toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

A l’ONU, Rouhani obtient d’Obama de nouveaux délais sur la question des armes qu’il possède déjà


A l’ONU, Rouhani obtient d’Obama de nouveaux délais sur la question des armes qu’il possède déjà

Rohani peut bien parader à l’ONU, il peut maintenant parler à Obama, il a assez d”uranium (239kg) hautement enrichi pour fabriquer la bombe. Il est trop tard. Les lignes rouges d’Obama ont été allègrement franchies par Assad et Rohani.

Rouhani a clairement indiqué cette semaine que les sanctions économiques doivent être levées. Yaari (analyste sur la chaine2 israélienne) a déclaré vendredi que Rouhani veut geler le programme nucléaire à un niveau qui lui permettrait de sortir la bombe dans les prochaines semaines si il le décidait .

Plus tôt vendredi , le quotidien Maariv a cité des analystes du gouvernement disant que la République islamique possède déjà au moins une bombe.Téhéran a franchi tous les points de non-retour et a déjà sa première arme nucléaire, et peut-être plus .

L’information , si elle est vraie , marquerait un changement majeur dans les relations internationales et serait un changeur de jeu en termes d’équilibre de puissance régionale.

 » Il est trop tard pour Israël [ pour empêcher une bombe iranienne ] . L’Iran a franchi toutes les frontières et toutes les contraintes , et il a une première bombe nucléaire en sa possession, et peut-être plus que cela  » , a écrit Yerushalmi , en se fondant sur ce qu’il dit est l’évaluation qu’il a entendu cette semaine à partir de sources de sécurité de l’Etat.  » Nous sommes confrontés à un changement historique dans l’équilibre stratégique des forces dans la région. «  » Il n’est plus question d’empêcher l’Iran d’avoir la bombe, mais se pencher sur la façon d’empêcher qu’elle soit lancée , et ce qu’il faut faire si et quand».source en anglais

Obama a téléphoné à Rohani l’assurant de sa parfaite collaboration, voici donc comment un président américain dit être soucieux de la sécurité de ses alliés. Mardi Netanyahu rencontrera Obama et lui montrera les preuves que l’Iran a franchi le seuil.

Petit leçon d’enfumage

Selon l’agence iranienne Mehr News Agency, le tyran syrien Bachar Al Assad aurait fait connaitre jeudi soir sa satisfaction devant la stuation actuelle, notamment sa « collaboration sans précédent avec la Russie » de Poutine et comment il s’est « joué de l’administration Obama ».

Il aurait déclaré également qu’il n’a plus besoin d’armes chimiques pour défier Israel : « Nous possédons maintenant des armes de dissuasion qui sont plus importants et plus sophistiqués que les armes chimiques» aurait déclaré Assad a des visiteurs dans son palais présidentiel (source en eaglais)

Cuisine diplomatique : comment l’Iran enfume le jambon occidental

 par sil

Khamenei et les stratèges de Téhéran, voyant qu’ils ne pourraient plus échapper très longtemps à une frappe militaire occidentale contre leur régime à moins de renoncer à leur projet de bombe atomique, ont orchestré des élections présidentielles de manière à se débarrasser d’Ahmadinejad et à le remplacer par une autre marionnette en la personne d’Hassan Rohani. Je ne reviendrai pas sur l’organisation de cette consultation électorale, mais je peux vous assurer qu’elle n’avait rien de démocratique.

Le clergé chiite à la tête de la « République » Islamique avait un urgent besoin de deux éléments qui manquaient dans son jeu afin d’éviter d’avoir à subir une cuisante défaite militaire, qui risquait, dans son sillage, de le déboulonner du pouvoir : la possibilité d’affirmer de façon crédible que l’on était disposé à abandonner le programme nucléaire, et un peu plus de temps pour le mener à son terme.

Petite leçon de diversion appliquée par Stéphane Juffa pour la Ména : « Une partie d’échecs avec le Diable »

Le recours à la diversion stratégique et militaire a, de tout temps, constitué un moyen largement utilisé pour prendre l’avantage sur son ennemi. Il s’agit, en résumé, de faire croire à l’adversaire que l’on va réaliser certaines actions – que l’on n’a aucunement l’intention d’entreprendre – afin de dissimuler ce que l’on veut réellement accomplir.

Pour qu’une diversion réussisse, il faut, entre autres conditions, se mettre « dans la peau » de l’ennemi pour fabriquer un subterfuge qu’il sera enclin à prendre pour la réalité. Pour y parvenir, on doit comprendre à la fois sa mentalité, ses dogmes, ses habitudes, ses certitudes, et analyser le psychisme de ses dirigeants – identifier ce qu’ils ont envie de croire – afin de prévoir la manière dont ils réagiront à la mystification qu’on leur prépare.

Ensuite, on va construire, en se basant sur de fausses transmissions de données, des mouvements de troupes et de matériel imaginaires, des déclarations aux media, voire des communications directes avec l’ennemi, l’illusion que l’on s’apprête à faire ce que l’on désire qu’il croie que l’on va faire.

Parmi les diversions les plus réussies de l’histoire récente, on retiendra le succès des alliés à persuader les généraux d’Hitler que le Débarquement aurait lieu dans la Manche alors qu’il fut lancé en Normandie (Opération Overlord). Les Anglo-américains avaient, pour duper les Allemands, mis sur pied l’opération Fortitude, entre autre constituée par un groupe d’armée US fictif, le FUSAG (First United States Army Group), qui avait massé d’énormes moyens en face de Calais, tandis que l’on dissimulait, plus au Sud, dans les forêts, les hommes et le matériel qui allaient participer, le Jour-J, le 6 juin 44, au Débarquement.

En fait, le FUSAG ne disposait que de chars et d’avions gonflables et en carton-pâte, que les alliés alignèrent en ordre de bataille le long de la côte. Pour confondre les nazis, on nomma le général Patton à la tête de ce corps d’armée fictif, alors que les stratèges du Reich étaient convaincus qu’il n’y avait que lui qui pourrait mener à bien l’invasion du continent.

On établit de nombreux stratagèmes, comme celui consistant à libérer des prisonniers allemands en prenant soin de les véhiculer au milieu de (vrais) chars et de soldats de la FUSAG, que l’on avait prélevés sur d’autres contingents pendant quelques heures.

Fortitude fonctionna si bien, que Berlin ne transféra vers la Normandie aucun de ses 200 000 militaires qui restèrent casernés en Norvège pour rien, et que ses terribles Panzer demeurèrent stationnés loin des plages d’Utah, d’Omaha, de Juno, de Gold et de Sword. Trop loin pour monter une contre-attaque qui aurait probablement rejeté les alliés à la mer durant les premières heures de l’intervention, alors que les têtes de pont manquaient encore d’effectifs et d’armes lourdes.

Cette diversion d’anthologie fonctionna si bien – il faut dire qu’elle avait été préparée durant plus de trois ans -, que même après le Jour-J, les généraux nazis continuèrent plusieurs jours à croire que c’était Overlord qui était une diversion et que l’attaque principale n’avait pas encore débuté et qu’elle se déroulerait dans la Manche.

Autre diversion réussie, mais à mettre au crédit de l’autre camp cette fois-ci, les fausses négociations que l’ambassadeur du Japon à Washington, Kichisaburō Nomura, conduisit avec l’administration US dans le but d’ « éviter la guerre entre les deux pays ». Dans le même temps, alors que l’Empire du soleil levant avait fait en sorte de persuader Franklin Roosevelt que la conclusion d’un accord négocié était imminente, le Japon lança son attaque surprise sur la flotte étasunienne du Pacifique, le 7 décembre 1941, tuant 2 500 Américains et coulant 19 bâtiments.

Le lendemain, le 8 décembre, Roosevelt adressa son fameux discours au Congrès, prononçant, au sujet des circonstances de cette agression, la fameuse phrase : « Hier, 7 décembre 1941, une date qui restera dans l’Histoire comme un jour d’infamie, les États-Unis ont été attaqués délibérément par les forces navales et aériennes de l’empire du Japon ».

Je pense que ces deux exemples sont nécessaires pour comprendre ce à quoi le 1er ministre israélien, Binyamin Netanyahu, a fait allusion hier (jeudi) lorsqu’il a accusé l’Iran « de tenter une diversion contre la communauté internationale pendant qu’il avance dans son programme nucléaire ». Netanyahu d’ajouter : « Ne vous laissez pas avoir par les affirmations fallacieuses du président iranien ! ».

Il ne fait aucun doute que le 1er ministre a raison, à tout le moins au sujet de la manœuvre de la théocratie perse ; tous les analystes moyen-orientaux de la Ména sont persuadés que le « guide suprême » Ali Khamenei est en train de se livrer à l’une des plus extraordinaires tentatives de diversion jamais imaginées.

Khamenei et les stratèges de Téhéran, voyant qu’ils ne pourraient plus échapper très longtemps à une frappe militaire occidentale contre leur régime à moins de renoncer à leur projet de bombe atomique, ont orchestré des élections présidentielles de manière à se débarrasser d’Ahmadinejad et à le remplacer par une autre marionnette en la personne d’Hassan Rohani. Je ne reviendrai pas sur l’organisation de cette consultation électorale, mais je peux vous assurer qu’elle n’avait rien de démocratique.

Le clergé chiite à la tête de la « République » Islamique avait un urgent besoin de deux éléments qui manquaient dans son jeu afin d’éviter d’avoir à subir une cuisante défaite militaire, qui risquait, dans son sillage, de le déboulonner du pouvoir : la possibilité d’affirmer de façon crédible que l’on était disposé à abandonner le programme nucléaire, et un peu plus de temps pour le mener à son terme.

Or, en Occident, personne n’aurait cru Ahmadinejad, ni l’arrogant et très pointu Saëd Jalili, ex-patron du projet nucléaire et négociateur en chef avec les 5+1, pas plus que Khamenei lui-même, s’ils avaient, de but en blanc, déclaré s’être trompés durant quinze ans, parjurant tout ce qu’ils avaient affirmé en annonçant – sans raison apparente, dans l’antithèse du raisonnement qu’ils avaient soutenu – qu’ils s’apprêtaient désormais à renoncer à la Bombe.

Il fallait, pour convaincre les Occidentaux qui ne demandaient pas mieux, un homme nouveau qui n’ait pas été préalablement lié à l’aventure nucléaire : Rohani. Que Khamenei a flanqué d’un nouveau directeur de l’Organisation Iranienne pour l’Energie Atomique, en remplacement de Jalili, le très avenant Ali Akhbar Salehi.

Et Rohani de jurer sur la chaîne NBC que « son administration ne développera jamais d’armes nucléaires », pendant que Salehi, à Vienne, à l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique (AIEA), reprenait en écho : « Je suis venu ici livrer le message du nouveau président de notre pays pour renforcer et élargir la coopération actuelle avec l’AIEA afin de mettre un terme au dossier nucléaire iranien » ; on a presque envie d’ajouter « amen ».

Et le « nouveau président » de se diriger vers Manhattan pour s’adresser mardi à l’Assemblée Générale de l’ONU et probablement rencontrer Barack Obama. On lui prête l’intention d’annoncer aux ambassadeurs onusiens et au président, qu’en guise de geste de bonne volonté, il va fermer l’usine souterraine d’enrichissement d’uranium de Fodow, dans l’espoir (ou à la condition ?) que la communauté internationale lève les plus dure des sanctions qui frappent l’Iran.

L’Iran qui vient par ailleurs de libérer douze prisonniers politiques, dont l’avocate des droits de l’homme Nasrin Sotoudeh, afin de faire montre de sa « nouvelle orientation ».

L’Iran, qui n’est plus totalement sûr que la Shoah n’a jamais eu lieu, qui a abandonné la rhétorique haineuse d’Ahmadinejad pour la remplacer par un vocabulaire « d’interaction constructive ». Dans les journaux de Téhéran, on n’hésite plus à critiquer vertement le précédent président, le qualifiant de « populiste » n’ayant pas protégé les « intérêts de l’Iran ».

Rohani souhaite de bonnes fêtes de Rosh Hashana aux Israélites, échange des courriers amicaux avec le Président Obama et ne voit aucun obstacle à une rencontre avec lui lors de sa venue aux Etats-Unis.

Téhéran réunit vraiment les conditions d’une diversion les unes après les autres – comme s’il suivait un manuel d’école militaire – destinées à construire, en se basant sur des déclarations faites aux media, des promesses et des engagements publics, voire des communications directes avec l’ennemi, l’illusion qu’il s’apprête à faire ce que l’Occident espère qu’il va faire. La « République » Islamique a même ralenti fortement son rythme d’enrichissement de l’uranium, ce qui l’éloigne de quelques mois supplémentaires – mais absolument pas critiques – du point de non-retour.

Les analystes du gouvernement hébreu complètent la démystification de la manœuvre de diversion de Khamenei en demeurant dans une logique implacable : « Le but du régime iranien consiste à passer un accord qui ne l’obligerait qu’à abandonner une part insignifiante de son programme nucléaire, mais qui lui permettrait cependant, au moment où il le déciderait, de le remettre en marche et d’atteindre rapidement l’arme atomique ».

On note aussi, dans les milieux proches de l’establishment de la Défense israélienne, que Fodow fait l’effet d’un drap rouge agité devant les yeux de la communauté internationale comme devant ceux d’un taureau. De plus, « grâce aux opérations de sabotage, aux virus informatiques, aux raids de toutes sortes – connus et ignorés du grand public -, il a été possible de compliquer significativement l’exploitation de ce site, creusé dans une montagne, d’accès difficile et vulnérable », nous a-t-on confié, « sa fermeture n’est donc pas une mauvaise affaire pour Téhéran ».

Les Iraniens s’investissent de plus en plus dans le processus de fabrication d’une bombe au plutonium. Lors, il ne suffirait pas qu’ils s’engagent à cesser le traitement de l’uranium pour « fermer le dossier du nucléaire iranien », il est aussi absolument nécessaire de les empêcher de travailler le plutonium.

Un proche conseiller de Netanyahu me fait remarquer que s’ils entendaient véritablement mettre un terme à leur programme, les Perses ne souffriraient d’aucun désagrément en acceptant les conditions édictées par le 1er ministre ; à savoir, cesser l’enrichissement de l’uranium, se séparer de l’uranium déjà enrichi, démanteler Fodow et arrêter le programme du plutonium.

« Et s’ils désirent de l’uranium pour effectuer des recherches dans le domaine médical », m’affirme la même source, « ils n’ont qu’à conserver quelques kilos d’uranium enrichi à 3% ; personne n’a jamais entendu parler d’un appareil médical qui utiliserait un enrichissement supérieur », ajoute-t-il, « ces gens doivent décider s’ils veulent soigner les malades ou les rôtir », note-t-il avec le sourire, « et ils possèdent suffisamment d’uranium à 3% pour 10 000 ans de recherche médicale », conclut mon interlocuteur sur le même ton.

Rohani va probablement prononcer un discours hyper-pacifiste à l’ONU ; pas une harangue idéologique mais quelque chose qui ressemblera à une proposition pratique et tentante.

Les conseillers des chefs d’Etat occidentaux ne sont peut-être pas au niveau de leurs homologues perses, mais ils ont également appris les principes de la diversion à l’université. Tous ne sont pas naïfs au point de croire n’importe quoi. Le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, s’est ainsi fendu d’une mise au point après la publication de l’existence d’échanges épistolaires entre les deux présidents : « la fenêtre d’opportunité pour résoudre cela diplomatiquement est ouverte, mais elle ne le restera pas indéfiniment ».

D’autres diplomates nous ont dit attendre avec impatience une nouvelle réunion prévue le 27 courant à Vienne. A cette occasion, ils devraient recevoir la réponse de Salehi quant à la requête toujours rejetée par Ahmadinejad de laisser les inspecteurs de l’AIEA visiter le site de Parchin, où ils soupçonnent les Iraniens d’avoir réalisé des tests de matériels nucléaires à usage exclusivement militaire. « Nous allons vite voir s’ils bluffent ou s’il y a matière à discuter », m’a dit un vieux diplomate britannique, ami de la Ména depuis ses débuts.

Que nous soyons en présence d’une tentative de diversion de la part de Téhéran ne fait l’objet d’aucun doute sensé : si Téhéran avait continué de se livrer aux activités d’enrichissement au rythme qui était le sien en mars dernier, il se serait par trop approché du point de non-retour et Israël, au moins elle, serait déjà intervenue militairement.

Mais je veux évoquer en conclusion de cet article une hypothèse un peu plus complexe, et c’est celle à laquelle je crois. Il est déjà advenu, par le passé, que des pays aient lancé des diversions, non pas afin de réaliser un plan ou une opération militaire spécifique, mais afin d’élargir l’éventail de leurs choix. De s’extraire du coin du ring dans lequel ils étaient confinés.

L’ambassadeur japonais Nomura a toujours prétendu qu’il avait mené les négociations de paix de bonne foi et qu’il avait été surpris autant que les Américains par la nouvelle de l’attaque de Pearl Harbour. Nombre de chercheurs l’ont cru.

Il est par ailleurs fréquemment arrivé que des régimes aient utilisé leurs propres officiers ou diplomates sans les avertir dans des processus de diversions. Les gens agissant de bonne foi sont plus convaincants.

Il se pourrait, en théorie au moins, qu’Hassan Rohani, comme Nomura avant lui, fasse l’objet d’une manipulation de la part de ses chefs et de leurs stratèges ; j’ignore si c’est le cas, l’hypothèse n’est pas à exclure mais elle ne change de toute façon strictement rien à la donne. (source)

Par Jean-Pierre Bensimon

A l’ONU, Rouhani a donné à Obama assez d’assurances sur la question de l’armement nucléaire, au point d’obtenir des délais, encore des délais, et toujours des délais,
Sur la scène internationale, devant l’Assemblée générale de l’ONU, le président Obama a accompli un nouveau plongeon en chute libre.

Selon des officiels de la Maison Blanche, le président de la première démocratie du monde était prêt à serrer la main du président de l’État le plus engagé du monde dans le soutien au terrorisme, et ce fut le terroriste qui refusa l’offre du démocrate.
Le plus pathétique dans cette affaire, c’est que cette rebuffade n’a même pas entamé la détermination d’Obama de donner son onction à Rouhani, présenté comme un « modéré », et de s’engouffrer à toute vapeur dans une stratégie de « délais» qui va rendre la bombe nucléaire iranienne inévitable.
Obama a prononcé son discours quelques heures après Rouhani, mais les deux exposés étaient remarquablement alignés l’un sur l’autre.
Le président Obama a évoqué la Syrie, jetant dans ce chaudron 340 millions de dollars prélevés par l’impôt. Cependant, il ne cacha nullement qu’il prévoyait une guerre longue dont il suivrait l’évolution avec attention, mais depuis la ligne de touche.

Obama devait tracer une ligne de  démarcation bien nette entre la soi-disant « méfiance» de l’Iran envers l’Amérique et celle, bien réelle, de l’Amérique envers les gangsters et autres meurtriers qui sévissent en Iran.
Au lieu de cela, il a expliqué que ses priorités actuelles étaient de deux ordres : « À court terme, la diplomatie américaine concentre ses efforts sur deux questions particulières ; la poursuite par l’Iran de son programme d’armes nucléaires et le conflit israélo-arabe . »

En d’autres termes, l’intérêt bien compris de l’Amérique dépendrait à parts égales  de la prévention de l’acquisition d’armes nucléaires par l’Iran et de la fin, comme les a qualifiées le président , « des humiliations quotidiennes infligées par l’occupation ». Les transgressions imputées à Israël seraient soi-disant du même ordre que celles de l’Iran.
Bien sûr le président a utilisé la formule éculée « Israël est là pour rester »  mais il a poursuivi par une formule chargée émotionnellement pour évoquer la « peine » des seuls Palestiniens. Cela bien qu’un soldat israélien de plus ait été tué quelques jours auparavant en tentant de protéger des Juifs en prière, comme on est obligé de le faire depuis plus de 65 ans.
Le président Obama savait parfaitement que sa critique sévère d’Israël serait comme de la viande rouge agitée à la face des requins qui peuplent l’assemblée de l’ONU. Il ne s’agissait donc pas d’une erreur accidentelle mais du choix présidentiel de l’acharnement anti israélien comme moyen de reprendre le terrain perdu à la suite de sa débâcle syrienne.
Il reprit encore une fois sa rhétorique coutumière en politique étrangère, consistant à s’excuser auprès de ses hôtes des mensonges de l’Amérique, insultant ses prédécesseurs devant la communauté internationale. Sa liste des transgressions américaines, résolues ou en train de l’être par ses soins, comprenait l’Irak, l’Afghanistan, l’utilisation de drones, Guantanamo, le manque d’humilité, les violations de la vie privée, et le racisme. Avant qu’il ne devienne président, s’indigna-t-il, l’Amérique entrait « perpétuellement en guerre ». A la différence de ses devanciers, il n’était pas un va-t’en guerre.
Le président a fait référence en passant aux incidents terroristes, le massacre au centre commercial du Kenya et l’attaque à la bombe d’une église au Pakistan, sans mentionner une seule fois que les auteurs de ces crimes étaient des musulmans agissant au nom de l‘islam radical.

Il a trouvé le temps de se plaindre du blâme délivré aux États-Unis pour leur « interventionnisme » en même temps que l’accusation de ne pas en faire assez. A l’évidence, il ne lui est pas venu à l’esprit que le fait de blâmer l’Amérique à tout coup n’est pas une incohérence innocente que l’on peut corriger grâce à une logique professionnelle.

Mais c’est peut-être au sujet de l’Iran que le président Obama a été le plus effrayant. Il a tracé une ligne de démarcation nette entre la « méfiance » des Iraniens envers l’Amérique et celle des Américains, du fait des gangsters et des assassins existant en Iran. Et en tout état de cause, il s’agissait d’une « difficulté historique », ce qui est une mauvaise nouvelle pour les Américains qui languissent aujourd’hui dans les prisons iraniennes ou qui sont tués par des terroristes soutenus par l’Iran sur de nombreux champs de bataille.

La lumière à l’horizon à laquelle le président tient tant, ne pouvait venir que du Guide suprême de l’Iran et du président Rouhani. Ils ont dit tous deux en effet que « la République islamique ne développerait jamais une arme atomique. »
Du point de vue d’Obama, « ces déclarations …doivent constituer la base d’un accord significatif… donnant au monde l’assurance que leur programme est pacifique. » Sauf que ce programme n’est pas pacifique. Et ces déclarations offrent une base pour un voyage à sens unique sur le chemin irénique qui conduit à la bombe nucléaire iranienne.
Néanmoins, Obama a annoncé qu’il enverrait le Secrétaire Kerry pour nouer un dialogue après le passage de la ligne d’arrivée.
Et petite merveille, six heures plus tard, à la même place, Rouhani ne faisait aucune concession, menaçait les Américains et confirmait l’antisémitisme profondément enraciné de son régime. Il conseilla à Obama de se libérer des « groupes de pression bellicistes », ce qui signifie les Juifs dans sa bouche. Il énonça magistralement que l’Iran était préoccupé par cette  » déficience de moralité », sans rien dire de la moralité de l’Iran qui est un musée des horreurs.

Rouhani a souligné que la « réalisation de la démocratie » devait être « en accord avec [sa conception de] la religion, » qui n’est pas démocratique du tout. Il s’est plaint que l’Iran soit une victime du terrorisme, pas qu’il soit un soutien du terrorisme. Il se rangea sous la bannière d’Ahmadinejad en affirmant que les Palestiniens devaient tous rentrer dans « leur patrie » (pour qu’ils puissent en finir numériquement avec l’État juif.)
Il a utilisé à foison des termes à la mode comme espoir, modération et prudence, en prévoyant justement que le Département d’État les goberait tous ronds.
En dépit de toutes ces années d’obstruction des travaux des inspecteurs de l’Agence pour l’énergie atomique, et de mensonges sur l’existence d’usines nucléaires, il a assuré à ses auditeurs que « le programme nucléaire de l’Iran…poursuit exclusivement des objectifs pacifiques. » La preuve? « Les armes nucléaires …sont contraires à nos convictions éthiques et religieuses. » Des convictions « éthiques » comme le soutien au terrorisme, la formation des artistes en armes chimiques, et la mise en cause de la réalité de la Shoah.
Quand ce spectacle grotesque a pris fin, Rouhani avait réussi à fournir à l’administration Obama et à l’Union européenne assez de garanties pour obtenir un délai supplémentaire catastrophique. Face à un président américain toujours plus hostile, Israël va devoir décider à présent d’y aller tout seul.
Anne Bayefsky est directrice de l’Institut Touro sur les Droits de l’homme et la Shoah.

Titre original : At UN Rowhani gives Obama cover to delay, delay, delay on Iran’s nukes
par Anne Bayefsky, Fox News, le 25 septembre 2013
Traduction : Jean-Pierre Bensimon





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap