toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Voici l’article retiré hier soir par le Journal Le Monde, ayant pour titre : La Tunisie à la veille de la guerre civile


Voici l’article retiré hier soir par le Journal Le Monde, ayant pour titre : La Tunisie à la veille de la guerre civile

Le journal Le Monde a publié un article de Michel Le Tallec ayant pour titre : La Tunisie à la veille de la guerre civile. Après quelques heures, la rédaction du journal a retiré cet article.

Voici l’article qui a été retiré :

La Tunisie se trouve une fois de plus à la croisée des chemins. Mise en place d’un processus électif démocrate, ou dictature religieuse imposée par les Frères musulmans d’Ennahda ?
Le processus enclenché depuis janvier 2011 s’accélère brutalement, avec le meurtre de Mohamed Brahmi, député et fondateur de la Gauche nationaliste tunisienne, deuxième assassinat politique depuis le début 2013, après celui de Chokri Belaid, avocat et président du Front populaire tunisien. Un sit in de l’opposition démocrate se tient tous les soirs, au Bardo, à Tunis, à proximité du siège de l’assemblée nationale constituante tunisienne, depuis une quinzaine de jours. Une manifestation monstre a rassemblé dans Tunis, le samedi 3 août, plus de 450.000 personnes, selon un comptage effectué à partir de données de satellites, par le Pentagone (source CNN).
Les proches de Chokri Belaid et de Mohamed Brahmi, accusent Ennahda et son leader, le sheikh Rachid Ghannouchi, d’être derrière les assassinats politiques des deux leaders démocrates. Rachid Ghannouchi, vrai maître de la Tunisie, depuis la venue d’Ennahda au pouvoir en 2011, est connu pour ses liens actifs avec le FIS, parti des islamistes algériens, et s’est impliqué directement dans des attentats en Tunisie, sous Ben Ali. La frontière entre les Frères musulmans et les mouvances islamistes extrémistes, dont les djihadistes d’Al Qaida, est poreuse.

Loading...

Les Frères musulmans, que ce soit en Tunisie ou en Egypte, ont un contact permanent avec le bras armé islamiste que représentent ces mouvances pratiquant la violence au nom de l’islam. Quant à Hamadi Jebali, secrétaire général d’Ennahda, il faut rappeler que c’est un islamiste pur et dur, et que, comme Rachid Ghanouchi, il veut pour la Tunisie une dictature religieuse basée sur une shaaria restrictive et liberticide, particulièrement à l’égard des femmes, ramenant l’islam aux interdits du VIIe siècle. Dénonçant la mobilisation actuelle de l’opposition démocrate, Hamadi Jebali veut donner le change :
Ce n’est pas seulement la Tunisie qui bouge, c’est une même tendance, un même cyclone, partout à l »uvre, en Egypte, en Libye ou au Yemen, voire même en Syrie, pour liquider le Printemps arabe’

Synthèse réductrice, et qui assimile le Printemps arabe aux Frères musulmans portés au pouvoir en Egypte et en Tunisie. Les islamistes d’Ennahda n’étaient pas parmi les révolutionnaires de janvier 2011, à Tunis. Ils se sont montrés après, cueillant les fruits de la révolution tunisienne, de la même manière que cela s’est passé en Egypte. Une majorité qui ne connaissait même pas les détails de leur programme d’islamisation, mais qui leur faisait confiance pour résoudre les sérieux problèmes économiques, et stopper la paupérisation de la population, les a portés au pouvoir. En ce moment, Hamadi Jebali se démarque de Rachid Ghannouchi dans son discours, en parlant d’une compatibilité entre l’islam et la démocratie, et tente de réunir islamistes et démocrates tunisiens autour d’une table ronde.
Mais, derrière cette apparence de conciliation, c’est toujours la shoura (parlement d’un Etat islamique, ou conseil d’administration d’un parti ou d’une institution religieuse islamique) d’Ennahda qui dirige en sous-main la Tunisie, encadrant le gouvernement d’une manière stricte.

Depuis 2011, une lutte impitoyable a ainsi lieu entre Ennahda, et ceux qui veulent une Tunisie démocrate. Ennahda n’a pas respecté l’échéance d’octobre 2012, date à laquelle auraient du avoir lieu de nouvelles élections, et bloque la rédaction de la constitution, au c’ur de laquelle il veut inscrire la primauté de l’islam et de la shaaria. Le parti islamiste a infiltré l’armée, la police (créant une police parallèle islamiste), la justice, et tous les corps de l’Etat.

L’islamisation est déjà là en Tunisie, et il ne manque plus qu’une phase de pure violence afin que les Frères musulmans de Tunisie instaurent leur dictature religieuse.

Dans son prêche de l’Aïd, le sheikh Rachid Ghannouchi a ouvert la voie à la guerre civile en Tunisie. Il a insisté sur la valeur du sacrifice : ‘ le sacrifice de soi ‘, ‘ le sacrifice des enfants ‘,’ le sacrifice de tout ce que l’on possède ‘, ‘ le sacrifice au nom de Dieu ‘, mettant en exergue l’égorgement, au nom de la religion. Contre la scission actuelle entre islamistes et démocrates, qu’il qualifie de ‘débandade sociale’ (al tadefaa al mojtamaî), Rachid Ghannouchi a incité les islamistes à se préparer à l’affrontement, à partir des exemples égyptien, syrien et palestinien.

Le pire est donc possible en Tunisie et il est temps que le gouvernement français, et François Hollande, arrêtent de se prêter au double jeu des islamistes d’Ennahda. Les Frères musulmans ne veulent pas de la démocratie, incompatible avec leur vision d’une société régie par le Coran. A partir de ce postulat, on doit arrêter de les crédibiliser et de les traiter comme des démocrates respectables.

Learn Hebrew online

Par  Michel Le Tallec

 Voici l’article retiré par Le Monde ayant pour titre : La Tunisie à la veille de la guerre civile

CHRONIQUES | MERCREDI 21 AOÛT 2013 20:13:37

Loading...






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 10 thoughts on “Voici l’article retiré hier soir par le Journal Le Monde, ayant pour titre : La Tunisie à la veille de la guerre civile

    1. hanna

      Vu l`honnete de l`analyse, je comprend que nos chers francais soient encore une fois prives de verite.

      Esperons que comme Michel le Tallec que je felicite de son vrai role de journaliste, il y en a encore, d`autres n`auront enfin plus [peur] du politiquement correct, et oserons la verite, car de toute facon il n`y a que la verite qui puisse surgir de ce mouvement de fond.

    2. scharbach

      Quand on a un peu de mèmoire et que l’on connait le jesuitisme des divers responsables du Monde depui Beuvemery jusqu’à aujourd’hui rien d’étonnant au retrait de cet article sans doute trop réaliste et trop pein de bon sens pour l’opinion publique française intoxiquée par la propagande et le déseinformation de ce journal est un specialiste

    3. JEAN PN

      Le Monde, comme les UMPS et autres gauchistes, cache la vérité parce qu’il est lui aussi pro-Islam … donc lui aussi un traître à la nation.

    4. BobbyFR94

      Effectivement, on comprend que cet article ait été retiré, car, d’un côté, ce journaliste, pour une fois, dit la vérité, de l’autre, ce gouvernement d’ENFOIRES soutient les NAZISLAMISTES, forcément, ordre à été donné de complaire à notre gouvernement…

      Merci compatriotes, de nous donner la possibilité de lire cet article-là…

    5. DANY83270

      la censure bat son plein en France depuis quelques mois et on n’entend pas les fameux intellectuels protester contre l’alignement, pourtant incompréhensible, des autorités françaises et américaines sur les thèses des Frères musulmans en Tunisie et en Egypte qui prêchent pour l’instauration de la Charia à la place des libertés démocratiques et la justice républicaine !
      quel est l’intérêt pour Obama et Hollande d’avoir des islamistes au pouvoir dans les pays Arabes, telle est la question qui se pose et sur laquelle j’aimerais bien avoir une explication rationnelle !

    6. Serge Belley

      LE MENSONGE
      Il semble que tout repose sur ce noble mot
      qu’est le mensonge : 15 synonymes.
      Synonymes bobard, boniment, calomnie, contrevérité, craque, fable, fabulation, faux, feinte, hypocrisie, imposture, invention, simulacre, sournoiserie, tromperie.

    7. steven L

      Les leaders de l’Occident sont tous des cons qui veulent vendre leur democracies pour voiler leur femmes. En ce qui concerne la France, elle est peut-etre prete a se vendre puisqu’elle a besoin du Maghreb pour survivre. A quoi bon la democracie si on ne peut avoir du pain dans son assiette!

    8. Tamara

      Mais bien sûr qu’on fait tout pour cacher certaines vérités, et proférer des mensonges pour spécialement Israël.
      – Cette semaine, on a tout fait pour dire qu’en Tunisie tout va bien et l’optimisme est de mise
      – Sur la LCP, émission de F. Haziza, un communiste ou vert ou écolo (tous pareils) a dit qu’il fallait libérer tous les prisonniers palestiniens des geôles Israéliennes (??????????????!!!!!!!!!!!!!!!!! ) : pour l’Internationale, il semble que tuer des Israéliens, ce n’est rien !!!!!!!!!!! et pourtant il y avait M. Habib que j’ai trouvé trop gentil face aux charognards !!!!!!!!!!!!!!!!!
      Aujourd’hui, on se demande également ce que veut Obama et ce qu’il ne veut pas, et là Israël ne devra plus se laisser faire et surtout qu’on ne lui dise plus que cette « paix » à tout prix est nécessaire pour que le monde aille mieux : c’est vraiment se moquer d’Israël que les usa d’aujourd’hui destinent à une machiavélique situation !!!!!!!!!!!Tamara

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *