toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Des négociations à haut risque ? Les salafistes – jihadistes le doigt sur la gachette : a-t-on suggéré à Abbas de prendre une Assurance décès?


Des négociations à haut risque ? Les salafistes – jihadistes le doigt sur la gachette : a-t-on suggéré à Abbas de prendre une Assurance décès?

Israël et Mahmoud Abbas se confrontent dans un cycle de «négociations» sans issue, entre le forcing tout sourire de Kerry, la funeste hypocrisie de l’UE et les éléments jihadistes radicaux prêts à prendre le pouvoir. Le «charity business» orchestré par l’UNRWA au profit de ceux que l’on appelle «réfugiés palestiniens» à l’heure où des centaines de milliers d’authentiques réfugiés frappent aux portes du monde n’est plus tenable. La solution à « la question palestinienne » est à trouver dans les pays arabes et non pas en Israël. Ali Salim nous brosse un tableau réaliste et plein de bon sens de la situation.

*****

Le Président de l’OLP, Mahmoud Abbas, sait pertinemment que dans la minute où il signe un accord de paix avec Israël, les organisations terroristes palestiniennes l’assassineront. La mauvaise gestion par l’Europe, l’ONU et la propre faiblesse d’Abbas ont préparé le terrain d’une prise en main de la situation par des éléments radicaux, qui se produira dans un avenir prévisible. Si des élections avaient lieu aujourd’hui en Judée-Samarie, le Hamas et d’autres organisations salafistes – djihadistes l’emporteraient.

Loading...

Ashton, Kerry et autres essaient de créer un nouvel état ​​artificiel, de «Palestine» qui deviendra rapidement un nouveau pays islamiste, refusant officiellement sur le plan politique, de reconnaître l’Etat d’Israël et cherchant à le détruire.

Si l’Occident était véritablement intéressé par les palestiniens et la paix au Moyen-Orient, sa priorité serait de faire campagne pour leur citoyenneté dans le monde arabe, une quête qui leur effacerait rapidement de la tête l’absurdité du «retour», mettrait un terme à ce flot d’argent qui transite par l’UNRWA et mettrait fin à la fiction des «réfugiés palestiniens».

Les tentatives européennes et américaines de boycott universitaire et économique contre Israël augmentent au fur et à mesure qu’il y a des signes que le processus de paix israélo-palestinien  s’embourbe. Les boycotts, cependant, rendront tout simplement les israéliens plus obstinés et aggraveront la situation. Le Président Obama a tenté de rassurer Israël récemment en promettant que le futur accord sur le statut final ne transformerait pas la Judée-Samarie en  « une réplique de la bande de Gaza. »

Il faisait référence aux roquettes que les  arabes se sont mis à lancer depuis la bande de Gaza sur Israël dès le retrait israélien de la bande de Gaza et a souligné que dans tout accord de paix, les États-Unis ne permettraient pas à un nouvel Etat terroriste palestinien, cette fois en Judée-Samarie, de bombarder Israël.

Les Israéliens, qui ont déjà accepté la création d’un Etat palestinien en bordure d’Israël, demandent à juste titre qu’il soit démilitarisé et qu’Israël lui-même soit responsable de la sécurité le long du Jourdain. Leur demande est fondée sur l’expérience passée et vise à empêcher roquettes, obus de mortier, explosifs et armes en général d’entrer en contrebande en Judée-Samarie.

Le rejet catégorique des palestiniens aux demandes de l’Occident pourrait bien éveiller les soupçons chez l’observateur objectif. Les palestiniens affirment qu’Israël a conclu un accord de paix avec la Jordanie et ne devrait donc pas avoir peur que des armes transitent en contrebande sur la Rive occidentale. Une telle assertion est faite seulement par ceux qui oublient commodément les milliers de roquettes et autres armes utilisées par les terroristes palestiniens pour attaquer Israël  et qui ont été introduites en contrebande dans la bande de Gaza depuis l’Egypte, qui a également un accord de paix avec Israël.

Learn Hebrew online

Mahmoud Abbas, non seulement refuse de reconnaître l’Etat d’ Israël comme la patrie nationale des juifs, mais notamment, il exige qu’Israël soit obligé d’absorber des palestiniens dans le cadre du soi-disant «droit de retour», au lieu de demander, plus naturellement, qu’ils soient absorbés dans le futur Etat palestinien – tout en exigeant qu’il n’y ait pas de juifs dans l’État palestinien.

Ce que les palestiniens ne comprennent pas encore, c’est que l’Occident est en train de perdre à la fois sa patience et son intérêt pour la cause palestinienne. Des millions de réfugiés, un nombre sans précédent depuis les années 1930, sont massés aux frontières et sont à la recherche de points d’entrée dans le monde entier.

Aujourd’hui, des millions de réfugiés syriens affamés sont en train de geler dans des boîtes de carton et des tentes légères – constituant un fardeau qui pèse lourdement sur la sécurité intérieure et l’économie de pays comme la Jordanie, la Turquie, le Liban et même la Bulgarie.

Loading...

Des millions d’africains s’entassent dans des bateaux qui coulent et se noient cherchant les rivages de l’Europe, où ils espèrent trouver une vie décente, alors que d’autres sont internés et humiliés par les autorités italiennes sur l’île de Lampedusa. Personne ne semble se soucier que dans les pays arabes, des masses de musulmans meurent dans des attentats terroristes aux mains d’autres musulmans.

Dans le même temps, ignorant assidûment ces catastrophes humanitaires, l’Occident se concentre étroitement sur ​​ce qu’il aime appeler  » trouver une solution au problème palestinien. » Cette focalisation  n’a rien à voir avec sa préoccupation pour le peuple palestinien; c’est plutôt un symptôme de l’incapacité totale de l’Occident de faire face aux problèmes authentiques des réfugiés dans le monde.

Il ne reste seulement que quelques-uns des vrais réfugiés arabes de la guerre de Palestine de 1948, qui seraient âgés d’au moins 65 ans aujourd’hui et de familles qui seraient parties quand les dirigeants arabes ont appelé les arabes à fuir la Palestine. A tous ceux qui ont fui, il était promis que lorsque les armées arabes auraient gagné la guerre et exterminé ou expulsé les juifs, ils rentreraient dans leurs foyers et pourraient piller et dépouiller les biens juifs à leur guise. Des centaines de milliers d’arabes ont donc abandonné leurs maisons en 1948 et se sont installés dans les pays voisins, pour engendrer finalement des millions de descendants qui ont construit leur vie dans les pays d’accueil dont ils souhaiteraient obtenir la citoyenneté.

Les États-Unis et les pays arabes perpétuent la question des soi-disant  « réfugiés palestiniens » avec l’aide qu’ils fournissent aux organismes de secours principalement l’UNRWA. Ils perdent du temps, de l’argent et de l’énergie avec les palestiniens, à la fois dans la « Palestine » et dans d’autres pays et retardent interminablement le jour où les descendants des réfugiés d’origine deviendront des citoyens des pays arabes dans lesquels ils vivent maintenant. Il convient de rappeler que les Arabes qui n’ont pas fui la Palestine en 1948, vivent aujourd’hui en Israël, où ils constituent un cinquième de la population, détiennent les mêmes droits que les juifs, ont leurs propres partis politiques, sont membres de la Knesset, sont juges à la Cour suprême, ont des postes diplomatiques importants, ne servent dans l’armée que s’ils le souhaitent et sont accueillis dans toutes les professions, y compris des postes de professeur à l’université et comme médecins cadres dans les hôpitaux israéliens.

Perpétuer le statut de «réfugié» à cinq générations de descendants signifie que les palestiniens et l’Occident continuent à favoriser le faux espoir du «droit de retour», ce qui rend de plus en plus difficile d’offrir à ces pauvres âmes – dont les ancêtres ont fait le choix de se déplacer eux-mêmes – le droit à une vie productive, dont tous les autres réfugiés et leurs descendants bénéficient dans les pays où ils ont choisi d’aller.

Les Américains et les Européens manipulent cyniquement les palestiniens, qui ne sont plus que des pions insignifiants dans le complot visant à prolonger et intensifier le conflit israélo-arabe pour justifier leur implication continue au Proche-Orient. En réalité, leurs motivations ne sont en aucune façon humanitaire.

L’absence d’une solution au problème palestinien est une tragédie; la situation devrait attrister en conscience tous les arabes. La direction palestinienne et les parties intéressées dans le monde arabo-musulman trompent les palestiniens à penser qu’un jour d’un coup de baguette magique et dans un vague avenir, ils reviendront en «Palestine», qui est, sur le territoire de l’Etat d’Israël. Ils manipulent les palestiniens, même s’il est parfaitement clair pour le monde entier que les juifs ne seront jamais d’accord pour absorber les millions de descendants de réfugiés palestiniens de 1948 qui vivent aujourd’hui dans les pays arabes: faire cela, signifierait la destruction d’Israël en l’inondant de ses ennemis. Si l’Occident étaient vraiment intéressé à une paix au Moyen-Orient, sa priorité serait de clarifier la situation des palestiniens et de faire campagne pour qu’ils acquièrent la citoyenneté dans le monde arabe.

Il est donc clair que le but ultime de l’Occident et en particulier de l’Europe, est de détruire Israël en utilisant les descendants de ces palestiniens comme armes – d’abord de déplacement, ensuite d’extermination. Il suffit de voir comment les musulmans traitent actuellement les chrétiens, ainsi que d’autres musulmans – là où il n’y a plus de juifs à proprement parler.  Comme dit le dicton :  » D’abord les gens du samedi, puis les gens du dimanche » – dans des pays aussi divers que le Soudan, le Nigeria, l’Irak, la Mauritanie et l’Egypte.

Le droit international ne permet pas au statut de réfugié d’être héréditaire, mais à la fois l’Occident et nos frères palestiniens continuent d’utiliser ce statut injustifié et accessoirement illégal de réfugiés comme une marchandise politico-économique rentable. Les agences de corruption des Nations Unies, en particulier l’UNRWA, perpétuent cette situation et s’engraissent avec ​des montants d’argent obscènes qui sont injectés dans le «problème palestinien », qui depuis des années n’est pas un problème humanitaire.

Le problème palestinien ne figure nulle part à l’ordre du jour des pays arabes, qui sont pris dans le chaos interne créé par « Le Printemps arabe » et il est devenu un projet économique rentable pour toute une série de racketteurs, qui volent des millions à d’authentiques réfugiés dans le monde entier, dont beaucoup sont également arabes, et qu’ils privent de leurs droits.

La situation en Europe est complexe. Des milliers d’immigrants frappent aux portes de l’Occident à la recherche d’emploi et d’une vie meilleure, même si l’Occident lui-même est au bord de la faillite. Pour eux, par rapport aux pays qu’ils fuient, l’Occident ressemble encore au Paradis. Les Européens ont également brouillé la définition de «réfugiés demandeurs d’asile politique» – des gens qui ont réellement besoin de protection contre la persécution. Ceux qui vont vers l’ouest à la recherche de travail traversent de nombreux pays pauvres où ils ne sont pas en danger mais prétendent, à tort, qu’ils sont des réfugiés en fuite pour sauver leur vie. Cette confusion rend également difficile pour l’Occident de résoudre le problème de millions de réfugiés authentiques qui sont clairement en danger imminent.

Le problème le plus grave, cependant, est le jeu cynique de manipulation de l’opinion publique mondiale pratiqué par les dirigeants palestiniens rivaux qui à coups de propagande forcenée perpétuent la question palestinienne, devenue une grande entreprise mercantile, avec l’assurance qu’elle ne sera jamais résolue. Non seulement Mahmoud Abbas, chef de l’Autorité palestinienne, n’est pas considéré comme le dirigeant légitime de la Rive occidentale, n’a jamais été élu dans une élection juste et honnête, est juste quelqu’un de manipulé, mais les palestiniens dispersés entre les différents pays arabes, comme ceux de la Rive Occidentale et Gaza, ne le considèrent pas comme leur représentant – et s’opposent aussi à tout arrangement politique avec Israël, de peur que cela puisse interférer avec les brillantes promesses hypnotiques de leur retour en « Palestine».

Mahmoud Abbas sait sans aucun doute qu’à l’instant même où il signe un accord avec Israël, les organisations terroristes palestiniennes l’assassineront. Aucun palestinien ne consentira à un arrangement qui limiterait son retour au futur Etat palestinien, actuellement sur ​​le territoire de l’Etat d’Israël.

Aucun dirigeant palestinien ne reconnaîtra Israël et certainement aucun d’eux ne sera d’accord pour la fin définitive du conflit. Le refus de Mahmoud Abbas de reconnaître Israël comme la patrie nationale du peuple juif, son refus de renoncer au « droit au retour des réfugiés », son refus de cesser d’allonger sa liste interminable d’exigences pour mettre fin au conflit et son refus de permettre à Israël de surveiller le fleuve du Jourdain sont autant de preuves que le plan des palestiniens de détruire l’Etat d’Israël n’a pas été modifié depuis sa création, même si peut-être sa méthodologie a été modifiée de temps à autre.

La véritable tragédie, c’est que nulle part à l’horizon palestinien n’existe un mécanisme pour mettre démocratiquement fin au conflit. Beaucoup de palestiniens sont favorables au programme violent, radical- salafiste djihadiste – des Frères musulmans et du Hamas, tandis que d’autres rejettent l’ordre du jour islamiste et son mode de vie. Le conflit entre les deux a pris au piège et à mis les palestiniens dans une impasse.

La bande de Gaza est sous contrôle des islamistes depuis des années et  progressivement ils prennent le pouvoir des villes et villages de Judée-Samarie. C’est cette situation qui empêche la direction palestinienne fracturée d’accomplir une réconciliation interne et la construction d’un modèle de gouvernance unifiée qui pourrait mettre fin à la confrontation entre juifs et palestiniens.

Il est clair que si des élections avaient lieu aujourd’hui sur la Rive Occidentale, le Hamas et d’autres organisations salafistes – djihadistes l’emporteraient. Il semble qu’il n’y ait qu’un seul modèle autour duquel les palestiniens peuvent s’unir : le désir non pas de mettre fin à leur conflit pas, mais plutôt à l’Etat d’Israël. Les juifs sont pleinement conscients du modèle palestinien et refusent d’accepter tout arrangement qui mettrait en danger leur sécurité.

Ainsi, malheureusement, la politique palestinienne est à l’heure actuelle en train de conduire le peuple palestinien nulle part. On a appris récemment que les dirigeants du Hamas dans la bande de Gaza, qui lancent des roquettes sur Israël et minent la barrière de sécurité séparant Israël de la bande de Gaza, ont actuellement des problèmes logistiques d’approvisionnement en électricité, béton, carburant et nourriture – le résultat d’inondations causées par de récentes pluies diluviennes. Face à des problèmes insurmontables, les dirigeants du Hamas se sont indirectement tournés vers Israël pour obtenir de l’aide.

Pendant des années, le Hamas s’est rendu coupable de négligence criminelle à l’égard des personnes vivant sous sa domination, et maintenant ses dirigeants appellent à l’aide, affirmant qu’ils sont « assiégés » – par les égyptiens ainsi que par les israéliens – qu’ils sont confrontés à une  « crise humanitaire », et sont prêts à accepter l’aide d’Israël, mais seulement en secret !

Depuis la prise de contrôle violente de la bande de Gaza, le Hamas a déversé des millions de tonnes de béton dans la construction de tunnels dans le seul but de fournir un accès facile aux terroristes cherchant à s’infiltrer en Israël. Le Hamas aurait pu utiliser ce béton pour construire des maisons, des écoles et des hôpitaux, plutôt que de le détourner pour renforcer le terrorisme. Le Hamas préfère évidemment dépenser ses milliards en armement contre Israël plutôt que dans l’agriculture, l’économie, la santé et le bien-être des personnes qui dépendent de lui.

Dans le même temps, alors que l’Autorité palestinienne a annoncé qu’elle n’avait pas l’intention de payer les salaires des employés de Gaza, c’est Israël qui a récemment accepté d’aider le Hamas à sortir de ses difficultés en lui fournissant du carburant, du béton, des médicaments et de la nourriture, bien que pendant des années le Hamas a tué des centaines d’Israéliens avec ses roquettes, ses bombes et ses attentats-suicides et planifie encore ouvertement de rayer Israël de la carte. Quelle chance pour les palestiniens que leurs ennemis soient les juifs. Alors que les organisations terroristes palestiniennes et islamiques planifient leurs attaques contre des civils israéliens, le gouvernement israélien, en dépit de son apparente indifférence, considère les palestiniens eux-mêmes comme des êtres humains.

La mauvaise gestion endémique par l’Europe, le traitement des palestiniens par les Nations Unies, et la faiblesse politique d’un Mahmoud Abbas qui patauge dans l’indécision, ont préparé le terrain à une reprise générale de la question palestinienne par des éléments islamiques radicaux, qui est appelé à se produire dans un avenir proche. En Judée-Samarie, on affirme que dans l’intervalle, c’est uniquement le renseignement israélien, qui soutient Abbas et qui  a empêché les islamistes de prendre le contrôle complet.

Il est choquant, mais pas surprenant que, dans une situation aussi complexe des personnes telles que le ministre des Affaires étrangères de l’UE, Catherine Ashton et le secrétaire d’Etat américain John Kerry tentent de forcer Israël à renoncer à des biens essentiels à sa sécurité. Ils exercent leur pression dans le mauvais sens : ils devraient plutôt faire campagne pour la reconnaissance de la citoyenneté des palestiniens dans les pays arabes, une quête qui leur effacerait rapidement de la tête l’absurdité du «retour »; qui mettrait un terme à ce flot d’argent déversé entre les mains de l’UNRWA et mettrait fin à la fiction des « réfugiés palestiniens ».

Alors que les pays arabes – des créations relativement nouvelles et artificielles amalgamées entre elles temporairement avec les mensonges de l’accord Sykes -Picot, – se désintègrent en guerres intertribales  et conflits sectaires – Ashton, Kerry et d’autres persistent dans leur tentative de création d’un nouvel Etat artificiel de «Palestine», qui deviendra rapidement un autre état islamiste, refusant officiellement, comme question politique, la reconnaissance de l’Etat d’Israël et cherchant à le détruire.

Lors de sa dernière rencontre avec Kerry, Abbas a rejeté la demande israélienne  pour le contrôle de la sécurité le long du Jourdain. Abbas et ses partisans envisagent de faire passer des armes sur la Rive occidentale depuis la Jordanie et de les transférer à des terroristes palestiniens locaux qui vont les utiliser pour attaquer Israël à partir de l’est – exactement comme le Hamas a commencé à attaquer par le sud à l’instant même où l’armée israélienne s’est retirée de la bande de Gaza. Les assurances récentes d’Obama que les Etats-Unis ne permettront  pas que la Rive occidentale devienne « une réplique de la bande de Gaza » sont aussi valides que ses assurances concernant les autres questions cardinales, comme la Syrie et l’Iran – encore d’autres «répliques de promesses» jamais tenues.

Sources : The Gatestone Institute – 29 décembre 2013 – Par Ali Salim
Traduction Nancy Verdier

http://www.gatestoneinstitute.org/4110/palestinians-is-abbas-being-asked-to-sign-his

 

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Des négociations à haut risque ? Les salafistes – jihadistes le doigt sur la gachette : a-t-on suggéré à Abbas de prendre une Assurance décès?

    1. MisterClairvoyant

      les uns comme les autres comptent arranger le monde sur le dos d’israël, lmais il fau resister obama ne sera pas toujours auc commandes au uSA, L’Europe n’est pas capable d’intégrer 2% dz’émigrés et 5% de leurs dèscendants et ellle voudrait imposser 120% de « refugiés palestiniens, a Israël, c’est s’est suicidaire a lors il fau résirter aux pressions interner et externes, difficil mais posible; un état palestinien independent planté dans le coeur d’Israêl n’est pai é

    2. dov

      -השלום. זה בנינו חילוני ודתיים יהודה ויוסף. יד שמאל +יד ימין= כח. ג. זו האמת. אם אשכחך ירושלם תשכח ימיני תדבק לשוני לחכי אם לא אכרכי אם לא אעלה את ירושלם על ראש שמחתי זכור יהוה לבני אדום את יום ירושלם
      במאפיית אדום רוצה להיות הבעלים של ירושלם Obama=Bilam des paroles des paroles qui ce retourneront contre lui

    3. HEN7

      Longue mais excellente et courageuse analyse politique surtout pensee et ecrite par Mr Ali Salim qui est sans nul doute musulman.
      Oui il nous faut resister, nous peuple juif et terre d’Israel a toutes les tentatives diplomatiques et malheureusement machiaveliques d’aneantissement.
      Reconcilions nous JUIFS partout sur la planete, car nos ennemis semblent triompher a cause uniquement de nos dissensions.
      AM ISRAEL HAI ET VIVRA POUR L’ETERNITE, AMEN.

    4. Serge Belley

      Dans le même temps, alors que l’Autorité palestinienne a annoncé qu’elle n’avait pas l’intention de payer les salaires des employés de Gaza, c’est Israël qui a récemment accepté d’aider le Hamas à sortir de ses difficultés en lui fournissant du carburant, du béton, des médicaments et de la nourriture, bien que pendant des années le Hamas a tué des centaines d’Israéliens avec ses roquettes, ses bombes et ses attentats-suicides et planifie encore ouvertement de rayer Israël de la carte. Quelle chance pour les palestiniens que leurs ennemis soient les juifs. Alors que les organisations terroristes palestiniennes et islamiques planifient leurs attaques contre des civils israéliens, le gouvernement israélien, en dépit de son apparente indifférence, considère les palestiniens eux-mêmes comme des êtres humains.
      De toute ma vie, je n’ai jamais vu un pays être aussi BONACE qu’Israël. La question que je me pose est « Est-ce qu’Israël veut survivre a cette calamité palestinienne ou s’il veut mourir!!!. N’oubliez jamais ceci, si Israël disparait plus personne n’en parlera après quelques semaines. La planète aura tournée la page.

    5. Frank Adam

      Personne, meme pas les Brittaniques apres l’ecrasement de la revolte arabe en 1938 n’a reussi a livrer les parties arabes a se tenir a un compromis avec les Zionistes/l’Etat d’Israel. Les arabes ont toujours trouver moyen d’ignorer ou a briser l’armistice et tout les autres accords – notoirement la guerre d’usure sur le canal du Suez en 1968 – 71.

      Tout cela est la raison d’etre que les armistices troublees de 1949 ne se sont pas transformees en traite de paix et pourquoi en Juin 1967 apres guerre les salauds n’ont meme pas repondu a la demarche israelienne de rentrer en Ligne Verte pour le prix bon marche d’une traite de paix terminat le conflit; ses plaintes de dommages et interets; et reconnaissant la Ligne Verte comme frontiere legale et mutuellement agrée. De 49 a 67 les arabes avaient refuse de reconnaitre aucune permanence a cette ligne de cessez le feu.

      Kerry et Obama pensent imposer quelque chose cette annee cherchant a gagner leurs elections de mi-terme en Novembre mais le resultat sera une troisieme intifada d’arabes integralistes boudant que le AP a reconnu Israel et boudant qu’il n’auront pas « Le Retour » des familles refugiées de ’48.

      Faut -il les rappeller que la doctrine medievale de, « On n’est pas oblige d’honorer compte avec les infidels et les heretiques, » parait au moyen ages apres le croisades d’ou elle fut prise de la doctriine muselmane de taquiya.

      Chaleureusement et bonne 2014,

    6. maury

      Pourquoi aider le Hamas qui dans sa charte prône la destruction d’Israël???
      Ashton kerry Hussein O sont des lèches babouches ils ont les « pétoches  » et la langue fourchue!!!NE LEUR FAITES PAS CONFIANCE!!

    7. simonnai ongué

      J,AI TOUJOURS DIT QUE HUSSEIN O ET UE N’on pas l’âge de faire quoi que ce soit ni pour Israël ni pour les groupes terroriste.

      la question que je me pause: avec seul sentiment ue et Hussein o. et les autres se présentent au gouvernement israélien? C,EST LA LA QUESTION EST CE QUE CE SONT LES GENS QUI SE PRÉSENTENT COMME LES GENS QUI CONNAISSENT L’HISTOIRE PROFONDE ISRAËL?

      COMME AUCUN ACTEUR QUE ÇA SOIT EN ISRAEL C’EST À DIRE CEUX QUI ONT TRAVAILLER EN ISRAEL POUR DONNER UN PAYS À CETTE A LA QUELLE HABITE CES GROUPES TERRORISTES,CERTAINS D’ENTRE EUX ONT ÉTÉ SACRÉS PAR LA NORVÈGE EN OBTENANT LE FAUX PRIX DE NOBEL DE  »PAIX » UN JUIF QUI TEND LA MAIN POUR PRENDRE UN TEL PRIX SUR LE DOS DU VRAI PEUPLE DE DIEU ,UN TEL PERSONNAGE DIEU BLOQUE SA MAIN ÉTERNELLEMENT. FAIT TA PROPRE FOLIE TOI SEUL MAIS NE LE FAIT POUR MAÎTRE ISRAEL DANS LE JEU. DIEU NE PARDONNE PAS.

      ALORS OBAMA ET UE N’ON PAS L’ÂGE DE DÉCIDER SUR ISRAEL SI NON ,DIEU DÉCIDERA SUR LEUR SORT. SATAN LEUR TROMPE AVEC LEUR PETITE SCIENCE OCCULTE, DES LOGES QUE SATAN LEUR DONNE NE RENVERSER JAMAIS LA PUISSANCE DE DIEU.

      VATICAN , UE ,OBAMA, ARABES,SONT TOUS VOUÉS À L’ÉCHEC ET CERTAINS D’ENTRE EUX ,RISQUERONT DE SUBIR LA COLÈRE DE DIEU POUR CE DOSSIER COMME D’AUTRES .FOUILLONS UN PEUT L’HISTOIRE. DIEU ..QUI PEUT L’AFFRONTER ?MÊME EN ISRAEL ,IL RÉPOND À CEUX QUI S’ÉLOIGNENT DE SA VOLONTÉ QUI NE LE CONSULTENT PAS .PERSONNE NE PEUT L’IGNORER.

    8. Armand Maruani

      Personnellement je ne crois pas à la paix car les palestiniens avec leurs chefs pourris jusqu’à la moelle n’ont aucun intérêt . Ces fainéants perçoivent de la communauté internationales des aides de plusieurs milliards de dollars qu’ils détournent à leurs profits pendant que leur peuple crêve de faim et n’est alimenté que par la haine , le crime et la poudre de Perlimpin qui les transforme en héros d’opérette .

      Mais il arrive un moment qu’ils se mettent tous dans le crâne que s’ils cherchent à  » détruire  » Israël , la planète entière sombrera emportée par l’apocalypse .

      Cette fois nous ne serons plus seuls à monter dans les wagons de la mort . Ceux qui par leurs silences criminels soutiennent nos pires ennemis paieront eux aussi la note . J’en suis certain , et je ne suis pas le seul .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *