toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Retour à la réalité : Le véritable nombre de réfugiés palestiniens…est infime…!!!


Retour à la réalité : Le véritable nombre de réfugiés palestiniens…est infime…!!!

Les décideurs politiques et les médias occidentaux ont mal interprété / déformé la question des réfugiés palestiniens, en ignorant son contexte global et les données de base. En outre, la revendication des palestiniens de la dépossession – qui influe sur l’aide financière des États-Unis à l’UNRWA et est définie comme une question clé dans le processus de paix – échoue au test de la réalité.

Anet Haskia et sa famille : il est arabe et combattant de Tsahal –  Photo: Anet Haskia.

Le contexte mondial

 À la fin de 2012, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a établi le chiffre de 15,4 millions de réfugiés dans le monde – à l’exclusion des réfugiés palestiniens qui sont administrés par l’Office de Secours et du Travail des Nations Unies – et 28,8 millions de personnes déplacées. Quatre millions de réfugiés sont d’Afghanistan. L’un des résultats de la guerre civile au Soudan a été de 5,5 millions de réfugiés. Quinze millions de réfugiés (hindous, musulmans et sikhs) ont été créés par la partition en 1947 de l’Inde et la création du Pakistan. La guerre gréco- turque de 1919-1922 a impliqué un échange forcé de population de deux millions de personnes.

 De 1990 à 1991, l’Arabie Saoudite et le Koweït ont expulsé 800 000 Yéménites et près de 300.000 palestiniens pour avoir collaboré avec Saddam Hussein lors de l’invasion du Koweït. Quelque 300.000 palestiniens – qui étaient alliés de Saddam Hussein – ont fui l’Irak après la première et la seconde guerre du Golfe. Depuis 1945, il y a eu quelque 100 millions de réfugiés dans le monde, la plupart d’entre eux, réinstallés depuis. D’autre part, les camps de réfugiés palestiniens dans les territoires arabes sont restés intacts depuis 1950, tandis que la direction palestinienne mène un style de vie somptueux – y compris les comptes bancaires cachés à travers le monde.

Données historiques

Selon un rapport d’août 1971 de la Fondation Ford, en 1950, la majorité des réfugiés palestiniens avaient commencé à évacuer les camps et des non- réfugiés se sont installés à leur place pour bénéficier des services de l’UNRWA. Par exemple, la moitié de la population du camp de réfugiés de Jalazone, près de Ramallah, s’y sont installés après 1950.

Un rapport du 17 novembre 2003 par l’Office Comptable du gouvernement américain établit que moins de 33% des réfugiés palestiniens enregistrés vivent dans des camps de réfugiés.

  Le nombre réel de réfugiés palestiniens est déterminé par le texte suivant : avant la guerre d’indépendance 1948-1949, 800 000 Arabes (par des chiffres gonflés) résidaient dans les limites de « Israël d’avant 1967 ».  A la fin de cette guerre, 170 000 arabes sont restés en Israël. 

Learn Hebrew online

Sur les 630 000 Arabes restants, 100 000 ont été absorbés par la mesure d’Israël en faveur du regroupement familial; 100.000 arabes des classes moyenne et supérieure ont quitté avant le début de la guerre de 1948 à 1949 et ont été absorbés par les Etats arabes voisins; 50 000 travailleurs migrants sont rentrés dans leur pays arabes d’origine; 50.000 Bédouins ont rejoint leurs tribus en Jordanie et au Sinaï et 10 000 sont morts pendant les guerres.

Judée-Samarie

Judée-Samarie

Ainsi, le nombre total réel de réfugiés palestiniens a été de 320.000. La plupart des réfugiés ont suivi leur leadership politique, économique et social, qui a quitté avant l’éruption de la guerre.
Beaucoup ont été poussés à partir par les dirigeants arabes, qui ont promis une dévastation rapide de l’état juif ce qui donnerait aux personnes évacuées droit à des biens juifs. Les autorités britanniques ont influencé d’autres groupes, faisant pression sur les minorités de villes mixtes judéo-arabes pour qu’elles évacuent : les arabes ont évacué mais les juifs sont restés.

 Examen de la revendication de la dépossession

Selon le Dr Yuval Arnon Ohanna de l’Université Ariel et ancien chef du Mossad, division palestinienne de recherche (« Ligne de Sillon et de feu : Le conflit pour la terre d’Israël, 1860-2010 », 2013, pp 397-415) :  » la naissance du phénomène des réfugiés palestiniens – sous forme  d’un exode massif  des arabes – s’est produit pendant les émeutes arabes de 1936 à 1939, pas pendant la guerre de 1947-1949. … Cette émigration a été confirmée par le consul général britannique à Beyrouth, GW Furlonge, dans un rapport du 27 octobre 1938 au Haut-Commissaire britannique à Jérusalem … et par le quotidien libanais Al Akhbar, dans un article de décembre 1938. … Un document faisant état de 40 000 réfugiés arabes, au cours de la période 1936-1939, a été inclus dans la thèse de doctorat du Dr Rony Gabbay de 1959, qui a été présentée à l’Université de Genève …

  «L’exode a été provoqué par une vague de terrorisme arabe, qui visait initialement le personnel britannique et les communautés juives, mais a été rapidement détournée vers des cibles arabes. Il en a résulté  une poussée violente de l’anarchie chez les arabes, sans aucune intervention de la part des juifs. Tout comme l’exode de 1947 à 1949, celui de 1936 à 1939 a déclenché un départ de la classe supérieure arabe, suivi de la classe intermédiaire arabe, qui estimait sa situation de plus en plus précaire. Beaucoup sont retournés dans leur pays d’origine……. »

« L’exode de 1947 à 1949 a été limité, la plupart du temps, à des arabes de la plaine côtière et des vallées d’Israël, alors que la plupart des arabes de la montagne de Galilée (qui a été reprise par Israël, mais a produit très peu de réfugiés), la Samarie et la Judée sont restées intacts. … Par conséquent, la « revendication de retour» palestinien souligne toujours la plaine côtière [d’Israël d’avant 1967]….… »

« La plaine côtière a été dévastée par les musulmans, après leur victoire sur les Croisés… Par conséquent, au 19ème siècle, Jaffa a été réduit à un petit village, Haïfa avait moins de 1000 habitants et les vallées (du Jourdain, Beit Shean, Jezraël, Hula , etc ) étaient vides et en friche, comme l’indiquent les enquêtes de 1881 à 1883 du Fonds d’Exploration de la Palestine … »

« Depuis 1882, l’immigration juive s’est concentrée sur la plaine côtière et a produit de la croissance économique qui a attiré une immigration arabe massive des pays voisins, principalement l’Egypte, de Syrie, du  Liban et d’Afrique du Nord. C’est cette population côtière et ses descendants – possédant des racines limitées en Terre d’Israël – qui a fui en 1947, avant l’éruption de la guerre. L’exode s’est accéléré au cours de la guerre de 1948-49. »

Les décideurs et les médias occidentaux qui ignorent la réalité et embrassent la revendication de la dépossession palestinienne, compromettent le processus de paix et gaspillent les ressources des contribuables occidentaux.

Sources : The Algemeiner – 17 décembre 2013 – Par Yoram Ettinger
 Cet article a été originellement publié par Israel Hayom.

Traduction Europe – Israël

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif

 

 

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *