toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Regards sur le déclin français par Guy Millière


Regards sur le déclin français par Guy Millière

Guy Millière:  Je ne me réjouis pas du déclin de la France. Je le constate sans chercher à détourner le regard. Je constate que ce déclin est généralisé.

Il est politique : le poids de la France à l’échelle internationale est devenu dérisoire, et tout ce qui reste à ce pays (à de rares exceptions près) est d’avoir des dirigeants qui prennent des poses arrogantes et vaines.

Sur un plan intérieur, la crédibilité du discours de gauche est en chute libre, ce que reflète la cote de popularité de François Hollande (quelques mois encore à ce rythme et elle tombera en dessous de zéro), et la crédibilité de la droite est à peine plus élevée.

Ce déclin est culturel : il y a, hélas, des décennies que la France ne compte plus guère dans la culture planétaire, et y apporte seulement des fragments d’un prêt-à-penser conformiste détrempé de socialisme rance.

Ce déclin est social : la France est rongée par une paupérisation qui touche désormais une personne sur dix, par un chômage bien plus élevé que ce qu’indiquent les statistiques officielles, par l’extension constante des zones de non-droit, le laxisme de la justice, une fiscalité de plus en plus asphyxiante qui fait fuir et dissuade ceux qui voudraient entreprendre et ne remplit plus les caisses de l’État désormais davantage que vides, alors que le nombre de ceux qui sont condamnés à tendre leur sébile devient de plus en plus élevé.

Ce déclin est économique, bien sûr, et le déclin économique est celui qui rassemble tous les autres déclins : comment une économie pourrait-elle créer de la croissance si les dirigeants politiques semblent ne rien comprendre à l’économie (la gauche) ou réagir de manière pusillanime (la droite) ? Comment pourrait-elle être dynamique si la culture ambiante est asthénique et a l’encéphalogramme plat ? Comment pourrait-elle sortir de l’ornière, alors que pauvreté et chômage entraînent du désespoir et de la marginalisation, que les zones de non-droit et la justice créent un contexte d’insécurité croissante (dissimulée sous les subterfuges, comme le chômage), que la fiscalité est devenue absolument contre-productive, que les déficits se creusent et que les systèmes de redistribution sont en situation de banqueroute (comme c’était prévisible depuis longtemps, puisque la phrase de Margaret Thatcher reste pertinente : il vient toujours un moment dans la redistribution où vous ne pouvez plus redistribuer l’argent des autres, parce qu’ils n’en ont plus ou l’ont mis ailleurs) ?

Je ne me réjouis pas du déclin de la France, non. Je le constate. Je le déplore. Il me consterne et il m’attriste.

Ce qui m’attriste le plus est qu’il me semble qu’il existe désormais un syndrome français. Un ensemble de maladies de l’âme, de la société et des esprits qui fait que les blocages en ce pays s’encastrent dans les blocages, que les scléroses s’ajoutent aux scléroses, et que les cécités s’ajoutent aux cécités.

Je regarde fort peu la télévision française : l’un des avantages du haut débit et des satellites est la possibilité de recevoir des chaînes du reste du monde. Quand je regarde la télévision française, il m’arrive parfois de tomber sur des discours pertinents (il y a, sur BFM Télévision, des chroniqueurs qui comprennent l’économie, la politique et le monde), mais, le plus souvent, j’hésite entre l’envie de rire et celle de pleurer.

Learn Hebrew online

Un certain Alexandre Jardin, ces temps derniers, tient un discours incantatoire et creux en appelant à un sursaut. Sur quelle base ? Il semble l’ignorer lui-même et penser que les incantations et les appels à l’« esprit français » suffiront. Arnaud Montebourg, qui semble ne pas en vouloir à ceux qui l’ont affublé du titre ridicule de ministre chargé du « redressement productif », s’agite au service du « made in France », déploie des « commissaires », élabore des plans et des projets. Il semble se croire en 1950. Il semble ne rien savoir de la mondialisation complexe dans laquelle nous sommes, des règles qui régissent l’ère post-industrielle et le post-capitalisme…

Pathétique. Consternant. Reste-t-il quelque chose ou quelqu’un pour sauver ce pays ? J’aimerais le penser. Il m’arrive d’en douter.

© Guy Millière pour Dreuz.info.

 





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Regards sur le déclin français par Guy Millière

    1. DANY83270

      Monsieur Guy Millière , c’est toujours un plaisir de lire votre prose; en quelques phrases empreintes d’une verve incomparable vous avez brossé brillamment le tableau de la France actuelle; pas besoin d’en dire davantage, on a tout compris du mal français qui sévit dans tous les compartiments de la société contemporaine; si je comprends bien, tout est foutu; sombre perspective en vérité; sauf qu’il reste quand même l’ espoir de trouver la solution grâce l’homme providentiel, de la trempe des géants comme de Gaule, Churchill et Mendès-France qui, certes, avaient leurs défauts mais, ils avaient en commun de mettre l’honnêteté au-dessus de toutes les vertus, ce qui n’est plus le cas des hommes d’Etat qui nous gouvernent.

    2. mefaresh01

      Cher Monsieur Millière,

      Je ne prendrais pas de détours pour vous dire que j’approuve votre article.
      J’oserais même vous dire que si j’avais le talent, le savoir et le temps nécessaires, je me serais fait un plaisir de produire un texte assez semblable.

      Merci d’ écrire tout haut ce que nous marmonnons tout bas.

      Avec mon total soutien.

      Mefaresh 01

    3. danielle

      Pathétique. Consternant. Reste-t-il quelque chose ou quelqu’un pour sauver ce pays ? J’aimerais le penser. Il m’arrive d’en douter. » » »

      oui tout semble tragique, mais je sais que quelqu’un attend que l’on se tourne vers LUI.le réveil se fait peu à peu par ce biais là, car l’homme s’il n’est pas confronté à la douleur de voir ses repaires vasciller fait ce qui lui plait sans tourner son regard vers le créateur et ne se donne totalement à sa volonté.
      croyez-vous à cela ?

    4. GUEDJ Eliaou Gaston

      LE SUGNE AVANT COURREUR DE LA FIN
      Guy millière nous trace le tableau noir de la dérive politique qui conduit la nation à son déclin .S’il est vrai que le déclin d’une nation est le signe avant coureur r de la fin il faut se poser la question face aux inconséquences inconscientes du pouvoir il faut s’interroger si l’on ne prêche pas dans le désert.
      Dans la tradition juive dans l’après midi de la journée solennelle de Kippour nous lisons le texte de Jonas riche d’enseignements sur notre époque .
      Jonas un honnête homme ordinaire se sent brusquement investi d’une mission divine ; apprendre à la puissante et florissante cité de Ninive qu’elle court à sa perte et qu’elle disparaîtra .
      Comment disent tous ces gens bien pensants bien i intentionnés politiques intellectuels experts économistes ou autres intelligents habitués à ne pas s’éloigner de leur nombril écouter ce cul terreux ignorant qui dérangerait le ronron de la cité ?
      Il arriva ce qui devait arrivé plu personne ne se souvient de Nivice .
      Ainsi va la France l’Europe en particulier et l’occident dans son ensemble supposé être la civilisation et par suite ont envisagé les concepts économiques et politiques aux autres nations .
      IlDe la liberté et du bonheur rêvés américains il en résulte un cauchemar mondial . .
      En 1978 S Solarisation en exil aux Etats Unis invité par les Etudiants de Harvard est invité à s’exprimer sur le modèle occidental . Dans un réquisitoire sans appel il prophétisa dans son texte le déclin du courage civique l le désordre mondial signe avant coureur de ce qur les chrétiens appellent l’apocalypse que je dirai plus simplement la fin de la civilisation occidentale .
      Mais tous ces gens bien intentionnés politiques intellectuels économistes experts ou autres intelligents sont-ils aveugles au point de s’employer à ne pas voir cette évidence et sourd au point de ne pas entendre les réalistes qui nous alertent de l’avenir que ces génies nous préparent :le meilleur des mondes d’Aldous Huxley
      A mon sens il n’est pas d’autre alternative que celle que Frankeibraulr au sens de la nation et de l’identité nationale ou nous résoudre à disparaître . bnous propose : Revenir

    5. hirondelle de rivage

      J’ai toujours un immense plaisir a vous lire Monsieur Milliere meme lorssque ce que vous ecrivez est si triste si deprimant qu’on en pleurerait. Mais vous decrivez toujours la verite et cela ne sert a rien de se fermer les yeux. Votre analyse est si juste si clairement dite que l’on ne peut que l’approuver. Merci encore.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *