toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Acharnement de l’ONU contre Israël : fantasme victimaire ? Non, dit Ban Ki-moon


Acharnement de l’ONU contre Israël : fantasme victimaire ? Non, dit Ban Ki-moon

Fantasme victimaire du peuple Juif ou réalité onusienne ? Israël est la seule nation a « bénéficier » d’un tel acharnement par l’ONU: en 2012, pendant qu’on approchait les 80 000 morts, largement dépassés depuis, Israël fût l’objet de 85% des condamnations de l’ONU alors que c’était le calme plat avec les palestiniens…

Ban Ki-Moon, secrétaire général de l’ONU vient d’admettre publiquement qu’Israël était « accablé par la critique » et victime de discrimination.

Ban Ki Moon, secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, a admis ce que beaucoup savent et dénoncent, mais qu’une majorité consensuelle considère comme une obsession victimaire des Juifs, à savoir que les Nations unies sont partiales et biaisées lorsqu’il s’agit d’Israël.

Loading...

Moon, s’adressant à des étudiants inscrits à un séminaire du programme des Nations Unies sur le modèle de gestion au siège de l’ONU, a expliqué que Israël n’est pas traité à égalité par rapport aux 192 membres de l’ONU.

C’est une première, dans ce monde où appeler un chat un chat, et une chaise une chaise, est devenu non seulement politiquement incorrect, mais également passible de banissement, de lynchage médiatique, si ce n’est de poursuites pénales :

“Malheureusement, en raison du conflit israélo-palestinien, a déclaré le secrétaire général lors de sa visite à Jérusalem, Israël est accablé par la critique, il souffre de préjugés, et parfois même de discrimination ».

Le surprenant commentaire est arrivé en réponse à des remarques d’étudiants qui affirmaient qu’Israël recevait plus de critiques et de condamnations de l’ONU que n’importe quel autre état membre.

Et de fait,

  • En 2012, alors que la Syrie tuait 40.000 de ses civils, c’est Israël qui était l’objet de toutes les critiques, et recevait 85 % des condamnations de l’ONU.
  • De 1955 à 1992, Israël fût l’objet de 65 résolutions de l’ONU. Les Palestiniens : zéro.
  • De 2000 à 2003, le nombre de morts de part et d’autre a été presque équivalent, c’est pourtant Israël qui fut l’objet de de toutes les résolutions négatives, et plus que tous les Etats du Monde réunis, malgré les massacres en Irak ou au Soudan.

Nombre de morts

  • Sur les 175 résolutions votées par le Conseil de Sécurité de l’ONU avant 1990, 97 l’ont été contre Israël.
  • Sur les 690 résolutions votées par l’Assemblée Générale des Nations Unies avant 1990, 429 l’ont été contre Israël.

 

© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Learn Hebrew online




Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 10 thoughts on “Acharnement de l’ONU contre Israël : fantasme victimaire ? Non, dit Ban Ki-moon

    1. Paul

      Il faut renverser le système des majorités automatiques de l’Organisation de la coopération islamique et des non-alignés…

    2. michel boissonneault

      enfin , Ban Ki-moon a mon respect et oui Paul il faut se tenir debout
      contre les puissances des islamo-pétro-dollards qui attaque toujour Israel

    3. robert davis

      Le fautif est netanyahou qui ne veut PAS en finir en n’expulsant pas les arabes. Un etat « palestinien » non seulement créerait un million de problèmes supplémentaires mais maintiendrait Israel dans le collimateur de l’onu toujours pour exactement les mêmes raisons : les « palestiniens » veulent la lune,il faut faire pression sur Israel pour qu’il la leur accorde. Et après la lune ils ne finiront JAMAIS de réclamer une chose ou une autre puisque leur but est la destruction d’Israel. Seules la destruction d’Israel ou l’expulsion de Palestine Occidentale peut arrêter les arabes et leurs réclamations. Il est impossible semble-t-il de faire comprendre cela au gouvernement israélien. Alors qu’il continue à avaler les critiques mais je ne dirai quand même pas « jusqu’à ce que mort s’ensuive » car je ne le souhaite pas mais c’est ainsi que cela fonctionne partout dans le monde’. Malheuresement les Juifs ne veulent jamais faire comme tout le monde se croyant supérieurs à tous.En fait on voit bien qu’ils ne sont pas supérieurs à tous; alors pourquoi ne font-ils pas comme les autres pour bénéficier de la technique des autres et de l’expérience politique qu’ils n’ont pas eux les juifs?

    4. Laifer

      Mais oui qu il chasse tous les arabes d Israël comme les pays arabes l ont fait avec les juifs ! Critique pour critique autant que ce soit dans l intérêt d Israël !
      Nous pauvres juifs des pays arabes on nous a fait partir sans que nous puissions prendre nos biens même pas des pots de confiture et c est vrai alors qu il fasse la même chose !

    5. Alain

      A Mr Robert Davis : Parce que israel est une démocratie pourrie unique au monde. Quand à ce natanyaou c’est un lache un volte face et un peureux. N’importe quel pays au monde aurait déjà quitter cet onu qui ne sert à rien, mais les israéliens adorent se tirer une balle dans le pied.

    6. Robert Davis

      Il serait temps que netanyahou ou d’autres politiciens israéliens comprennent qu’il est IMPOSSIBLE de faire entrer un écrou carré dans un trou rond (a square peg in a round hole) aussi intelligent soient-ils! Et en politique on voit bien que les israéliens sont MOINS intelligents que les autres pas PLUS intelligents. D’ailleurs il vaut mieux ne pas chercher à être « trés intelligent » dans ces questions car les solutions compliquées vous sautent TOUJOURS à la figure après coup!Rien de tel que la bonne vieille solution de l’expulsion : même si elle a l’air simple c’est la plus intelligente de toutes,et cela fonctionne toujours.C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les ennemis d’Israel font TOUT pour qu’Israel ne l’adopte pas mais ils ne peuvent pas empêcher Israel de l’appliquer. Ils peuvent seulement parler et menacer de sanctions économiques sansd importance et auxquelles Israel peut répliquer en faisant un exemple avec la france qui est la locomotives des critiques, sanctions et autres démonstrations hostile gauchistes.Les imbéciles veulent toujours avoir l’air intelligent c’est à cela qu’on reconnait les imbéciles!

    7. Charles Etienne NEPHTALI

      Non, ce n’est pas un « fantasme victimaire » mais malheureusement une triste réalité. Israël est devenu « le Juif des Nations ». Y aura-t-il un jour un changement? Malgré cette déclaration de M. Ban Ki Moon, je crains que non du fait d’une certaine majorité automatique à l’ONU et d’une certaine lâcheté et même d’une’ lâcheté certaines des Occidentaux.

      Il y a presque 7 ans, j’écrivais le texte ci-dessous que j’avais intitulé  » La énième condamnation d’Israël  »

      Je lisais dernièrement un article du Nouvel Observateur, scandaleusement intitulé « Israël : la barrière du malheur », qui donnait des extraits d’un livre consacré au « mur », un de plus sur ce sujet ! J’en tairai le titre et l’auteur, pour ne pas leur faire de la publicité.

      On pouvait y lire, entre autres, tout le mal que vous pouvez imaginer sur ces « 650 kilomètres de béton et d’acier », qu’érige Israël pour protéger ses citoyens, réputé « violer allègrement le droit international » et « humilier », par la même occasion, de pauvres et paisibles villageois arabes de Qaffin, qui vivent en bonne intelligence avec les membres du kibboutz Metser (*), situé à quelques kilomètres à l’est de Hadéra, et donc à l’intérieur de ce qu’il est convenu d’appeler « les frontières de 1967 ».

      D’après cet article, la direction du kibboutz devait avoir une rencontre avec des responsables de l’armée, le 11 novembre 2002, car elle trouvait que « le premier tracé de la barrière proposé par l’armée [était] inacceptable…et ne correspondait à aucune nécessité de sécurité ».

      Cette rencontre n’eut jamais lieu. En effet, dans la nuit du 10 au 11, un terroriste arabe s’infiltra dans le kibboutz et y assassina cinq personnes, Revital, une mère de famille de 34 ans, ses 2 enfants de 5 et 4 ans, Matan et Noam, une femme de 42 ans ainsi qu’un responsable du kibboutz âgé, lui, de 43 ans.

      Ce massacre – un véritable carnage – fut revendiqué par un sinistre groupe armé « lié au Fatah d’Arafat », ce même Arafat qui, cyniquement et hypocritement, « condamna » l’attentat, ce même Arafat à qui, scandaleusement, la France rendit les honneurs lors du transport de sa dépouille mortelle, le 11 novembre 2004, deux ans, jour pour jour, après ce quintuple assassinat. Un crime qui aurait vraisemblablement pu être évité, si la clôture de sécurité, tant décriée, par idéologie peut être, ou par une confiance en des Arabes, qui s’est avérée très mal placée, avait déjà été érigée.

      Et comment réagit l’Union Européenne face à cet acte de barbarie ? Par une simple et très vague réprobation. Son émissaire de l’époque, Allister Kook, fit remarquer « que s’il y avait eu, dans ce cas, violation de l’accord conclu avec l’OLP sur l’arrêt des attentats à l’intérieur de la ligne verte », il en aurait été tout autrement pour des attentats contre des civils israéliens de Judée-Samarie et de la bande de Gaza.

      Ainsi donc, un terroriste qui massacre des Israéliens en dehors de la « ligne verte » est en parfait accord avec les engagements conclus entre Arafat et l’Union Européenne.

      Ces dramatiques événements se sont déroulés il y a quatre ans. De nos jours, rien n’a changé. Israël a toujours tort, quoi qu’il fasse. Une erreur très regrettable de tir tuant des civils arabes, parmi lesquels, ou près desquels, se terrent des terroristes lanceurs de roquettes, et c’est l’hallali. Par contre, pour les terroristes arabes qui assassinent des civils israéliens, toutes les excuses sont bonnes : humiliation, pauvreté, désespoir, et que sais-je encore ! Et ceci, d’ailleurs, non seulement de la part des ennemis et détracteurs d’Israël, mais, malheureusement et également, de la part de certains Juifs israéliens.

      Israël a toujours tort. Israël est systématiquement condamné. Nous l’avons encore vu, dans la nuit de samedi à dimanche dernier, à l’ONU, pour l’affaire de Beit Hanoun. Condamnation qui provoqua la légitime colère de l’Ambassadeur d’Israël, Dan Gillerman, qui accusa Paris d’avoir poussé à l’adoption d’une résolution condamnant les opérations militaires d’Israël dans la bande de Gaza, opérations qui ne sont pourtant que des représailles aux tirs de roquettes sur Sdérot.

      Dan Gillerman déclara alors : « La France n’enverrait pas des fleurs à ceux qui se livreraient à des tirs de missiles contre ses villes. Le soutien à cette résolution de l’Onu revient, en fait, à envoyer des fleurs aux terroristes, des fleurs qui seront peut-être un jour déposées sur la tombe d’une victime israélienne supplémentaire ».

      Personnellement, j’aurais été tenté de dire sûrement plutôt que peut-être, car, malheureusement il est plus que prévisible qu’il y aura d’autres victimes des tirs de roquettes.

      Une fois de plus, une fois encore, Israël se trouve être le « Juif des nations ».

      Charles Etienne NEPHTALI
      Novembre 2006

      _______________

      (*) Le kibboutz Metser, fondé, en 1953, par une centaine de jeunes immigrants argentins de l’haShomer haTsair, qui fuyaient le régime péroniste, est devenu le quatrième producteur mondial d’un système d’irrigation utilisant de fins tuyaux de plastique.

      Le 20 novembre 2002, j’adressais à Avi, mari de Révital et père de Matan et Noam, la lettre qui suit.

      Mon Cher Avi,

      Bien que nous ne nous connaissions pas, permets-moi de te tutoyer, par affection d’abord, et parce que tu pourrais être mon fils, ensuite. Tu es même plus jeune que mes enfants.

      Permets-moi également de t’adresser ces quelques lignes, certainement maladroites, tellement l’émotion, la colère et la peine m’ont envahi depuis dix jours maintenant. Dix jours pendant lesquels j’ai cherché quels mots t’adresser. Dix jours pendant lesquels j’avais peine à imaginer l’horreur et la cruauté de ce barbare qui assassina Revital [l’épouse de Avi Ohayon], Matan et Noam [leurs enfants]. Tes larmes et tes paroles m’ont bouleversé, comme elles auront bouleversé des centaines de milliers de Juifs (et de non-Juifs). Tes paroles « Tu sais ce que c’est quand on t’arrache deux fils, deux fils que tu ne reverras plus ? », résonneront et resteront à jamais gravées dans ma mémoire.

      Je n’arrive pas à trouver les mots pour qualifier ce triple assassinat. D’ailleurs existent-ils, ces mots ? C’est l’horreur dans l’horreur, la sauvagerie et la barbarie à l’état pur. Et pourtant, en France, à la télévision, à la radio et dans les journaux, on minimise ce massacre, que tu as malheureusement vécu en direct en entendant les cris de Revital, Matan et Noam, sur ton téléphone portable. On parle d’une simple « attaque d’un kibboutz au cours de laquelle des Israéliens ont été tués ». Tu sais, mon cher Avi, dans ce pays, par choix, fascination, conviction, lâcheté ou peur, on ne veut pas faire de peine aux Arabes, alors, on utilise certains mots pour atténuer la monstruosité du crime. Mais, cette fois, les journalistes n’ont même pas eu le « loisir » d’utiliser les expressions, qu’ils veulent infamantes, de « bébés, ou enfants-colons » comme ils n’hésitèrent pas à le faire, honte à eux, pour les assassinats de Shalevet, Daniéla, Avia, Oria, Lirane, Chiraz Tamara, et toutes ces autres petites victimes israéliennes innocentes, âgées de quelques mois à quelques années.

      L’assassin de Matan et Noam n’a eu aucune pitié, tout comme ce monstre qui assassina Shalevet dans les bras de sa mère, ou celui qui assassina Daniéla, cette gamine de 5 ans qui se réfugiait sous son lit en serrant contre elle son nounours, pensant qu’il lui servirait de bouclier contre les agissements du sauvage.

      Il y a 10 jours, le terroriste n’eut aucune pitié pour Revital qui, dans un ultime geste courageux et de protection, pensa faire, de son corps, un obstacle et un bouclier pour protéger Matan et Noam, à l’image de la poule protégeant sous elle ses poussins face au danger.

      En apprenant que le commanditaire de l’anéantissement de ta famille avait été arrêté et que sa maison avait été détruite par Tsahal, figure-toi qu’il s’est trouvé des journalistes – et pas seulement eux – pour s’apitoyer sur son sort, et surtout sur celui de sa femme et ses enfants, qui « n’ont maintenant plus de toit ». Tu vois, mon cher Avi, jusqu’où peut aller la perversité, la lâcheté et l’intoxication dans ce pays !

      Comment ne pas être hanté par tant de sauvagerie, par tant de barbarie, par tant de lâcheté ? Comment ne pas être hanté par le souvenir de tous ces petits enfants israéliens dont je conserve pieusement les photos sur mon bureau, là, devant moi ? Je n’arrive plus à dormir, alors, oui alors, je t’adresse ces quelques lignes et, comme Shalevet, Daniéla et les autres enfants israéliens victimes de la sauvagerie et du terrorisme arabes, Matan et Noam ont rejoint le million et demi d’enfants, assassinés il y a 60 ans, simplement parce qu’ils étaient Juifs. Nul doute que, dans deux semaines, lorsque nous allumerons les bougies de Hanouka, les pensées de toutes les familles juives iront vers Matan et Noam qui, de là-haut, les verront briller et, avec leur mère, prieront pour Israël !

      C’est en pleurant que je termine cette lettre, en me promettant, lors d’un tout prochain voyage en Israël, d’aller me recueillir sur les tombes de Revital, Matan et Noam, qui reposent dans ce grand cimetière de Tsur Chalom, que je connais bien, des membres de ma famille y ayant leur dernière demeure. C’est en pleurant, mon cher Avi, que je t’embrasse paternellement souhaitant que la liste des enfants juifs assassinés soit maintenant close, souhaitant que la liste des victimes juives du terrorisme arabe le soit également, souhaitant de tout cœur le Chalom à Israël, Chalom qui est aussi mon prénom !

      Et voilà qu’au moment où je termine cette lettre, en fin de Chabbat, j’apprends que 12 Israéliens, qualifiés en France de « colons », ont été assassinés à Hébron à la sortie de la prière du vendredi soir au Caveau de nos Patriarches. Douze Israéliens, dont certains étaient tout juste âgés d’une vingtaine d’années, et qui laissent 19 orphelins. A l’annonce de cet attentat, des milliers d’Arabes ont manifesté leur joie, avec danses et you-yous, dans les rues de Gaza, Ramallah, Naplouse, et d’ailleurs.

      N’y aura-t-il donc jamais de fin ?

      Charles Etienne NEPHTALI

    8. Baptiste L

      L’ONU peut elle condamner ce qui n’est pas un Etat. J’entends souvent dire que la Palestine et le peuple Palestinien n’existe pas. Que ce n’est pas un état, qu’avant on ne les appelé pas comme ça. Alors comment l’ONU pourrait elle sanctionner un état qui n’existe pas ? Voilà peut être pourquoi il n’y a que des résolutions à l’encontre d’Israël et pas de la Palestine.

      Quand aux attaques terroristes, il me semble qu’elles sont condamnées d’office par l’ONU. La question ne se pose pas.On ne réfléchit pas après une attaque terroriste pour savoir si on émet une résolution. C’est tout simplement interdit.

      Pourquoi ne montrer que les chiffres de 2000 à 2003 ? Effectivement sur ces trois années le nombre de morts est presque équivalent, mais que dire des autres années ?

      Peut être serait il temps de prendre ses responsabilités en tant que réel état et créer une réel possibilité d’avenir pour tout le monde, comme certain le demande dans votre pays même, avec la création de deux états distincts respectant les décision et les résolutions initiales Ou alors la création d’un état bi-national. La politique mené par Israël, de mon point de vue (et vous avez tout à fait le droit d’en avoir un autre), ne mène qu’a plus de mort des deux côtés du mur.

    9. Christian De Lablatinière Post author

      @ Baptiste L : visiblement vous ne connaissez pas grand chose au conflit israélo-palestininen. Voici quelques éclairages:

      Si les palestiniens n’ont toujours pas d’Etat c’est qu’ils ont toujours refusé de signer un accord malgré 20 années de négociations.

      Aujourd’hui ils demandent ce que le gouvernement israélien leur a proposé il y a quelques années mais qu’ils ont refusé àl’époque…
      Seulement ils refusent toutes les demandes israéliennes…

      Pourquoi ? parce qu’ils n’ont aucun intérêt à avoir un Etat indépendant, je parle des dirigeants et non du peuple qui est l’otage de ses dirigeants corrompus.
      Ils bénéficient ainsi d’une mane d’aide mondiale qu’ils détournent en partie et d’une rente de situation qui cesserait si ils avaient un Etat indépendant…

      Effectivement, les israéliens, y compris le gouvernement de Netanyahu, souhaitent signer ENFIn un accord de paix et qu’ils aient un Etat, mais les palestiniens n’en veulent pas

      Renseignez vous, revenez lire d’autres infos chez nous pour compléter la désinformation des médias français

      Cordialement

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *