toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israël fournit de trop nombreux produits de qualité à Gaza! Israeli Goods Flood Gaza


Israël fournit de trop nombreux produits de qualité à Gaza! Israeli Goods Flood Gaza

Dernière trouvaille des haïsseurs d’Israël…non ce n’est pas une blague

Résumé d’article paru sur ..al-monitor  (et publié intégralement en anglais ci-dessous)

Reprenons, pendant des années Israël a été accusé d’imposer un blocus LEGAL, à l’enclave arabo-terroriste de Gaza.

Ce qui aurait provoqué une grave crise humanitaire dans la bande de Gaza.

En vertu du droit international, ce blocus a été déclaré légitime pour lutter contre le trafic d’armes et alimenter les opérations terroristes des arabes dits palestiniens, à l’encontre des civils israéliens.

Tout y est passé, les terroristes et leurs soutiens, ONG occidentales,  comprises n’ont pas lésiné pour diaboliser, délégitimer, accuser de tous les maux le seul pays démocratique de la région qui respecte la vie de ses citoyens quel qu’ils soient.

L’Etat hébreu, fourni eau, médicaments, électricité, marchandises alimentaires et autres produits qui passent par le terminal de Keren Shalom.

Israël a du rapatrier ses citoyens des villes et villages florissants de la bande de Gaza, qui donnaient du travail a nombre de d’habitants arabes de la ville, tant la vie était devenue difficile pour les Juifs qui souhaitaient rester en vie. Le remerciement pour ce désengagement des milliers et milliers de roquettes sur les localités civiles israéliennes et des condamnations de la Communauté internationale contre Israël qui a eu la mauvaise idée de défendre la vie de ses citoyens.

Après les Flottilles et une propagande éhontée financée par de gros moyens par généralement toutes les trainées anti-démocratiques et pro-fascistes (européens et ONU en tête), le gouvernement israélien a jugé bon d’alléger le blocus.

Learn Hebrew online

Il n’y avait pas de crise humanitaire à Gaza, des milliers de photographies et d’articles sont parus pour le prouver.

Des armes sont entrés en contrebande en quantité industrielle par les tunnels entre l’Egypte et Gaza.

Les chefs de bande terroriste, au lieu de prendre soin de leurs populations, ont dépensé un argent fou pour acheminer toutes  sortes d’armes de destruction.

Les guerres entre propriétaires de tunnel sont apparues également, car les produits passés en contrebande d’Egypte sont de qualité inférieure, et les produits fabriqués dans la bande aussi. Les gazaouis ont plus confiance dans les produits israéliens de qualité supérieure et exempts de malfaçons.

De ce fait les anti-Israël nt changé leur propagande haineuse et accusent les Israéliens désormais, d’inonder la bande de produits en provenance d’Israël plus chers et donc accentuant la pauvreté dans les « ménages ».

Donc, pour accuser Israël, ces individus trouveraient tout et son contraire pour déligitimer.

Pas un mot sur la contrebande d’armes, pas un mot sur les vols de médicaments et de marchandises de base, livrés à Gaza sans exigence de paiement et revendus aux Gazaouis, pas un mot sur l’Egypte qui  exerce un blocus sur la bande de Gaza. Pas un mot également sur une grande partie cette population qui rechigne à travailler car subventionnée par des ONG et autres programmes d’aide.

Bref comme vous le voyez, les mendiants professionnels utilisant la victimisation à outrance ont encore de beaux jours devant eux grâce, aux antisionistes de tous poils qui eux n’ont qu’un objectif comme les terroristes et les assistés qu’ils soutiennent – Haïr et pourquoi pas viser à la destruction de la légitimité d’Israël.

Donc pour conclure – blocus égal crise humanitaire à Gaza – Allègement du blocus – entretien et augmentation de la pauvreté à Gaza.

Elle est pas belle la vie ?

Par Aschkel –rédaction http://www.israel-flash.com/

 

Israeli Goods Flood Gaza

Walking into a supermarket in Gaza might come as a great surprise for a person visiting the coastal enclave for the first time. At first glance, the visitor would be amazed by the level to which the shelves are packed with all kinds of products, ranging from basic food supplies to expensive chocolates and Coca-Cola. A father pushing a heaped stroller, or a toddler restlessly pulling her mother’s hand and pointing at a lollipop, are scenes one is likely to encounter.

A closer look into the shelves, however, reveals a paradox that finds a manifestation in almost every aspect of life in Gaza. On the surface, everyone seems to be normally going about their daily lives, but even purchasing behaviors are controlled by Israel. The Israeli government brags about the truckloads it allows into the Strip through the Karem Abu Salem commercial crossing point, but it always forgets, deliberately or not, to mention that the products that enter the Strip through this very crossing are mostly marked with 729, the made-in-Israel barcode.

The same story repeats itself in the fishing sector. A broad look shows Palestinian fishing boats dotting the sea in summer evenings. But the fact is that these fishermen continue to suffer from the Israeli-imposed restrictions aimed at setting off-limits to their activity. The list of Israel’s restrictive and intrusive measures is too long to be covered in a single essay.

First-time visitors are usually lured by this façade of normalcy. Many wonder how a territory under siege can have all that it has, and the supermarket example is often cited to prove that the blockade is not as bad as is often publicized in the media.

This simplistic view of the terms « siege » and « occupation » make it necessary to clear out some of the common misrepresentations of what it means to force a population of 1.6 million to live under a military siege and occupation for more than five and sixty years respectively.

First, it is important to note that life under siege does not mean that the population in question is necessarily starving. However, it necessarily means that this population constitutes a huge consumer market to its jailer — Israel in this case.

The Palestinian people in Gaza are forced to import and buy Israeli goods. With Israel’s restrictions on local production and its more-than-once bombardment of Palestinian factories, it has become almost impossible for the besieged population to use available resources for local production.

Prior to Israel’s deadly assault on the Turkish aid flotilla in late May 2010, Israeli products barely reached the Strip. But after a massive wave of criticism that was hailed on Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu, he vowed to « ease » the blockade. Netanyahu fulfilled his promises. What followed was a tremendous inflow of Israeli goods that continues to be pumped in to this day.

The problem associated with consuming the goods of the occupying authority has two faces at least. Israeli products are high-priced, and, with few alternatives in place, Palestinians are forced to pay more for products that could be much cheaper if produced locally. A report released by the Palestinian Bureau of Statistics on the eve of the International Population Day in November revealed a poverty rate of 38.8% among Palestinian individuals in Gaza in the first quarter of 2012.

This means that 38.8% of Gazan people cannot afford the prices charged for the goods. For them, the siege is more than whether the supermarket shelves are crammed; it is the fact that it makes them poor and causes difficult life conditions.

Due to the higher quality of Israel’s exports to Gaza, combined with restrictions on domestic production, local businesses can hardly compete and rapidly lose market share to their Israeli counterparts. With limited amounts of money going for domestic production, Palestinian factory owners do little to enhance the quality of their output.

The more complex face of the problem lies in that Palestinians not only boost Israel’s economy, but also make the occupation less costly. Israel, which denies the Palestinian people in the occupied territories the right to vote in the country’s elections, controls what they eat and how they furnish their houses. Palestinians are made to fund the illegal settlements in the West Bank and deadly assaults such as that waged against Gaza in November, to name only two.

Mainstream media constantly ignores these facts and focuses on what it dubs as fancy resorts and hotels in the Strip. Here, it is worth noting that the five-star hotel Israel relentlessly uses to counter accusations of collective punishment was established under the auspices of the Palestinian multi-millionaire and Palestinian Authority-affiliated businessman Munib al-Masri. The hotel is mostly attended by diplomats and politicians who visit Gaza as well as an upper-middle class Gazan minority.

Living under siege does not result in a famine such as that in Somalia and other parts in Africa. It results in deteriorated living conditions and forced consumerism of the besieged population. Moreover, Israel’s siege has cut Gaza off from the rest of Palestine and the world. Therefore, humanitarian and Western-funded projects help improve life conditions in the short-term only. A long-term solution can be reached when Israel abides by its obligations under international law.

By: Rana Baker for Al-Monitor Palestine Pulse

Rana Baker, 21, is a student of Business Administration in Gaza. She writes for the Electronic Intifada.







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Israël fournit de trop nombreux produits de qualité à Gaza! Israeli Goods Flood Gaza

    1. Elia

      On a jamais vu dans l’histoire du Monde ni de Mars, un ennemi autant choyé, c’est une obsession qui tourne à l’amour étarnel !
      Pourquoi ils auront envie de faire la paix, à quoi bon ?

    2. Adam Harishon

      Ce qu’il y a d’extraordinaire avec la vision arabe, c’est que la réalité n’a pas de prise sur l’interprétation.
      Ce sont les régimes corrompus ou islamistes du Fatah et du Hamas qui ont appauvri leurs populations, soit en détournant l’argent soit en achetant des armes, mais c’est toujours Israël le coupable. Que des milliardaires palestiniens construisent des palaces plutôt que des écoles ( pourquoi s’embêter, l’ONU et UE sont là pour le faire?), c’est de la faute d’Israël. Quand les populations sont encouragées à détruire les serres payées par Soros, c’est encore Israël. L’antienne arabe est très simple, ce sera toujours la faute d’Israël, et quand ils réaliseront que la Terre n’est pas plate, il dirons que c’est les juifs qui en ont fait une boule!
      On sait bien qu’il sont tué la mer morte….

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *