toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

4ème Partie – Fabrication et Exploitation de la Compassion : Mystification des médias par la propagande palestinienne


4ème Partie – Fabrication et Exploitation de la Compassion : Mystification des médias par la propagande palestinienne

Dans cette quatrième et dernière partie, Philippe Assouline montre la pression que les palestiniens font peser sur les journalistes et agences de presse. « Dites que je suis une victime, sinon… » : contrôles et intimidation des journalistes….
Ci-contre, journalistes étrangers molestés par la police de Gaza

Cette étude de Philippe Assouline a été publiée in extenso dans JCPA.org en septembre dernier. Europe-Israël la présente aujourd’hui en quatre  parties afin de continuer à démonter  le système de propagande mis en place par les arabes et le mouvement palestinien de Yasser Arafat.  

Rappelons qu’en 1948, il y avait environ 600 000 réfugiés arabes qui pour la plupart restèrent sur place, tandis que d’autres fuirent vers des pays voisins. La Transjordanie annexant la région de Judée-Samarie, entre l’Etat d’Israël et le Jourdain attribuée aux populations arabes, reçut la plus forte proportion de réfugiés… Les autres pays d’accueil étant la Syrie, l’ Egypte, et dans une moindre proportion le Liban. 
Rappelons que les Nations Unies mirent en place  pour ces réfugiés,  une agence spécifique,  l’UNWRA avec un système inique comportant un statut héréditaire de réfugié subventionné, bouchant tout avenir pour ces 600 000 réfugiés et créant une bombe à retardement pour Israël. 
Rappelons pour mémoire, qu’il y avait alors de par le monde 50 millions de réfugiés…!!!!
Rappelons que c’est en 1964  que le colonel Nasser, avec le soutien de la Ligue Arabe, fonda l’OLP, organisation politique et paramilitaire avec à sa tête Ahmed Choukeiry dans le but de “libérer la totalité de la Palestine” (telle que sous mandat de la SDN puis de l’ONU) et dont l’activité essentielle devint le terrorisme contre les habitants de l’état hébreu. Les populations furent dès lors utilisées comme armes de guerre diplomatiques. 

C’est ce mouvement qui changea de dimension après la guerre de 1967 provoquée par les arabes et leur débâcle. Yasser Arafat – de la famille Husseini de l’ancien grand mufti de Jérusalem – en prit la direction en 1969 jusqu’à  sa mort à Clamart en 2004.
Rappelons enfin que c’est sous la houlette de Yasser Arafat, que  l’Occident et les médias qualifiant ces réfugiés arabes de « palestiniens » contribuèrent à l’une des plus grandes manipulations de ce siècle : l’invention d’un peuple pour éradiquer Israël de la région et la mise en scène d’informations factices pour discréditer Israël comme ce fut le cas de l’affaire al Dura.

L’un des sommets de cette perversion de l’information à été atteint lors de l’exposition du Musée du Jeu de Paume l’été 2013 à Paris,  avec la présentation de photos de terroristes palestiniens rehaussés du titre de « martyrs» et comparés aux résistants anti-nazi en lutte contre l’occupant  allemand.

 

*****

 

4. « Dites que je suis une victime, sinon »: contrôle palestinien des intérimaires, des journalistes free-lance et des locaux de Point Presse.

Les administrations palestiniennes – que ce soit l’Autorité Palestinienne en Judée Samarie, ou le Hamas dans la bande de Gaza – se conforment strictement à l’imagerie des palestiniens comme victimes irréprochables en jouant purement et simplement sur l’intimidation des journalistes. En outre, les journalistes palestiniens sur lesquels s’appuie l’Occident ont souvent ouvertement un parti-pris et sont hostiles à Israël.

En 2001, le ministre de l’Information de l’Autorité Palestinienne, Yasser Abed Rabbo, a averti une délégation d’Association de Presse étrangère, (qui s’était plainte que les journalistes couvrant les célébrations palestiniennes du 9 -11 avaient été menacés) par un communiqué en termes non équivoques, que « les intérêts nationaux palestiniens viennent avant la liberté de la presse. »(95). En effet, de nombreux journalistes ont été menacés sous le règne de Yasser Arafat pour avoir rendu compte de faits préjudiciables à l’image des palestiniens, affirmant que ces reportages « portent… atteinte aux intérêts et à la réputation du peuple palestinien dans sa lutte»(96). Lors d’un incident notoire, le journaliste Ricardo Cristiano a jugé nécessaire de s’excuser publiquement auprès de responsables palestiniens pour la distribution de sa bande vidéo de lynchage barbare et de démembrement de deux réservistes israéliens perdus dans une foule palestinienne en Octobre 2000.

Un certain nombre d’équipes de tournage ont été violentées et ont vu leur matériel confisqué simplement pour avoir filmé des scènes macabres(97).  Les Palestiniens ne pouvaient tout bonnement être montrés comme agresseurs, même quand ils l’étaient.

 

Les reporters à Gaza doivent avoir des "sponsors" approuvés par le Hamas

Les reporters à Gaza doivent avoir des « sponsors » approuvés par le Hamas

 

Ces exemples de prescription du narratif palestinien par la contrainte et la violence sont loin d’être uniques(98).  Au cours des dernières années, le Fatah a réprimé, souvent violemment, les journalistes identifiés comme menaçant les «valeurs palestiniennes» et a utilisé les accréditations de presse comme moyen d’intimidation pour que ces journalistes se conforment aux mots d’ordres(99). Les choses ne vont guère mieux sous le gouvernement du Hamas à Gaza où, selon Freedom House, «Les médias ne sont pas libres »(100).  
Les forces du Hamas ont « perquisitionné les bureaux de Reuters, CNN et NHK (chaîne japonaise) en s’attaquant à des journalistes et en détruisant leurs équipements», et ont fermé des agences non conformes(101). Le Hamas a également torturé des bloggers(102).

La mise en pratique du narratif de la victime malheureuse ne s’arrête pas à l’intimidation. Un certain nombre d’éminents journalistes d’agences de presse internationales sont simultanément salariés de deux administrations palestiniennes(103).  L’Agence France Presse et Associated Press – dont les dépêches sont reprises par des milliers  d’agences de presse à travers le monde – ont toutes deux recours à des journalistes ayant des liens étroits avec l’Autorité Palestinienne (104).  

Il n’existe vraisemblablement, aucun autre conflit dans le monde pour lequel des propagandistes payés par un bord se voient confier la mission d’informer objectivement l’Occident.

 

Ce journaliste italien fut kidnappé par le Hamas et exécuté. Il était pourtant très pro-palestinien...

Ce journaliste italien fut kidnappé par le Hamas et exécuté. Il était pourtant très pro-palestinien…

Même les intérimaires palestiniens et les journalistes qui n’émargent pas comme salariés du Fatah ou du Hamas « fonctionnent souvent ouvertement ou secrètement comme des ‘assistants’ à la manière des ‘escortes’ de presse de l’ancien KGB soviétique »(105).  
En effet, la Charte du Hamas appelle explicitement les « gens des médias … à tenir leur rôle », ajoutant que  « [l]e terme efficace, le bon article, le livre utile, le soutien et la solidarité … tous sont des éléments du Jihad pour l’amour d’Allah »(106).  

L’Article 7 de la Charte de l’OLP est un appel à ce que « tous les moyens d’information » soient exploités au service de la lutte des palestiniens (107).  Qu’ils soient mus par ces incitations explicites, ou tout simplement parce qu’il leur manque une forte tradition de journalisme démocratique(108), les intérimaires palestiniens communément considèrent  leur travail comme une lutte contre Israël et fonctionnent sous « un ensemble tacite mais ferme de règles » qui consistent à ne pas contester les palestiniens(109).

Selon l’observatoire des médias Honest Reporting, « les journalistes arabes travaillant pour CNN, Reuters, Associated Press et d’autres grands fournisseurs de presse occidentales au Moyen-Orient, [ne] pensent pas qu’il [y ait] une contradiction entre leur travail en tant que journaliste pour une organisation internationale et leurs prises de position  extrêmes anti-israéliennes »(110)

Un grand reporter de la BBC, Fayad Abu Shamala – qui avait déclaré en 2001 à une réunion que les journalistes « menaient campagne
[contre Israël] main dans la main avec le peuple palestinien » – a été révélé membre du Hamas par le responsable du Hamas Fathi Hamad (Malgrè tout, la BBC a refusé de lui faire quitter son poste) (111).  De même, Talal Abu Rahmeh, le cameraman palestinien qui a filmé [le simulacre] de la mort de Mohammed Al Dura, a déclaré à un journal marocain en 2001, qu’il est devenu journaliste pour lutter en faveur du peuple palestinien (112)

Selon Jay Bushinsky, un vétéran de l’Association de Presse étrangère les free-lance palestiniens dont l’Occident est de plus en plus dépendant sont rarement des « journalistes impartiaux. Ils ont une mission et ne fournissent  rien qui puisse être préjudiciable à leur directoire » (113)

Rien de surprenant à ce que, selon le rapport de Freedom House 2012 sur la liberté de la presse dans les territoires palestiniens «[ l]a pression cumulée » affectant la couverture médiatique des palestiniens « a conduit de nombreux journalistes à pratiquer l’autocensure » (114)


Les arguments défensifs ne sont pas suffisants

La compassion est une adaptation évolutive puissante qui, lorsqu’elle est déclenchée par des images de souffrances indues, entrave notre capacité à porter des jugements moraux rationnels. Et de même que le sexe est vendeur, il en va aussi de la compassion. L’expérience de la compassion est en fait psychologiquement gratifiante et nous oblige à nous mettre de façon constante du côté des victimes perçues comme telles, indépendamment d’un ensemble de réserves ou de la réalité des faits.

Cette photo d'une fillette hospitalisée a été en réalité prise en Syrie et non pas à Gaza. Il est toujours tellement facile d'accuser Israël....

Cette photo d’une fillette hospitalisée a été en réalité prise en Syrie et non pas à Gaza. Il est toujours tellement facile d’accuser Israël….

Grâce à la mise en danger délibérée d’enfants, d’imagerie préfabriquée, la rhétorique manipulatrice et l’intimidation des journalistes, les palestiniens se sont habilement refaçonnés en victimes innocentes de la cruauté, et ont ainsi capitalisé sur la compassion du public. En conséquence, les palestiniens sont maintenant portés par le soutien de millions de personnes en Occident. Et, après avoir cimenté leur image d’innocentes victimes, les crimes des palestiniens sont systématiquement supposés être de simples réactions aux infractions israéliennes. Les défenses factuelles avancées par Israël pour défendre sa réputation ne font que renforcer l’impression que les palestiniens ont été lésés.

Les Israéliens ont longtemps essayé de gagner les esprits avec une multitude d’arguments défensifs et des justifications juridiques, et ont perdu. Les Palestiniens se sont au contraire servis de la souffrance supposée des enfants en pariant sur les émotions suscitées, et ils ont gagné. Si Israël veut reconquérir son honneur, il faut d’abord « dé- infantiliser » les palestiniens aux yeux des Occidentaux. Plus important encore, Israël devra également se définir dans le monde d’une manière qui soit au moins aussi attrayante émotionnellement que la saga victimaire des palestiniens. Plutôt que de combattre des accusations fallacieuses avec des faits impersonnels, Israël doit lutter contre l’exploitation de la compassion populaire par la propagande avec son propre récit, émouvant mais moralement correct.

 

Fin de la 4ème et dernière  partie – Pour consulter la 1ère partie cliquez ICI – Pour consulter la 2ème partie, ICI
Pour consulter la 3ème partie, cliquez ICI

 Philippe Assouline – 9 septembre 2013 – Traduction Nancy Verdier
ORIGINAL @ JCPA here: http://jcpa.org/article/manufacturing-exploiting-compassion-abuse-media-palestinian-propaganda/

Philippe Assouline, est avocat, journaliste freelance et militant politique poursuivant actuellement ses recherches d’études doctorales  (PhD) en relations Internationales à UCLA (Californie), avec comme thème fondamental la culture et son influence dans le conflit  Arabo-Israélien. Il contribue fréquemment au Times of Israel et au Huffington Post, ainsi que sur des blogs. 

Notes : de 95 à 114

95. Interview with a deputy bureau chief of a leading Jerusalem-based international news agency, November 17, 2002, reported at http://www.jcpa.org/brief/brief2-23.htm.
96. Bassem Eid, November 17, 2002. For other instances of Palestinian intimidation of the press, see Freedom House 2000 report, http://www.freedomhouse.org/pfs2000/reports.html#ispa, and the 2000 Amnesty International Annual Report, http://web.amnesty.org/web/ar2001.nsf/webmenafr?OpenView, “Palestinian Authority: Silencing Dissent” (AI Index: MDE 21/016/2000) reported by http://www.jcpa.org/brief/brief2-23.htm. See also “AP protests threats to freelance cameraman who filmed Palestinian rally,” September 12, 2001, http://arabterrorism.tripod.com/terrorism3.html at same. See also http://www.aish.com/jw/me/48883522.html; http://honestreporting.com/articles/critiques/Tel_Aviv_Fallout.asp.
97. http://www.jcpa.org/brief/brief2-23.htm.
98. http://www.aish.com/jw/me/48883522.html.
99. http://www.cpj.org/2012/04/palestinian-authority-detains-questions-two-journa.php; http://www.cpj.org/2012/07/palestinian-security-forces-assault-journalists-co.php; http://www.freedomhouse.org/report/freedom-press/2012/west-bank-and-gaza-strip; http://www.cpj.org/2012/04/palestinian-authority-blocks-critical-websites.php; http://www.cpj.org/2013/04/palestinian-journalist-pardoned-for-insulting-pres.php; http://www.jcpa.org/brief/brief2-23.htm.
100. http://www.freedomhouse.org/report/freedom-world/2013/gaza-strip.
101. http://www.freedomhouse.org/report/freedom-press/2012/west-bank-and-gaza-strip; http://www.freedomhouse.org/report/freedom-world/2013/gaza-strip. Hamas closed the LENS outfit merely for offering its broadcast services to an Israeli news channel. http://www.nytimes.com/2013/07/26/world/middleeast/hamas-closes-news-media-outlets.html?_r=0; http://cpj.org/2013/07/hamas-closes-two-media-offices-in-gaza.php.
102. http://www.freedomhouse.org/report/freedom-press/2012/west-bank-and-gaza-strip. For more examples of Hamas’ crushing of dissent in the media, see http://blogs.timesofisrael.com/speaking-power-to-truth-in-gaza-and-the-west-bank-repression-of-progressive-artists-in-the-palestinian-territories/.
103. For an in-depth study of Palestinian insiders as journalists, see http://honestreporting.com/palestinian-insiders/.
104. As egregious examples, Majida al-Batsh, who even considered running for PA presidency, was a Palestinian affairs correspondent for AFP for years, though she was also employed by the PA’s official paper, Al-Ayyam. AFP’s Adel Zanoun was also the chief reporter for the PA’s Voice of Palestine. Muhammad Daraghmeh, who has regularly reported out of Ramallah for the Associated Press, is also an employee of Al-Ayyam. See http://www.jpost.com/servlet/Satellite?pagename=JPost/JPArticle/Printer&cid=1105992533340&p=1006953079845; http://honestreporting.com/palestinian-insiders/.
105. http://www.securityaffairs.org/issues/2006/11/rozenman.php.
106. http://avalon.law.yale.edu/20th_century/hamas.asp.
107. http://www.iris.org.il/plochart.htm.
108. http://cpj.org/attacks95/SpecialReports/palestine.html.
109. http://www.jcpa.org/brief/brief2-23.htm.
110. http://honestreporting.com/exposed-how-palestinian-fixers-manipulate-their-media-bosses-2/.
111. http://www.haaretz.com/print-edition/news/leading-hamas-preacher-warns-of-clash-with-islamic-jihad-1.143951; http://honestreporting.com/exposed-how-palestinian-fixers-manipulate-their-media-bosses-2/; http://www.tomgrossmedia.com/mideastdispatches/archives/000039.html.
112. http://postimage.org/gallery/loqm4uu/606a7286/.
113. http://www.jpost.com/Middle-East/Gaza-a-no-go-zone-for-journalists-since-BBC-reporters-kidnapping. Bushinsky was referring specifically to Gaza stringers, though, as shown, the intimidation of journalists and biased stringers is a reality under both Palestinian administrations. See http://honestreporting.com/exposed-how-palestinian-fixers-manipulate-their-media-bosses-2/.
114. http://www.freedomhouse.org/report/freedom-press/2012/west-bank-and-gaza-strip; http://www.timesofisrael.com/palestinian-journalists-boycott-pa-security/

 

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap