-, et, -peut-être bientôt-, comme en parleront les « spécialistes » de l’UNESCO) ; Josèphe évoque les Arabes du pays, ainsi que ceux qui vivaient en Syrie. Il les évoque, en particulier pour évoquer leur rôle militaire très particulier, pour montrer leur activité militaire soutenue, – en qualité de supplétifs actifs des légions romaines-, lors de la guerre de 70 entre Rome et les Juifs de Judée et ceux de plusieurs villes peuplées majoritairement de Juifs en diaspora. Lors de la révolte de 132-135, je n’ai pas eu connaissance de témoignages à ce sujet.

Mais gageons que dans quelques temps, le « Messie » Bar Ko’hba va cesser lui aussi d’être Juif, d’ethnie (hébreu) et de religion. Un miracle va se produire. Mahmoud Abbas et vous-mêmes, vos spécialistes d’un nouveau genre, vont en faire un révolutionnaire « palestinien », un « anti-impérialiste » et… un musulman, lui aussi. Dieudonné, s’il pouvait encore tenir meeting, dirait de Bar Ko’hba : que comme Jésus, il a été « une victime des sionistes »

Ils étaient au siège de Jérusalem, les arabes de ce qui n’étaient pas encore la Palestine

Mais ils ne furent pas comme les Iduméens, aux côtés des Juifs, contre l’ordre des légions romaines. Ils furent peut-être aussi, à l’inverse, de ces légionnaires romains qui mirent à sac Iroushalaïm ha koddesh/Jérusalem-le Saint (Al Qoudz, le « saint », en langue arabe). Peut-être même participèrent-ils, avec les autres soldats de Rome, au pillage et à la destruction du Temple, lieu où paraît-il, selon tous les croyants monothéistes, « Dieu » était présent, plus particulièrement et plus fortement que partout ailleurs.

Reproduction autorisée avec la mention:

© Alain Rubin pour Europe Israël





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “L’UNESCO vient de choisir de devenir le contraire de ce pourquoi elle a été crée par Alain Rubin

    1. Amram

      Pa mal la machine a remonter le temps, le révisionnisme et devenu une spécialité pour tous les ratés de la terre, ça rapporte beaucoup de pétros-dollars sans se fatiguer, il faudrait que l’unesco demande a environ quatre milliards de personne dans le monde de leurs renvoyer tous leurs exemplaires de la bible et de renier leurs religions, pour se consacrer uniquement a la nouvelle idéologie du révisionnisme internationale et leurs maîtres.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *