toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Et si l’on reparlait de la corruption palestinienne…


Et si l’on reparlait de la corruption palestinienne…

Pas un mot des « humanitaires » concernant  le détournement [palestinien] de l’aide civile à des fins inavouables.
Le mouvement palestinien s’imagine vivre en dehors des lois de la politique, de la nature et de l’économie. Si on le laisse faire, il peut continuer à réclamer toujours davantage de subsides de la communauté internationale. 

****************

 

L’Autorité palestinienne et le Hamas occupent un territoire scindé en deux avec deux gouvernements ennemis – les deux sont des dictatures avec tout l’arbitraire et le manque de confiance qu’ils inspirent; une multitude de factions armées qui se combattent entre elles et, parfois, tuent des Israéliens; un système scolaire qui enseigne aux enfants que l’ Armée de Défense d’Israël (IDF) a mangé Mickey Mouse et que les juifs n’ont pas d’histoire au pays de la Bible; une culture civique qui vénère les kamikazes (bombes suicides) et les mères qui semblent se délecter de la disparition de leurs enfants dans un bain de sang ; et une économie qui ne produit rien de valable pour l’exportation. Pourtant, il fonctionne sur le principe qu’il sera renfloué par un soutien politique européen et américain et des largesses internationales. Et qu’Israël sera rendu responsable de l’échec économique palestinien.

Loading...

Deux évènements cette semaine, pourraient bien entamer l’éternelle naïveté des européens et des américains et leur complaisance face au récit palestinien.

Israël a encore découvert un énorme tunnel courant de Gaza jusqu’en Israël, construit avec des dalles de béton dont Israël autorisait l’importation pour la construction de maisons. Et l’Union européenne, le plus grand fournisseur d’aide économique aux palestiniens, a découvert lors d’un audit que l’Autorité palestinienne a volé, perdu ou détourné 2,7 milliards [$2.7 billion] de dollars en fonds de développement de l’UE.

dollars2

Israël et l’Egypte maintiennent un embargo sur une variété de marchandises entrant à Gaza à la suite des attaques à la roquette par le Hamas et l’enlèvement du soldat israélien Gilad Shalit (libéré depuis). La Commission Palmer de l’ONU jugé le blocus légal en vertu du droit international,[legal under international law] mais Israël a été fustigé par les organisations «humanitaires» pour son embargo sur les matériaux de construction, qui selon les affirmations d’Israël peuvent être détournées à des fins militaires. Le mois dernier, cependant, comme la bande de Gaza ressentait les effets d’un embargo beaucoup plus stricte par l’Egypte et la destruction de peut-être 90% de ses tunnels de contrebande, Israël avait autorisé aux ciments et autres matériaux de construction d’entrer. C’était un geste humanitaire qui a abouti à la construction par le Hamas d’un tunnel de 1,7 km, bétonné à 60 mètres sous terre, et pénétrant de plus de 500 mètres en terre d’Israël.

tunnel

Selon l’armée israélienne,[ the IDF] il était éclairé et avait un rail pour un petit chariot , «probablement destiné à transférer des terroristes ou des soldats d’un côté à l’autre rapidement. ». C’était en somme, un tunnel sans valeur économique, conçu pour kidnapper des soldats israéliens et les transporter dans la bande de Gaza pour obtenir une rançon ou semer le chaos.

Pas un mot des « humanitaires » sur le détournement de l’aide civile à des fins malveillantes.

Les détournements de fonds de l’aide européenne et américaine par les palestiniens n’est tout simplement pas un phénomène nouveau (pour avoir quelques échantillons, voyez 2007, 2009, 2010, 2012, et depuis le début de l’année 2013. [here in 2007here in 2009here in 2010here in 2012, and here earlier this year] . Ce n’est pas pour rien que 78 % des palestiniens pensent que l’Autorité Palestinienne est corrompue [corrupt] et que 64 % pensent que le Hamas est corrompu. Les palestiniens se créent une crise financière perpétuelle, dont – avec l’aide des institutions internationales – ils rendent Israël responsable.

Learn Hebrew online

Dans son plus récent rapport, la Banque mondiale a mis la crise économique palestinienne sur le compte des checkpoints israéliens [Palestinian economic crisis] . C’est-à- dire que le droit des palestiniens à pratiquer le terrorisme contre son voisin (et partenaire commercial le plus pratique) déjoue les préoccupations de sécurité israéliennes.

Mais si les conclusions de l’audit de l’UE ne sont pas une surprise, les contribuables européens pourraient prendre le temps de se pencher d’un œil critique sur l’ampleur de la fraude, à la fois en termes économiques et politiques.

En 2004, l’Autorité Palestinienne a été parmi les premiers membres de la Politique européenne de Voisinage (Neighborhood policy).  Depuis 1995 elle est  membre du Partenariat euro -méditerranéen et, depuis 1997, l’UE et l’OLP ont un accord d’association intérimaire sur le commerce et la coopération. L’UE participe à la formation des services de sécurité palestiniens et fournit une assistance technique pour la création de tribunaux qui répondent aux normes juridiques internationales. Ces accords impliquent la responsabilité de la part des Palestiniens dans les institutions  internationales.

Loading...

Et puis il y a l’argent.[money]. En 2013, le soutien financier direct à l’Autorité Palestinienne devait être de 124 millions de dollars, supérieur aux 115 millions de dollars de 2012, plus  97 millions de dollars supplémentaires pour les  » projets », et une moyenne de 136,5 millions de dollars annuellement à l’UNRWA. Et puis il y a en plus de tout cela, les « programmes ». L’AP est admissible à recevoir de l’argent de l’UE à travers le Partenariat pour la Paix – 6,8 millions de dollars pour 2013 : le Programme de coopération transfrontalière ; Investissements pour la population, et le programme Mundus External de coopération Erasmus et des programmes Tempus (enseignement supérieur). En 2012, l’UE a mis une cagnotte supplémentaire pour l’UNRWA via son programme d’aide alimentaire, un filet de sécurité sociale (54,3 millions de dollars) , et le programme Instrument de stabilité (10,2 millions de dollars ), des sommes qui devraient être fournies à nouveau en 2013. Mis bout à bout, le total s’élève à près de 500 millions de dollars annuellement.

De l’autre côté de l’équation on trouve la mathématique du budget palestinien.budget math]. L’Autorité palestinienne en 2013, prévoit de prendre en chiffre d’affaires  2,88 milliards de dollars et un déficit de 1,4 milliards de dollars, qu’elle prévoit de couvrir avec l’aide étrangère – y compris quelque 400 millions de dollars des États-Unis[$400 million] (sans compter plus de 70 millions de dollars pour les services de sécurité palestiniens et 200 millions de dollars pour le budget de l’UNRWA )[$70 million to the Palestinian security services and $200+ million to UNRWA]. Il convient de noter [noted] que le budget du Hamas est distinct de celui  du Fatah en Judée-Samarie, mais le calcul est similaire [math is similar]. Le chiffre d’affaires attendu par le Hamas en 2013 est de 243 millions de dollars, contre des dépenses prévues de 897 millions de dollars, le déficit de 654 millions de dollars devant être couvert par des dons (à partir de l’Iran? ). La destruction des tunnels de contrebande par l’armée égyptienne pourrait forcer une révision des chiffres, mais à titre de comparaison [comparison], en 2012 , le Hamas avait prévu des revenus de 60 millions de dollars et un déficit de 480 millions de dollars .

C'était il y a 6 ans, au moment du départ des israéliens...

C’était il y a 6 ans, au moment du départ des israéliens…

L’histoire du départ d’Israël de Gaza en 2005, est bien connue. Il n’y avait pas d’embargo de Gaza, aucun obstacle à l’activité économique palestinienne indépendante [economic opportunities]. En fait, l’agence palestinienne Ma’an était enthousiaste à l’idée des possibilités économiques à Gaza, notamment avec l’acquisition des serres et de l’équipement agricole que les Israéliens laissaient derrière eux dans un contrat de 14 millions de dollars. Il est également bien connu que les pilleurs palestiniens ont attaqué les serres,[ attacked] et au début de 2006 , les 100 millions de dollars d’exportations annuelles vers l’Europe qu’ils avaient produits étaient anéantis.[ destroyed]

Gaza aujourd'hui : Un tunnel au milieu d'une serre ravagée

Gaza aujourd’hui : Un tunnel au milieu d’une serre ravagée

Ce qui semble moins bien compris, c’est que les choix palestiniens, à la fois  à Gaza et en Cisjordanie, ont des conséquences économiques. La violence terroriste contre les Israéliens et les tirs de roquettes renforcent la position d’Israël pour la «sécurité d’abord » et non le « développement économique d’abord » vis-à-vis de ses voisins palestiniens. L’UE et d’autres bailleurs de fonds internationaux veulent croire que les mesures de sécurité d’Israël sont responsables de la pauvreté palestinienne et que l’attitude des palestiniens envers Israël est une conséquence de leur pauvreté.  Peut-être que les 2,7 milliards de dollars d’aide volés aux contribuables européens vont attirer leur attention et leur colère.

Ce serait une première étape vers une vision rationnelle des effets des  destructions violentes commises par l’Autorité Palestinienne et le Hamas non seulement contre Israël, mais aussi contre la population palestinienne.

Par Shoshana Bryen – Traduction Nancy Verdier
Sources : 17 octobre 2013 http://www.gatestoneinstitute.org/4022/palestinian-corruption

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 11 thoughts on “Et si l’on reparlait de la corruption palestinienne…

    1. Benoche

      L’europe… le continent ayant que des organisations anti-israélienne mais aucune organisation pro-palestinienne. Une fois qu’on a compris cela, il ne faut plus chercher plus loin pour comprendre.

    2. michel boissonneault

      il y a une expression qui dit : le fruit tombe rarement loin de l’arbre
      donc si les juifs travaillent fort a construire des maisons, des commerces
      des études supérieur mais surtout un pays parcontre les musulmans ce mangent, ce volent, s’exploitent l’un contre l’autre donc pour eux
      la corruption est une normalité

    3. Elie

      A QUAND UNE ENQUETE INTERNATIONALE ???????????????????

      QUAND LE MONDE VA ENFIN OUVRIR LES YEUX ET ARRETER SON

      HYPOCRISIE ,,,,,,,,,,,,,FACE AU VOL ORGANISE ??????

      QUAND L’EUROPE VA – T-ELLE STUPIDEMENT LARGUER DES

      MILLARDS D’EUROS A UNE BANDE DE VOYOUS ,FAINEANTS , VOLEURS ,

      ASSASSINS QUI TERRORISENT ET TUENT DANS LE MONDE ENTIER ???

    4. Richard C.

      Détruire le mur de sécurité? C’est une bonne option…
      Après avoir chassé toute la vermine qui se trouve de l’autre côté.
      ……….
      VITE!
      …………..
      TRES VITE !!!

    5. jcg

      La solution est dans le comportement des palos , qu ils continuent qu ils se tuent entre eux ,que les eurabiens les financent Pendant ce temps en Israel on construit .
      Malheureusement avec la terreur des arabes et l aval des eurabiens et fabuise ,le ministre actuel.

    6. Pierre

      Il y a des années, j’ai assisté, au Conseil de l’Europe, à un exposé de François Zimeray (cf Google) sur le manque de contrôle et l’absence de justificatifs des sommes versées par l’UE aux corrompus et aux terroristes, permettant en plus de « fabriquer des manuels scolaires haineux à l’égard d’Israël. » …
      Rien de changé, depuis…il suffit de lire Raymond Ibrahim, Co-directeur du Middle East Forum.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *