toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’Amérique infiltrée: L’Administration Obama, le politiquement correct et les Frères Musulmans – La Mort pour Nidal Hasan (2ème partie)


L’Amérique infiltrée: L’Administration Obama, le politiquement correct et les Frères Musulmans – La Mort pour Nidal Hasan (2ème partie)

La Mort pour Hasan ? D’origine ‘palestinienne’ et condamné à mort, par un tribunal « politiquement correct », ce ‘major-jihad’ a soigneusement préparé sa tuerie. Au su et au vu de l’Administration Obama qui dans une politique délétère pro-islamiste s’est refusé à détecter en lui le djihadiste. Tous les rouages de cette administration persistent et signent dans une course folle en direction du chaos.

*************************************************************************************************************************

Mercredi, un groupe de 13 officiers militaires prononçait une sentence de mort pour le major Nidal Malik Hasan, le psychiatre de l’armée américaine qui, à Fort Hood en Novembre 2009, tua 13 personnes et en blessa 32 autres. L’un des survivants applaudit le verdict en disant qu’Hasan ne méritait pas de vivre. Mais selon toute vraisemblance, le meurtrier de masse va échapper à la mort et vivra comme un héros aux yeux de ses camarades djihadistes.

 

L’armée américaine n’a plus exécuté de soldat en service actif depuis 1961, une carence de plus d’un demi- siècle. Le processus d’appel est long et le dernier recours est adressé à la présidence des États-Unis. Le titulaire actuel est Barack Obama et l’affaire Hasan a servi de vitrine aux politiques absurdes et dangereuses du Président, comme par exemple le découplage entre terrorisme et islam. De l’avis du Président le problème n’est pas l’impérialisme de l’Islam mais les stéréotypes sur l’Islam et « l’islamophobie », soit tout ce qui contrarie la notion de l’adoration de l’islam comme « religion de paix ».
Avec Nidal Hasan ce stéréotype vole en éclats.

 

L'Administration Obama complice des Frères Musulmans et des djihadistes?

L’Administration Obama complice des Frères Musulmans et des djihadistes?

Comme Andrew McCarthy le relevait dans La Fièvre du Printemps (Spring Fever), Hasan était un «djihadiste repérable», qui se décrivait comme «Soldat d’Allah ». Cela soulevait de légitimes inquiétudes concernant la sécurité des troupes américaines, mais il y avait d’autres problèmes avec cet Américain – né musulman. Le Centre Médical de l’Armée, le Walter Reed Center, avait relevé chez le Capitaine Hasan,  des incompétences majeures. En dépit de cela, le Capitaine Hasan avait obtenu sa promotion au grade de major, rang qu’il occupait tandis qu’il se préparait méticuleusement à tuer des soldats américains.

 Ces préparatifs comprenaient des courriels adressés à Anwar al -Awlaki, dont le gouvernement avait eu connaissance. L’interception des e-mails est censée prévenir le terrorisme, mais dans le cas de Hasan les autorités n’ont rien fait. Hasan s’était acheté une arme de poing de grande capacité avec viseur laser et il pratiquait assidûment. Le 5 Novembre 2009 à Fort Hood, au Contrôle de Départ des Contingents, les soldats américains vaquaient à leurs derniers préparatifs pour un déploiement en Afghanistan. Hasan a ouvert le feu sur eux, en déchargeant son arme en plus de 200 rafales. La soldate Francheska Velez, 21 ans, était enceinte et tandis qu’elle le suppliait d’épargner la vie de son bébé Hasan l’a abattue – elle est l’une des trois femmes qu’il a tuées en ce jour fatidique.

 

Comme on pouvait s’y attendre, la première réaction du Président Obama face au meurtre de masse de Hasan fut brève, discrète, et se garda bien d’attribuer la moindre responsabilité au terrorisme islamique. «Nous ne pouvons pas savoir entièrement ce qui conduit un homme à faire une telle chose « , a dit le Président. Ce refus époustouflant est vite devenu la politique officielle.
Le ministère de la Défense de l’administration Obama a publié Protection de l’armée : les leçons de Fort Hood, qui ne contient pas une seule référence au djihad ou djihadistes.

Nidal Hasan a crié "Allahu Akbar" au moment de sa tuerie

Nidal Hasan a crié « Allahu Akbar » au moment de sa tuerie

Reflétant clairement la politique du Président Obama, l’armée américaine a refusé de qualifier la folie meurtrière de Hasan d’acte de terrorisme, même si le nombre de ses victimes est supérieur au nombre de ceux qui furent tués dans le premier attentat du World Trade Center en 1993. Il a utilisé une arme de poing personnelle, mais l’armée n’a pas qualifié son action «  de violence armée. » Ses victimes étaient des noirs, des hispaniques et des non -musulmans, mais l’armée ne l’a pas accusé de crime de haine. Au contraire, le gouvernement a proclamé que cette frénétique tuerie de masse relevait d’un cas de «violence au travail », ce qui a empêché les survivants d’obtenir le traitement médical dont ils avaient besoin [prevented the survivors from getting the medical treatment they needed.].
Mais en attendant son procès, Hasan a continué de percevoir son plein salaire, plus de 278.000 $ depuis son arrestation en 2009

Hasan a géré sa propre défense et voulait plaider coupable, mais en vertu des règles militaires il n’a pas été autorisé à le faire. Il a affirmé qu’il avait agi pour protéger les talibans, mais le colonel Tara Osborn, remplaçant le juge colonel Gregory Gross, a interdit à Hasan de faire cette déclaration devant le tribunal. Il a obtenu le verdict de culpabilité qu’il voulait et les 13 officiers ont délibéré moins de deux heures avant de rendre leur sentence de peine de mort. Mais comme l’a déclaré l’avocat civil John P. Gilligan au Washington Post, « En toute honnêteté, Hasan a bien plus de chances de mourir pour raisons médicales que de mourir comme condamné à mort. »

Mais même en ces conditions, ce procès n’aura pas été vain.

Il aura confirmé que vous pouvez ouvertement être un djihadiste dans l’armée américaine et obtenir malgré tout une promotion. Que vous pouvez correspondre librement avec les plus sanguinaires terroristes étrangers, et que les agents chargés de la surveillance ne feront rien pour vous empêcher de tuer des soldats américains. Que vous pouvez en tuer 13 et le gouvernement parlera de violence au travail et  continuera à vous rétribuer tout en refusant des dédommagements à vos victimes blessées. Que vous pouvez clamer que vous vous battez pour les talibans, mais le gouvernement ne vous laissera pas le dire devant le tribunal, et refusera votre plaider coupable.

En tant que membre de l’armée américaine, vous pouvez tuer des Américains au nom d’Allah, sauver votre propre vie, et continuer à faire campagne pour le djihad en prison.

Et Rudy Giuliani a mis en garde dans son témoignage récent contre la rectitude politique qui désormais l’emporte sur les pratiques saines d’investigation. L’affaire Hasan confirme que la justice est une autre victime.

Sources : Frontpagemag – 30 août 2013 – Par Lloyd Billingsley 
Traduction Nancy Verdier

Voir notre précédent article : Le FBI infiltré par Les Frères Musulmans – L’affaire Nidal Hasan

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif

 

 

 

.

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “L’Amérique infiltrée: L’Administration Obama, le politiquement correct et les Frères Musulmans – La Mort pour Nidal Hasan (2ème partie)

    1. Klouki

      « Mais en attendant son procès, Hasan a continué de percevoir son plein salaire, plus de 278.000 $ depuis son arrestation en 2009 »

      Alors que les soldats américains revenus invalides des guerres contre les arabes – qui ne les concernent pas – attendent toujours leur pension. Ils peuvent crever la dalle, eux!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *