toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Exposition au Musée du Jeu de Paume : L’Etat français glorifie le terrorisme et le Djihad


Exposition au Musée du Jeu de Paume : L’Etat français glorifie le terrorisme et le Djihad

Djihad culturel et domination d’Eurabia Par Paul Landau

Les raisons profondes de l’apologie du djihadisme palestinien au musée du Jeu de Paume

« Le Dialogue euro-arabe a ainsi importé en Europe la tradition anti-chrétienne et antijuive de l’islam inscrite dans l’idéologie djihadiste depuis treize siècles. Sa nature hostile ne fut même pas discutée. Honnis ceux qui l’évoquent… Les immigrants véhiculent ces préjugés en Europe avec la complicité active de lettrés, de politiciens et de tout l’appareil culturel du Dialogue ».

Bat Ye’or,Eurabia, l’axe euro-arabe, p. 284

 

Les principales organisations juives françaises se sont émues et ont dénoncé à juste titre la scandaleuse exposition au Musée parisien du Jeu de Paume, qui montre sous un angle positif les « shahidim », ces djihadistes palestiniens qui se sont fait exploser dans des cafés et des autobus en Israël, faisant ainsi l’apologie du terrorisme palestinien, sous couvert d’art et de « photographie ». Mais il n’est pas certain qu’elles aient pris la mesure véritable de ce qui est en jeu ici et des raisons profondes qui conduisent des institutions culturelles françaises et européennes de premier plan à se faire le relais de la propagande arabe la plus virulente contre Israël et contre les Juifs.

 

 

Pour comprendre l’enjeu de cette « polémique » (c’est le terme employé par les médias français qui rapportent l’affaire, le plus souvent en prenant le parti du musée et de l’exposition), il faut tenter de dépasser l’aspect étroitement « parisien » de cette exposition et prêter attention à la dimension européenne (et eurabienne) de cette affaire. Un des arguments employés par les défenseurs de l’exposition (et par la directrice du musée) était de dire qu’elle avait déjà été exposée en Espagne, où elle n’a suscité aucune réaction hostile…

 Paul Landau1

 Cet argument est évidemment spécieux, car l’Espagne est un pays où les Juifs sont quasiment absents de l’espace public et où aucune voix ne pouvait efficacement porter une contestation, dans l’Europe actuelle où seules les communautés juives organisées dénoncent les attaques contre les Juifs et contre Israël (à l’exception de rares voix non juives isolées comme celle d’un Guy Millière ou d’un Pierre-André Taguieff).

Paul Landau4Mais cet argument pointe du doigt un aspect négligé par les critiques de l’exposition : à savoir sa dimension européenne. En effet, il n’est pas question ici d’une décision locale, d’une initiative malheureuse de quelque administration ou même du ministère français de la Culture, auquel se sont adressées les protestations juives françaises. La décision a été prise ailleurs : dans les plus hautes instances de ce que l’historienne Bat Ye’or a appelé il y a déjà de nombreuses années, dans ses écrits prémonitoires, le « Dialogue euro-arabe », ou en abrégé, Eurabia.

Ce que nous voyons en effet sous nos yeux se réaliser aujourd’hui à Paris et ailleurs, c’est ce que Bat Ye’or a dénoncé avec lucidité, et dans un isolement intellectuel effarant (en Europe tout du moins) : à savoir la mainmise de l’idéologie djihadiste sur les instances politiques et culturelles européennes, dans le but bien défini d’islamiser l’Europe et d’annihiler toute volonté de résistance.

Un djihad culturel

L’aspect culturel de cette entreprise est essentiel, comme l’ont bien compris les acteurs d’Eurabia et comme l’explique Bat Ye’or dans son ouvrage capital. Pour islamiser l’Europe sans coup férir, il faut en effet islamiser sa culture, et occuper ainsi les devants de la scène culturelle européenne, au moyen d’œuvres « d’art » véhiculant l’idéologie islamiste la plus radicale, comme c’est le cas de l’exposition du Jeu de Paume, à la gloire des « martyrs » du Hamas, du Djihad islamique et des Brigades Al-Aqsa.

 

BAT YE’OR

 Paul Landau2

Il faut relire Eurabia pour saisir l’enjeu véritable de cette affaire emblématique et pour comprendre ce qu’elle annonce pour les Juifs en France et en Europe, désignés à la vindicte populaire et promis au statut de dhimmis et de victimes du djihad. L’apologie du terrorisme justement dénoncée par l’UPJF, le CRIF et d’autres associations juives n’est pas une conséquence malheureuse de cette exposition, qui aurait échappé aux esprits mal informés des acteurs culturels français et européens : c’est au contraire le but recherché par les instigateurs du Dialogue euro-arabe, auquel s’associent, bon gré mal gré, tous les dirigeants européens actuels.

            Aussi il faut s’attendre à voir se multiplier dans les prochaines années les expositions « d’art » djihadiste de ce type et les initiatives culturelles visant à promouvoir en France et en Europe l’idéologie du djihad antijuif, anti-chrétien et anti-occidental, pour mieux islamiser les esprits et asseoir la domination de l’islam le plus radical à travers tout le continent qui émerge sous les yeux complaisants ou résignés d’une majorité des citoyens de la future Eurabia.

Bat Ye’or, Eurabia, l’axe euro-arabe, éditions Jean-Cyrille Godefroy, 2005

* Paul Landau, écrivain et chercheur, a publié Le Sabre et le Coran, (éditions du Rocher 2005) et Pour Allah jusqu’à la mort, enquête sur les convertis à l’islam radical (Le Rocher 2008).

 

 

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Exposition au Musée du Jeu de Paume : L’Etat français glorifie le terrorisme et le Djihad

    1. Nadja

      Effectivement ELpais relate qu’il n’y a pas eu d’opposition en Espagne. Je viens de lire que le musée à Paris a reçu des menaces et qu’une alerte à la bombe l’a obligé à fermer ses portes le 14 juin. Je trouve ces actes navrants. Pourquoi donner aux médias l’occasion de dépeindre les opposants à cette partie de l’exposition comme des « idéologues » violents? Je lis aussi que Mari-Josée Mondzain a lancé une pétition pour dénoncer la tentative de censure de l’oeuvre de l’artiste par des « idéologues fanatiques »! Le ton est donné! Les membres du CRIF et d’autres organisation juives qui bataillent pour que l’attitude anti israélienne cesse de dominer l’espace public se reconnaitront certainement! Une philosophe se pique au jeu et s’y pique littéralement. Lisez cette pétition, elle nous éclaire sur la manière dont une intellectuelle, une de plus, est abonnée à la compassion envers l’idéologisé martyr global du « peuple palestinien ». Piquons-la en flagrant délit de compassion compulsive en citant des morceaux choisis de sa pétition: « (…)par-delà ces murs qui les isolent, le visage des morts, victimes volontaires ou non, sont là pour dire la présence parmi les vivants de la souffrance, du deuil et de la poursuite du combat. » « Dans toutes ses parties, l’exposition montre sans emphase ni complaisance les différents chemins que prend la mémoire pour donner aux vivants et aux survivants l’abri d’un « foyer », d’une appartenance fragile et menacée. » »Il s’agit d’une œuvre, c’est-à-dire d’un geste d’art dont l’énergie émotionnelle doit sa force politique non à quelque message idéologique mais à la liberté qui nous est offerte. Voilà ce que ne supportent pas les idéologues fanatiques qui ne peuvent penser aux Palestiniens qu’en termes d’invisibilité et d’effacement. »
      Vous aurez relevé « appartenance fragile et menacée » et « qui ne peuvent penser aux Palestiniens qu’en termes d’invisibilité et d’effacement. » et vous comprendrez comme moi qu’elle parle des Palestiniens victime d’Israël bien sûr qui veut, c’est bien connu, rayer la « Palestine » de la carte du monde. Et contre cette menace, la philosophe n’hésite pas à parler de « poursuite du combat » comme une attitude légitime envers le pays voisin bourreau. Irait-elle jusqu’à qualifier de « combat » les attentats suicide commis par des enfants souvent mis au monde uniquement dans ce but, enrôlés dès leur plus jeune âge? Vous avez compris, les terroristes sont Israël et ceux qui sont scandalisés par la manière dont l’artiste met en scène les martyrs en écrivant elle-même ce mot sur les photos. D’ailleurs comme elle l’affirme, le message est politique : « sa force politique ». Qui sont donc ces gens qui versent dans l’idéologie fanatique? On aimerait bien le savoir……. Au fait il y a des mosquées radicales qui font des collectes un peu partout en France pour les « shahid » autrement dit ceux qui se font exploser dans les endroits pleins d’innocents mais on ne va pas leur ouvrir un musée, c’est pas de l’art, juste du sang.

    2. Paul

      Il s’agit d’un éloge du terrorisme perpétré contre les civils israéliens par les terroristes palestiniens. Il s’agit d’une nouvelle tache sur ce Musée, la ville de paris, le ministère de la culture, le Président de la république et tous les journalistes bien-pensants… Encore un sombre épisode pour la France.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap