toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Propos négationnistes. Le fondateur de Breiz Atao une nouvelle fois condamné


Propos négationnistes. Le fondateur de Breiz Atao une nouvelle fois condamné

Le fondateur de Breiz Atao a été condamné vendredi à huit mois de prison avec sursis et 5 000 € d’amende pour « apologie de crime contre l’Humanité, provocation à la haine et contestation de crime contre l’Humanité » par le tribunal correctionnel de Paris.

Boris Le Lay, qui est aussi le rédacteur en chef du site Breiz Atao, a par ailleurs été condamné à verser 1 500 € de dommages et intérêts et 800 € pour les frais de justice à chacune des associations parties civiles : Ligue des droits de l’Homme, Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples et le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme.

Le parquet de Paris avait ouvert une enquête à la suite d’une plainte de la LDH visant ce site, hébergé aux Etats-Unis, qui présente de nombreux articles à caractère antisémite.

Coupable d’apologie de crime contre l’humanité

Dans son jugement, consulté par l’AFP, le tribunal correctionnel rappelle que le prévenu, qui n’était ni présent à l’audience ni représenté par un avocat, a publié des propos exprimant « le souhait que se reproduise un second holocauste ». L’emploi d’autres termes justifiait et approuvait« de manière explicite la solution finale », notent les magistrats.

Le tribunal l’a ainsi reconnu coupable d’apologie de crime contre l’Humanité.

Le tribunal a estimé que « le prévenu provoque à la discrimination, à la haine et à la violence envers les juifs » en leur attribuant d’avoir pour « projet de gouverner le monde à leur seul profit ».

Enfin, pour avoir remis en cause la véracité de témoignages concernant les crimes nazis contre les juifs, Boris Le Lay a été déclaré coupable de« contestation de crime contre l’Humanité ».

Jusqu’à 1 500 internautes par jour sur son blog

Learn Hebrew online

Dans son jugement, le tribunal rappelle que ce blog touche un large public, le prévenu ayant revendiqué en janvier 2010 quelque 1 200 lecteurs par jour, avec des pointes à 1 500. Les juges soulignent que le blog a été « délibérément » hébergé à l’étranger « afin de rendre plus difficiles la fermeture du site » et « les poursuites judiciaires encourues ».

À la police qui était venue l’interroger au domicile de sa mère en Bretagne, Boris Le Lay avait déclaré être titulaire d’une licence d’histoire, d’un brevet de crêpier. Sans emploi ni revenus, il avait expliqué vivre également au Japon où il serait marié, mais avait gardé le silence concernant les faits.

Déjà condamné pour des propos sur le site Breiz Atao

À noter que le 24 septembre dernier, Boris Le Lay avait aussi été condamné par le tribunal de Brest, pour ses propos discriminatoires à l’encontre de la conseillère générale Marie Gueye. En janvier 2011, il avait aussi été condamné à 18 mois de sursis et à plus de 10 000 € de dommages et intérêts à l’encontre du sonneur quimpérois Yannick Martin et des deux élus bretons la conseillère régionale UDB Mona Bras et le maire PS de Quimper, Bernard Poignant.

Ouest-france





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *