toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Chrétiens d’Orient : « Nous avons été trahis par l’Occident » – Un constat effrayant


Chrétiens d’Orient : « Nous avons été trahis par l’Occident » – Un constat effrayant

Voici 2 excellents textes à plusieurs voix d’une grande lucidité. Après l’éradication des Juifs des terres arabo-musulmanes, celle des Chrétiens ? Qu’ils viennent du Liban, de Syrie, de Palestine ou d’Égypte, les rangs des chrétiens qui partent d’Orient pour ne plus revenir grossissent.

Par Laurence D’Hondt

 

Malgré leurs différences nationales, les personnalités auxquelles nous avons laissé la parole font un même constat : toutes déplorent le délitement d’une société multiculturelle dans laquelle ils auraient eu leur place.

Loading...

Qu’ils viennent du Liban, de Syrie, de Palestine ou d’Égypte, les rangs des chrétiens qui partent d’Orient pour ne plus revenir grossissent. Pour comprendre ce qu’ils vivent et comment ils envisagent leur avenir dans le grand bouleversement que connaît actuellement le Proche-Orient, nous avons laissé la parole à quelques personnalités chrétiennes issues de ces pays : Joseph Yammouni, chrétien libanais et éditeur à Genève (Suisse) ; Sami Aldeeb, chrétien palestinien de nationalité suisse et professeur de droit musulman en Suisse, Italie et France ; le père Henri Boulad, directeur du centre culturel jésuite d’Alexandrie (Égypte) ; François Sweydan, chrétien d’Égypte et chercheur à l’université de Lyon (France) et, Elias el-Khoury, chrétien syrien et défenseur des droits de l’homme.

Même si les chiffres sont difficiles à évaluer, il semble que le mouvement d’exil des chrétiens d’Orient s’accélère en Syrie, Égypte et Palestine. Peut-on parler d’un départ collectif et sans retour ?

Joseph Yammouni Au Liban, il y a cinquante ans, les chrétiens représentaient 60 % de la population. Aujourd’hui, on parle de 25 % à 30 %. Le taux de natalité qui est plus élevé chez les musulmans joue un grand rôle dans ce renversement des chiffres, mais l’insécurité est aussi responsable de leur départ, donc de la baisse de ce pourcentage. Pourtant on peut dire que, au Liban, les maronites s’accrochent. C’est certainement le pays du Moyen-Orient où la communauté chrétienne reste la mieux implantée.

Je crois cependant que les maronites sont assez lucides pour comprendre que le tapis a déjà été retiré sous leurs pieds, même si stratégiquement, le pays a toujours besoin d’eux pour faire tampon entre les sunnites et les chiites.

François Sweydan En Égypte, il n’y a pas de chiffres officiels, mais chaque chrétien fait l’expérience du départ de proches, souvent vers le Canada. Je veux ajouter que les coptes d’Égypte s’infligent une autocensure depuis tant de décennies qu’ils sont à présent menacés de disparition culturelle. En tenant des discours schizophrènes dans lesquels ils minimisent leur différence, voire nient leur existence, les coptes se sont eux-mêmes affaiblis.

Sami Aldeeb Il est clair qu’en « Palestine », les chrétiens sont devenus tout à fait minoritaires (3 %). À Jérusalem, ils sont à peine 1,5 %. Ils sont soumis à une pression territoriale importante dans laquelle on les pousse à vendre leurs biens et leur terre. Par ailleurs, on constate que le rôle historique de certains des leaders chrétiens « du mouvement de libération de la Palestine » est à présent gommé de l’histoire officielle, comme celui de Georges Habache ou Hanan Ashrawi.

Loading...

Aujourd’hui, la Constitution palestinienne assure sans détour que l’islam est religion d’État. Dans les manuels scolaires des petits Palestiniens, il n’est plus question de chrétienté ni d’Évangiles. Cela me rappelle une question que mon père me posait : « Crois-tu que nos frères d’Occident vont nous oublier ? » Aujourd’hui, je dis, quitte à provoquer : « Oui, ils nous ont vendus comme Judas a vendu le Christ. » Mais attention, je ne revendique pas une solidarité chrétienne. Je veux que nous soyons reconnus comme citoyens à part entière dans une société laïque.

Elias el-Khoury Je n’ai pas de chiffres précis depuis les événements en Syrie, mais je sais que les chrétiens sont devenus l’objet de massacres ciblés et perpétrés par des groupes salafistes. Ce que je peux également dire avec certitude, c’est que dans la ville à majorité chrétienne de Saidnayya, dont je suis originaire et où je retourne chaque année, 3 000 chrétiens irakiens sont venus s’établir. Ces chrétiens irakiens ont vécu ce que nous sommes peut-être en train de commencer à vivre.

En quoi les « révolutions » arabes affectent-elles aujourd’hui le destin des chrétiens ?

Loading...

Père Boulad Les chrétiens ont participé au mouvement de la place Tahrir, en tant que citoyens demandant plus de liberté et de dignité. Mais les chrétiens n’ont jamais joué la carte chrétienne en tant que telle, car ils sont trop minoritaires pour cela. Aujourd’hui, ils se sont retirés, car tous les leviers du pouvoir sont en train de passer aux mains des islamistes. Cela n’est pas une surprise : cela fait huit ans que l’Occident est entré en pourparlers avec les Frères musulmans, en sachant qu’ils représentaient la première force incontournable du pays. Les chrétiens et tous les libéraux sont sacrifiés au nom d’intérêts économiques et politiques qui sont les seuls qui comptent. Mais tout cela n’est que la conséquence du développement de l’Occident lui-même : l’Occident sous-estime complètement le facteur religieux. L’Occident le considère comme une sorte de « superstructure », il le néglige, comme il est négligé en Europe elle-même. Or, en Orient, ce facteur est fondamental. Et c’est l’islam qui en sort gagnant et se trouve en situation hégémonique.

Sami Aldeeb Les « révolutions » arabes n’ont fait que révéler l’inculture des uns et des autres. Elles accélèrent la désagrégation des sociétés. Je dis l’inculture des jeunes libéraux qui ont tenté de faire valoir leurs droits, mais n’avaient pas la formation nécessaire pour construire un projet de société. Je dis aussi l’inculture de l’Occident dont les élites se plaisent à méconnaître l’islam. Ces élites n’ont pas de connaissance du Coran ni du droit musulman. On n’enseigne pas les fondements du droit musulman, on n’ouvre pas le Coran. Ces élites occidentales sont dangereuses, à force d’ignorance, délibérée ou non. Je dis enfin inculture des Frères musulmans qui ignorent eux aussi les mécanismes d’une société moderne. Je pense que les « révolutions » arabes sont en train de tirer un trait sur le projet d’une société multiculturelle et multireligieuse.

Elias el-Khoury Les chrétiens syriens sont au cœur de la tourmente, mais leur position dans l’ensemble est claire : ils militent pour le respect des droits de l’homme et du citoyen dans le cadre du respect de la souveraineté de l’État syrien. J’étais à Homs en 2011 avec l’ensemble des quatre Églises syriennes (catholiques melkites, orthodoxes, maronites et assyriens) qui demandent la même chose : des réformes allant dans le sens du respect des droits de l’homme et du respect de la liberté, mais dans le cadre du respect de la souveraineté de l’État syrien. Je tiens à préciser que je suis un militant des droits de l’homme et ai longtemps été banni du territoire syrien par le régime d’Assad. On ne peut donc me suspecter de soutien aveugle au régime en place.

Pensez-vous que le renversement des régimes arabes éloigne l’avènement d’une société multiculturelle et multireligieuse au Proche-Orient ?

Joseph Yammouni : Je croyais en l’avènement d’une société multiculturelle jusqu’à ce que j’aie atteint mes 25 ans. Cela fait donc quarante-deux ans que je n’y crois plus ! Je m’explique : plus je lis et approfondis les textes fondateurs de l’islam, soit le Coran, les hadiths et la sunna, plus je vois que les extrémistes sont proches de certains textes. De cela, ils tirent une autorité fondamentale. De leurs côtés, les modérés et libéraux laissent faire. Constatons par exemple qu’à l’exception de la Tunisie, il n’y a jamais eu, même en Occident, de grandes manifestations de modérés dénonçant les radicaux. Même les intellectuels musulmans qui vivent en Occident et sont proches des chrétiens ne semblent pas comprendre la souffrance des non-musulmans au Moyen-Orient. Par exemple, à la souffrance des chrétiens d’Irak, ils répondent toujours d’abord : c’est la faute des Américains.

Les seuls intellectuels qui semblent manifester une certaine empathie envers les non-musulmans et désirent changer les mentalités sont soit à l’étranger parce qu’ils craignent pour leur vie, soit ils la risquent au quotidien, tel le sociologue Sayed al-Qomni en Égypte. Cela fait peu de monde pour un si grand projet…

Père Boulad Je ne suis pas optimiste pour ce projet. Je pense que les chrétiens vont poursuivre un exil qui risque d’être définitif. C’est d’abord les enfants qui partent pour se construire un avenir. Ensuite les parents les rejoignent. Ces gens-là ne reviendront pas. Mais si je suis pessimiste, j’ai encore de l’espérance. J’ai le sentiment qu’avec ces révolutions, nous ne sommes entrés que dans le premier acte d’une pièce qui va être longue et certainement pleine de souffrances. Je vois dans le deuxième acte une confrontation entre musulmans chiites et sunnites à grande échelle. Mais je ne suis pas prophète. Ce que j’espère, c’est que le dernier acte se terminera par l’avènement d’une société plurireligieuse, multiculturelle et pacifique.

Sami Aldeeb Je suis pessimiste dans la pensée, mais positif dans l’action. Il y a une légende palestinienne que j’aime bien. On raconte que l’hyène ensorcelle sa proie. Elle lui fait à ce point perdre la tête que la victime finit par croire que l’hyène est devenue son père. L’hyène amène alors sa victime dans une caverne et la mange. Sauf si, en entrant dans la caverne, l’hyène heurte la tête de la victime contre une paroi, laquelle reprend alors subitement ses esprits et s’enfuit. C’est cela que j’espère : que chacun heurte son cerveau et reprenne ses esprits.

Elias el-Khoury Non, malheureusement, cette société multiculturelle s’éloigne, et cela avec le soutien de l’Occident lui-même. L’Occident appuie les mouvements les plus radicaux, entraînant consciemment la région vers un éclatement en micro-États kurdes, alaouites, chiites, etc. Regardez l’Irak : c’est un pays ravagé aujourd’hui, qui n’aura plus d’existence sur la scène régionale pendant des décennies. Les Occidentaux arment aujourd’hui les groupes qui entrent en Syrie et ils n’ignorent pas le projet de ces combattants. De même ne peuvent-ils ignorer que les chrétiens, dans ce jeu, sont perdants parce qu’ils réclament un respect de la citoyenneté de chacun, au-delà de sa confession ou de son appartenance ethnique. Une chose me fait espérer cependant : il est possible que le cas de la Syrie montre qu’à l’ordre qu’essaie d’imposer l’Occident, s’oppose à nouveau un bloc constitué de la Russie, de la Chine et d’un certain nombre d’États non alignés qui ne veulent plus accompagner l’Occident dans son projet.

Alexandre del Valle, géopolitologue renommé, enseigne les relations internationales à l’Université de Metz et est chercheur associé à l’Institut Choiseul. Il a publié plusieurs livres sur la faiblesse des démocraties, les Balkans, la Turquie et le terrorisme islamique.

Il trace un état des lieux du dialogue islamo-chrétien.

Le calvaire des chrétiens dans le monde. En terre d’islam, des millions de chrétien fêtent la Résurrection du Christ souvent au péril de leur vie.

 par Alexandre Del Valle, Atlantico.fr, 1 avril 2013

Où en est le dialogue islamo-chrétien ?

Les responsables musulmans qui ont écouté la messe d’inauguration du Pape François semblent préférer le nouveau pontife argentin – qui a lavé les pieds d’un musulman dans une prison de Rome et a souhaité « bâtir des ponts entre les religions » en relançant un « dialogue serein avec le monde islamique » – à son prédécesseur germanique Benoît XVI, qui avait osé interpeller les musulmans sur la question de la violence religieuse.

C’est ainsi que Ekmeleddin Ihsanoglu, le dirigeant de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI, regroupant 57 Etats musulmans), a souhaité que « la relation entre l’islam et le christianisme retrouve sa cordialité et son amitié sincère. » De même, Al-Azhar, la plus haute autorité de l’islam sunnite, basée au Caire, a annoncé qu’elle pourrait renouer le dialogue qui fut interrompu deux fois sous Benoît XVI : une première fois en 2006, suite au « discours de Ratisbonne » de Ratzinger qui citait un empereur byzantin déplorant les « mauvaises et inhumaines » idées de Mahomet « propagées par la violence » ; puis une seconde fois en 2011, lorsque l’ex-Pape appela les pays musulmans à protéger les minorités chrétiennes menacées…

Cet appel répondait à l’attentat-suicide perpétré contre l’Église des Deux Saints d’Alexandrie (Égypte), qui tua 23 chrétiens coptes dans la nuit du 31 décembre 2010 au 1er janvier 2011. Mais il ne convainquit point les pays islamiques à dénoncer la violence envers les Infidèles dès lors qu’elle est inscrite dans la Charià et le Coran, ce que déplorait justement Ratzinger. Et au lieu de faire leur aggiornamento sur ce point, Al-Azhar, l’OCI et La Mecque, qui défendent une conception totalitaire de l’islam, décidèrent au contraire de suspendre les rencontres avec le Vatican, au prétexte que Benoît XVI aurait « attaqué l’islam ». Niant une réalité pourtant reconnue par les musulmans modérés et réformistes, ils rejetèrent en bloc l’ »affirmation injustifiée que les musulmans persécutent les autres personnes qui vivent avec eux au Moyen-Orient »…

Les 57 pays de l’OCI – Arabie saoudite, Turquie, Pakistan et Egypte en tête – initièrent alors une campagne planétaire de dénigrement de l’Eglise et de « l’Occident croisé », jouant sur la corde sensible du victimisme islamique et de la mauvaise conscience européenne. Cette campagne, qui entraîna la mort de nombre de Chrétiens, culmina avec l’affaire des « caricatures de Mahomet » et des « films anti-islam » montés en épingle pour faire oublier la christianophobie islamique.

Double langage et absence de remise en question des pays musulmans

Gagnés par la dhimmitude volontaire et la peur – renforcées par l’explosion de violences anti-chrétiennes et anti-occidentale, nombre de chrétiens ont donc salué le fait que Pape François ménage bien mieux que Ratzinger la « susceptibilité des pays musulmans » et espèrent que par sa politique d’apaisement, il pourra améliorer le triste sort des chrétiens d’Orient. De son côté, Mahmoud Azab, conseiller pour les affaires interreligieuses de l’imam Ahmed Al-Tayyeb d’Al-Azhar, a déclaré : « Espérons que le nouveau pape jettera de nouveaux ponts solides et équitables pour un dialogue équilibré et efficace entre le monde islamique et le Vatican, un dialogue pour atteindre un consensus sur les valeurs suprêmes communes qui préservent la dignité de l’islam et la réalise concrètement ». « Nous reviendrons au dialogue avec le Vatican dès qu’apparaîtra une nouvelle politique ». Une réconciliation sous condition … qui laisse entendre que l’Eglise serait la seule responsable des blocages et que les pays islamiques n’auraient pas à respecter la liberté religieuse des minorités, bafouée par les lois inspirées de la Charià qui, dans certains pays tels l’Arabie, l’Iran ou le Soudan, punissent de mort l’apostasie ou le prosélytisme chrétien !

On reste donc stupéfaits par cette exigence de tolérance à sens unique et par cette absence totale de remise en question des instances islamiques officielles qui exercent continuellement des pressions à l’ONU et sur nos gouvernements pour faire adopter des législations « anti-blasphème » visant en fait à limiter la liberté d’expression au prétexte de ne pas « diffamer l’islam ». Alors que dans les pays islamiques, les chrétiens sont soit interdits (Arabie saoudite), soit régulièrement pris pour cibles par des attentats (Pakistan, Soudan, Maghreb, Turquie, Egypte, etc)… Ainsi, tandis que les pays de l’OCI dénoncent « l’islamophobie » occidentale, les adeptes du Christ sont réduits à des citoyens de seconde zone en pays d’islam et y forment des minorités humiliées.

Le dialogue à sens unique : islamophobie versus christianophobie

Adeptes de l’accusation-miroir, les pays musulmans exigent que les Européens s’excusent pour les Croisades et la Colonisation, mais ils ne songent aucunement à s’excuser pour les pirateries barbaresques, l’esclavage des Noirs et des Slaves, la colonisation islamique (Afrique, Andalousie, Sicile, Balkans, Indes) du passé, ou même les génocides de 1,5 millions d’Arméniens-assyro-chaldéens de Turquie (1896-1915), puis de 2 millions de chrétiens-animistes du Sud-Soudan (massacrés par le régime islamiste soudanais entre 1970 et 2007). Ce génocide du sud-Soudan n’a jamais été reconnu officiellement par l’ONU, qui reste soumise au diktat moral et aux pressions diplomatiques de l’OCI…

Certes, le passé doit être dépassé et le dialogue islamo-chrétien semble partir d’une intention louable.Mais à condition que les pays musulmans combattent en échange la christianophobie islamique comme l’Occident combat l’islamophobie. Il n’en est rien. Et ce dialogue entamé sans conditions par le Concile Vatican II ans les années 60 restera un accord de dupes tant que les pays musulmans verront dans la main tendue des chrétiens et leur acceptation de cette tolérance à sens unique des marques de faiblesse, ce qui n’est pas entièrement faux d’ailleurs… Car cette faiblesse incite les bourreaux impunis à redoubler de violence.

En réalité, de même que le dialogue islamo-chrétien voulu par Jean Paul II n’empêcha pas le massacre de chrétiens au Soudan ou en Irak, ni même l’assassinat de prélats catholiques en Turquie (Don Andrea Santoro en 2006 ou Mgr Luigi Padovese en 2010), le silence du Pape François sur la nouvelle christianophobie et ses professions de foi islamiquement correctes ne stopperont pas les condamnations d’apostats et autres persécutions de chrétiens au Pakistan, en Syrie, en Afrique du Nord ou ailleurs…

Le vrai « printemps islamique » arrivera lorsque l’égalité musulmans/non-musulmans sera officiellement enseignée et inscrite dans les lois des pays islamiques (comme l’égalité hommes/femmes), ce qui ne semble pas être pour demain… En attendant, l’ONU, les Etats-Unis, l’UE et les gouvernements européens doivent exiger l’égalité de droits et la réciprocité religieuse et même en faire des conditions aux aides économiques et aux accords diplomatiques… Les démocraties occidentales n’ont plus à recevoir de leçons de “lutte contre l’islamophobie” de la part de pays ouvertement christianophobes !

 





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Chrétiens d’Orient : « Nous avons été trahis par l’Occident » – Un constat effrayant

    1. Monsonego

      Eh oui ! Après le départ des juifs des pays musulmans c’est malheureusement le tour des chrétiens.dans tous ces pays il n’y aura donc plus que des musulmans,la cohabitation sera impossible.

    2. misterclairvoyant

      Monsonego et les témoignages des gens résument très bien la situation. Mais l’ONU n’a pas de yeux pour voir ni d’oreilles pour entendre, les victimes qui fait l’islam, qui soient des juifs, des chrétiens etc.

    3. Claude Germain V

      Au sujet de notre nouveau Pape …..comportement étrange malgré son immense humanisme :

      2 eme couac en moins de 48 heures ,HIER c’était s’humilier et lécher les pieds des musulmanes ( 1er fois au monde qu’un pape fait cela envers un autre système politique , dans toute l’histoire de l’église catholique , attention …pas chrétienne ), aujourd’hui c’est un GRAND REMERCIEMENT A LA COMMUNAUTÉ MUSULMANE MONDIALE POUR SA GENTILLESSE , POUR LE FAIT ÉGALEMENT DE S’ ÊTRE ENGAGE A ÉGORGER ET A DÉCOUPER EN MORCEAUX 50% DE COPTES EN MOINS PENDANT LES 3 JOURS DE PAQUES ……..

      Apocalypse de Jean-13 : 13 elle opérait de grands prodiges, même jusqu’à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes. 14 et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu’il lui était donné d’opérer en présence de la bête,

      Apocalypse de Jean .17-4 : (AU SUJET DE LA CURIE ROMAINE TOUTE VÊTUE DE ROUGE )désert. Et je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphème, ayant sept têtes et dix cornes. 4 Cette femme était vêtue de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d’or, remplie d’abominations et des impuretés de sa prostitution. 5 Sur son front était écrit un nom, un mystère: Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre. 6 et je vis cette femme ivre du sang des saints et du sang

      Pour les croyants innocents , soucis …IMMENSES SOUCIS A SE FAIRE …

    4. MisterClaivoyant

      Claude Germain, restons lucides, s’abaisser et accepter notre dhymitude face a l’islam, n’a jamais fait que lui donner un signe « fort », de notre faiblesse. La Bête, je pense qu’elle est déjà identifiée depuis les temps bibliques; il nous reste à pouvoir nous débarrasser d’ELLE.

    5. Rita

      Et, pendant que les musulman tortured, violent, chassent et tuent les chretiens de l’orient, ce nouveau pape leche les pieds de ceux qui font cela. Autant que catholique, j’ai honte, je me sens humiliee, et j’ai peur pour tous les non-musulman. Ce vieil home avec so fetich pour les pied de jeunes musulman n’est pas mon pope. Shame on him.

    6. Raoul

      Qui a trahi les Chrétiens d’Orient ?

      Maintenant l’Évêque de Homs parle ?

      Mais il a déjà parlé !
      Et en complicité avec le reste des Évêques du Moyen Orient réunis en Synode Extraordinaire (et ce au lendemain de l’assassinat du Nonce Apostolique en Turquie sous le couteau d’un MUSULMAN turque) il n’a pas hésité à dénoncer que :

      c’était aux Juifs de mettre fin au « conflit qui ne cesse de perturber la vie » dans les pays où vivent ses mêmes ecclésiastiques orientaux ; et encore

      il invitait à trouver une solution
      pour la cause Palestinienne qui est aux racines de la plupart des conflits au Moyen Orient

      L’Évêque de Homs parle ?
      Il cuit, plutôt, dans sa propre sauce !
      Pourquoi au lieu de demander notre aide, il ne cherche refuge chez ces bons palestiniens qui chassent les Chrétiens de Betlehem ?
      Ou au Caire, chez les bons Frères Musulmans de Place Tahir qui massacrent les Coptes ?
      Pourquoi pas à Bagdad, où la messe de Noël peut se célébrer entre deux bombes ?
      Les Chrétiens du Nord Nigéria n’accusent pas les Juifs des crimes de Boko Haram : ils dénoncent leur bourreaux, non pas leurs compagnons de martyre…

      Non ! Décidément non ! Aucune pitié pour les évêques du Moyen Orient. Ils n’ont que ce qu’ils méritent.

    7. Ixiane

      L’Onu n’a des yeux et des oreilles que pour l’Islam ;
      Un mort chrétien ou juif vaut 10 secondes dans un JT ; la mort d’un musulman, surtout palestinien on en parlera pendant des années !!! Le petit Mohamed Al Dura, qui a soi-disant été tué par une balle ( on n’a jamais su si elle était israélienne ou « palestinienne » ) serazit vivant à Gaza !
      La famille Vogel égorgée jusqu’au dernier, en a t-on entendu parler ???

      Et comme dit Raoul, quels sont ces chrétiens qui détestent les juifs !Je n’ai aucune considération pour eux; un vrai chrétien aime Israël et aime le juif , Jésus étant le plus grand des juifs .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *