toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’islam est-il réformable ? par Daniel Pipes


L’islam est-il réformable ? par Daniel Pipes

Selon l’Histoire et la nature humaine, c’est possible.

Actuellement, l’islam représente une force rétrograde, agressive et violente. Doit-il demeurer comme tel ou peut-il être réformé pour devenir modéré, moderne et accommodant ? Les autorités islamiques peuvent-elles formuler une conception de leur religion qui accorde des droits à part entière aux femmes et aux non-musulmans ainsi que la liberté de conscience aux musulmans, une conception qui accepte les principes de base de la finance et de la jurisprudence modernes et qui ne cherche ni à imposer la charia ni à établir un califat ?

Non, selon un nombre croissant d’analystes qui pensent que la foi musulmane ne peut pas s’adapter, que ces traits sont inhérents à l’islam et en forment le visage immuable. À la question de savoir si elle est d’accord quand je dis que « l’islam radical est le problème mais l’islam modéré est la solution », l’écrivain Ayaan Hirsi Ali répond : « Je suis désolée mais il se trompe. » Elle et moi, qui combattons dans la même tranchée pour les mêmes objectifs et contre les mêmes opposants, sommes en désaccord sur ce point essentiel.

Mon argumentation s’articule en deux parties. Je pense d’une part, que la position essentialiste partagée par beaucoup d’analystes est fausse et, d’autre part, qu’un islam réformé peut voir le jour.

Argumenter contre l’essentialisme

Déclarer que l’islam ne peut jamais changer revient à affirmer que le Coran et le Hadith, qui constituent le cœur de la religion islamique, doivent toujours être compris de la même manière. Or défendre cette position revient à reconnaître son caractère erroné car rien de ce qui est humain ne demeure pour toujours. Tout, même la lecture des textes sacrés, change avec le temps. Toute chose a une histoire et toute chose connaît un avenir différent de son passé.

Roumi (1207-1273), l’un des grands mystiques musulmans.

Faire abstraction de la nature humaine et ignorer plus d’un millénaire de changements concrets dans l’interprétation du Coran : ce n’est qu’à ce prix qu’on peut proclamer que le Coran a toujours été compris de la même façon à travers les âges. Des changements se sont produits dans des domaines comme le djihad, l’esclavage, l’usure, le principe du « pas de contrainte en religion », ainsi que le rôle de la femme. De plus, les nombreux interprètes importants de l’islam depuis 1400 ans – pensons à al-Chafi’i, al-Ghazali, Ibn Taymiya, Roumi, Shah Waliullah et Rouhollah Khomeini – étaient en profond désaccord les uns avec les autres sur la teneur du message de l’islam.

Le Coran et le Hadith ont beau occuper une place centrale dans l’islam et le monde musulman, ils n’en expriment pas pour autant la totalité. L’expérience accumulée par les peuples musulmans, du Maroc à l’Indonésie et au-delà, n’est pas sans importance. Se focaliser sur les seuls textes sacrés de l’islam revient à appréhender les États-Unis à la lumière de la seule Constitution. Ignorer l’histoire du pays conduirait à une perception tronquée de celui-ci.

En d’autres termes, alors que la civilisation islamique médiévale excellait, les musulmans d’aujourd’hui sont à la traîne dans pratiquement tous les classements. Toutefois, si les choses peuvent empirer, elles peuvent aussi s’améliorer. De la même manière, dans ma carrière, j’ai été témoin de l’essor de l’islamisme depuis ses débuts très modestes, au moment où je commençais à étudier dans ce domaine en 1969, jusqu’au pouvoir énorme dont il jouit actuellement. Par conséquent, si l’islamisme peut croître, il peut aussi décliner.

Comment cela pourrait-il arriver ?

Learn Hebrew online

La synthèse médiévale

La clé de compréhension du rôle joué par l’islam dans la vie publique réside dans la charia et les nombreuses exigences intenables que celle-ci impose aux musulmans. Gouverner au moyen des taxes minimales permises par la charia s’est révélé insoutenable. Comment gérer un système financier sans demander des intérêts ? Un système pénal qui exige quatre hommes comme témoins oculaires d’un flagrant délit d’adultère est impossible dans la pratique. L’interdiction imposée par la charia de faire la guerre à d’autres musulmans est tout aussi impossible à respecter. Environ trois quarts des conflits entrepris par des musulmans ont en effet été dirigés contre d’autres musulmans. De la même façon, l’accent mis sur le djihad perpétuel contre les non-musulmans est un impératif bien trop sévère.

 

Shah Waliullah (1703-1762), l’un des grands penseurs de l’islam indien.

Pour contourner ces exigences et d’autres tout aussi irréalistes, des musulmans au Moyen Âge ont mis au point certains artifices juridiques permettant l’assouplissement de certaines dispositions sans violer directement ces obligations. Les juristes ont ainsi élaboré le concept du hiyal (stratagèmes) et d’autres moyens permettant l’accomplissement de la lettre de la loi tout en en rejetant l’esprit. À titre d’exemple, divers mécanismes ont été mis en place afin de vivre en harmonie avec des États non-musulmans alors que des guerres menées contre des coreligionnaires musulmans ont été renommées djihad. Par ailleurs, il existe aussi le système de la double vente (bay al-înah) d’un bien qui permet à l’acheteur de payer un intérêt déguisé.

Le compromis ainsi atteint entre la charia et la réalité est ce que j’ai appelé dans mon livre In the Path of God (1983) la « synthèse médiévale » de l’islam. Cette synthèse a traduit en un système viable ce corps abstrait de l’islam fait d’exigences irréalisables. En termes pratiques, elle a atténué la charia pour en faire un code de loi opérationnel. La charia pourra désormais être suffisamment bien appliquée sans que les musulmans soient soumis à ses exigences les plus strictes. Dans son livre Marriage and Slavery in Early Islam [Mariage et esclavage dans l’Islam primitif], dans lequel sont cités d’autres spécialistes, Kecia Ali, de l’Université de Boston, note le contraste flagrant qui existe entre la formulation de la loi et son application :

L’une des façons dont les études juridiques ont procédé a été de « comparer la doctrine avec la pratique réelle des tribunaux. » Comme l’observe un spécialiste à propos des textes sacrés et légaux, « les modèles sociaux contrastaient grandement avec l’image ‘officielle’ présentée par ces sources ‘formelles’. » Les études mettent souvent en parallèles des décisions de justice conciliantes et relativement équitables avec une tradition textuelle ou une jurisprudence indistinctement et parfois rigoureusement patriarcales. Cela nous prouve « la flexibilité d’une loi islamique souvent dépeinte comme stagnante et draconienne. »

Alors que la synthèse médiévale a fonctionné pendant des siècles, elle n’a jamais surmonté une faiblesse fondamentale à savoir qu’elle ne s’enracine pas dans les textes fondateurs et constitutifs de l’islam et qu’elle n’en dérive pas non plus. Basée sur des compromis et des demi-mesures, elle a toujours prêté le flanc à la critique des puristes. L’histoire de l’islam présente en effet nombre de ces contestations, dont le mouvement almohade dans l’Afrique du Nord du XIIe siècle et le mouvement wahhabite dans l’Arabie du XVIIIe siècle. À chaque fois, les efforts des puristes ont fini par échouer face à une synthèse médiévale qui ne s’est jamais réaffirmée que pour être à nouveau contestée par d’autres puristes. Cette alternance entre pragmatisme et purisme qui caractérise l’histoire de l’islam contribue à son instabilité.

Le défi de la modernité

La solution pratique qu’offrait la synthèse médiévale s’est effondrée face à la modernité imposée par les Européens, qu’on fait remonter traditionnellement à l’expédition de Bonaparte en Égypte en 1798. Depuis deux siècles ce défi a poussé la plupart des musulmans dans des directions opposées, allant de l’occidentalisation à l’islamisation.

Les musulmans, impressionnés par les réalisations des Occidentaux, ont cherché à réduire le rôle de la charia et à la rendre conforme, à la manière occidentale, à des principes tels que l’absence de religion d’État et l’égalité des droits pour les femmes et les non-musulmans. Le fondateur de la Turquie moderne, Kemal Atatürk (1881-1938), symbolise cet effort qui jusqu’à environ 1970, apparaissait comme la destinée du monde musulman, la résistance à l’occidentalisation étant alors perçue comme un combat d’arrière-garde futile.

Atatürk (à gauche) et Khomeini : deux visions de l’islam et deux styles très différents.

Mais cette résistance s’est révélée profonde et a finalement triomphé. Les quelques successeurs d’Atatürk ont vécu et sa République de Turquie est en train de retourner à la charia. Comme on a pu le voir, l’occidentalisation s’est révélée moins forte qu’elle ne l’était vraiment car elle tendait à attirer des élites bien visibles et sachant se faire entendre alors que les masses restaient à la traîne. À partir de 1930 environ, les éléments réactionnaires ont commencé à s’organiser et à élaborer un vrai programme, particulièrement en Algérie, en Égypte, en Iran et en Inde. Rejetant l’occidentalisation et toutes ses œuvres, ils militaient en faveur d’une application de la charia qu’ils imaginaient aussi intégrale et rigoureuse qu’aux premiers jours de l’islam.

Même s’ils rejetaient l’Occident, ces mouvements – qu’on a appelés islamistes – se sont modelés sur les idéologies totalitaires naissantes de l’époque, le fascisme et le communisme. Les islamistes ont emprunté à ces idéologies de nombreuses thèses telles que la supériorité de l’État sur l’individu, le recours à la force brutale et le besoin d’une confrontation démesurée avec la civilisation occidentale. Ils ont aussi emprunté allègrement la technologie occidentale, spécialement dans le domaine militaire et médical.

Par un travail créatif de longue haleine, les forces islamistes ont peu à peu gagné en force durant le demi-siècle suivant pour finalement être propulsées à l’avant-scène du pouvoir avec la Révolution iranienne (1978-1979) dirigée par l’anti-Atatürk, l’ayatollah Khomeini (1902-1989). Cet événement dramatique et son essai transformé de création d’un ordre islamique ont largement inspiré les islamistes qui, dans les 35 années qui ont suivi, ont fait des progrès importants, transformant les sociétés et appliquant la charia dans des proportions nouvelles et extrêmes. En Iran, par exemple, le régime chiite a fait pendre des homosexuels à des grues et forcé des Iraniens vêtus à l’occidentale à boire l’eau des latrines. En Afghanistan, le régime des Talibans a mis le feu à des écoles de filles et à des magasins de disques. L’influence des islamistes a atteint même l’Occident où l’on trouve un nombre croissant de femmes portant le hijab, le niqab et la burqa.

Même s’il a été créé comme modèle totalitaire, l’islamisme a montré une faculté d’adaptation tactique beaucoup plus grande que le fascisme et le communisme. Alors que ces deux derniers sont rarement parvenus à dépasser le stade de la violence et de la coercition, l’islamisme, emmené par des personnalités comme le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan (1954-) et son Parti de la Justice et du Développement (AKP), ont expérimenté des formes non-révolutionnaires de l’islamisme. Depuis son accession légitime au pouvoir lors d’élections en 2002, l’AKP a peu à peu sapé la laïcité turque avec une habileté remarquable en agissant au sein même des structures démocratiques établies dans le pays, en pratiquant la bonne gouvernance et en s’abstenant de provoquer la colère de l’armée, gardienne historique de la laïcité turque.

À l’heure actuelle les islamistes sont en marche mais leur ascension est récente et n’offre aucune garantie de longévité. Comme d’autres idéologies utopistes, l’islamisme perdra effectivement son attrait et son pouvoir déclinera. Les révoltes de 2009 en Iran et 2013 en Égypte contre les régimes islamistes en place sont un indicateur de cette tendance.

Vers une synthèse moderne

Pour vaincre l’islamisme, les musulmans anti-islamistes doivent développer une autre vision de l’islam et une autre explication de ce que signifie être un musulman. C’est à ce titre qu’ils peuvent s’inspirer du passé, particulièrement de la période 1850-1950, riche en tentatives de réforme, pour élaborer une « synthèse moderne » comparable au modèle médiéval. Cette synthèse opérerait un choix parmi les préceptes de la charia en vue de rendre l’islam compatible avec les valeurs modernes. Elle accepterait, entre autres progrès, l’égalité des sexes, la coexistence pacifique avec les incroyants, et rejetterait l’idée du califat universel.

Dans ce cas-ci, il est utile de comparer l’islam aux deux autres grandes religions monothéistes. Il y a cinq cents ans, les juifs, les chrétiens et les musulmans étaient tous largement d’accord sur le caractère acceptable du travail forcé et sur le côté inacceptable du paiement d’un intérêt sur de l’argent. Finalement, après des débats longs et acharnés, les juifs et les chrétiens ont changé leur position sur ces deux sujets. Aujourd’hui, aucune voix parmi les juifs et les chrétiens ne s’élève pour approuver l’esclavage ou pour condamner le paiement d’un intérêt raisonnable sur un prêt.

Par contre, ces débats entre musulmans ne font que commencer. Même s’il a été interdit au Qatar en 1952, en Arabie Saoudite en 1962 et en Mauritanie en 1980, l’esclavage existe toujours dans ces pays et dans d’autres à majorité musulmane (particulièrement au Soudan et au Pakistan). Certaines autorités islamiques vont jusqu’à déclarer qu’un musulman pieux doit approuver l’esclavage. Des institutions financières très importantes qui pèseraient pas moins de mille milliards de dollars ont mis au point ces quarante dernières années un système permettant à des musulmans pratiquants d’éviter en apparence le versement ou la perception d’un intérêt sur de l’argent (« en apparence » puisque les banques islamiques cachent à peine l’intérêt par des subterfuges tels que des frais de service).

Projet d’immeuble pour la banque islamique d’Abu Dhabi, l’une des plus grandes institutions financières ne pratiquant pas le prêt à intérêt.

Les musulmans réformateurs doivent faire mieux que leurs prédécesseurs du Moyen Âge et fonder leur interprétation aussi bien dans les textes sacrés que dans les sensibilités de l’époque. Pour que les musulmans modernisent leur religion, ils doivent imiter leurs homologues monothéistes et adapter leur religion par rapport à l’esclavage, au prêt à intérêt, à la condition de la femme, au droit de quitter l’islam, à la procédure légale et à bien d’autres choses. L’émergence d’un islam réformé et moderne ne permettra plus les droits inégaux de la femme, le statut du dhimmi, le djihad, les actes terroristes suicidaires, et n’exigera plus la peine de mort pour l’adultère, les atteintes à l’honneur familial, le blasphème et l’apostasie.

Dans ce siècle commençant, on peut déjà distinguer quelques signes positifs allant dans cette direction. Observons quelques faits nouveaux concernant les femmes

 

  • Darul Uloom Deoband, bastion de la pensée islamiste en Inde.

     

  • En Arabie Saoudite, le Conseil de la Choura a répondu à l’indignation croissante de l’opinion publique à propos de mariages d’enfants en relevant l’âge de la majorité à 18 ans. Même si cette mesure ne signifie pas la fin des mariages d’enfants, elle va dans le sens d’une abolition de cette pratique.

  • Des clercs turcs ont accepté de laisser des femmes réglées aller à la mosquée et prier à côté des hommes.
  • Le gouvernement iranien a pratiquement interdit la lapidation des personnes convaincues d’adultère.
  • En Iran, les femmes ont acquis de nouveaux droits dans la poursuite de leur mari en justice pour cause de divorce.
  • En Égypte, une assemblée de savants musulmans a condamné la clitoridectomie comme une pratique contraire à l’islam et comme un fait punissable.
  • En Inde, une institution islamique de premier plan, Darul Uloom Deoband, a émis une fatwa contre la polygamie.

On peut également observer d’autres faits nouveaux qui ne concernent pas spécialement les femmes :

  • Le gouvernement saoudien a aboli la djizya (impôt de capitation imposé aux non-musulmans).
  • Un tribunal iranien a ordonné que la famille d’un chrétien assassiné reçoive la même compensation qu’une victime musulmane.
  • Un colloque de spécialistes réunis à l’Académie islamique internationale du fiqh de Sharjah, s’est mis à débattre, pour le contester, de l’appel au meurtre des apostats.

Nadin al-Badir et les premières lignes de son appel de 2009 à la polyandrie.

Pendant tout ce temps, des réformateurs émettent à titre individuel toute une série d’idées qui, si elles ne sont pas encore adoptées, ont au moins le mérite de stimuler la pensée. À titre d’exemple, Nadin al-Badir, journaliste saoudienne, suggère de façon provocante que les femmes musulmanes aient le droit, comme les hommes, de prendre jusqu’à quatre époux. Elle a provoqué un tollé et reçu des menaces de procès et de dénonciations enflammées. Toutefois elle a suscité un débat nécessaire qui, il fut un temps, était inimaginable.

À l’instar de son précurseur médiéval, la synthèse moderne demeure vulnérable face aux attaques lancées par les puristes qui peuvent renvoyer à l’exemple de Mahomet et insister sur le fait de ne pas en dévier. Mais après avoir vu les œuvres de l’islamisme, violent ou non, on peut espérer que les musulmans rejetteront l’idée du rétablissement d’un ordre moyenâgeux et seront ouverts au compromis avec la modernité. L’islam ne correspond pas nécessairement à une mentalité rétrograde et figée car il est ce qu’en font les musulmans d’aujourd’hui.

Implications politiques

Que peuvent faire pour se rapprocher de leur objectif, ceux, musulmans aussi bien que non-musulmans, qui s’opposent à la charia, au califat et aux horreurs du djihad ?

Pour les musulmans anti-islamistes, le grand défi est de développer non seulement une vision différente de celle des islamistes mais aussi une alternative sociale et politique à l’islamisme. Si les islamistes ont atteint un tel degré de pouvoir et d’influence c’est grâce au dévouement, au travail acharné, à la générosité et au désintéressement. Les anti-islamistes devront également travailler dur, probablement pendant des décennies, pour élaborer et ensuite diffuser une idéologie aussi cohérente et contraignante que celle des islamistes. Dans ce processus, les spécialistes dans l’interprétation des textes sacrés et les meneurs capables de mobiliser les foules occuperont un rôle essentiel.

Quant aux non-musulmans, ils peuvent contribuer à faire progresser un islam moderne de deux façons. En premier lieu, en résistant à toute forme d’islamisme – non seulement l’extrémisme brutal façon Oussama Ben Laden mais aussi les mouvements politiques qui agissent à pas feutrés et en toute légalité comme l’AKP turc. Erdoğan est moins terrible que Ben Laden, mais il est plus efficace et non moins dangereux. Quiconque estime la liberté d’expression, l’égalité devant la loi et d’autres droits humains contestés en tout ou en partie par la charia, doit contrecarrer sans faiblir le moindre soubresaut islamiste.

En second lieu, les non-musulmans devraient soutenir les anti-islamistes modérés tournés vers l’Occident. Actuellement, ces personnes sont faibles, éparpillées et font face à une tâche impressionnante. Cependant elles existent bel et bien et représentent le seul espoir de vaincre le péril que sont le djihad planétaire et la suprématie islamiste, et de lui substituer un islam qui ne constitue pas une menace pour la civilisation.

 

par Daniel Pipes

Juillet/août 2013

Version originale anglaise: Can Islam Be Reformed?
Adaptation française: Johan Bourlard

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “L’islam est-il réformable ? par Daniel Pipes

    1. Chris

      Je n’y crois malheureusement pas du tout.
      Le mahométisme est vicié à la base et les écrits magnifiques de quelques personnalités qui ne pouvaient pas faire autrement que d’être mahométans n’y changerons rien.
      Ne pas ce laisser endormir par cette utopie ( à laquelle on voudrait bien croire)d’un « islam modéré », c’est un piège.
      Chris

    2. Michel THYS

      D’accord : « panta rhei », « tout change, même la lecture des textes sacrés », avec le temps ».
      Il faudra en effet, je le crains, de nombreuses générations, si pas plusieurs siècles, pour que la majorité des musulmans, aussi bien dans nos pays occidentaux qu’en terre d’islam, adhèrent à un islam « modéré » (si tant est qu’il soit réformable) et acceptent de ne respecter que les impératifs de la charia qui sont compatibles avec les valeurs humanistes.

      Je veux exclure que puisse survenir une confrontation apocalyptique entre les trois monothéismes, du fait de leur prétention à détenir et à imposer leur Vérité exclusive, à l’initiative de fanatiques islamistes pressés d’éliminer tous les mécréants chrétiens, juifs et athées, et de mériter plus vite leur paradis peuplé de vierges.

      Au mieux, je prévois plutôt, comme Daniel PIPES, « une alternance entre pragmatisme et purisme », et au pire un accroissement inéluctable de l’islamisation, surtout sous nos latitudes.
      En effet, les musulmans de chez nous, bien que pacifiques dans leur immense majorité (même si c’est par opportunisme économique), sont incités par l’islam politique à exploiter notre conception laïque et laxiste de la tolérance et de la neutralité, ainsi que l’opportunisme électoraliste, pour obtenir de plus en plus de revendications inspirées par la charia. D’ici 20 ans, il y aura, je le crains fort, une majorité démographique, et donc« démocratique » musulmane dans nos grandes villes.

      Du fait de la conception devenue obsolète de leur Constitution, les Etats démocratiques, même sur leur sol, tolèrent que l’islam impose aux musulmans, dès la prime enfance et à l’école, une soumission totale au coran, à la sunna, aux hadiths, à la charia et à d’autres traditions incompatibles avec les valeurs humanistes. Les autres options religieuses et surtout les options non confessionnelles leur sont totalement occultées.

      Cette soumission est même imposée à vie puisque l’apostasie leur est interdite, voire punie de mort. Les musulmans ne bénéficient donc pas de l’article 18 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 (« Toute personne a droit à la liberté de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction (…) ». On voit même des parents musulmans qui se permettent notamment de contester l’enseignement de l’évolutionnisme au cours de biologie, au nom du créationnisme qui n’est qu’une croyance religieuse ! Etc.
      Hélas, les rares intellectuels musulmans progressistes et ouverts à la modernité, tels que Malek CHEBEL, ne sont quasiment pas écoutés.

      Certes, compte tenu de la composante irrationnelle et atavique de l’être humain, et du fait de l’ignorance relative de la science à expliquer l’origine de la vie capable de se reproduire, la foi restera toujours un droit légitime et respectable, a fortiori si elle est le fruit de la réflexion et du libre examen. Mais n’y aurait-il pas moyen d’accélérer l’évolution de l’esprit des croyants, quels qu’ils soient, mais surtout musulmans ?

      Ce serait peut-être d’oser dire, écrire et répéter urbi et orbi :
      1. que toutes les religions exploitent la crédulité, la peur de la mort, la quête de sens et imposent la soumission, parfois totale, à un dieu qui ne s’est pourtant jamais manifesté concrètement, et, le cas échéant, à un prophète qui n’a jamais rien écrit, ni dit tout ce qu’on lui a fait dire dans des textes « sacrés » manipulés au cours des siècles pour maintenir leur mainmise sur les consciences,

      2. que la croyance religieuse n’apparaît qu’à la suite d’une éducation religieuse précoce au sein d’un milieu croyant unilatéral car excluant les alternatives, aussi bien celles des autres religions que celles – surtout – non confessionnelles de l’humanisme laïque.
      Je m’en explique :
      http://michel.thys.over-blog.org/article-une-approche-inhabituelle-neuroscientifique-du-phenomene-religieux-62040993.html
      Merci pour vos commentaires.

    3. JEAN PN

      l’Islam ne peut pas être réformé, il ne peut pas être modéré, mais il peut être éliminé s’il ne respecte pas les autres religions !
      C’est simple, non ?

    4. robert davis

      Il leur faut 500 ans pour devenir des …ânes. Alors pour devenir des Hommes,cela prendra tellement de temps que nous risquons de recevoir la visite malencontreuse d’un nouvel asteroide avant! On ne peut pas attendre les bras croisés d’autant que ils achètent la technologie entretemps.Le monde avance beaucoup plus vite qu’eux!

    5. LOYSEL

      Il ne faut pas rêver. Le Christianisme a survécu et s’est réformé parce que le texte de l’Evangile est un message essentiellement d’amour. L’Ancien testament comprend suffisamment de textes d’amour entre les hommes pour permettre l’évolution du judaïsme. Le Coran et la Charia ne contiennent que des préceptes d’exclusion de l’autre, de meurtre et de conquête au fil de l’épée. L’Islam est irréformable. L’expérience d’Ataturk est éclairante à cet égard. Le seul espoir réside dans le renvoi de l’Islam à la sphère rigoureusement privée et à l’interdiction stricte de son expression politique et publique.

    6. Sentinelle

      Comment peut’on penser qu’il y a des musulmans anti-islamistes ?
      Par définition, la religion des musulmans est l’islam, donc forcement ils sont islamistes.
      Ils sont menteurs, roublards, pleurnichards et fainéants. Ils préfèrent vivre aux crochets des pays qu’ils envahissent et terrorisent, mais certainement pas de se modifier pour vivre en paix. La jalousie qui les dévore les rendent haineux envers les autres, ils ne supportent pas que les autres soit heureux, qu’ils réussissent.
      Ils sont au service de satan, leur maître, se qui justifie qu’ils sont violents, meurtriers, destructeurs, voleurs etc……..
      Le monde ferai mieux de s’attaquer sérieusement à l’éradication TOTALE de l’islam, de renvoyer tous les musulmans dans leur pays et de fermer nos frontières DEFINITIVEMENT pour ces gens là.

      Nous aurions plus de joie à ouvrir nos frontières et notre coeur à nos frères d’Israël, en leur apportant tout notre soutien commerciale en achetant leur produits, notre aide militaire au besoin contre leur ennemis, et de leur redonner l’intégralité de la Judée Samarie, territoire que DIEU leur a léguer.

    7. Michel THYS

      @ Ixiane :
      Oui, ce monde serait un « paradis » sans l’islam, mais surtout sans aucunes croyances religieuses et sans religions prosélytes et concurrentes, car elles à l’origine de l’intolérance et de tant de violences depuis toujours.
      Je considère même que la croyance religieuse, absente chez les autres primates, est la conséquence la plus catastrophique de l’évolution du néocortex préfrontal, le seul qui, grâce à la station debout et à l’acquisition de la parole, est devenu capable d’imaginer un nouveau « mécanisme de défense » contre la peur de la mort : d’abord des dieux dont nos ancêtres cherchaient à obtenir la protection par des sacrifices, puis un seul, devenu « Père protecteur, substitutif et agrandi « , fût-il qualifié de « Présence Opérante du Tout Autre », par une « foi épurée et authentique » (chanoine Antoine Vergote).

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *