toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’anti –sémitisme européen et la peur des musulmans


L’anti –sémitisme européen et la peur des musulmans

Au cours de l’histoire, les européens ont toujours été antisémites avérés ou de manière cachée ou inconsciente. Désormais, avec la forte immigration musulmane sur le vieux continent et la prise de possession d’enclaves par ces musulmans, la peur grandit. L’antisémitisme aussi. Tentative d’explication par un chercheur en psychologie. 

Lorsque des enseignants en histoire européenne évitent de parler de l’Holocauste, ce n’est pas parce qu’ils détestent leurs étudiants juifs, plus que leurs élèves musulmans. Ils font cette impasse parce qu’ils ont peur de leurs élèves musulmans. Ils peuvent également se dire qu’ils le font pour être «gentils », mais alors comment se fait-il que cette même «gentillesse» ne soit pas accordée aux Juifs?

Dans le  » syndrome de Stockholm « , que l’on constate, ironiquement, en Suède, les victimes commencent à tisser des liens avec leurs assaillants dans l’espoir qu’en partageant avec eux les mêmes valeurs ils mettront un terme à leur agression. « Nous devons être ouverts et tolérants envers  l’islam et les musulmans parce que quand nous deviendrons une minorité, ils seront tolérants envers nous. » – Jens Orback, ancien ministre du gouvernement suédois .

L’Union européenne [UE] stigmatise Israël en lui infligeant des sanctions. [sanctions]. Non seulement les fonctionnaires de l’UE évitent de boycotter d’autres pays qui remplissent les conditions d’occupants, mais ils sont complices activement au moins d’une puissance occupante, la Turquie, qui occupe le nord de Chypre: en 2006, l’UE a approuvé une aide globale de $ 259 millions à la communauté chypriote turque.[a $259 million aid package].  En plus de ce double standard, la Haute Représentante de l’ UE aux Affaires étrangères, Catherine Ashton, a fait preuve de préjugés criants à de multiples reprises, le dernier exemple étant quand elle s’est sentie obligée de comparer [compare] le massacre de Toulouse à « ce qui se passe à Gaza » – similitudes objectivement  difficiles à trouver.

Y a t-il alors, une tendance antisémite de l’UE ? Comme Thomas Friedman l’a écrit [once wrote] : « Critiquer Israël n’est pas antisémite en soi, et l’affirmer est ignoble. Mais singulariser Israël, le soumettre à l’opprobre et à des sanctions internationales hors de toute proportion en comparaison à toute autre partie du Moyen-Orient est antisémite et ne pas en convenir est malhonnête. »

 

Antise1

Jens Orback (centre), un ancien ministre du gouvernement suédois , connu pour avoir déclaré : «Nous devons être ouverts et tolérants envers l’islam et les musulmans parce que quand nous deviendrons  une minorité, ils le seront envers nous .  » (Source de l’image : Parti social-démocrate suédois / Anders Löwdin )

En Belgique, où les écoles primaires utilisent pour leurs cours d’histoire, des manuels scolaires antisémites approuvés par le gouvernement, des faits choquants avaient été rapportés par Peter Martino [Peter Martino], Dans ce rapport, l’auteur rappelait l’histoire de cette jeune fille belge qui en 2008, portant une petite étoile de David autour du cou, s’était vue refuser l’accès à un bus par le chauffeur qui lui a dit qu’en tant que musulman, il ne pouvait lui permettre de monter dans le bus. Au 21ème siècle, en Europe occidentale, une jeune fille est exclue d’un bus public parce qu’elle est juive.

Ce qui me titille encore, c’est que je ne l’avais pas prise au sérieux ; pourtant cette histoire était tout sauf farfelue. Une étude de 2011 par Mark Elchardus [A 2011 study], rapporte qu’un élève musulman sur deux à Bruxelles – donc la moitié – est antisémite. Une étude récente [A recent]  reprodusait à peu près les mêmes résultats pour les villes belges de Gand et d’Anvers. Inversement, la Belgique est aussi le pays qui permet à Abou Jahjah,[ Abou Jahjah,], fondateur de la Ligue arabe européenne, antisémite notoire [anti-Semite] et affilié au Hezbollah, [ Hezbollah affiliate] accusé d’être l’instigateur d’émeutes [instigating riots ] et à la tête d’une milice privée [private militia] de revenir en Belgique après l’avoir quitté pour le Liban en 2006 pour  » lutter contre l’invasion étrangère  » aux côtés du Hezbollah.

Un pays dans lequel les fonctionnaires enseignent aux écoliers que l’Holocauste a été semblable à  » ce qui se passe à Gaza  » [« what’s happening in Gaza »] ; qui accepte le retour d’un homme qui a fait partie d’une force combattante hostile et étrangère et qui dit qu’il « a eu un sentiment de victoire » le 11/9, [« felt a sense of victory »] est en effet susceptible de devenir un pays où une jeune fille se voit refuser l’accès à un bus parce qu’elle est juive.

Comment cette dynamique peut-elle s’expliquer ? Outre l’antisémitisme latent ou actif qui pourrait orienter les dirigeants européens dans leur conduite inégalement appliquée envers Israël – si on compare à d’autres pays comme la Turquie qui commettent la même infraction présumée – une autre explication est à explorer.

L’auteur Ali Salim, récemment, dans un article à succès commençait par ces mots [popular article] : « Nous les musulmans commettons l’erreur de penser que les européens se soucient vraiment de nous, et en particulier des palestiniens. Nous avons tort. Les européens haïssent tout simplement davantage les Juifs qu’ils nous détestent et nous craignent »

Bien que possible, il pourrait également être utile d’envisager, une autre explication : que de nombreux européens craignant davantage les musulmans que les Juifs cèdent en conséquence à des tendances antisémites. Lorsque les enseignants d’histoire européenne, par exemple font l’impasse sur l’Holocauste [ omit the Holocaust] dans leur programme d’études afin de ne pas offenser les élèves musulmans, ils ne le font pas parce qu’ils détestent leurs étudiants juifs plus que leurs étudiants musulmans. Ils le font parce qu’ils sont terrifiés par leurs élèves musulmans.

Ils peuvent également se dire qu’ils le font par «gentillesse », mais alors comment se fait-il que cette même « gentillesse » ne s’applique pas aux Juifs ?

Bien que l’antisémitisme européen soit antérieure à l’immigration musulmane en Europe occidentale, la vague récente d’antisémitisme post Seconde Guerre mondiale, coïncide avec l’implosion du nombre de musulmans en Europe [numerousvocal]  qui s’accompagne de l’expression radicale de leurs revendications et parfois de leur agressivité. [aggressive] La crainte de ces débordements peut parfois s’exprimer d’une manière inconsciente, décalée ou camouflée sous forme de solidarité avec un intérêt moral supérieur.

En Suède, par exemple, il y a environ un mois, eut lieu un incident tragique [incident] et répugnant. Une femme musulmane enceinte a été agressée, insultée et son foulard lui a été arraché. Cet acte devait être durement sanctionné. Mais au lieu de cela, de nombreux Suédois ont créé le mouvement «Hijab Tollé» [‘Hijab Outcry’] , dans lequel d’innombrables citoyens ordinaires et personnalités se sont fait prendre en photos eux-mêmes portant un hijab pour montrer leur «solidarité» avec la victime – une action éventuellement louable, sauf si l’on considère que ces mêmes personnes n’organisent jamais d’actions similaires par solidarité avec les nombreuses jeunes filles suédoises qui sont violées et maltraitées par les hommes musulmans [numerous Swedish girls ]. Et ainsi le  » Tollé  » fait obstruction à un fait totalement différent.

«La Suède est en passe de rattraper l’Afrique du Sud, avec le deuxième taux de viols le plus important au monde à 53,2 pour 100 000 ce qui est six fois celui des États-Unis », écrit Daniel Greenfield.[  Daniel Greenfield] «Les statistiques (violence sexuelle » ) [Statistics (see sexual violence) ] suggèrent désormais, qu’une femme suédoise sur quatre sera violée un jour. En 2003, le taux de viols en Suède était plus élevé que la moyenne à 9.24, mais en 2005, il a grimpé à 36,8 et en 2008 il explosait à 53,2. Maintenant, il est peut-être encore plus élevé puisque la communauté des immigrés musulmans continue de grandir au sein de la population. Les musulmans, avec 77% des viols à leur actif, contribuent parallèlement à la forte augmentation des cas de viol au fur et à mesure que leur immigration croît ; le prix à payer pour cette immigration musulmane se révèle être une épidémie d’agressions sexuelles conséquence d’une idéologie misogyne ».

Avec le  » Hijab Tollé » des suédoises, par exemple, on peut regarder au-delà de cette apparence de morale supérieure, et voir ce spectacle de solidarité pour ce qu’il représente vraisemblablement : la peur.

La psychologie nous enseigne que lorsque nous avons des sentiments d’inquiétude pour ce qui nous semble socialement inacceptable ou potentiellement dangereux, d’une certaine façon, nous trouvons des parades contre l’inconfort de cet afflux d’anxiété ; ces moyens sont reconnus comme étant des mécanismes de défense, [defense mechanisms] des réponses que sont des contrepoids émotionnels involontaires pour essayer de compenser les sentiments qui nous rendent mal à l’aise.

Ces réponses peuvent apparaître si, par exemple, une mère n’a pas au fond d’elle-même, les ressources pour aimer ou prendre soin de l’enfant à qui elle a donné naissance – une pensée inacceptable. Il se peut alors qu’elle essaye de remplacer ces sentiments en agissant exactement de la manière inverse, peut-être en étouffant l’enfant dans la surprotection, peut-être dans l’espoir que cette façade puisse relancer son manque d’attachement et d’amour, ou peut au moins apparaître aux yeux des autres comme de l’amour
Ou un homme qui est attiré sexuellement par d’autres hommes peut essayer de masquer ses tendances, si elles lui font peur, en s’engageant dans des relations de forte promiscuité  avec les femmes, et pourrait même sévèrement condamner les homosexuels, dans son effort de repousser ses véritables attirances.
Dans le « syndrome de Stockholm », les victimes commencent à se lier d’amitié avec leurs agresseurs espérant qu’en partageant les mêmes valeurs, les agresseurs finiront par lâcher prise.

Comme l’a écrit le psychologue américain Calvin S. Hall, à propos de l’un des mécanismes de défense de premier plan que l’on appelle ‘la formation réactionnelle’, « les manifestations réactives d’amour sont trop fortes,  exagérées, extravagantes, voyantes et affectées. Ce côté faux est [ … .] généralement facilement détectable. L’autre caractéristique de la formation réactionnelle est sa compulsion. Une personne qui se défend contre l’anxiété ne peut pas faire autrement que d’exprimer le contraire de ce qu’elle ressent vraiment. Ses marques d’amour, par exemple, ne sont pas sujettes à variations. Elles ne peuvent s’adapter à l’évolution des circonstances comme c’est le cas pour les véritables émotions, mais elles doivent plutôt être constamment sur un mode exhibitionniste comme si tout manquement dans cet étalage ferait que le sentiment contraire remonterait à la surface. » (Manuel d’Introduction de Psychologie Freudienne, New York 1954).

L’affection et la solidarité que beaucoup de Suédois progressistes montrent à l’égard de leur population musulmane présente des similitudes avec cette position : les Suédois ont des raisons de craindre les éléments agressifs de leur population musulmane. De nombreux musulmans ont créé des enclaves [enclaves] de facto dans les grandes villes, telles que Malmö et  si leurs exigences ne sont pas satisfaites, ils ne vont pas hésiter à recourir à la force brutale.[ using brute force.]

Les traditionnels segments de la société suédoise d’autre part, se sont affaiblis en permettant à une doctrine du politiquement correct de s’emparer de leurs institutions, à tel point que, paradoxalement, une journaliste née en Somalie [Somali born female journalist], très critique à l’égard de l’immigration somalienne en Suède, a récemment décidé que Mogadiscio était un endroit plus sûr pour elle que la Suède.

La détérioration [ carnage]  que subit la société suédoise à cause d’une partie de sa population musulmane, cependant, n’a apparemment pas réussi à changer les attitudes suédoises. La solidarité des Suédois face aux viols collectifs envahissants et autres abus semble en effet « exagérée, extravagante et voyante « .
Ce qui est véritablement une épreuve s’est transformée en une sorte de ligne Instagram ou concours Facebook à celui qui montrera le plus de solidarité.[ online Instagram or Facebook]

Cela pourrait conduire à la conclusion que l’antisémitisme suédois [Swedish anti-Semitism] serait le produit de la crainte des Suédois face à leur population musulmane, crainte qui n’existe pas face à  leur population juive, qui n’est ni nombreuse, ni agressive ni hostile. Sans même s’en rendre compte, inconsciemment, beaucoup de Suédois, comme dans le « syndrome de Stockholm », essayent peut être d’entrer dans les bonnes grâces de ceux qu’ils craignent par l’affichage d’un lien de parenté et de proximité dans les tendances racistes contre un groupe qu’aucun des deux n’aiment: les Juifs.

Un ancien ministre du gouvernement suédois, Jens Orback, pourrait bien avoir dévoilé le sentiment du pays il y a de cela une décennie, avec son commentaire [ comment] radio en direct : «Nous devons être ouverts et tolérants envers l’islam et les musulmans parce que quand nous deviendrons minoritaires, ils le seront donc envers nous » – un défaitisme dégoulinant de peur, dans sa forme la plus pure.

«Une nation capable de préférer la honte au danger est prête à prendre le nouveau maître qu’elle mérite », a déclaré Alexander Hamilton. Si l’Europe préfère honteusement ne pas regarder les choses en face, tandis que les islamistes, par la démographie et le prosélytisme, deviennent les maîtres de facto de nombreuses enclaves sur le vieux continent, les européens ont le choix : soit de céder encore plus aux sirènes antisémites pour figurer dans les «bons livres » de ceux qu’ils craignent et finalement vivre à genoux, ou se dresser contre les partisans d’une idéologie ouvertement théocratique et expansionniste. [theocratic and expansionist ideology] Les héritiers de cette civilisation qui a fait tomber tant de menaces, et qui a accompli tant de choses, devraient être plus que jamais en mesure de faire ce choix.

Sources : Gatestone Institute – 21 novembre 2013 – Par Timon Dias
Traduction Nancy Verdier

Timon Dias, basé aux Pays-Bas, achève un programme d’études supérieures en psychologie clinique.

 

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “L’anti –sémitisme européen et la peur des musulmans

    1. Betty BENHAMOU

      C’EST BIEN CE QUE J’AVAIS DENONCE M’ETANT ENTRETENUE AVEC DES « JUIFS DANVERS ».
      IL Y A 18 ANS DE CELA. ILS M’AVAIENT « DECRIE »
      L’ANTISEMITISME  » ANVERSOIS ALORS !!
      JE LES AVAIS « PRIS AU SERIEUX »AYANT SUBI
      LE RACISME & ETANT « VIGILANTE » DE NATURE !.
      C’EST PR CELA QUE LORSQUE JE « SOULIGNE » D FAITS AVERES JUSTIFIES IL NE FAUT NI ME « CONTRARIER » NI ME « CONTREDIRE » MES « CORRELEGIONNAIRES » SACHANT QUE MS « SOURCES » ST CERTIFIEES « CONFORMES » & MM
      LORSQUE LA « VERITE » EST AVEREE EXACTE NE PS LA NIER.
      SOYONS PLUTOT « SOLIDAIRES » FACE A LA « BETE IMMONDE »RAPPELANT DE TRISTES SOUVENIRS.
      ARRETONS DE « GASPILLER » DE L’ENERGIE EN
      « QUERELLES INTESTINES » & AUTRES « MESQUINERIES » QUI NE SERVENT QU’A « CAUTIONNER » OU « ALIMENTER » LA « CAUSE ENNEMIE ». CHALOM & BN « HANOUCAH ».

    2. moka

      Une grande majorité d européens sont islamophibes, mais ont peurs de le dire , parce que ils voudraient pas subirles remontrances des politiquement correct de la gauche bobo .Mais quand vous annoncez la couleur les langues se délient et ils disent le plus souvent le ral bol de la communauté arabo-musulmane. Leur agressivité, leur intolérance, leur manque d intégration, les aides sociales dont beaucoup sont abonnés à temps indéterminés .En Belgique par exemple beaucoup de parents refusent de mettre leurs gosses dans une école à forte communauté musulmane, vu la mauvaise reputation de ceux-ci ou habiter dans des quartiers arabes, dailleurs les rares blancs qui y habitent le font par soucis financiers, les quartiers ou vivent une forte communauté arabo-musulmane ont des loyers plus bas.D ailleurs chez nous lorsqu’ on parle de Schaerbeek , on dit souvent le bon et mauvais côté de schaerbeek. Le mauvais évidemment , c est là où vivent la communauté arabo-musulmane.Il n est jamais bon de dire tout haut que l on est isamophobe, ça les gens le garde dans leur conscience.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    185 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap