toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Libye : Attentat contre l’Ambassade de France, Hollande réagit


Libye : Attentat contre l’Ambassade de France, Hollande réagit

Un attentat a visé mardi l’ambassade de France à Tripoli, blessant deux gardes français dont un grièvement, et provoquant d’importants dégâts matériels. Une source de sécurité libyenne a affirmé que l’explosion était due à une voiture piégée.

Rappelons que la France a été menacé clairement par les islamistes et les salafistes, voir notre vidéo:

Selon un correspondant de l’AFP sur place, le bâtiment abritant les locaux de la chancellerie a été fortement endommagé et une partie du mur d’enceinte a été détruite. Deux voitures garées devant l’ambassade étaient complètement calcinées.

Une source française a confirmé une « attaque » contre l’ambassade et précisé qu’un garde avait été grièvement atteint et un second légèrement. Des habitants vivant près de l’ambassade ont dit avoir entendu deux explosions tôt dans la matinée, vers 07h00 (05h00 GMT). « La première était très puissante, la seconde plus petite », a dit un témoin.

L’ambassade est installée dans une villa à deux étages située au coin d’une rue du quartier résidentiel de Gargaresh.

« On a entendu une forte détonation à 07H00. C’était une très grave erreur d’installer l’ambassade de France dans notre quartier », a déclaré l’un des voisins accourus sur les lieux.

La France attend de la Libye que « toute la lumière soit faite » sur l’attentat commis contre son ambassade à Tripoli, a déclaré le président français François Hollande. « Cet acte vise, à travers la France, tous les pays de la communauté internationale engagés dans la lutte contre le terrorisme », a-t-il poursuivi dans un communiqué.

La France « condamne avec la plus grande fermeté l’attentat » commis contre son ambassade, avait déclaré un peu plus tôt le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius. « En liaison avec les autorités libyennes, les services de l’Etat mettront tout en oeuvre pour que toute la lumière soit faite sur les circonstances de cet acte odieux et que ses auteurs soient rapidement identifiés », a ajouté le ministre dans un communiqué.

« J’exprime aux agents français blessés mes souhaits de rétablissement, ma solidarité et ma profonde sympathie », conclut Laurent Fabius, sans donner de précisions sur la manière dont l’attentat a été commis.

« Nous condamnons fermement cet acte que nous considérons comme un acte terroriste contre un pays frère qui a appuyé la Libye durant la révolution » de 2011 qui a renversé le régime de Mouammar Kadhafi, a déclaré à l’AFP le ministre libyen des Affaires étrangères Mohammed Abdel Aziz, présent sur les lieux de l’attentat.

Il s’est refusé à toute indication sur les motifs ou les auteurs de l’attentat, soulignant qu’il fallait attendre les résultats de l’enquête. Le ministre a appelé, dans ce contexte, les Libyens à coopérer avec les forces de sécurité et à leur fournir toute information sur d’autres éventuelles menaces.

En septembre dernier, le consulat des Etats-Unis à Benghazi, dans l’est de la Libye, avait été la cible d’une attaque fatale à l’ambassadeur américain Christopher Stevens et à trois autres ressortissants américains.

Mais c’est la première fois qu’une représentation étrangère à Tripoli est visée par une attaque depuis la mort de Mouammar Kadhafi et la chute de son régime, en octobre 2011.

Le nouveau pouvoir libyen éprouve toujours les plus grandes difficultés à imposer son autorité sur un pays où d’importantes quantités d’armes sont en circulation et où les milices armées agissent souvent à leur guise.

Le Sud saharien du pays est une plaque-tournante des trafics d’armes à destination notamment des islamistes armés présents en Afrique sahélienne, au Mali par exemple.

http://www.lorientlejour.com/article/811396/attentat-contre-lambassade-de-france-a-tripoli-deux-gardes-blesses.html

REUTERS/Ismail Zitouny

François Hollande  »condamne avec la plus grande fermeté » l’attentat contre l’ambassade de France à Tripoli dans lequel deux gendarmes français ont été blessés et demande aux autorités libyennes que « toute la lumière soit faite sur cet acte inacceptable », a indiqué l’Elysée dans un communiqué mardi.

« Le chef de l’Etat exprime sa solidarité et ses voeux de prompt rétablissement aux blessés. Il a demandé à Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, d’envoyer immédiatement son représentant pour prendre sur place toutes les mesures nécessaires et veiller au rapatriement de nos deux compatriotes. La France attend des autorités libyennes que toute la lumière soit faite sur cet acte inacceptable, pour que les auteurs soient identifiés et traduits devant la justice. Cet acte vise, à travers la France, tous les pays de la communauté internationale engagés dans la lutte contre le terrorisme », poursuit le communiqué.

« J’exprime aux agents français blessés mes souhaits de rétablissement, ma solidarité et ma profonde sympathie », déclare Laurent Fabius qui doit se rendre sur place dans la journée.

Dans un communiqué, Manuel Valls condamne lui aussi avec « la plus grande sévérité » l’attentat de Tripoli et annonce apporter son « entier soutien aux militaires blessés, à leurs familles ainsi qu’à leurs camarades qui, chaque jour, protègent les intérêts de notre pays ». Le ministre salue aussi « l’engagement des gendarmes qui, au quotidien oeuvrent pour garantir la sécurité de nos représentations diplomatiques ». Manuel Valls rappelle aussi sa « volonté tenace de lutter contre toute forme de terrorisme » qu’il qualifie d’actes « odieux et lâches ».

Vers une commission d’enquête franco-libyenne

Le ministre libyen des Affaires étrangères Mohammed Abdel Aziz a condamné l’attentat à la voiture piégée mardi contre l’ambassade de France à Tripoli, le qualifiant « d’acte terroriste ». « Nous condamnons fermement cet acte que nous considérons comme un acte terroriste contre un pays frère qui a appuyé la Libye durant la révolution » de 2011 qui a renversé le régime de Mouammar Kadhafi, a déclaré Abdel Aziz, présent sur les lieux de l’attentat.

« Nous regrettons cet acte et nous exprimons notre solidarité avec le gouvernement et le peuple français », a-t-il dit, en annonçant la formation d’une commission franco-libyenne pour enquêter sur les circonstances de l’attaque. Il s’est refusé à toute indication sur les motifs ou les auteurs de l’attentat, soulignant qu’il fallait attendre les résultats de l’enquête. Le ministre a appelé, dans ce contexte, les Libyens à coopérer avec les forces de sécurité et à leur fournir toute information sur d’autres éventuelles menaces.  source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap