toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le racisme anti-arabe n’est pas toujours où l’on croit… par Shraga Blum


Le racisme anti-arabe n’est pas toujours où l’on croit… par Shraga Blum

L’interview accordée vendredi par le Secrétaire d’Etat US John Kerry à la 2e chaîne de télévision israélienne, sous l’œil ravi du journaliste Oudi Segal dont l’hostilité à Netanyahou est visible, a été révélatrice à bien des égards.  

Rarement un Secrétaire d’Etat américain ne se sera adressé à Israël avec autant de morgue et de condescendance, de surcroît au travers d’un média. Il faut remonter à un James Baker de sinistre mémoire, Secrétaire d’Etat de George Bush « le père », qui avait malmené Itshak Shamir dans les années 1991-1992.

Ainsi, si l’on en croit les avertissements adressés exclusivement et sans ambigüité à Israël, « une 3e Intifada sera au rendez-vous si le processus de paix échoue », en d’autres mots, « si Israël ne fait pas les concessions nécessaires envers les Arabes palestiniens». Pis que cela, Kerry a même évoqué l’hypothèse « que tout le monde arabe se tourne vers la violence » si le conflit n’est pas résolu au plus vite, chacun étant témoin que le monde arabe est actuellement un havre de paix et de tranquillité !!!! A-t-il par exemple adressé un tel avertissement public à Abou Mazen, le prévenant que sans concessions historiques de sa part il n’y aurait jamais d’Etat palestinien ? Non. Cette attitude impatiente et offensante tranchait par ailleurs avec l’excès de patience et le ton précautionneux qui caractérisent ce même John Kerry face à l’Iran.

Ce genre de menaces en direction d’Israël, coutumier des chancelleries européennes et de la gauche israélienne, est ainsi repris par la diplomatie du pays dont le président était applaudi à tout rompre il y a huit mois encore par un parterre bien choisi d’étudiants israéliens, après qu’il leur ait lancé son fameux « Atem Lo Levad », « Vous n’êtes pas seuls ! ». Les propos de Kerry et ce qui se passe ces-jours-ci à Genève concernant l’Iran semble prouver l’inverse.

Mais que se cache-t-il derrière ces avertissements du Cassandre venu de Washington ? Un axiome inconscient et bien répandu selon lequel il est dans l’ordre des choses que les Arabes recourent aux menaces et à la violence si leurs exigences ne sont pas satisfaites. Comme si ces menaces, ce chantage et cette violence de la part des Arabes faisaient partie de leur A.D.N ! Il est vrai que l’Histoire du monde arabe semble le confirmer, mais l’Occident a depuis longtemps adopté une attitude coupable en admettant ces traits  comme des éléments constitutifs de l’identité arabe que l’on ne pourrait ni changer ni empêcher. Au nom de ce postulat teint d’un relativisme culturel dangereux, il sera donc inutile de se dresser contre ces comportements mais ce sera au contraire aux autres de s’y adapter et s’y plier, et dans le cas précis du conflit israélo-palestinien, ce sera à Israël d’agir de sorte à ne pas contrarier ses ennemis et  provoquer des violences dont il serait par avance tenu pour responsable. Dixit Kerry.

Il s’agit-là d’une attitude occidentale de nature purement raciste, qui absout automatiquement des attitudes immorales et criminelles dès qu’elles sont le fait de populations considérées comme consubstantiellement enclines à la violence, donc en marge de l’Humanité « éclairée ». Sans oublier la problématique du complexe des anciens colonisateurs envers leurs anciens colonisés qui entraîne une indulgence débordante de la part des premiers.

Il s’en suit automatiquement une déresponsabilisation des individus considérés comme « non civilisés » et à l’inverse une exigence envers les autres de prendre en compte ces données « immuables » et de s’y soumettre. C’est ce genre de schéma que l’on retrouve aujourd’hui en Europe occidentale face aux revendications de l’Islam, ou autocensure et indulgence règnent en maîtres afin d’acheter le calme social, mais même en Israël ou la police de Jérusalem s’incline par exemple face aux menaces de violences musulmanes en limitant ou interdisant l’entrée de juifs sur l’Esplanade du Temple. Ce sont les mêmes reflexes qui entrent en jeu.

Par effet de miroir, cette mentalité a un corollaire inévitable dans l’attitude de l’Occident envers Israël, considéré consciemment ou non comme légataire d’une éthique universelle élevée originaire du Sinaï, dont ce même Occident est se dit inspiré…mais incapable de mettre en pratique. Dès lors, la communauté internationale attend de l’Etat juif un comportement exemplaire poussé à l’extrême, au point de lui dénier ou tout au moins lui réduire son droit à l’auto-défense. C’est ainsi que les appels à « la retenue », à la « modération », aux « gestes de bonne volonté » et aux « concessions généreuses » seront invariablement adressés à Israël et non à ceux qui rêvent de l’éradiquer par tous les moyens même les plus sanglants. Et  de même que l’on considère normal qu’un Arabe tue ou que des Arabes s’entretuent, l’idée qu’un juif puisse se défendre et même parfois tuer n’entre pas dans les catégories de pensée de ceux qui ont l’habitude millénaire de voir les juifs jouer le rôle de victimes passives.

Ce sont là deux attitudes foncièrement racistes et injustes puisqu’elles dénient aux Arabes comme aux Juifs le droit d’être des individus comme les autres. Les premiers, catégorisés comme violents pas nature et ne pouvant donc en être tenus pour responsables, les seconds considérés comme garants d’une morale interprétée de manière démesurée au point de les réduire au rôle d’agneau professionnel en les privant des droits élémentaires d’autodéfense.

Learn Hebrew online

La question qui se pose alors est celle-ci : qui est réellement raciste et anti-arabe ? Celui qui exige des Arabes une attitude que l’on attend de tout homme civilisé ou celui qui les considère comme des sauvages par nature et leur passe tous leurs excès avec une indulgence coupable?

John Kerry y a répondu sans ambigüité et a résumé toute l’attitude de l’Occident face au monde arabe et à Israël. L’intransigeance irrationnelle envers Israël et l’indulgence à toute épreuve envers les Arabes palestiniens sont les deux facettes d’une même pathologie occidentale aux effets particulièrement pervers. 

Reproduction autorisée avec mention : 

©Shraga Blum pour www.europe-israel.org





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Le racisme anti-arabe n’est pas toujours où l’on croit… par Shraga Blum

    1. Dov

      La fin des neuf mois de négociation tombe à pessah comme par hazard et vue que le hazard n existe pas on voie comme hachem dirige son monde pour sauver JERUSALEM des mains des nations qui savent que la nation qui détiendra JERUSALEM aura le monde dans ses mains
      Il n y pas d autres raisons les nations sont attirés par le centre du monde conscient ou inconscient

      Le nations ont des voiles sur leurs yeux et s imagine être les maîtres du monde
      OBAMA =BILAM on connaît la fin

    2. moka

      Mais il faut suivre l ordre de chose au point de vue spirituelle, parce que les lois de Dieu sont au dessu de celles des hommes et que toute choses qu Ils a prévu pour Israël arrivera malgré les attaques violentes de leurs ennemis et Israël aura la victoire non par la force, mais grâce a la promesse qu Il a fait pour son peuple Israël, lumière des nations.

    3. Yéochoua

      Ce matin, un soldat de Tsahal a été assassiné dans un autobus à Afoula par un Arabe qui l’a littéralement dépecé. Se trouvait-il sur le front, dans la tourmente de combats sans merci, pour avoir été tué de cette façon? Eh bien non. L’ennemi se trouve à l’intérieur des frontières, et frappe dès qu’il le peut. L’Israélien, quand l’idée lui vient de se révolter contre cette liberté de mouvement insensée donnée à ceux qui veulent sa mort, sera poursuivi pour racisme par la Cour suprême et les politiques du pays.
      Netanyahou va-t-il mettre un terme aux pourparlers avec les terroristes pour cet immonde attentat? La question ne vaut même pas la peine d’être pausée, la réponse étant connue d’avance, alors que le bon sens le plus élémentaire exige de lui de le faire.
      Netanyahou n’est-il pas lui-même atteint par ce syndrome qui fait du Juif le responsable de ses maux, du moins sous cette perspective qui veut que la violence arabe est toujours excusable? Ne voit-il pas dans ses lâchers d’assassins, pourtant condamnés à des peines incompressibles, un facteur majeur dans la recrudescence des attentats, qui coïncide avec le mouvement de remises en liberté d’individus assoiffés de sang juif tout autant qu’avec la reprise des pourparlers avec les terroristes? Quand donc les dirigeants israéliens prendront-ils conscience et auront-ils le courage de poursuivre Abbas et les autres pour leurs crimes?
      Il est certain que ce loup de Kerry déguisé en mouton sent très bien dans quel sens le vent souffle pour se permettre d’enfoncer le clou.

    4. DANY83270

      les pourparlers ont débuté lorsque les Arabes ont considéré que les constructions juives ne sont pas un obstacle et, en contrepartie, Nétanyahou a accepté de libérer des prisonniers; mais voilà que maintenant, en pleine discussion, on change la règle du jeu puisque les Arabes exigent l’arrêt des constructions ! dans ces conditions, il faut remettre en prison tous les criminels qui ont été libérés puisque les Arabes ne tiennent pas leurs engagements et, surtout, il faudrait arrêter les discussions tout de suite parce que nous savons déjà qu’ils ne respecteront aucun de leurs engagements dès lors qu’ils obtiendront la terre des Juifs ! c’est un marché de dupes et Nétanyahou ne devrait pas se laisser rouler dans la farine comme un jeune perdreau de l’année ! honte à lui de se laisser intimider par la vache Kerry et Obamuzz !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *