toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les Britanniques démentent la thèse de l’expulsion massive des Arabes


Les Britanniques démentent la thèse de l’expulsion massive des Arabes

Des documents officiels britanniques déclassifiés , datant de la fin du mandat britannique sur la Palestine, et rendus publics  par « The guardian » daté du Jeudi 25 Avril 2013, ont permis d’apporter un éclairage déterminant sur les conditions dans lesquelles les Arabes ont quitté la Palestine mandataire en 1948.

Dans ces documents, de hauts fonctionnaires britanniques venus en Palestine en 1948, écrivent entre autres:
« Les Arabes de Palestine ont essuyé une série de défaites capitales.
Les victoires des Juifs sur le terrain ont considérablement affecté leur morale et celui-ci est à zéro.
Et à la suite de la conduite peureuse de leurs leaders incompétents, ils ont commencé à fuir par milliers les régions mixtes.
Désormais, il est évident que leur seule chance de revenir sur leurs terres et maisons dépendra des armées régulières arabes ».
 
Ces hauts fonctionnaires britanniques confirmaient donc, dès le début de 1948, que les Arabes de Palestine dans leur grande majorité, n’avaient pas été chassés de leurs terres par les forces armées juives mais, qu’en l’absence d’un leadership adéquat, ils avaient abandonnés leurs terres dans l’espoir d’y revenir au lendemain d’une grande victoire des armées arabes.
 
Ces documents britanniques démentent donc en fait la fameuse théorie selon laquelle les Arabes de Palestine ont été expulsés en 1948 par les forces armées israéliennes.Ils confortent par là même 
la véracité de la thèse officielle israélienne selon laquelle la grande majorité des Arabes de Palestine avait fui sur les recommandations du Comité Arabe Suprême pérsuadé qu’au lendemain de l’indépendance israélienne les armées arabes prendraient d’assaut le jeune état juif, ne lui laissant aucune chance de survie.
 
 Pour autant lorsque les millions d’Arabes descendants de ces « réfugiés »  qui vivent encore dans des camps précaires dans les pays arabes voisins, commémorent la Nakba ( le 15 mai de chaque année), ce n’est pas vers Israël qu’ils doivent diriger leurs griefs mais vers les pays arabes qui ont déclenché la guerre contre Israël, et qui les ont incité à quitter leurs villages pour en faire des « réfugiés », veillant, pour des considérations politiques, qu’ils soient maintenus dans cet état 65 ans durant.

Zvi Tenney





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Les Britanniques démentent la thèse de l’expulsion massive des Arabes

    1. michel boissonneault

      enfin , il est jamais trop tard …. c’est peux-être indirectement
      associé a la décapitation de londre … + même lorsqu’il y a des manifestation aux royaume-unis , ont voit de plus en plus de drapeau
      israelien avec ceux du English defence league…pour moi
      cela prouve que les Anglais commence a êtres vraiment anti-musulmans

    2. Serge Belley

      Il est VRAI qu’ils n’ont qu’eux a blâmer pour ce lamentable échec de la part de leurs idiots de dirigeants de l’époque, ils n’auront été que les artisans de leurs malheurs mais c’était plus facile de mettre cela sur le dos des juifs et presque tous les pays se sont laissés duper et ont pris la part des arabes de Palestine.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *