toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le jour où les Arabes sont devenus Palestiniens


Le jour où les Arabes sont devenus Palestiniens

Une erreur typique que même les Israéliens commettent et qu’il faudrait rectifier est d’appeler les Arabes locaux « Palestiniens »

C’est donner aux Arabes des munitions qui sont alors utilisées pour délégitimer Israël. Cela correspond à dire : « Oui, nous sommes d’accord avec vous. Vous étiez ici avant nous. C’est votre pays et nous vous l’avons volé ».

Car c’est en fin de compte ce que dit la légende arabe et si le monde et Israël continuent à définir les Arabes comme « Palestinien », nous jouons leur jeu.

Il est temps de faire une mise au point et d’arrêter de définir les Arabes comme « Palestiniens ».

 

Beaucoup d’Arabes qui vivent en Israël et aux environs, voudraient faire croire au monde qu’ils sont les descendantes des Cananéens et/ou des Philistins (pour l’instant, ils ne se sont toujours pas mis d’accord quant à leur origine).

Mais en fait, peu importe. Même s’ils venaient à descendre d’une de ces deux racines : ces deux tribus n’existent plus depuis environ 5 000 ans…

Ensuite, il est intéressant de noter que la plupart des Arabes de la région sont musulmans. Quand on sait que le judaïsme a existé depuis plus de 5774 ans (c’est un fait, pas exactement sous sa forme actuelle), le christianisme est vieux de 2000 ans, mais l’Islam n’a fait son apparition qu’au VIIe siècle… Il est alors juste de se poser la question : mais qui sont ces Palestiniens ?

Qui sont les Palestiniens :
Si les Arabes ont commencé à se définir comme Palestiniens, c’est tout simplement, car ils n’ont absolument aucune identité liée à la terre qu’ils occupent. Ils sont originaires de la Jordanie, de l’Égypte, du Liban et autres, mais pas de Palestine. La plupart des arabes de Palestine sont arrivés suite à l’appel de la nécessité de main d’oeuvre du fait de la présence de l’empire britannique. En 1695, Israel/ Palestine n’était peuplée que de juifs et de chrétiens comme le relate l’œuvre écrite par Hadrian Reland « Voyage en Palestine » cartographe, géographe, philologue et professeur de philosophie hollandais. 

Pas besoin de faire beaucoup de recherches avant de constater que la lettre « P » n’existe pas dans l’alphabet arabe et encore moins le mot « Palestine ». Et que le nom « Palestine » a été créé par l’Empire romain. Les Romains ont donné ce nom au pays après l’avoir conquis, en 75 après JC et donc au moins 600 ans avant la naissance de l’Islam. Le nom de Palestine s’est surtout généralisé après la défaite de Bar Kokhba en 132.

Le mot « Palestine » est inspiré des philistins qui étaient un peuple qui existait dans la région à l’âge de fer (environ 1175 avant notre ère) et qui a envahi la Judée. LCertains disent que si les Arabes ont choisi ce nom, ils ont fait là un choix tout à fait adapté.

« Avant 1967 il n’y avait aucun article de journaux ou autre qui parlait des Arabes comme “palestiniens”. Le conflit au Moyen-Orient était tout simplement connu sous le nom de “conflit israélo-arabe” et non comme “conflit israélo-palestinien” (1) (ma traduction). »

(Passeport des parents de Moshe Dayan. Notez la mention “nationalité palestinienne” en bas – photo cliquable)

Passeport des parents de Moshe Dayan. Notez la mention “nationalité palestinienne”

Avant la renaissance de l’État d’Israël, en 1948, le seul peuple qu’on appelait « palestinien » était le peuple juif. Pas le peuple arabe. Les Arabes ne souhaitaient pas être appelés « Palestiniens », car ne voulaient être associés ni aux juifs ni à l’État britannique de la Palestine.

C’était une insulte. Si on appelait un Arabe « Palestinien », il répondait alors: « Je suis Arabe ! Je ne suis pas juif ! » Les Arabes qui vivaient dans la région sont devenus « palestiniens » après la guerre des Six Jours en 1967. Avant cette période, lorsque la Judée, la Samarie et Jérusalem étaient occupés par la Jordanie et que Gaza était occupé par l’Égypte, aucun Arabe ne se ressentait « Palestinien ».

Même Yasser Arafat, le si fameux « Palestinien » et ancien leader de l’OLP n’est pas né « Palestinien ». Il se définissait comme « réfugié palestinien » alors qu’il est né au Caire et a parlé toute sa vie l’arabe avec un accent égyptien.

Il a fait son service dans l’armée égyptienne, a étudié à l’université du Caire où il a habité jusqu’en 1956. Il n’a jamais été réfugié de quoi que ce soit et il n’était même pas originaire de la région en question. Le nom complet d’Arafat était Mohammed Abdel Rahman Abdel Raouf Arafat al-Qudwa al-Husseini.

Le nom de famille Al-Husseini indique que sa famille venait à l’origine de la Jordanie.

Avant la fin des années soixante, le terme « palestinien » était utilisé par le monde entier pour définir les juifs. Pour tout le monde, tous les médias, tous les politiciens, Palestine était un autre mot pour désigner Israël, tout comme Kemet est un autre mot pour désigner l’Égypte.

Jusqu’en 1950, le journal Jerusalem Post s’appelait tout bonnement Palestine Post.

Le périodique pour l’Organisation Sioniste d’Amérique (Zionist Organization of America) s’appelait « New Palestine »

La banque israélienne Leumi s’appelait « Anglo-Palestine Bank ».

La compagnie d’électricité d’Israël s’appelait : Palestine Electric Company.

On trouvait « Palestine Foundation Fund » et « Palestine Symphony Orchestra ».

Toutes ces entreprises, toutes ces organisations étaient dirigées par des juifs.

Aux États-Unis, la Jeunesse Sioniste chantait « Palestine, my Palestine », « Palestine Scout Song » et « Palestine Spring Song ».

Les Arabes savaient pertinemment que « palestinien » voulait dire « juif », tout simplement. C’est bien pour cette raison qu’ils ne voulaient pas qu’on les appelle comme ça.

Après la guerre de 1967, les Arabes se sont dits Palestiniens.

L’idée est venue des experts en relations publiques du KGB de l’ex Union Soviétique. Le plan et la campagne ont été préparés et orchestrés par l’Institut d’État des Études Orientales dont le leader était Ievgueni Primakov

220px-E_Primakov_03

 

Primakov était espion, parlait très bien l’arabe. Il avait travaillé dans différents pays arabes en se faisant passer pour un journaliste pour le journal soviétique Pravda.

Les médias du bloc soviétique ont donc commencé à pleurer les « pauvres palestiniens » et « les méchants juifs qui ont volé le pays de ces pauvres palestiniens ».

L’idée des « pauvres palestiniens » fut rapidement reprise par les médias de gauche, surtout pendant la période des années 60 – 70 , période propice à l’émancipation des peuples considérés comme prolétaires et donc victimes, et après trois années de matraquage médiatique, l’égyptien Yasser Arafat fit un discours passionné dans les universités européennes et à l’ONU en expliquant comment lui, un « Palestinien d’origine » s’était vu voler son pays et être humilié par ces « khazar de juifs ».

Le « peuple palestinien », venu de nulle part s’est petit à petit installé dans le vocabulaire et dans la compréhension européenne.

Soyons honnêtes : tout ceci a bien marché tout simplement, car cela allait contre les juifs.

Si l’Union Soviétique et les Arabes avaient essayé d’expliquer au monde que les « Spaniards » avaient volé l’Andalousie aux indigènes. Le monde aurait détourné le regard en riant.

Israël s’est lancé dans une campagne d’explication, mais n’avait pas les moyens de faire face à la machine de propagande arabo-soviétique bien épaulée par les médias de gauche et par la mentalité des années 68. Surtout qu’il leur fallait travailler dur pour développer ce nouveau pays tout en étant en guerre… Israël ne pouvait pas se faire entendre.

Donc aujourd’hui, nous avons des Arabes qui se définissent comme « Palestiniens » et qui pleurent, car « les juifs ont volé leur terre ».

Et donc, lorsque je vous dis que : « Les juifs ont volé la Judée aux Palestiniens », c’est une phrase qui a un sens, pour vous ? Ça ne vous fait pas tiquer quelque part ? Vraiment ?

Mais alors, pourquoi continue-t-on à appeler les Arabes « palestiniens » ?

Tout simplement parce que, encore une fois, Israël et les juifs ont choisi le compromis pour avoir la paix, pour calmer les choses.

51 attaques terroristes sur Israël pour le seul mois d’août 2012 nous donnent une idée du succès de cette politique du compromis.

Vous aussi, apprenez à vos amis à utiliser les mots justes : les juifs sont les Palestiniens, les Arabes sont les Arabes.

 

(1) THE ARABS IN THE HOLY LAND – NATIVES OR ALIENS? — by Dr. Harry Mandelbaum
Prior to 1967, no news headlines ever referred to Arabs as “palæstinians”. The Middle East conflict was known as the Arab-Israeli Conflict and not the “Palestinian”-Israeli conflict.

Source: W. Golani 





Journaliste pigiste Franco-israelien, titulaire d'un master d'histoire du Moyen-Orient à l'université de Jérusalem



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 25 thoughts on “Le jour où les Arabes sont devenus Palestiniens

    1. robert davis

      C’est trés bien de rappeler ces choses le plus souvent possible car il montre aux propagandistes pro »palestiniens » qu’ils ne sont pas les seuls à savoir propager la propagande et qu’il existe aussi une CONTRE-PROPAGANDE QUI à FORCE DE RéPéTER LES VéRITéS LES FAIT PASSER POUR LES MENTEURS QU’ILS SONT. Et en effet les israéliens sont les PREMIERS responsables de cette propagation par leurs négligence et leurs idées gauchistes de haine de soi. Il y a tant de façons de montrer que lemot « palestinien » est une supercherie : les guillemets, pseudo palestiniens, les usurpateurs arabes,falsificateurs de l’Histoire les réfugiés professionnels dits palestiniens etc etc.le mot MENTEUR aussi est efficace si on le répète souvent.

    2. Lipschutz

      BRAVO!!!!
      The name the regional Arabs asked for Palestine was « Suria Janonbia » or South Syria according to the Society of Nations documents.

    3. Lipschutz

      Ils n’ont pas seulement détourné des avions, ils ont détourné tout un pays et toute sa symbolique:

      « Naqba » au lieu de « shoa »
      « l’esplanade des mosquées » au lieu du « mont du temple »
      « réfugié palestiniens » au lieu des « réfugiés juifs chassés des pays arabes et de Jérusalem! »
      « Sabra camp palestinien » au lieu de « Sabra né en Israel »

      C’est la plus vaste escroquerie de tous les temps qui a coûté plus d’un tiers de toute l’aide humanitaire mondiale. Moyens qui auraient bien mieux pu être employé pour sauver les gens de la famine…

    4. Moshé_007

      ça fait des années que j’alerte sur ce point proche de l’absurde !

      Le mot « palestinien » est à 200% d’origine hébraïque, non seulement ils veulent la terre d’Israël mais en l’appelant avec un mot hébreu !

      Il faut reconnaitre, que de première apparence, les responsables de la communication israélienne sont proches du végétal, sur ce point les intox pâlottes sont bien plus médiatiques, certes elles fatiguent à long terme, mais malgré la réalité ils arrivent encore à nuire à Israël rien que par les médias !

      Ils s’agit d’un conflit à 80% médiatique, il semblerait que le gouvernement israélien nage complétement ???

    5. Moshé_007

      Attention ne pas commettre la grossière erreur de confondre « palestinien » et « philistin » le terme vient des textes sous le nom de « falaisht », il s’agissait probablement « des peuples de la mer » mais pas dans l’explication faite dans le livre de Maccabées, en fait la trace de « falaisht » remonte à 1200 av.jc., ils sont présents dans plusieurs témoignages égyptiens et dans la Genèse.

      Le terme amharique, « falasha », signifiant « exilé » est certainement lié au terme « falaisht », mais ce qui est certain, c’est que ce peuple de la mer, s’est assimilé aux cananéens et aux hébreux certainement avant Joseph, ne pas oublier que des fragments de la Genèse ont été retrouvés sous forme de tablettes cunéiformes, mais il faudrait que je retrouve les traces que j’avais lues il y a quelques décennies !

      J’ai cherché sur le net, mais rien trouvé, si parmi vous il y a des érudits, bien venus !!

    6. Edoardo Recanati

      Mais, bon sang, lisez la Bible, tout est lá!!!
      Dans Déteuronome 32:21 Dieu prévoit que nous Le fairons fâcher avec des « non-dieu » et Il nous punira en nous faisant fâcher avec « un non-peuple, une nation vile »!!! Un peuple inventé!

    7. fillip777

      Bonjour,
      j’ai lu quelque part, qu’un homme politique avant de commencer sa conférence
      sur Israël, à commencer ainsi : « vous vous rappelez ce certainement sans doute qu’un jour le peuple d’Israël était dans le désert, et que Moïse a frappé le rocher pour en faire jaillir de l’eau. Trouvant l’eau limpide, il décida de s’y plonger. Il se déshabilla et cacha ses habits derrière ce rocher. Après sa baignade bienfaisante, il voulut se rhabiller ! Mais il ne retrouva plus ses habits. Il s’exclama : – ça ce sont les Arabes palestiniens qui me les ont volés ! »
      Dans la salle, un « Arabe palestinien » s’exclama : « mais vous êtes complètement fous ; nous n’étions pas encore là ! »
      L’orateur alors répondit : « merci pour votre intervention ; maintenant avec ce que vous avez dit, je peux enfin commencer la conférence. »
      Que Dieu bénisse Israël et le délivre de ses ennemis.

    8. levip

      quand allez vous réussir à franchir le cap des convaincus et bombarde les médias de vos informations et vérités par l’intermédiaire d’incessants « droit de réponse »
      shana tova à europe-israel

    9. LEVY

      À publier sur europe-israel, si possible

      Ma lettre au Premier Ministre Israélien,en 2011

      Monsieur le Premier Ministre d’Israël,

      J’ai l’honneur de vous adresser cette lettre, tout conforté que je suis d’être un proche parent de l’ancien ambassadeur Yehuda Lancry à Paris et à l’ONU, ainsi que l’ami de David Lévy, l’ancien ministre des Affaires étrangères.
      Si l’Unesco se permet de fausser l’histoire du Moyen-Orient au profit d’une entité terroriste, pourquoi Israël ne prétendrait-il pas exiger le rétablissement de vérités historiques ?
      Its’hak Rabin avait dit : « Nous n’allons tout de même pas ériger un mur autour d’Israël pour nous protéger ! » Ce qui paraissait impensable pour ce chef d’État, est devenu une obligation : Depuis la construction de notre mur de protection, le terrorisme barbare de l’entité Hamas-Fatah est éradiqué à 97 °/°.
      Ce qui suit n’est pas l’idée farfelue ou naïve d’un juif idéaliste, mais la réflexion d’un écrivain, celle d’un homme mûr, réflexion que des millions de femmes et d’hommes partagent : Israël se doit d’éradiquer le cancer linguistique dont se servent les antisémites de tout acabit, en ces appellations illégitimes Palestine et Palestiniens. STOP À L’USURPATION DE NOTRE IDENTITÉ. Bientôt et avec la complicité galopante des ronds de cuir antisémites de l’Unesco, l’entité terroriste Fatahamas parviendra à ses fins.
      Si vous le voulez, ce ne sera pas un rêve, a dit Theodor Hertzl. Celui qui ne croit pas aux miracles n’est pas réaliste, a ajouté David Ben Gourion. Qu’attendent les chefs d’État d’Israël pour mettre la dernière pierre à l’édifice qui consolidera à jamais sa légitimité et d’en saisir le Tribunal international de justice de La Haye ? S’il fallait ajouter une citation, la voici, elle est d’Albert Camus : « Mal nommer les choses ajoute au malheur du monde. » À quand un projet de loi à la Knesset, et dont voici les grandes lignes surgies de la tête d’un écrivain tel que moi, farouchement sioniste ?

      1- Palestine et Palestiniens sont des appellations tirées de Philistie et Philistins. La Philistie était un État fondé par les Philistins (un des peuples de la mer) vers 1200 avant l’ère chrétienne et situé sur la côte méditerranéenne autour des villes de Gaza et Ashkelon. C’était une confédération de villes, ainsi que l’attestent nombre d’historiens. Les Philistins pratiquaient des sacrifices humains. Leurs idoles se nommaient Dagon, Baal et Astarté.
      2- Ils furent en conflit avec le royaume d’Israël, notamment sous le règne du roi d’Israël David.
      3- Environ dix siècles avant l’ère moderne, ils disparaissaient ou se fondaient dans des nations environnantes.
      4- L’empereur romain Hadrien, dans les années 135 à 138, remplaça le nom d’Israël par Palestine, afin d’effacer toute trace de présence juive.
      5- Cette destitution d’identité a perduré durant les périodes d’occupation de la terre d’Israël par les Assyriens, les Babyloniens, les Perses, les Grecs, les Romains, les Sassanides, les Byzantins, et autres. Mais la présence de Juifs en Israël n’a jamais cessé.
      6- Les grandes figures juives, Theodor Herzl, tout comme les artisans de la renaissance de l’État d’Israël, n’ont pas songé à rendre caduque les appellations Palestine et Palestiniens.
      7- Les arabes vivant aujourd’hui sur le territoire de l’ancienne Philistie ne sont pas les descendants des Philistins, ils proviennent de l’Arabie. Leur religion est l’Islam.
      8- Palestine et Palestiniens (Philistie et Philistins) sont des noms usurpés par Arafat, dès 1967, afin de légitimer la restauration d’un État et d’un peuple qui n’existent plus.
      9- Israël a accepté ce consensus d’appellation sans prévoir que cette appropriation nuirait tant à son identité qu’à son existence.
      10- Dans l’esprit d’une majorité de gens et de pays, les Palestiniens vivaient en Palestine avant les Israélites, et que le remplacement du nom Israël par Palestine se devait être définitif.
      11- Or, Israël et les Juifs sont une entité qui perdure depuis plus 3000 ans, avec sa religion, ses coutumes, sa culture, son alphabet et une langue propre.
      12- Ces réalités sont attestées au quotidien par tous les historiens et toutes les fouilles archéologiques.
      13- L’entité terroriste Fatahamas développe une stratégie perverse à l’encontre d’Israël. Actuellement, elle consiste à grignoter le patrimoine historique d’Israël dans l’intention de l’en déposséder. Elle a comme alliés tous ceux qui sont hostiles à Israël et comme maître à penser l’Unesco.
      14- L’entité terroriste Fatahamas veut être reconnue par l’ONU comme nation à part entière, bien qu’elle soit actuellement classée comme entité terroriste par l’ONU.
      15- L’UNESCO a accepté cette entité terroriste dans son organisation.
      16- L’entité terroriste, créée en 1967 par Arafat, veut inclure dans son patrimoine national des sites, des monuments et des personnages bibliques n’ayant rien à voir avec son histoire et qui, de surcroît, sont en contradiction et en conflit avec l’Islam.
      17- COMPTE TENU DE CE QUI PRÉCÈDE, l’État d’Israël décide unilatéralement d’œuvrer pour corriger les malversations linguistiques de l’Histoire. Car elles représentent un danger constant et grandissant pour son existence.
      18- ISRAËL réfute catégoriquement les appellations Palestine et Palestiniens.
      19- Il APPARTIENT à l’entité terroriste Fatahamas de se trouver des appellations autres que Palestine et Palestiniens.
      20- PAR CONSÉQUENT Israël utilisera provisoirement les appellations Arafatie et Arafatiens en place et lieu de Palestine et Palestiniens dans tous ses échanges administratifs et diplomatiques. Ceci, aussi longtemps que l’entité terroriste Fatahamas ne se sera pas octroyée ses propres appellations, comme très justement : Fatahamassie, pour Palestine, et Fatahamassiens, pour Palestiniens.
      21- Puissent tous les amis d’Israël et des Juifs, les Juifs du monde entier commencer à utiliser le mots et expressions Fatahamas, Arafatie et Arafatiens et les faire rentrer dans leur langage politique.

      Raphaël A. Lévy, auteur du roman L’HOMME QUI VOULAIT CHANGER LE MONDE (ISBN 2-89485-333-5)
      Et de DAVID, la vie fabuleuse du berger devenu roi d’Israël

    10. Gil Kessary

      En effet
      Po meme je suis Palestinien-juif puisque ne en Palestine du Mandat britannique. Et c’est pertorie dans mes documents de l’epoque. Golda Meir, ex. Premier mimistre d’Israel avait fait la meme remarque , bien que non native en Palestine

    11. merkava

      jamais nous n’ aurions dut abandonner le terme palestine aux arabes ! ce fut une grave erreur ! il serait intéressant de connaitre la raison pour laquelle israel a concédé aux arabes ce nom qui lui était propre historiquement ?

    12. robert davis

      Moshé : vous avez tout à fait raison,je suis en colère contre les « plateformes » de m.israéliennes : l’ambassade d’Israel m’envoit leur blog avec possiblité de commenter ce que je fais pour leur reprocher le contenu merdique de leur blog qui ne parle que de concerts et autres idioties comme si Israel n’avait AUCUN problème! Un gosse de riche qui ne pense qu’à s’amuser!!! Le pays est sur le point d’être démantelé avec cette négociation merdique après quoi les arabes et leurs alliés gauchistes n’azuront plus qu’à l’achever une fois affaiblis et eux ne pensent qu’à des concerts. Ce n’est pas possible d’être aussi négligents dans une affaire aussi grave! Tout le monde a bien compris que les arabes n’en ont rien à cirer de la Judée/Samarie qui ne sont pas importants pour eux alors qu’ils y mettent d’énormes moyens obsédés qu’ils sont par ce petit territoire et ce n’est sûrement pas pour ajouter 10.000 km2 à leur territoire de 3.000.000 km2 mais pour achever Israel un fois affaibli. Et ces cons utilisent leurs »plateformes » pour nous parler de concerts au lieu de faire de la CONTRE-PROPAGANDE.La propagande israélienne est nulle parqu’elle est entre les mains des gauchistes grâce à netanyahou!

    13. robert davis

      Merkava : on ne peut pas empêcher les gens de dire des commeries,Israel est un nom meilleur(les romains avaient remplacé Israel par Palestine pour punir les juifs qui se révoltaient) mais on peut les CONTREDIRE PAR LA PROPAGANDE. Le problème est que le ministère de la communication est entre les mains des gauchistes qui veulent un etat arabe!!! ils ne comprendront leur erreur si on les laisse faire que le jour où ils seront sur le point d’être égorgés dans leurs lits. Et encore s’il n’y avait que ces maudits gauchistes ce ne serait pas grave,le problème c’est que cela concerne TOUTE la population.

    14. Benhamou alain

      Nous juifs nous n’avons pas a appliquer le dicta de Rome d’appeler la Judée et la Samarie la palestine . Au lendemain de ce dicta c’étaient les juifs que les juifs qui etaient Palestiniens au yeux de Rome, les Arabes sont venus au fil des siècles sont venus s’installer en Judée et en Samarie déjà sans papier. L’histoire se sait par tous mais ils feints de l’ignorer, ce qui me désole c’est quand les juifs eux meme prononce ce mot, comment allons nous reconstruire le temple si nous adjurons pas d’appeler ainsi les territoires d’Israel. Surtout quand on est certain que les Arabes ne nous veulent meme pas dans cette peau de chagrin que nous a donnée l’Onu

    15. robert davis

      Il est vrai que dans les années 70 Israel n’avait pas les moyens pour contrecarrer l’énorme machine de désinformation de l’occident mais aujourd’hui il l’ puisqu’on nous dit que Tsahal même a 30 plateformes! Mais qu’est-ce qu’ils disent dans ces plateformes??? il les gardent pour qui? si c’est pour envoyer 10 mails cela ne sert à rien il faut les PROPAGER et faire une contre-propagande qui porte! L’ambassade d’Israel m’nvoit son blog où il …N EST JAMAIS QUESTION DE PROBLEMES POLITIQUES ! qu’est-ce qu’on y voit? des concerts et autres amusements! Et comme vous dites même lorsqu’ils mentionnent les arabes locaux c’est pour les qualifier de palestiniens. ILS NE FONT AUCUN EFFORT comme si cela ne les concernait même pas! La communication est entre les mains des gauchistes et je crois que à part l’armée(qui ne sait pas faire la propagande) tout le reste aussi même le poste de premier ministre.C’est lui d’ailleurs qui a nommé les gauchistes à la communication sous pretexte de les attirer dans son Cabinet qui n’en a pas vraiment besoin la droite ayant la majorité!

    16. robert davis

      Arafatiens!!!!!!! c’est trés bon,pour une fois bravo à la propagande israélienne. Désormais je n’utiliserai que cette appelation.Tout de même VIRER les arafatiens est plus important que leur donner un nom même APPROPRIE.

    17. LORTHOIS

      Shalom !

      Si je reprends ma Bible en effet, et quelle que soit la traduction, nulle part apparaît le terme de Palestine mais d’Israël ! A la limite, cela devrait suffire… Rappelons simplement que cette idée de débaptisation d’Israël pour Palestine revient à l’empereur romain Hadrien qui a également débaptisé Jérusalem en imposant qu’on l’appelle Aélonia Capitolina.. ,
      Les Hommes passent et Israël demeure.
      La Palestine est un terme plus qu’impropre : l’employer fait le jeu de l’ennemi aux multiples formes.
      Les Philistins étaient un peuple de géants (ces demi-dieux dont parle Genèse 6, issus de la copulation des anges déchus avec les filles des hommes. C’est pourquoi l’Eternel avait enjoint à son peuple de les détruire. D’autres néphilim existaient ailleurs sur la terre de Canaan au moment de la conquête -ordonnée par D.ieu- , le seul problème c’est que cette race de géants de la bande de Gaza laquelle doit revenir, aux temps messianiques, à la tribu de Juda (Cf. Sophonie) n’a pu être éliminée complètement. Le seul remède ayant été pour l’Eternel de faire venir alors le déluge, encore que certains sont réapparus après cet engloutissement… Machiah, Machiah, Machiah, laï, laï, lai, laï, laï, laî !

    18. Moshé_007

      Avec les arabes, la moindre faiblesse et ils deviennent hystériques, et les gauchos tant israéliens que les autres, font tout pour les allumer !

    19. MisterClairevoyant

      Il y a longtemps, que l’islam c’est approprié de la bible, des patriarches juifs et de Jésus et de Marie des Chrétiens, ainsi que des villes juives et chrétiennes, le tombeau des Patriarches à Hébron, celui de Joseph, du Mont du Temple et de Jérusalem pour l’appeler Al-Qubs, d’Alexandrie, de Tunis, de Constantinople pour appeler Istanbul, de la banlieue de Paris, de Bruxelles, de Roubaix, et ainsi de suite de par l’Europe et le monde. Mais ils vous dirons que sont les chrétiens qui ont volé aux arabes tout. Les mathématiques, la médecine, etc. Comme si dans la culture judéo-chrétienne née de la classique gréco-latine ne savaient pas compter, ni calculer le diamètre de la terre 10 siècles avant que les arabes envahissent les pays de la Méditerranée, aux cultures héritées de l’empire Romain et Byzantin.
      Les gaucho-intellos sont nuls en géographie et se font manipuler par les musulmans, et ensuite, ils veulent manipuler tout l’Occident. Point!

    20. lea

      A fillip777
      le » conférencier » en question était le représentant d’Israël à l’ONU et l’histoire a été dite devant toute l’assemblée.
      Superbe, non ?!

    21. David Belhassen

      A Raphaël A. Levy.
      Je vous invite à lire mon article « Pour en finir avec l’usage du terme Palestine », qui a été publié récemment sur le site Europe-Israël.
      Petite remarque : Les Philistins ne pratiquaient pas de sacrifices humains. Quant aux noms des divinités Dagon, Ba’al et Ashtarte, ils sont en hébreu et appartenaient au panthéon hébreu-cananéen que les Philistins ont adopté à force de cotoyer les Hébreux polythéistes, avant la réforme monothéiste israêlite et judaïque.

    22. Abiteboul Ya'acov Israel

      Tres bien dit.
      Sauf que « les juifs sont les palestiniens », c’était vrai jusqu’en 48 ou on pouvait dire ça par la force des choses puisque la terre d’Israël s’appelait « Palestine » depuis la destruction du temple par les Romains mais nous n’avons rien a voir avec cette dénomination « forcée »

    23. suzanne

      Je n’arrête pas de le répéter à chaque occasion: Israël est la Palestine et la Palestine est Israël. Et nous n’aurions jamais du changer le nom de ce pays et les Arabes auraient été bien attrapés. Ils sont arrivés non seulement de Jordanie, Syrie et Egypte, mais aussi du Yémen et d’Arabie Séoudite.
      Si l’on menait une enquête auprès des arabes d’Israël, de Gaza et de la « Cisjordanie » quant à l’origine de leurs grands-parents ou de leurs arrières grands- parents, on serait interloqué des résultats. J’ai visité un village arabe en Israël entièrement habité par les descendants de QUATRE FAMILLES venus vers le début du XXème siècle d’Arabie.
      Certains Juifs des payas arabes étaient plus anciens qu’eux dans leurs pays respectifs. Cela n’a pas empêché leur expulsion de ces pays.

      Ce sont des pancartes de ce genre qu’il faut brandir dans les manifestations de France et de Navarre….

    24. Alik

      J’ai juste une remarque à faire: Les bédouins arabes n’ont jamais été originaires d’Afrique du Nord, dont la Numidie (Berbérie) et l’Egypte Pharaonienne. A ma connaissance ils ne sont même pas originaires d’Irak ou de Syrie qui sont des terres persanes. Dire qu’ils viennent de ces contrées est pour moi une manière de leur donner un coup de pouce en trop. Il ne faut pas appeler un chat autrement que chat. Merci!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    53 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap