toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Festival du Film de Toronto : La Propagande palestinienne envahit les arts au Canada


Festival du Film de Toronto : La Propagande palestinienne envahit les arts au Canada

Le Festival du film palestinien de Toronto utilise les arts pour diaboliser l’Etat d’Israël. L’événement est promu par la Fédération canado-arabe, qui a été condamnée par le gouvernement canadien pour son soutien au Hamas et au Jihad islamique.

La propagande palestinienne s’est intensifiée d’un cran à l’occasion du Festival du Film de Toronto, en se livrant à une manipulation des arts pour dramatiser son message. Le sixième congrès annuel du film palestinien à Toronto [TPFFopened]  s’est ouvert le samedi 28 Septembre dans les pas du célèbre Festival du Film de Toronto [Toronto International Film Festival]. Bien que se disant « dédié à la présentation au grand public de films, spectacles musicaux, cuisine et art», il est plus précisément un festival de propagande mettant en avant la victime palestinienne et dépeignant Israël comme un criminel. L’événement est organisé par la Fédération canado-arabe [Canadian Arab Federation], qui a été condamnée par le gouvernement canadien pour son soutien au Hamas et au Jihad islamique [condemned].

Caveau des Patriarches à Hébron

Caveau des Patriarches à Hébron

Le TPFF a été fondé en 2008 en hommage au 60e anniversaire de la Nakba , ou  » Jour de catastrophe », selon les palestiniens, pour commémorer le 15 mai au lendemain de la Déclaration d’Indépendance d’Israël en 1948.

Le festival commence avec la première canadienne du documentaire outrancier et dramatique d’Abdallah Salem Omeish : « La guerre autour de nous,  » qui raconte les expériences de deux journalistes d’Al -Jazeera – Ayman Mohyeldin et Sherine Tadros – en mission à Gaza au moment où Israël rompt un cessez le feu de quatre mois avec le Hamas pour lancer une attaque militaire le 4 Novembre 2008, dont l’objectif est de détruire un tunnel creusé par les Palestiniens, par lequel ils projettent de kidnapper des soldats israéliens postés à proximité.

Mohyeldin et Tadros, les seuls journalistes à couvrir les évènements, ont saisi des images émotionnelles et horribles de civils blessés ou tués dans le bombardement, prétendant apporter la preuve qu’Israël a menti  sur les « frappes chirurgicales ». Le documentaire montre qu’une école de l’ONU a été l’une des cibles.

Le Magazine NOW de Toronto [Toronto’s NOW Magazine]  a décrit les effets documentaires comme « culottés mais finalement inutiles ; si les séquences seules ne suffisent pas à attiser votre colère, c’est tout simplement que votre attention est ailleurs», tout en déclarant l’ensemble du festival du film palestinien de Toronto comme étant « presque par définition, un événement politique. »

Également en lice, l’un des films les plus marquants du monde arabe au cours des dernières années, selon le Toronto Star [Toronto Star  ] «Quand je vous ai vu » d’Annemarie Jacir, qui montre les expériences de réfugiés fuyant les «hostilités israélo-arabe » qui se sont emparées de la région en 1967, au travers du regard d’un jeune garçon de 11 ans dans un camp de réfugiés en Jordanie avec sa mère en détresse. Ses frustrations se transforment bientôt en actes de rébellion, et il rejoint les terroristes qui se préparent à retourner à la frontière.

Un autre film, «Infiltrés », par Khaled Jarrar montre des « Palestiniens passant par-dessus, par dessous et au travers du mur  » Le documentaire « Ceci est ma Terre … Hébron » affiche encore une autre perspective angoissante, peignant les israéliens comme auteurs de violations des droits de l’homme. Les réalisateurs Giulia Amati et Stephen Natanson emmènent le spectateur dans la ville d’Hébron, où environ 600 israéliens résidant dans les implantations et le soldat de garde sont dépeints comme rendant la vie quasiment impossible « aux 160,000 voisins palestiniens avec des couvre-feu impromptus, des points de contrôle et des graffitis offensants »

En prévision de cet événement, un débat sur Palestine Reel (Palestine en ‘bobine’ / film documentaire) avait eu lieu le 9 Septembre à l’Université de Innis Town Hall de Toronto. Il comportait un entretien avec des cinéastes palestiniens au TIFF, et a été co -parrainée par l’Institut des études cinématographiques de l’université.

 

Tapis rouge au festival de Toronto

Tapis rouge au festival de Toronto

Le mobile de la propagande du festival a été évoqué par Jackie Reem Salloum, directeur de l’un des documentaires, qui a déclaré à Al Jazeera « Hollywood ne sait rien de la question palestinienne. » Salloum a conseillé en outre aux parents palestiniens d’encourager leurs enfants à raconter leurs histoires au travers d’expressions artistiques et via les médias.

Une publication [One publication]  décrit le festival comme un recueil de nouvelles montrant l’ «occupant» sous un jour  inhumain, fourbe et brutal, tandis que les palestiniens développent «ressources et talent », « courage et détermination » dans la lutte pour leur survie.
Les arts ont toujours constitué un outil puissant pour façonner une culture, et le Festival du film palestinien de Toronto utilise les arts pour diaboliser l’Etat d’Israël.

Sources : The Gatestone Institute – 2 octobre 2013 – Par Christine Williams – Traduction Nancy Verdier

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap