toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Stopper la barbarie…Question à Obama/Hollande – Kerry/Fabius


Stopper la barbarie…Question à Obama/Hollande – Kerry/Fabius

« Il faut stopper la barbarie. Il faut réagir au franchissement de la ligne rouge de l’emploi des gaz de combat contre des civils. Il faut que le dictateur sache qu’il aura à répondre de ses actes… » beaucoup de blablabla.

Au dernières nouvelles 1) Le groupe d’opposition syrienne Etat islamique en Irak et au Levant, branche irako-syrienne d’Al-Qaïda, a annoncé le début des hostilités contre son ex-allié, l’Armée syrienne libre (ASL), rapporte samedi le quotidien Al-Watan Al-Arabi.

C’est la première confrontation ouverte au sein de la rébellion syrienne. Selon une déclaration du groupe mise en ligne sur un site extrémiste, l’Etat islamique en Irak et au Levant projette une « opération punitive » contre  l’Armée syrienne libre dans la banlieue est d’Alep.

« Cette campagne baptisée Lutte contre le mal visera les agents du régime syrien ainsi que les membres de l’Armée syrienne libre qui perpètrent des attaques contre les militants de l’Etat islamique », lit-on dans la déclaration.

2) Les ententes russo-américaines sur les armes chimiques en Syrie ne concernent pas les groupes armés de l’opposition syrienne qui continueront à se battre contre le régime de Bachar el-Assad, a déclaré samedi le chef d’état-major du conseil militaire suprême de l’Armée syrienne libre (ASL), le général Selim Idriss.

« Nous ne reconnaissons pas l’initiative russe [sur les armes chimiques] et croyons qu’il s’agit d’un jeu mené par la Russie et la Syrie en vue de gagner du temps pour le régime de Bachar el-Assad », a affirmé M. Idriss.

« Nous continuerons à œuvrer pour le renversement d’Assad. Ces ententes [entre Washington et Moscou] ne nous concernent pas », a ajouté le général.

M. Idriss avait auparavant rejeté l’initiative russe visant à placer les armes chimiques sous contrôle international.

La Coalition nationale de l’opposition syrienne s’est également prononcée contre le projet russe, le qualifiant de « manœuvre politique inacceptable ».

Learn Hebrew online

Je résume les propos de Kerry.

Fabius-Hollande, ce sont les mêmes phrases ronflantes et mensongères, les mêmes mots, peut-être pas dans le même ordre mais voulant dire la même chose et prétendant défendre des « valeurs humanistes ».

Kerry a en effet osé dire que les tirs ciblés, ce serait : pour que les dictateurs sachent qu’ils sont responsables de leurs actes. Et les pas-dictateurs, ou les pas qualifiés tels, eux, ils n’ont pas à répondre de leurs actes ? Sont-ils irresponsables, ceux qui sont officiellement des non-dictateurs?

Kerry a insisté sur le caractère barbare des actes dont il accuse Al-Assad et dont ce dernier, a-t-il dit- doit rendre compte.

Ce faisant, loin de chercher d’amener les parties à une table de négociation créant les conditions mettant fin aux tueries, les buts de guerre, de maître Puntila/Obama et de son valet Matti/Hollande, interdisent toute initiative visant à déboucher sur une conférence de paix.

Pour ce qui concerne Assad, il nie toujours farouchement les actes relatifs à l’emploie des gaz de combat, gaz dont disposent les bandes salafistes liées à Al quaida. Quant aux arguments hollando-fabiusiens, affirmant la culpabilité du « régime », ils ne convaincront que ceux qui ne réfléchissent pas ou ne demandent qu’à être convaincus quoiqu’il se passe en Syrie. Il convient de dire ici que des anciens responsables du renseignement US mettent en cause Brenan, un proche d’Obama. En effet, il saurait, ainsi que le gouvernement britannique, que le gouvernement de Damas n’est pour rien dans l’affaire des gaz ayant tué des habitants d’un secteur de Damas. Cette information est contestée par certains. Aucuns anciens du renseignement américain n’auraient mis en garde Obama et tutti quanti contre une manipulation des islamistes qui dominent présentement les rangs de l’opposition armée…Par contre, un journaliste enlevé et libéré en Syrie, partisan avéré de l’opposition au clan Assad, s’est exprimé sur la question de savoir qui, qui a utilisé les gaz de combats et pourquoi. La réponse fait froid dans le dos. Les auteurs du crime contre l’humanité ne seraient pas ceux que dénoncent Hollande-Obama. Ils devraient se regarder dans un miroir et se préparer à aller répondre eux-mêmes de ce crime devant le TPI.

L’ONU ne donne toujours aucun mandat

L’Union européenne, elle aussi, contrairement à ce qu’essaient de faire croire les médias télévisés à la botte de François Hollande, ne suit pas la fine équipe Obama-Hollande, dans sa prétendue et mensongère action de guerre… pour la défense des droits humains.

Par contre, nous voulons leur dire et leur rappeler ce qu’elle feint d’ignorer ou vouloir oublier :

Messieurs Obama-Kerry-Hollande-Fabius,

les Nations-Unies ont donné mandat au Tribunal pénal international (TPI), pour déférer El Béchir, le chef du gouvernement de Khartoum, devant la justice, pour les trois cent mille civils massacrés au Darfour, un pays réduit dans beaucoup d’endroit à l’état d’Oradour-sur Glane après le passage de la division « das Reich ». Les tueries y continuent, sporadiquement.

Le djihadiste en chef de Khartoum continue à narguer le monde entier

El Béchir est fier de ses tueries sans fin de civils Darfouris. Il ne les nie pas, au contraire il s’en fait une gloire, religieuse….

Le TPI, mandaté, n’a toujours pu mettre en œuvre les objectifs que l’ONU lui a assignés. Et à ce sujet, l’on n’entend rien dire du côté de messieurs Fabius-Kerry et de leurs chefs.

Les Darfouris ne feraient-ils pas partie du genre humain ?

Revenons à la Syrie

Messieurs Kerry-Fabius et leurs « patrons » doivent aujourd’hui répondre à une question précise, qu’ils tentent d’occulter depuis des mois : Les droits humains sont écrasés par les milices salafistes en Syrie. Ces groupes forment la majorité des groupes d’opposants armés au régime du parti Baath. Pourquoi n’êtes-vous pas indignés par ces crimes là ?

Des responsables du renseignement US désignent des groupes de l’opposition armée en Syrie, comme étant les auteurs des tueries au gaz de combat. Pourquoi faîtes-vous silence sur cet aspect de la réalité de la guerre civile syrienne ?

Messieurs Kerry-Fabius, répondez :

Ne venez-vous pas, vous aussi, d’apprendre ce qui s’est passé au village de Maaloula, une agglomération villageoise formée de 80% de Syriens Araméens * 1 de confession chrétienne et d’Arabes sunnites. Un pacte de non-agression mutuelle a été passé entre les chefs de clans arabes de confession sunnite et les Araméens chrétiens. Mais l’opposition salafiste armée y est venue faire exploser un camion suicide, bourré d’explosifs, pour détruire le poste militaire situé à l’entrée du village. L’opposition non-salafiste, installée sur le plateau surplombant le bourg a pris le relais des salafistes. Par des tirs vers les soldats de l’armée officielle, elle a déclenché les hostilités armées, décidant ainsi de transformer ce village, encore en paix civile, en champ de bataille de la guerre civile, plutôt que de le laisser demeurer un terrain neutre.

Action humanitaire, buts de paix, que le déclenchement des actes de guerre par les deux groupes d’opposition armée ?

Buts de guerre-humanitaire, que de livrer les peuples de Syrie à la férocité de groupes armés sanguinaires et sectaires ?

En réalité, l’action pour laquelle Obama- Hollande et leurs factotums Kerry-Fabius veulent manipuler l’opinion vise, -consciemment ou non-, à livrer la Syrie et ses habitants aux exactions fanatiques et sectaires de plusieurs variétés de talibans syriens (des talibans flanqués d’acolytes venus de différents pays, certains arrivés de France et -comme leurs confrères en djihad oeuvrant au Sahara- pouvant, pour certains, percevoir des prestations de chômage ou le RSA, comme il a été constaté dans les papiers laissés par les brigands ayant séquestré le nord-Mali pendant un an).

Messieurs Kerry-Fabius, ces brigands fanatiques seraient-ils les agents historiques des droits humains en Syrie ?

Monsieur Kerry, vous êtes un grossier affabulateur, ainsi qu’un imposteur politique !

Vos arguments ne sont que pitreries sinistres, des arguties, des prétextes.

La majorité, en France comme aux USA pense et dit : Non, à votre guerre favorisant l’installation en Syrie d’une super-dictature de la charia,  la dictature d’un « califat islamique »

Quand François Hollande a dit non, -par des actes soutenus par ¾ des français-, à la dictature de la charia, à Kidal, à Tombouctou et à Gao, nous avons approuvé.

Mais comment peut-on assurer le triomphe définitif des libertés collectives et personnelles au Mali en donnant, à Damas, le pouvoir aux collègues syriens des talibans du nord-Mali ?

Si vous étiez partisan d’une négociation (ce que n’est pas Laurent Fabius, venu en Syrie en 2012, et y déclarant, je le cite : « Assad, dégage ! »), vous convoqueriez la conférence de paix civileMais vous vous y refusez.

Si l’on, est pour un « Non », définitif, à la dictature talibane au Mali !

On doit nécessairement dire : Non à la dictature talibane qui menace en Syrie !!

On doit obligatoirement dire : Non à la guerre irresponsable des Obama-Hollande !!!

Alon Gilad le 8 septembre 2013

*1 Ces Syriens sont des autochtones parmi les autochtones dans la région. Ce sont des sortes d’aborigènes et aussi des témoins directs de trois millénaires d’Histoire de ce qui est la Syrie, la Turquie et l’Irak. Ils parlent, comme langue vernaculaire, la langue sémitique née il y a trois millénaires dans cette partie de la Syrie, l’araméen.

Cette langue, sœur de l’hébreu et du phénicien, deviendra lingua franca. Elle deviendra langue de communication, parfois langue vernaculaire, dans l’immense empire perse, s’étendant de l’Egypte aux franges de l’actuel Pakistan.

L’araméen n’était pas la langue maternelle de Jésus (Yéchou, Ichoua), mais il la parlait. Il l’utilisait chaque jour, comme l’utilisait à son époque tous les Juifs de Judée-Galilée. Cette langue constitue de larges portions du Talmud, qui l’a fait définitivement entrer dans le patrimoine culturel universel.

On la retrouve aussi sous le syriaque tardif de l’arabe du Coran. C’est elle qui en rend compréhensibles certaines parties, déclinées sous l’arabe mecquois Koraïchite.

L’indifférence cynique de Fabius-Kerry, devant l’attaque de Maaloula, devant les tueries dont des Syriens chrétiens et des Kurdes ont été les victimes depuis de mois, et restent l’objet, de la part de groupes d’opposition armés, dément les « nobles » buts de guerre affichés.

On pourrait encore y croire et s’y rallier si :

Kerry-Obama et leurs godillots de l’Elysée et du Quai d’Orsay donnaient aux Kurdes de Syrie les moyens immédiats pour sécuriser leur territoire, s’ils fournissaient, tout de suite, sans retard et sans condition, à l’armée nationale kurde (formée d’hommes et de femmes, combattants égaux en droits et en devoirs, égaux aussi sur le plan de l’accès à l’encadrement des unités combattantes) tous les moyens militaires et logistiques lui permettant d’éradiquer définitivement le djihadisme assassin sur le territoire kurde. Mais ce n’est pas encore le cas.

Alon Gilad – Rédaction Israël-flash





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *