toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Mahmoud Abbas s’enfonce dans la boue par Ilan Saada


Mahmoud Abbas s’enfonce dans la boue par Ilan Saada

Mahmoud Abbas l’ex-terroriste, responsable de la mort de dizaines de victimes civiles en Israël, ne cherche que la haine et le violence. Il est perdu dans une impasse où à force de refuser toute négociation de paix il entraine son peuple dans la violence et l’extrémisme… Un article d’Ilan Saada:

En demandant à la Communauté européenne d’exclure le Hamas de sa liste des organisations terroristes sachant pertinemment que l’Europe hésite encore à y faire entrer le Hezbollah, Mahmoud Abbas s’enfonce un peu plus dans la haine et le mensonge. Ce n’est même pas de la tactique politique, ou une idée inspirée par de nobles idéaux, car il hait davantage les dirigeants du Hamas que ceux d’Israël, non, c’est un acte djihadiste qui veut pousser Israël à l’écartement physique ou tout du moins à l’isolement politique. Car, malgré ces apparences modérées et son air innocent, Abbas est un adepte du double langage. Il exprime en sous-entendu ce que sa raison lui dicte :  «Il n’y a aucune différence fondamentale entre le Hamas et l’AP, tous deux prônons la disparition d’Israël !»

Barack Obama vient en Israël avec, paraît-il, deux intentions : se réconcilier avec le gouvernement Israélien, et plus particulièrement avec Benjamin Netanyahou, et séduire le peuple juif qui, selon les sondages, ne lui fait pas confiance depuis les propos qu’il a tenus au Caire lors de son premier mandat. D’où son discours programmé durant sa prochaine visite devant mille étudiants triés sur le volet au Binyané Haouma, à Jérusalem. Sciemment, Obama a exclu les étudiants d’Ariel qui risquaient, selon ses dires, de contester violemment sa présence. C’est une présomption déplacée qui ignore les lois juives de l’hospitalité. Cette éviction des étudiants d’Ariel constituait une condition américaine à son discours public.
 
Les israéliens auraient dû la refuser. Il s’agit en effet d’un outrage à la politique israélienne et à sa souveraineté. Ceci pour deux raisons : la première, c’est que la ville d’Ariel est exclue de la ligne verte selon l’entente signée entre Bush fils et Sharon ; la seconde, c’est que la Cour suprême israélienne a décidé d’accorder au Collège académique le statut d’université, au même titre que celle de Haïfa ou de Tel-Aviv. Mais nous n’en sommes plus à un outrage près de la part d’Obama et des démocrates, et cela depuis Carter. 
Donc le président de l’Autorité se demande si son initiative ne serait pas une manière de forcer la main au président des États-Unis, de le séduire par une belle opération médiatique, car il ne manquera pas de commentateurs pour l’appuyer. Également, sa demande permettra de faire comprendre au résident de la Maison blanche que les palestiniens ne manquent pas d’alliés et, par conséquent, de moyens de pression. Obama, qui rêve d’aligner sa politique Moyen-orientale sur celle de l’Europe, servile et cupide, semblable à celle de la Ligue arabe, refusera de se mettre les Républicains et le Pentagone à dos en prenant une telle disposition. Déjà que les rapports entre eux sont à couteaux tirés, il voudrait éviter d’ajouter de l’huile sur le feu. Il vient en Israël pour de nobles raisons ; c’est en tout cas ce qu’il fait dire à ses conseillers ainsi qu’aux medias acquis à sa cause et à tous ceux qui le soutiennent, et ce n’est sûrement pas le chef de l’Autorité, Mahmoud Abbas, qui le détournera de ses objectifs, malgré la profonde empathie qu’il éprouve pour lui et pour la cause palestinienne.
 
Réactions des israéliens

Tout d’abord, il y aura la réaction des antisionistes, ou plutôt des antijuifs, ceux pour qui la demande d’Abbas renforcera leurs convictions, les obstinés, les aveugles mentaux qui ont toujours fait passer les intérêts arabes avant ceux de leur peuple, même quand ils n’étaient que d’infâmes barbares, tel Samir Kuntar qui avait fracassé la tête d’une petite fille de quatre ans contre un rocher. Ils sont là uniquement pour nous rappeler la honte de la trahison et le devoir de chaque juif envers la souffrance de ses frères. Puis, il y a l’extrême-gauche, pro-palestinienne, liberticide, qui a toujours vu en Arafat et Abbas des partenaires, et rêvent encore d’un Etat binational. Rassurons-nous, ils ne sont qu’une minorité sans véritable pouvoir !

Ensuite, il y a ceux, plus nombreux, pour qui la question va enfin se poser, insérer un doute dans leur cerveau naïf : est-ce une exigence modérée, venant d’un dirigeant que le monde entier considère comme modéré ? Ils savent comme tout le monde que le Hamas accule Israël depuis des années, que ses terroristes tirent sans distinction des roquettes, missiles, Grad et autres engins sur la population civile dans le but de tuer et s’en indignent. J’écris «tirent» au présent parce que la trêve tactique actuelle, qui trouvera bientôt son terme, n’a pas changé leur objectif.

Enfin, il y a ceux pour qui la question ne se pose pas, qui n’ont jamais hypothéqué l’avenir d’Israël à celle des Palestiniens, même s’ils sont conscients qu’une solution doit être trouvée. Pour eux, tout dénouement est envisageable, ce n’est pas une considération d’ordre ethnologique, mais une priorité nationale. Comme disait Napoléon lors de la rédaction de la Constitution de la première République :«Nous sommes prêts à donner l’égalité aux juifs en tant qu’individus, pas en tant que communauté.» C’est exactement ce que font – et qu’ont fait – nos dirigeants envers les arabes, qu’ils soient travaillistes ou conservateurs. Ce n’est pas du racisme, interdit par la Thora, mais du bon sens.

 
Réaction de la CE
 

Je doute que dans la conjoncture actuelle – le voyage d’Obama en Israël et l’intervention française au Mali – la Communauté européenne accède pour l’instant à la prétention d’Abbas. Même si les ministres des Affaires étrangères français et allemand évoquent en privé la possibilité de négocier directement avec l’organisation terroriste, nous sommes encore loin d’une telle décision de leur part. Mais l’idée va s’insinuer dans les esprits. Ils sont de plus en plus nombreux en Europe à penser qu’Israël n’est qu’une parenthèse de l’Histoire. Toujours est-il que cette idée va faire florès, se répandre dans toute l’Europe et trouver sa légitimité. Depuis de Gaulle, l’impartialité, la morale et la sagesse n’ont jamais été les fleurons des classes politique, intellectuelle et médiatique des Européens.

Ceux qui ont défendu Israël avec objectivité, sans haine ni préjugés préconçus, n’ont pas réussi à faire entendre leurs voix. Il est vrai qu’ils étaient peu nombreux et ne défendaient que des intérêts éthiques, des vérités sans valeur marchande. Donc, dans un premier temps, les européens vont poliment repousser la proposition de Mahmoud Abbas. Mais peut-être qu’un jour… ils n’en sont plus à un paradoxe près. Ils combattent actuellement les djihadistes du Mali, l’Aqmi, mais arment sans vergogne les mêmes individus en Syrie qui ont d’ailleurs promis de «s’occuper» des israéliens dès qu’ils en auront fini avec Assad. S’ils pensent que se mesurer à Tsahal va être une promenade de santé, ils devraient y réfléchir à deux fois. Surtout que Benny Gantz, l’actuel chef d’Etat major, les a dans sa ligne de mire.

 
Gains politiques de l’AP
 
«Si le Hamas est décidé à respecter le cessez-le-feu et s’engage à s’en tenir à une résistance pacifique, je ne vois pas beaucoup de différence entre sa politique et la nôtre. Ainsi, il ne sera plus pertinent de le qualifier d’organisation terroriste», a déclaré Mahmoud Abbas durant une interview à la chaîne de télévision «Russia Today». Comment peut-il être si sûr que le Hamas tiendra sa promesse de non-agression ? En fait le calcul d’Abbas est comme d’habitude à court terme. La trêve promise par le Hamas risque de durer encore quelques semaines. A mon avis, elle prendra fin dès que le régime d’Assad, son principal pourvoyeur, tombera. 
Si entre temps, la CE décide de rayer l’organisation terroriste de sa liste, ce qui représente du point de vue administratif une démarche longue – la lourdeur administrative bruxelloise est maintenant bien connue  – le mal sera fait et la Communauté européenne ne reviendra pas en arrière. Surtout qu’elle ne s’y sentira pas contrainte par une administration américaine qui ne tardera pas à lui emboiter le pas.

Sur le plan électoral, on ne voit pas très bien ce qu’Abbas peut y gagner. Il favorise politiquement le Hamas, lui ouvrant ainsi les urnes palestiniennes en Judée-Samarie. Mais peut-être est-ce une façon d’expliquer à ses compatriotes qu’il n’y a pas de différence idéologique fondamentale entre le Fatah et Le Hamas ? L’un est laïc, l’autre est fondamentaliste, mais tous deux poursuivent le même fantasme !

 




Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 9 thoughts on “Mahmoud Abbas s’enfonce dans la boue par Ilan Saada

    1. Serge Belley

      Il est né SALOPARD. il a grandis SALOPARD il ne peut que vieillir comme un SALOPARD, dans son cas cas c’est inné et non acquis.

    2. Cat Ola Hadacha

      Des articles comme celui-la, on est redemmande ! Kol hakavod a son auteur, c’est bien vu, bien analyse, et les formules bien trouvees, je souscris a 300% !!
      Pour ma part, il y a longtemps que ce salopard d’Abou Mazen (donnons-lui donc son nom de guerre) rampe dans la boue, et meme dans la merde, depuis sa jeunesse et sa these niant la Shoah, a Moscou. Il n’y a rien a attendre de lui…si, qu’il se fasse un jour prochain descendre par un type du Hamas !!

    3. Choch

      Bravo Mr Saada pour votre excellent article. Puissiez-vous l’envoyer à Mr Obama et à l’union européenne

    4. michel boissonneault

      Mon cher M.Saada votre article est sans aucun doute véridique sauf
      que personne associé aux medias ne le diffusera donc je vous suggère
      d’entrée en contact avec M. Zimmour par ce qu’il a la cote dans les médias

    5. sarah

      Ce salopard mourra trés bientôt le coeur dévasté par la haine ,de n’avoir, tout comme ses prédecesseurs ,pu se rendre à Al Aqsa,à Jérusalem, capitale une et indivisible de l’état d’Israel!!
      Ce salopard mourra d’avoir été un sale raciste négationniste,antisémite,judéophobe ,tout comme ses prédecesseurs le furent!!
      Ce salopard mourra de s’être enfermé,englué,dans ses contradictions et son triple langage!!
      Tout fini par se payer, et il payera le prix cher d’avoir carresser un jour la folle idée de creer son état sur les ruines d’ISRAEL……..AM ISRAEL HAÎ

    6. Moshé007

      Attendez, plus ils se rapprochent, plus le venin leur monte à la bouche, il ne vont pas tardez à mordre !

      Autre détail, abbas ne devait organiser des élections il y 3 ans ?

      Personne ne parle de la dictature abbas !!

    7. Simonai

      Abbas n’est que l’image de yaser arafat c,est la même personne,mais je peut aussi comprendre abbas,les gens disent que abbas refuse de négocier il négocie quoi aujuste?C’est abbas qui ne veut rien savoir de vos négociation ou c’est le Dieu d’israel qui ne veut rien savoir de ce que le monde politique veut forcer à abbas de faire.

      Abbas ne sait pas ne sait pas quoi négocier ,en savez-vous?négocier un pays? ou le départ des terroriste dans le territoire israelien?
      ON DIRAIT QUE LA VOLONTÉ DE DIEU N,EXISTE PLUS EN ISRAEL!

    8. Simonai

      Abbas est un homme fini pourquoi fini,voyez que il marche sur les oeufs ,le hamas n,attend que le moment idéal pour attaquer,il le sait ,je sais que ,les gens parlent d’israel mais l’année 2013 ne finira pas sans entendre parler du hamas et du fatah d’abbas ,vous savez ,il y aune profonde division entre la culture du hamas et la culture du fatah même si les deux en ont les mêmes objctifs ;la destruction d’israel. Mais les deux groupes savent aussi que ,Gaza et la cisjordanie doivent être diriger par un seul parti dont un seul gouvernement!
      C’est qu’ils PENSENT ,SI ILS PENSENT FORMER UN PAYS IL FAUDRA ALORS UNIR LES DEUX GOUVERNEMENT POUR EN FORMER UN DEUL GOUVERNEMENT . PENSEZ-VOUS QUE LE HAMAS LAISSERA ABBAS DU FATAH DEVENIR LE MAÎTRE D’UN SEUL GOUVERNEMENT?ILS Y A LES LIDEAR DE SES DEUX GROUPES QUI SONT À L’EXTÉRIEUR DE LA PALESTINE QUI TRAVAILLENT AVEC DEUX POINTS DE VUES TRÈS OPPOSÉS. C’EST LÀ-BAS QUE LE OK SE DONNERA POUR LE CHOC QUI ATTEND ABBAS.
      LES ARMES QUI SONT GARDÉES POUR ISRAEL SAVENT AUSSI SE RETOURNER CONTRE EUX-MÊMES.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap