toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Trois professeurs juifs – deux d’entre eux israéliens – se partagent le Prix Nobel de Chimie 2013


Trois professeurs juifs – deux d’entre eux israéliens – se partagent le Prix Nobel de Chimie 2013

De gauche à droite , les lauréats du Prix Nobel de Chimie 2013  : Arieh Warshel , Michael Levitt et Martin Karplus. (crédit photo : CC BY Wikipedia, Université Harvard)

Né dans un Kibboutz, Arieh Warshel a combattu aux guerres de 67 et 73 ; né à Pretoria, Michael Levitt a enseigné à l’Institut Weizmann dans les années 1980 et a pris la nationalité israélienne ; Martin Karplus, enfant, a fui l’Autriche occupée par les nazis pour les Etats-Unis. Un prix prestigieux décerné « pour le développement de modèles multi-échelles appliqués aux systèmes chimiques complexes » 

 Le Professeur israélien Arieh Warshel a remporté mercredi 9 octobre 2013, le prix Nobel de chimie, ainsi que deux de ses confrères, juifs également, les professeurs Michael Levitt (détenteur également de la nationalité israélienne) et Martin Karplus.

Nobel prize Warshel

Arieh Warshel ( crédit photo: CC BY Wikipedia)

Warshel, 72 ans, est un éminent professeur de chimie et de biochimie de l’Université de Sud Californie à Los Angeles, où il exerce depuis les années 1970. L’autre collègue primé, professeur Michael Levitt, né en Afrique du Sud, a enseigné à l’Institut Weizmann à Rehovot dans les années 1980. Né à Vienne, Martin Karplus, quand il était enfant, avait fui en 1938,  l’Autriche sous occupation nazie.

Sur les 23 prix Nobels de chimie décernés au cours de la dernière décennie, 11 des lauréats sont juifs et six d’entre eux Israéliens [ six of them were Israelis]. Mais Warshel et Levitt avaient tous deux quitté Israël pour les Etats-Unis estimant qu’ils ne pouvaient progresser suffisamment dans ce contexte, soulignant les préoccupations liées à la fuite des cerveaux continue des meilleurs universitaires israéliens.[  six of them were Israelis]

Le trio a remporté le prix « pour le développement de modèles multi-échelles pour les systèmes chimiques complexes » a annoncé l’Académie royale suédoise des sciences.

Warshel a déclaré que le téléphone a sonné à 2 heures du matin à son domicile de Los Angeles, et que « dès que j’ai entendu l’accent suédois » il savait qu’il avait gagné.

Sa recherche dit-il, a été motivée en grande partie par sa propre curiosité. Le travail pour lequel lui et ses collègues ont reçu le Nobel concerne le développement d’«une méthode qui nous a permis de comprendre comment les protéines fonctionnent réellement », et il explique que c’était comme voir une montre, en se demandant ce qui se passait à l’intérieur, et le découvrir.

«Nous avons développé un modèle informatique de la structure d’une protéine, pour que l’ordinateur comprenne comment elle fait exactement ce qu’elle fait – par exemple la digestion des aliments », a déclaré Warshel. « Vous cherchez à comprendre comment ça se passe, et ensuite vous pouvez l’utiliser pour concevoir des médicaments, ou dans mon cas, pour satisfaire votre curiosité », a ajouté le professeur.

 Mercredi en fin de journée, Warshel a déclaré: « Je suis israélien », même s’il a pratiquement passé les 40 dernières années aux Etats-Unis et qu’il possède également la citoyenneté américaine. Il a déclaré à la Radio Militaire, qu’il se rend souvent en Israël, et que ses enfants parlent hébreu. « Si les Israéliens veulent me définir comme Israélien, c’est très bien », a-t-il dit sur ​​Canal 2, d’une voix incertaine. «Je me définis toujours comme Israélien, mais ce n’est pas une définition claire…..Je me  comporte comme un israélien. »

A la question pourquoi il avait quitté Israël pour les Etats-Unis, il a déclaré qu’il était « difficile de progresser à l’Institut Weizmann »  qu’il qu’il y avait « toujours un bon niveau scientifique en Israël », mais « je sais qu’il y a des difficultés ».

Benny Warshel, son frère, a déclaré à Radio Israël qu’Arieh a fait grand honneur à l’Etat d’Israël. « Il a combattu dans les guerres de ce pays, la guerre des Six Jours et la guerre du Kippour, et il défend Israël dans les milieux universitaires », a déclaré Benny. « Il est très connecté à ce pays », a-t-il ajouté.

Warshel est né en 1940 au Kibboutz Sde Nahum, dans la vallée de Beit Shean. Il a servi dans l’armée israélienne (atteignant le grade de capitaine), puis est entré au Technion de Haïfa, où il a obtenu un baccalauréat ès sciences en chimie en 1966. Il a obtenu la maîtrise et le doctorat en Physique-Chimie (entre 1967 et 1969), à l’Institut des sciences Weizmann à Rehovot. Il a ensuite fait des études postdoctorales à l’Université de Harvard, est retourné à l’Institut Weizmann dans les années 1970 et a également travaillé pour le laboratoire de biologie moléculaire de Cambridge, en Angleterre. Il a rejoint le corps professoral du Département de chimie de l’USC en Californie en 1976.

 Nobel Prize Lewitt

Michael Levitt ( crédit photo: CC BY Wikipedia)

Levitt, qui est né à Pretoria en 1947, a obtenu son baccalauréat ès sciences à Kings College, Londres et son doctorat en biologie automatisée à l’Université de Cambridge. Il a été membre du Royal Exchange de l’Institut Weizmann en 1967-1968, et y est revenu plus tard comme professeur de chimie physique de 1980 à 1987.

Levitt, lui aussi, a quitté Israël parce qu’il se sentait contrecarré professionnellement, dans l’impossibilité d’obtenir une titularisation à l’Institut Weizmann.

 

Le troisième lauréat, Martin Karplus, est né à Vienne en 1930, et, avec sa famille, a fui aux États-Unis en 1938 pour échapper à l’occupation nazie de l’Autriche. Il a étudié à l’Université Harvard et a obtenu son doctorat de l’Institut de Technologie de Californie.

Son frère Robert Karpus, décédé en 1990, était également un chercheur en théorie de la physique et a été professeur à l’Université de Californie, à Berkeley.

 Nobel Prize Karplus

Martin Karplus (crédit photo: gracieuseté Université Harvard)

La famille Karplus était «une famille juive laïque intellectuelle, symbole de la réussite ». Ils étaient  » notables  » de Vienne, où une rue porte leur nom, selon « A Love of Discovery », la biographie de Robert Karplus publié en 2002.

Dans son raisonnement, l’académie a fait remarquer que dans le passé, les chimistes « utilisaient des billes et des bâtons en plastique pour créer des modèles de molécules. Aujourd’hui, la modélisation est effectuée par les ordinateurs. Dans les années 1970, Martin Karplus, Michael Levitt et Arieh Warshel ont jeté les bases de programmes puissants qui sont utilisés pour comprendre et prédire les processus chimiques ».

Nobel Prize132
Dans un communiqué l’Académie a ajouté que : « Les modèles informatiques reflétant la vraie vie sont désormais d’importance cruciale pour la majorité des progrès réalisés en chimie aujourd’hui. Les réactions chimiques se produisent à une vitesse fulgurante. En une fraction d’un millième de seconde, les électrons sautent d’un noyau atomique à l’autre. La chimie classique a du mal à suivre; il est pratiquement impossible de retracer expérimentalement chaque petite étape d’un processus chimique. Aidé par les méthodes actuellement récompensées par le Prix Nobel de Chimie, les scientifiques laissent les ordinateurs dévoiler les processus chimiques, tels que la purification par catalyseur des gaz d’échappement ou la photosynthèse dans les feuilles vertes ».

L’Académie confirme que le travail de Karplus, Levitt et Warshel   « est révolutionnaire en ce sens qu’ils ont réussi à faire cohabiter les découvertes classiques de la physique de Newton avec les apports fondamentalement différents de la physique quantique. Auparavant, les chimistes devaient faire un choix entre les deux. La force de la physique classique était dans la simplicité des calculs qui pouvaient être utilisés pour modéliser de très grosses molécules. Sa faiblesse était qu’elle n’offrait aucun moyen pour simuler des réactions chimiques. A cet effet, les chimistes devaient à la place utiliser la physique quantique. Mais de tels calculs nécessitaient des capacités informatiques énormes et ne pouvaient donc être effectuées que pour les petites molécules ».

Les lauréats du Prix ​​Nobel de Chimie de cette année, a dit l’Académie « ont pris le meilleur des deux mondes et ont élaboré des méthodes qui utilisent la physique classique et quantique. Par exemple, pour la simulation de la façon dont un médicament est couplé à sa protéine cible dans le corps, l’ordinateur exécute des calculs théoriques quantiques sur les atomes de la protéine cible qui interagissent avec le médicament. Le reste de la grande protéine est simulé en utilisant la physique classique moins exigeante. Aujourd’hui, l’ordinateur est un outil tout aussi important pour les chimistes que le tube à essai. Les simulations sont si réalistes qu’elles prédisent les résultats des expériences traditionnelles »

Ils ont exercé et fait leurs recherches entre des Universités et Instituts de France, Etats-Unis et Israël...

Ils ont exercé et fait leurs recherches entre des Universités et Instituts de France, Etats-Unis et Israël…

Né à Vienne Karplus est rattaché à l’Université de Strasbourg, France, et à l’Université de Harvard, Cambridge, Massachusetts. Levitt, qui détient la citoyenneté britannique et israélienne, travaille à l’Université de Stanford, en Californie. Warshel, qui a la double nationalité américaine et israélienne, est un éminent professeur de l’Université Sud de Californie à Los Angeles.

Le montant du prix est de 8 millions de SEK – soit environ 1,25 millions de dollars – à partager équitablement entre les lauréats.

 Sources :  – 9 octobre 2013 – Par GAVRIEL FISKE  – Adaptation Nancy Verdier

 

 

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif





Articles reliés


Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 9 thoughts on “Trois professeurs juifs – deux d’entre eux israéliens – se partagent le Prix Nobel de Chimie 2013

    1. michel boissonneault

      encore le génie juif qui prouve que les islamistes sont des gens avec
      des siècles de retard sur le reste de l’humanité…..
      je dit bravo a ces gens ( JUIF )qui sont brilliant , intelligent ,génial
      bref tout les antisemites de la terre ont pas les qualité mentionné plus
      haut

    2. moka

      ON ne peut pas dire autant des muzzs , qui n ont été capables de la moindre avancée tecnologique, médicale, physique,…A part dans le terrorisme dont , ils exellent.

    3. Fiodor

      Et le prix Nobel de physique a été attribué à Peter Higgs et François Englert, lequel est Juif également (« Enfant caché ») pendant la guerre.

    4. thom

      quand est ce que vous allez appréciez la science comme autre chose qu’un arme de propagande pro-juive et anti »le reste du monde ».
      sérieusement chaque année c’est la même chose les prix nobel sont principalement juif et voila tout est dit, les juifs sont supérieur a l’humanité et ceux qui ne sont pas d’accord sont des antisémites.
      on pourrai comparé sa a un bodybuilder qui montre ses gros muscles, c’est grotesque.
      l’humilité n’a jamais tué personnes!

    5. Karine

      Thom, votre avis est intéressant et se discute mais vous devriez faire attention à votre orthographe lorsque vous écrivez un commentaire.
      Ceci dit les juifs ne sont pas supérieurs au reste de l’humanité mais leur histoire leur a peut- être appris que le savoir est une richesse qui ne peut pas se perdre, que l’on emmène avec soi comme un bagage invisible et qui peut se transmettre.
      Ceci explique donc cela…

    6. R.S.

      Thorn a son habitude n’a rien compris.
      Un bodybuilder n’apporte rien au monde entier et on ne lui demande pas de l’humilité pour le prix qu’il a gagné par son travail.
      Thorn est effectivement antisémite, peut être ignore t’il sa pathologie. Car sa jalousie l’emporte sur le bon sens.
      Non ces prix Nobel n’ont jamais dit que les juifs sont supérieurs au reste de l’humanité. C’est Thorn qui le suppose car c’est lui qui le dit.

    7. Nancy - Europe-Israel.org Post author

      Monsieur Thom : Si vous deviez un jour quitter votre pays, quelle culture prendriez-vous avec vous?..!!! Si vous n’en avez aucune, vous n’emportez rien avec vous. Les juifs colportent leur culture depuis des millénaires….et le résultat est là. Je vous renvoie à l’article de Dreuz sur les prix Nobel des arabes et musulmans dans le monde…que l’on cherche à la loupe….Désolé, mais tout ne se vaut pas. On ne va pas s’excuser d’être bon dans un domaine.

    8. Finstern

      En même temps, on remarquera qu’il y a peu de prix Nobel Chinois, Indiens, Japonais (il y en a) et que de (très) nombreux pays du « Tiers Monde » ne sont pas représentés . Enfaite, les Européens et les Etats Unis (juifs ou non) restent majoritaire. Cela ne cache t il pas un certain parti pris, ou du moins un manque d’observation du reste du monde?

    9. Ixiane

      Ne le dites pas trop haut : la jalousie des occidentaux pro-arabes gonfle, et s’en prendront à Israël !! comme d’hab .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap