toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

« Empoisonnement » d’Arafat: le rapport suisse contesté par des scientifiques


« Empoisonnement » d’Arafat: le rapport suisse contesté par des scientifiques

Le Dr. Rudi Roth a mené une enquête pour le journal anversois Joods Actueel sur le rapport de l’Institut de radiophysique de Lausanne (CHUV) qui a mené une expertise sur la dépouille et des effets personnels de Yasser Arafat. La conclusion de son enquête est claire: « Il n’existe aucune preuve d’un empoisonnement de Yasser Arafat ».

L’Institut de Lausanne aurait donc rendu un rapport de « complaisance » pour faire plaisir à la femme d’Arafat qui tente par tous les moyens de détourner l’attention à propos des milliards de dollars d’aide humanitaire que son mari a détourné à son profit et que le FMI cherche désespérément…

Le Dr. Rudi Roth a mené une enquête pour le journal anversois Joods Actueel sur le rapport de l’Institut de radiophysique de Lausanne (CHUV) qui a mené une expertise sur la dépouille et des effets personnels de Yasser Arafat. La conclusion est que: « Nos résultats soutiennent raisonnablement la thèse de l’empoisonnement ». Cette thèse a pris un sérieux coup.

R. Roth s’est focalisé sur deux points. Il a demandé au professeur François Bochud, qui a mené l’enquête et présenté les résultats, des précisions sur les marges d’erreur et la raison pour laquelle les calculs inversés pour trouver la contamination par du polonium donnent de mauvais résultats.

Le professeur Bochud a admis dans un email: « Étant donné les grandes incertitudes liées aux modèles (très peu de cas ont pu les valider) et aux valeurs mesurées, il ne nous a pas paru raisonnable de reconstruire l’activité ingérée en faisant un calcul inverse ».

Cette réponse a valu au chercheur suisse de vives critiques de la part d’éminents spécialistes qui estiment qu’il s’est basé sur des éléments subjectifs et qu’avec les méthodes utilisées dans l’expertise il est impossible de prouver qu’Arafat a été empoisonné au polonium. Pour R. Roth, Bochud a admis implicitement que les conclusions du rapport final ne s’appuient pas sur des bases scientifiques solides. Un certain nombre d’experts estiment également que des données concluant à l’empoisonnement font cruellement défaut.

Le professeur Nicholas Priest, ancien responsable du département de recherche de l’Agence de l’énergie atomique du Royaume-Uni, est l’un des rares spécialistes dans le monde qui a de l’expérience concernant l’empoisonnement au polonium. Il a été participé à l’enquête sur l’empoisonnement de l’espion russe Alexandre Litvinenko. M. Litvinenko mourut quelques jours après avoir bu une tasse de thé contenant du polonium dans un hôtel londonien. Des photos le montrent sur son lit d’hôpital. Il avait perdu tous ses cheveux.

Pour Nicholas Priest le calcul inverse démontre que la quantité possible de polonium administrée à Arafat est beaucoup plus faible que celle ingérée, et admise par les scientifiques, par Litvinenko. Il a déclaré au cours d’un entretien téléphonique avec le Dr Roth que le rapport n’apporte aucune preuve scientifique qu’il y a eu empoisonnement au polonium et que si la valeur avait été calculée correctement la conclusion aurait été différente. (Voir également les déclarations de M. Priest au quotidien britannique de gauche The Independent (British expert says it’s ‘highly unlikely’ Arafat was poisoned.)

Aucune conclusion n’est possible

Le Dr. Ati Verschoor de l’Expertise Centre Environmental Medicine (ECEMed, Pays-Bas), qui fut également chercheuse à l’université de Stanford et à l’université Erasmus, a déclaré que dans sa réponse au physicien belge, le professeur Bochud reconnaît que de grandes incertitudes subsistent quant au modèle utilisé et qu’il est donc impossible de conclure à l’empoisonnement. Telle aurait dû être la conclusion du rapport. A. Verschoor remarque également qu’Arafat n’avait pas perdu ses cheveux et qu’il n’y avait pas d’atteinte à la moelle osseuse, deux phénomènes que l’ont constate lors d’exposition à des radiations. Aucune trace de rayons (gamma) n’a été trouvée dans les analyses toxicologiques de l’urine avant sa mort.

Learn Hebrew online

Le rapport du Dr. Roth contient l’ensemble des arguments scientifiques qui infirment la thèse de l’empoisonnement et contient l’avis d’une douzaine d’experts indépendants dont cinq ont été directement contactés par lui. Pour consulter le rapport (Is the « Arafat was poisoned » hypothesis « moderately » supported by the Swiss report « strongly wrong »?) cliquer ICI (PDF).

Philosémitisme





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “« Empoisonnement » d’Arafat: le rapport suisse contesté par des scientifiques

    1. jankel

      Hé hé ! les Banques suisses n’ont pas envie que ces beaux Dollar se barrent de ses comptes secrets !
      Quelle grande Démocratie quand même! Hein avec Rédérendum à gogo… etc…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *