toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Juifs des terres musulmanes : les réfugiés oubliés


Juifs des terres musulmanes : les réfugiés oubliés

Le 20 juin dernier fut célébrée la « Journée Mondiale des Réfugiés » dédiée à près de 60 millions de personnes dans le monde contraintes au déplacement du fait de conflits ou de persécutions. Un groupe de réfugiés rarement reconnu est celui des juifs autochtones en terre d’islam, ayant dû fuir les pays musulmans dont ils étaient originaires à l’époque de la création de l’Etat d’Israël.  

Une recherche sur Google pour « réfugiés de 1948 » produit environ 6 millions de résultats. Tous à l’exception de quelque six pages, traitent des réfugiés arabes palestiniens, comme s’ils étaient les seuls réfugiés de 1948. Mais on estime que depuis le début de la guerre israélo-arabe de 1948 jusqu’au début des années 1970, jusqu’à 1.000.000 Juifs ont fui ou ont été expulsés de leurs demeures ancestrales dans les pays musulmans
260.000 ont rejoint  Israël entre 1948 et 1951 et représentaient 56% de l’ensemble de l’immigration de l’état naissant.
En 1972, leur nombre avait atteint 600.000.

En 1948, le Moyen-Orient et les pays d’Afrique du Nord avaient une population juive considérable: le Maroc (250.000), l’Algérie (140.000), l’Irak (140.000), l’Iran (120.000), l’Egypte (75.000), la Tunisie (50.000), au Yémen (50.000), la Libye (35.000) et la Syrie (20.000). Aujourd’hui, les Juifs indigènes de ces pays ont pratiquement disparu (bien que le Maroc et l’Iran aient chacun encore moins de 10.000 Juifs). Dans la plupart des cas, la population juive vivait là depuis des millénaires.

Peu de gens connaissent l’histoire de ces réfugiés juifs de 1948 parce qu’ils ont obtenu la citoyenneté des pays d’accueil, dont Israël. En revanche, de nombreux pays musulmans ont refusé d’intégrer les réfugiés palestiniens, préférant les reléguer comme citoyens de seconde classe dans le but de maintenir un équilibre démographique interne et / ou un problème politique pour Israël.

 

L'administration américaine préparerait une loi reconnaissant le statut de réfugiés et la détresse de près de 1million de personnes ayant fui les pays arabo-musulman à partir de 1946

L’administration américaine préparerait une loi reconnaissant le statut de réfugiés et la détresse de près de 1000.000 de juifs ayant fui les pays arabo-musulmans à partir de 1946

La partialité des médias explique aussi l’ignorance du public sur l’existence des réfugiés juifs de 1948, originaires des pays musulmans. Une recherche pour « réfugiés de 1948» sur le site de la BBC génère 41 articles (remontant à 1999); 40 discutent des réfugiés arabes palestiniens de 1948. Seuls trois de ces 40 articles (datés du 22/09/11, 02/09/10 et 15/04/04) mentionnent quand même les réfugiés juifs des pays musulmans, et deux se contentent d’une formulation superficielle qui présente la question comme une revendication plutôt que comme un fait historique.

Une recherche pour « réfugiés juifs de 1948 des pays arabes» sur le site du New York Times produit 497 résultats (en remplaçant «arabe» par «musulman» la moitié des résultats), tandis que «réfugiés palestiniens de 1948» donne 1050 résultats. Essayez de faire la comparaison avec le Sri Lanka, autre pays dévasté par une guerre multi ethnique et qui a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne en 1948. Le conflit ethnique qui a duré près de 26 ans dans cette région, a commencé en 1983 et a fait entre 80.000 et 100.000 victimes, bien plus que l’ensemble des conflits israélo-palestiniens qui durent depuis près de 100 ans. Le conflit au Sri Lanka a également produit des centaines de milliers de réfugiés, dont au moins 200.000 réfugiés tamouls rien qu’en Europe occidentale. Pourtant, une recherche de «réfugiés tamouls » ne génère que 531 articles – moins de 5% des 11.300 résultats obtenus pour « réfugiés arabes palestiniens. »

Le favoritisme institutionnalisé à l’ONU a également permis aux Palestiniens de monopoliser la question des réfugiés, ce qui renforce sans doute la partialité des médias. Tous les réfugiés non palestiniens à travers le monde (près de 55 millions) sont pris en charge par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, qui travaille sous les directives de la Convention sur les réfugiés de 1951. Mais les réfugiés palestiniens (dont la population d’origine était inférieure à un million) ont une agence des Nations Unies exclusivement consacrée à eux (UNRWA).

La définition unique de « réfugié » selon l’UNRWA inclut toute personne «dont le lieu de résidence courant était la Palestine entre juin 1946 et mai 1948, qui a perdu à la fois sa maison et ses moyens de subsistance à la suite du conflit israélo-arabe de 1948. » Donc, en plus des familles qui vivaient dans la région depuis des générations, la définition de l’UNRWA inclut des migrants arrivés dès 1946, mais qui ont ensuite été déplacés. Et parce que la définition inclut les «descendants des pères répondant à la définition, » la population de réfugiés de l’UNRWA est passée de 750.000 en 1950 à 5.300.000 aujourd’hui (rendant le règlement de la question des réfugiés palestiniens encore plus difficile). Malgré ces problèmes, les États-Unis continuent de soutenir l’UNRWA (à hauteur de 4,1 milliards de dollars depuis 1950).

Les autres réfugiés du monde sont assistés par le Haut Commissariat, qui est chargé d’aider les réfugiés à reconstruire rapidement leur vie, le plus souvent en dehors des pays qu’ils ont fuis. Les réfugiés juifs des pays musulmans ont fait exactement cela: ils ont reconstruit leur vie en Israël et ailleurs. Mais le fait qu’ils se soient tranquillement adaptés et qu’Israël leur ait accordé la pleine citoyenneté ne diminue pas les fautes commises par leur pays d’origine. Ces réfugiés juifs des pays musulmans ont souffert de persécutions judiciaires et souvent violentes entraînant des séquelles émotionnelles et physiques sans commune mesure. Ils ont perdu des milliards en biens et enduré d’énormes handicaps socio-économiques obligés qu’ils furent par la force des choses de reconstruire leur vie à partir de zéro. Israël a été injustement accablé par le coût social et économique colossal d’une intégration rapide de tant de réfugiés. Ainsi, tout ce qui tend à dire que les réfugiés juifs des pays musulmans ne méritent pas d’indemnisation est notoirement injuste.

 

Lors de la récente Journée Mondiale des Réfugiés, l’israélien Shimon Ohayon,  membre de la Knesset, dont la famille a fui le Maroc en 1956, a lancé un appel à la Ligue arabe pour qu’elle «reconnaisse toute sa responsabilité dans l’expulsion de près d’un million de Juifs des terres  où ils avaient vécu pendant des millénaires ». Il a expliqué « qu’en 1947, le Comité Politique de la Ligue Arabe a élaboré une loi qui … appelait au gel  des comptes bancaires des Juifs, leur internement et [la confiscation de leurs biens]. Diverses autres mesures discriminatoires furent prises par les pays arabes et des commissions ultérieures auraient appelé à l’expulsion des Juifs des Etats membres de la Ligue arabe. » Ohayon a mis la Ligue au défi d’accepter toute responsabilité dans « le nettoyage ethnique de la population juive de la majeure partie du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord … [et] d’accorder réparation aux réfugiés juifs. »

Une paix juste et globale au Moyen-Orient ne sera possible que lorsque les Etats musulmans reconnaîtront leur rôle dans deux préjudices historiques:
1) Le déplacement d’un million de personnes indigènes du seul fait qu’elles étaient juives, et
2) La perpétuation du sort des réfugiés palestiniens en leur refusant la citoyenneté.

Le premier préjudice exige une compensation financière aux familles des réfugiés juifs des pays musulmans, dont la réparation peut être administrée par les États qui les ont absorbés. Le deuxième préjudice devrait être comblé par l’octroi de la pleine citoyenneté aux réfugiés palestiniens (et leurs descendants) qui se sont réinstallés dans les pays musulmans. Les deux préjudices se sont envenimés depuis de trop nombreuses années.

« 

« 

Comment les réfugiés « palestiniens » furent inventés ? Récit d’une escroquerie…

Lettre d’un Juif oublié, par David Harris

Sources : Frontpagemag – 1er Juillet 2013  – 

Par Noah Beck   – Traduction Nancy Verdier

Noah Beck est l’auteur de ‘The Last Israelis’ – ‘Les derniers israéliens’ un récit apocalyptique sur le nucléaire iranien, qui parle aussi de l’expulsion des juifs des pays musulmans.

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif

 

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 10 thoughts on “Juifs des terres musulmanes : les réfugiés oubliés

    1. merkava

      les palestiniens arrivent  » a rafler  » la presque totalité de l’aide mondiale aux réfugiés ! c’ est un scandale ! en quoi un palestinien est il plus  » secourable  » qu’un soudanais du sud , tibétains , kurdes OU juifs déplacés du monde arabe ? Les USA ont une responsabilité en finançant cet organisme , a bien regarder on se demande si ce n’ est pas voulu pour empecher israel de se faire accepter du monde arabe et des nations …..

    2. Akerman Michel Israël

      L’UNRWA emploie des dizaines de milliers de sympatisants du Hamas à Gaza ainsi qu’une floppée de directeurs antisionistes grassements payés. Bien évidement l’ONU ne va pas dissoudre cet organisme qui n’aurait jamais du exister tel quel pour ne pas se mettre à dos les 57 pays musulmans et autant de dictatures qui siègent parmi les Nations sans en respecter la Charte.
      Il faut donc systématiquement rappeler le sort des Juifs dans les pays arabes où ils habitaient en général avant même l’arrivée des conquérants colonisateurs arabes.
      Le gouvernement d’Israël commence à le faire timidement mais l’UE ou Hussein Obama sont encore bien loin de mettre en parallèle les réfugiés Juifs et les pseudos réfugiés arabes que le terroriste Abou Mazen exige de faire revenir DANS notre pays !
      Shabbat Shalom.

    3. Adel

      En 1948 l’Algerie était Francaise, donc je ne pense pas qu’il y avait des refugies Juifs Algeriens à partir de cette date.
      C’est à partir de l’independance de l’Algerie en 1962 que les Juifs Algeriens commencaient à partir de l’Algerie.
      Leur retour au bled se dessine petit à petit.

      El Djazair bi seder.

    4. Youssef

      REFUGIES ARABES et REFUGIES JUIFS

      La guerre d’indépendance, à laquelle les historiens font référence en tant que Guerre de Palestine de 1948 s’accompagne de l’exode de près de 725 000 Arabes vivants en Palestine, pour la moitié qui fuient les conditions de guerre et qui pour l’autre moitié ont été expulsés de force par les forces israéliennes.

      Dans les années qui suivent la création d’Israël, 900 000 réfugiés juifs des pays arabes fuient ou sont expulsés des pays arabes. Parmi eux, 600 000 se réfugient en Israël.

      En 1948 la population Française est de 42 080 000 habitants
      En 2012 la population Française est de 65 281 000 habitants …… Soit 1,55 fois ceux de 1948

      Comparons la population des réfugiés arabes de Palestine depuis 1948 qui s’élevait à 725 000 personnes au nombre actuel recensé par l’UNRWA c’est à dire à 7 737 268 soit 10,67 fois plus.

      Si nous comparons ce pourcentage à celui de la population Française nous devrons obtenir non pas 65 281 000 de Français en 2012, mais 42 080 000 X 10,67 = 449 081 707 MILLIONS de Français…… Ce qui est vraiment énorme !

      Vous voyez bien qu’il y a comme un problème !

      Surtout que cette population de (Soi-disant) réfugiés ne vit pas dans les meilleures conditions, malnutrition, manque d’hygiène et manque de soins, et qu’une importante partie s’est faite décimée par les Jordaniens et par les phalanges Libanaises.

      Alors d’où sortent tous ces réfugiés arabes de Palestine ?

      Qui sont ces mercenaires colonisateurs arabes ?,…… D’où sortent-ils ?

      L’Europe n’en a que faire, elle continue à leur envoyer des centaines de millions d’Euros sans discernement.

      Petit calcul arithmétique à soumettre à nos chers pays européens qui font vivre un nombre considérable de réfugiés soi-disant « Arabes de Palestine ».

      Si certains arabes croulent sous la manne financière des retombées du pétrole,……. D’autres ont trouvé beaucoup mieux « Ils deviennent des réfugiés »

    5. Youssef

      Avis aux idées reçues

      En 1948 l’ONU n’a jamais partagé la Palestine en deux pays, l’un juif, l’autre arabe………. C’est entièrement faux !

      Les informations données sur WIKIPEDIA sont fausses.

      Comment l’Office des Nations Unies en 1948 aurait il pu créer deux états ?

      Puisque non seulement ce qu’on appelle « Palestiniens » actuellement n’existaient pas. Il y avait certes des arabes qui vivaient sur ce sol. Mais la Cisjordanie était occupée par les Jordaniens, la BANDE de GAZA était occupée par les Egyptiens et le Golan occupé par les Syriens.

      Est-ce que l’ONU a engagé en 1948 des discussions avec les Jordaniens ?, les Egyptiens ?, ou avec les Syriens ?,….. Bien sûr que non !

      De toute façon l’ONU n’a pas trouvé nécessaire de créer un deuxième état, puisque seulement 10% de la Palestine était occupée par les arabes en 1948.

      Si l’ONU avait créé un deuxième état, ça se saurait depuis longtemps.

      L’ONU en 1948 a décidé et appliqué une décision SIONISTE, celle de donner aux juifs un état. Le SIONISME n’est pas autre chose.

      Quand aux populations arabes qui vivaient en Palestine Terre d’Israël, l’ONU a demandé aux juifs d’ouvrir des discussions non pas pour créer un deuxième état, mais pour réglementer les territoires occupés par les arabes……. Sauf que les arabes sont rentrés en occupation pure et simple des Territoires Disputés !

      D’ailleurs l’ONU ne parle que de « Territoires disputés »

    6. MisterClairvoyant

      Cette histoire de réfugiés privilégiés et de non reconnus, est un scandale, que la Communauté Internationale doit régler avec équité.

      Je pense que beaucoup de juifs, chrétiens et musulmans connaissent l’histoire d’Israël, mais j’aime faire un petit résumé pour le rappeler.
      Il est claire que l’ONU a tendance à ignorer certains conflits, comme à s’immiscer dans certains autres qu’au lieu d’amener une solution provoque confusion et alourdi les conflits, par de mauvaises solutions et le cas de la Palestine Mandataire en est très simple, qu’en le compliquant est devenu insoluble.
      Pour cette terre du Royaume d’Israël on peut remonter à la nuit des temps pour trouver des juifs de passage ou sédentaires, mais aussi des conquérants pour les chasser, les amener en esclaves ou les massacrer. Malgré cela, depuis plus de 3000 ans les juifs chassés une et autre fois injustement, ils retournent en cette terre d’Israël que les romains on changé son nom, pour l’appeler la « Palestine », mais ses habitants à 95% étaient des Juifs quelques chrétiens et pas d’arabes.
      Pour arriver au dernier épisode, la création d’un état Juif, il fallait qu’il y ai une population juive sur place et une histoire qui serve de fondement légitime de cet état. Au milieu du 19 siècle le Sir Montfiore et la famille Rothschild ont investit des « milliards » (si on compare cette argent à la valeur pour notre époque) La majorité de la population de Jérusalem était juive en 1864 et les ottomans accommodaient très bien, car entre juifs et pèlerins chrétiens apportaient de la richesse à cette terre pauvre et oubliée de l’islam. Le sionisme fit crée suite aux pogroms en Russie. A la chute de l’empire ottoman en 1917 la France et l’Angleterre se sont partagé « cette contrée du Proche Orient et l’installation du Foyer Juif pare la déclaration Balfourt et l’Accord de de San Remo en 1920 par la Société des Nations (ancêtre de l’ONU actuelle) On 20 lui accordé Au Foyer juif tout ce qui était la Palestine Mandataire, soit le territoire d’Israël, le Golan, la Banda de Gaza, la Judée, la Samarie et la Pétrée de l’autre coté du Jourdain etc. (puis le Golan fut échangé par la France, en échange des puits de pétrole en Irak)
      La seule obligation assortie pour le Foyer Juif et les sionistes était de respecter la population arabe locale et ses coutumes, mais pas un partage de territoires ni de pouvoir. Donc il ne parlait pas d’un second état arabe à coté d’Israël. Très vite les anglais vont favoriser les arabes, car les juifs arrivent de plus en plus nombreux avec l’espoir de créer in état Juif indépendant de « l’Angleterre mandataire », sur les territoires accordées par les Accords de San Remo 1920. Le conflit juifs, arabes et anglais abouti à l’indépendance d’Israël en 1948, sur un territoire exigu, qui pour la coalition de pays arabes qui accepté pas cet état Juif, n’était qu’une proie facile à détruire, pour ensuite « jeter tous les juifs à la mer », la suite on la connait. Israël s’étant agrandi au détriment de la Syrie en prenant le Golan, à la Jordanie la Cisjordanie, et à l’Égypte Gaza et le Sinaï.Si des accords on fat que le Sinaï soi rendu à l’Égypte y que la frontière entre Israël et la Jordanie sois le Jourdain c’est une réalité Historique, car tout cela c’est passé entre en quatre guerres, entre 48, 67 et 73, la guerre du Kippour étant la dernière et jusqu’à là, l’ONU, ni les médias internationaux avaient parlé d’un peuple palestinien.
      Israël étant inférieur en surface, à celle que lui avait accordait les La Société des Nations par les Accords de San Remo, il n’a pas volé des terres au peuple palestinien qui n’a jamais existé pour les pays arabo-musulmans que depuis les accords d’Oslo qui n’ont pas étés respectés par les parties signataires.
      Donc Israël est le seul propriétaire et le responsable de la gestion de tous ces territoire. Point

    7. Redomier

      Ayant eu la chance de recevoir de mon fils , historien à ses heures , deux très bons livres pour la nouvelle année , soit Le Pen de Philippe Cohen et de Pierre Péan, Ed. Robert Laffont ; je vous recommande d’ailleurs de le lire
      Et un autre de Georges Bensoussan intitulé Juifs en pays arabes chez Tallandier que je lis en ce moment ; j’ai été assez retourné en lisant les premières lignes sur l’extrême misère de cette condition à partir du 13 ème siècle :” Lorsque vous vous promenez dans une ville comme celle-ci, écrit George Orwell à propos des “sujets coloniaux “rencontrés à Marrakech en 1939_ 200 000 habitants dont au moins 20 000 ne possèdent strictement rien d’autre que les haillons_, quand vous voyez comment vivent les gens , plus encore comment ils meurent facilement, il est toujours difficile de croire que vous marchez au milieu d’êtres humains (…..)Ils sortent de la terre ils suent et ont faim pendant quelques années puis ils replongent dans les tas sans nom du cimetière et personne ne remarque qu’ils sont partis . Et même les tombes elles mêmes s’effacent bientôt dans le sol . “ p 21
      René Caillié l’explorateur écrit entre 1824 et 1828 : “ Dans tout le pays d’El Drah et de Tafilet , il y a des juifs qui habitent les mêmes villages que les musulmans ; ils y sont très malheureux , vont presque nus et sont sans cesse insultés par les Maures: ces fanatiques vont jusqu’à les frapper indignement et leur lancent des pierres comme à des chiens “ p 31
      En 1866, un voyageur en Syrie” relève qu’un Juif peut toujours être la cible de jets de pierres (par des enfants qui s’en amusent )qu’on peut impunément lui tirer la barbe ou les papillotes et qu’on lui crache parfois au visage “ p 31

      Quand on connaît toute la propagande sur un prétendu âge d’or des trois religions et qu’on lit ce qui pouvait se passer au Yémen et au Maroc ,il y a moins de 100 ans , rapporté par Charles de Foucault, Max Nordeau (bras droit de Hertzl ) ou même Pierre Loti et plein d’autres, on réalise la condition de malheureux qui , trop pauvres , ne pouvaient pas payer leurs racketteurs, cruels , impitoyables , véritables carnassiers qui les martyrisaient à un point inimaginable et ce jusqu’au tournant du 20 ème siècle et même au delà . C’était vraiment l’enfer . Lisez , chers amis et parents , le premier chapitre. Vous y verrez des traitements , la cruauté d’une immense partie des Arabo-musulmans qui n’avaient rien à « envier  » au Nazisme (sauf bien sûr l’extermination ). Quand un Juif essayait de se plaindre chez un caïd ou un fonctionnaire quelconque , il lui fallait un courage , un sens du désespoir extrême car suivant l’humeur du juge , il s’exposait à ne rien avoir rien du tout mais aussi il s’exposait à recevoir , lisez bien …..MILLE coups de bâton soit un régime pour tuer le supplicié dont beaucoup ne ressortaient pas sinon infirmes à vie .

      Cela , je l’ai lu et relu , je le jure et vous pouvez le vérifier .
      Il y a 20 ans , j’avais lu le livre excellent de Bat Yeor Le Dhimmi ( Ed. Anthropos ) mais livre d’événements , livre descriptif sur les pogroms ; il ne donnait pas de relation sur la vie quotidienne des juifs dans le monde arabo-musulman . C’est cela l’objet essentiel du livre de Bensoussan : le vécu
      Je viens de trouver un lien inespéré d’une conférence de l’auteur, George Bensoussan , sur son livre , faite au cercle Bernard Lazare à Paris ces derniers mois . Cet exposé dure 120 mn , est édifiant ; écoutez le jusqu’au bout , je vous en prie et si vous avez manqué un court passage, avec votre curseur , revenez car on ne peut ignorer cet aspect immense d’une réalité qui concerne les racines et la mémoire collective d’une partie d’entre nous
      http://lettresdisrael.over-blog.com/article-en-librairie-la-fin-des-juifs-en-terre-d-islam-georges-bensoussan-104700231.html

    8. Redomier

      Si en Tunisie et en Egypte, les Juifs ne furent pas trop persécutés par l’islam , et encore ,en raison de la présence d’une dynastie libérale, Les Fatimides , installée à Mahdia et à Kairouan au 10 ème siècle, ce ne fut pas le cas dans le reste du monde musulman à partir du 13 ème siècle et de la généralisation des idées extrémistes issues de l’émergence Almohavide et Almohade au sud du Maroc,
      Almohades ancêtres du Wahabisme et du Salafisme

      Voici un lien que j’ai découvert qui résume par un exposé de 120 mn cet ouvrage de 900 pages, une somme ,
      Ecoutez cette conférence , je vous en prie , et vous verrez comment nos aïeux étaient traités , en tout cas avant l’arrivée du « colonisateur » qui abolit…. esclavage et polygamie et permit l’amélioration de la condition juive. Aussi , comprenons nous que les Juifs aient fui en masse de tels enfers qui sévissaient, au demeurant , bien avant la naissance de l’Etat d’Israël.

      http://www.akadem.org/sommaire/them

      Si vous avez écouté cette vidéo remarquable je voudrais faire une précision pour ne pas….. trahir la pensée de l’auteur du livre (qui est celui de l’exposé d’ailleurs ) :
      Les musulmans que nous avons connus NE SONT QUAND MÊME PAS ceux qui ont oppressé nos aïeux, ce sont leurs descendants
      Ce qui n’est pas , soyons honnêtes et rigoureux , la même chose
      Ces descendants n’en sont pas responsables même si , comme nous, ils ont une mémoire collective, la leur.
      Le souci de vérité m’oblige à faire cette vitale distinction .

      Mais , l’islam, lui , est responsable , est même complètement responsable d’une partie du malheur de nos aieux

      http://www.europe-israel.org/2013/01/video-georges-bensoussan-presente-son-livre-de-reference-sur-les-juifs-en-pays-arabes/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap