toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Contre la calomnie, une arme : la Vérité – 2ème partie- par Dora Marrache


Contre la calomnie, une arme : la Vérité – 2ème partie- par Dora Marrache

Merci à Dora pour cette 2ème partie. 1ère partie ICI

En octobre 2012, dans le journal Haaretz, quotidien très prisé des médias occidentaux, Gidéon Lévy affirmait, à partir d’un sondage de l’Institut Dialog, que 58% des Israéliens estiment qu’il existe déjà un régime d’apartheid dans l’État juif. Il n’en fallait pas plus pour que la presse internationale, qui fait feu de tout bois lorsqu’il s’agit de calomnier Israël, s’en saisisse.

Pourtant, même le juge Goldstone, dont le Rapport sur l’Opération Plomb durci était d’une extrême dureté à l’égard d’Israël, est revenu sur certains de ses propos concernant l’accusation d’apartheid pour affirmer que  »l’accusation selon laquelle Israël est un État d’apartheid est un mensonge malveillant. »

Loading...

Mais revenons d’abord à la question telle qu’elle était posée dans le sondage, ce qui permet de constater qu’il s’agit bien d’une question destinée à influencer la réponse

« Etes-vous d’accord avec un auteur américain qui prétend qu’il y a de l’apartheid en Israël ? »

 Si 39% ont répondu « oui » dans une certaine mesure », 19% se sont dits « plutôt d’accord »,  et 31% « absolument pas d’accord ».

De là à conclure que de très larges franges de la société israélienne nourrissent des sentiments « anti-arabes et ultranationalistes », il n’y a qu’un pas que Lévy franchit aisément.

D’abord, précisons que ce résultat n’a rien d’un scoop. Cela fait 9 ans qu’on ne cesse de nous rebattre les oreilles de l’affirmation suivante : Israël est un État d’apartheid. Quand les Israéliens entendent dire quotidiennement que leur pays maltraite les Arabes, la calomnie finit par faire son chemin, et il n’est donc pas surprenant que les sondés israéliens aient été gagnés à l’idée que l’État juif pratique l’apartheid. Et ce d’autant plus que dans les sondages d’opinion, les sondés donnent rarement leur opinion, celle qui préexistait avant qu’on ne les interroge. En fait, leurs réponses sont souvent calquées sur celles des médias.

D’ailleurs, on est tentée de se demander s’il n’aurait pas fallu définir au préalable pour les sondés ce qu’on entend réellement par apartheid, car il n’est pas certain que les jeunes générations soient sensibles à la portée et aux connotations de ce mot-tueur.

Learn Hebrew online

Premièrement, il est facile de démontrer – et ce sera sans doute la énième fois que ce sera fait- qu’Israël n’est pas, n’a jamais été et ne sera jamais un État d’apartheid.

Deuxièmement, s’il existe des mesures discriminatoires, on peut affirmer sans risque d’erreur que c’est aussi le cas dans la plupart des pays occidentaux,  Pourtant, aucun de ces pays n’est accusé d’apartheid.

Mais arrêtons nous plutôt à ce que la Presse ne nous dit pas concernant l’apartheid israélien La Presse se garde bien de nous dévoiler certaines informations parce qu’elles ne se vendraient pas.

Loading...

Jamais on ne nous dira que, contrairement à leurs frères qui résident dans des pays arabes, les Arabes israéliens et ceux des territoires de Judée-Samarie  jouissent des mêmes droits que les citoyens israéliens, qu’ils y ont plus de droits qu’ils n’en auraient dans quelque État arabe que ce soit. Quel média vous citera un jour cet Arrêt de la Cour Suprême voulant que « L’égalité est une des valeurs fondamentales de l’Etat d’Israël. Chaque autorité en Israël et au premier chef l’Etat d’Israël, ses institutions et ses fonctionnaires doivent traiter également les individus dans l’Etat (…) Le devoir de l’Etat de traiter la population de façon égale vaut pour tous ses actes » ?

Pour ce qui est des droits de l’homme, ceux des Arabes vivant en Israël sont infiniment mieux respectés que ne l’étaient ceux des Juifs dans les pays arabes où se pratiquait une ségrégation religieuse. Si Israël traitait ses Arabes comme les Arabes traitaient les Juifs, s’ils avaient un statut de dhimmis, statut qui faisait des Juifs des citoyens de seconde zone, des êtres inférieurs face aux Musulmans, on ose à peine imaginer la réaction de la communauté internationale. Pourtant, jamais que je sache, la Gauche ne s’est penchée sur le traitement réservé aux juifs,  comme aux chrétiens d’ailleurs, dans ces pays-là.

Quant aux conditions de vie, les Arabes israéliens n’ont rien à envier à leurs frères musulmans qui résident dans les États arabes. Ce serait même le contraire. Mais les medias se gardent bien de parler des conditions de vie des Palestiniens dans les pays frères, car ils savent que seuls les Arabes d’Israël suscitent un mouvement de sympathie dans le monde. Et surtout, ils se gardent bien de dévoiler des vérités qui seraient tout à l’honneur des Juifs.

1. La santé : Un sondage de Bloomberg portant sur 145 nations a classé Israël au 6è rang (avant les Etats-Unis et le Canada) pour la qualité des soins qui y sont dispensés, ainsi que pour l’état de santé de la population. Non seulement des médecins juifs et arabes collaborent, mais tous les patients, quelles que soient leur religion, leurs convictions politiques  ou leurs ressources économiques,  sont soignés de la même manière. Qui plus est, l’accès aux soins médicaux est totalement libre et les patients ne déboursent rien lorsqu’ils reçoivent des soins, tout est assuré par le gouvernement. C’est sans doute ce qui explique pourquoi l’espérance de vie en Israël est une des plus longues au monde.

Mieux : ce n’est un secret pour personne que  les hôpitaux israéliens soignent, jusqu’à leur guérison complète, des patients venus de Gaza, donc des ennemis d’Israël, mais aussi des patients de  pays arabes qui n’entretiennent même pas de relations diplomatiques avec l’État juif. Tous y trouvent un personnel dévoué et des soins d’une qualité rare.

Pourtant les médias préfèrent ne pas parler des soins de santé prodigués aux Palestiniens dans les hôpitaux israéliens. On pourrait aussi se demander pourquoi les patients, une fois rétablis et de retour dans leur pays,  ne témoignent pas –à quelques exceptions près- devant les médias des soins qui leur ont été prodigués dans l’État juif.  Serait-ce parce que ce genre d’histoires ne se vendrait pas?  Ou bien est-ce parce qu’Israël doit passer aux yeux du monde pour un État d’apartheid ?

Est-ce là ce qu’on appelle l’apartheid ?

2. Économie Les Arabes israéliens vivent dans un État d’apartheid, nous dit-on.

Bel apartheid, en effet, quand on sait que les Arabes sont représentés dans tous les secteurs de l’économie : éducation, commerce, finances,  santé, justice, etc.

Qui plus est, l’État juif aide les Palestiniens financièrement. Mais c’est là encore le genre d’informations que les médias préfèrent taire car incompatibles avec l’apartheid. Personne n’a jamais entendu dire qu’ « en 2010, le cabinet israélien a lancé un plan d’investissement colossal de 800 millions de shekels sur 5 ans pour permettre aux Arabes israéliens de  construire des logements, de développer les transports, de mettre un terme à la violence »,  et surtout pour leur permettre de faire baisser le taux de chômage.

Certes, on nous objectera que 50% des Arabes israéliens vivent sous le seuil de la pauvreté mais, à titre de comparaison, ce taux s’établit à 60% chez les ultra-orthodoxes. Pourtant, plutôt que d’aider les juifs avec ce plan de relance, ce sont les citoyens musulmans que le gouvernement a choisi de privilégier.

Est-ce là ce qu’on appelle l’apartheid économique !

3. Politique   En ce qui concerne les droits politiques, les Arabes jouissent de l’égalité pleine et entière. Ils  ont leurs partis (non pas un parti, mais 3 !) ; ils votent pour élire leurs députés à la Knesset, des députés dont le comportement est farouchement hostile au gouvernement de l’État juif.

4. La presse La liberté de presse est absolue en Israël. D’ailleurs, le titre de l’article, à savoir « La majorité des Juifs favorables à un régime d’apartheid » est suffisamment révélateur de cette liberté. Et les Arabes israéliens, et les Juifs antisionistes, et tous les ennemis d’Israël,  en  jouissent au même titre que les Juifs. Peut-on citer un seul pays arabe où la presse est libre ?

5. L’indice du bonheur Un sondage Gallup, réalisé en 2011 dans 124 nations, révèle que les Israéliens sont parmi les citoyens les plus heureux du monde (7ème rang) !

Quant aux ados arabes israéliens que d’aucuns prétendent mal traités, comment expliquer alors qu’ils soient les troisièmes plus heureux au monde ? Les jeunes Arabes israéliens sont en réalité plus heureux que ne le sont les Juifs : 55 % pour les premiers contre 47 %.

Et ce n’est pas un quotidien israélien de droite qui lance ces chiffres, mais bien l’OMS, donc difficile de prétendre qu’ils ont été truqués.

Or, non contents de recevoir du gouvernement israélien des bourses très généreuses pour des études universitaires, les étudiants arabes musulmans organisent des manifestations au cours desquelles ils expriment ouvertement et sans aucune retenue leur haine de leurs compatriotes juifs et de l’État.

Si les Arabes israéliens ont le droit de participer à la vie politique, à la vie sociale                                                                                                              et à la vie économique et culturelle du pays dont ils sont citoyens, on en conclut nécessairement qu’il n’existe pas d’apartheid. Tous ceux qui sont de bonne foi vous le diront : il n’y a pas, et il n’y a jamais eu d’apartheid en Israël. C’est faire preuve de méconnaissance ou de mauvaise foi que de tenter un parallèle avec l’Afrique du Sud. Mais il est bien connu que, quand on veut noyer son chien, on dit qu’il a la rage.

De quoi se plaignent donc les Arabes ?

Car n’oublions pas que, pour que la calomnie fonctionne, il faut qu’elle soit vraisemblable. Il faut y mettre quelques brins de vérité à partir desquels le lecteur conclura que tout est vrai.

Alors, quelle est la part du vrai dans tous ces mensonges que l’on conte à propos des Arabes israéliens ?

1. La discrimination dans l’emploi  Selon le sondage, 59% des sondés souhaiteraient que les postes ministériels soient confiés à des Juifs. Certes, les Juifs jouissent de certains privilèges au niveau de l’emploi. Et il arrive sans doute que des employeurs à qualifications égales préfèrent attribuer le poste à un Juif plutôt qu’à un Arabe. C’est sans doute vrai aussi du côté des propriétaires de logements.

S’agit-il là d’un acte inhumain, d’un crime d’apartheid ? N’en est-il pas partout de même ? N’est-ce pas le cas dans les pays européens ? Quel pays démocratique peut se vanter de l’absence totale de discrimination dans l’emploi ? Ceux qui feignent de s’en offusquer quand il s’agit d’Israël ne traitent pas mieux leurs minorités culturelles.  La loi française contre le voile ne serait-elle pas une marque de discrimination ?

Qu’il faille combattre la discrimination dans l’emploi, nul ne le contestera. Mais y voir une preuve de l’apartheid israélien est inacceptable.  Aucun pays européen ne peut se permettre de donner des leçons à Israël.

2. Le niveau de vie  Bien sûr, on doit reconnaître que, sur le plan économique, le niveau de vie des Juifs – mais aussi celui des Arabes-chrétiens –  est supérieur à celui des Arabes-musulmans. En quoi Israël serait-il responsable ?

Est-ce la faute au gouvernement israélien si une forte proportion de citoyens arabes n’apportent pas leur contribution à la marche du pays ? Pis encore, s’ils vivent aux frais des contribuables juifs ? Falna Kirschenbaum, du Parti Israel Beitenou, a déclaré que « les Arabes constituent un fardeau financier pour l’État ».

Est-ce la faute au gouvernement israélien si les Arabes, en refusant de faire leur service national, perdent les avantages qui s’y rattachent ? Ils sont à l’heure actuelle moins de 3000 jeunes à faire volontairement leur service national au sein de l’armée israélienne.

Est-ce la faute au gouvernement israélien si les Arabes israéliens interdisent aux femmes musulmanes d’avoir accès aux études au même titre que les garçons, et donc au monde du travail ? C’est grâce au travail des femmes que Juifs et Arabes chrétiens ont un revenu familial supérieur à celui des familles musulmanes. D’ailleurs, selon un rapport du Programme des Nations Unies pour le développement « la discrimination envers les femmes dans le monde arabe est un frein majeur au développement économique et social. La place des femmes y est plus faible que dans toute autre partie du globe ».

Est-ce la faute au gouvernement israélien si le taux de natalité élevé dans les familles arabes explique aussi que beaucoup vivent sous le seuil de la pauvreté ?

D’ailleurs, les juifs orthodoxes connaissent les mêmes problèmes dans une proportion encore plus élevée : 60%.

Si certaines des revendications des Arabes peuvent être satisfaites, il en est une qui ne le sera jamais : c’est le droit au retour pour les millions de réfugiés.

En réalité, l’égalité des droits que  les Arabes israéliens réclament par la voix de leurs députés se résumerait à l’obtention du droit au retour pour ceux qu’on appelle « les réfugiés palestiniens ».

C’est vrai que la Loi du retour accorde systématiquement aux Juifs la citoyenneté israélienne et qu’elle la refuse aux non-Juifs, mais sans cette loi il y a longtemps qu’Israël en tant qu’État juif  aurait disparu de la carte du monde.

Même Finkelstein, qui est pourtant un défenseur ardent des Palestiniens, a fini par admettre que les exigences des Palestiniens sur la loi du retour équivaudraient à la « destruction d’Israël ».

Comme on le voit, il n’existe pas d’apartheid en Israël, quoi que puissent dire les ennemis des Juifs. D’ailleurs, si tel était le cas, les Palestiniens devraient, tous comme les Noirs d’Afrique du Sud, rêver de mettre fin à cet apartheid et de vivre dans leur pays s’il était créé.

Or, s’il fallait choisir entre un pays arabe, ou encore entre la Palestine nouvellement créée et Israël, combien parmi les Palestiniens d’Israël choisiraient l’État juif ?  Tous ou presque. Alors comment les antisionistes peuvent-ils nous expliquer pourquoi les Arabes se refusent à quitter un État qui, selon leurs dires,  bafoue leurs droits les plus élémentaires ?

À moins que les Palestiniens ne soient masochistes, n’avons-nous pas là la preuve que les Arabes israéliens qu’on présente comme les souffre-douleur des Juifs sont satisfaits de la vie qu’ils mènent dans l’État juif?

Par conséquent, ils n’ont aucune raison de se plaindre ; par conséquent il n’existe pas d’apartheid, sauf dans l’esprit des antisémites. Dans ce cas, qu’attendent les bien-pensants, pour corriger leurs dires et dévoiler la Vérité?

Ajoutons que ce refus d’aller vivre dans leur pays traduit une absence de sentiment national. Ils réclament à corps et à cris un pays mais, contrairement  à bien des Juifs qui ont tout quitté, parfois même des situations florissantes par idéal et par amour pour leur pays, les Arabes israéliens se refusent à quitter Israël pour travailler à construire leur État. Pourtant, c’est dans leur propre pays qu’est leur place et non au milieu de ceux qu’ils considèrent comme leurs ennemis.

Et que faut-il penser du nombre sans cesse croissant de Palestiniens qui demandent à être naturalisés israéliens, ce qui n’est pas sans inquiéter d’ailleurs l’Autorité palestinienne? Ne s’agit-il pas là d’une trahison à l’égard de leurs frères ?

Alors, est-ce là un État d’apartheid ?

apartheid en Israël

Conclusion : Peut-on honnêtement affirmer que les Israéliens sont anti-arabes à partir d’un sondage ? Et d’un sondage biaisé limité à 503 personnes !

Ne faudrait-il pas alors lancer les mêmes accusations contre les pays européens ? Selon un sondage Ifop de janvier 2011, 42% des Français considèrent l’Islam comme une menace. En conclut-on pour autant que les Français sont anti-arabes ? Ou encore que la France est un État d’apartheid ? Pourtant, le pourcentage est le même que celui du sondage Dialog.

Et que dire des Pays-Bas ou encore de la Grande-Bretagne où 47% des sondés voient la présence des musulmans comme une menace ?

Pourquoi l’État juif ne peut-il être un État comme les autres ? Pourquoi attend-on de lui qu’il soit plus royaliste que le roi ?

Si l’apartheid israélien existe, il faudrait alors parler de l’apartheid français, suisse, belge, etc. Et de l’apartheid arabe ! Un apartheid qui existe réellement et dont les Palestiniens souffrent infiniment plus qu’en Israël.

Maintenant, quand bien même les Juifs israéliens favoriseraient l’apartheid advenant l’annexion de la Judée- Samarie, faut-il leur jeter la pierre ?

Après tout, on semble oublier que les Arabes eux-mêmes ne s’identifient pas aux Israéliens, qu’ils se considèrent avant tout comme Palestiniens. Le seul point commun qu’ils ont avec les Juifs est la citoyenneté.  Attention ! Ils ne sont pas aux prises avec un problème de double identité : non, leur position est on ne peut plus claire : ils soutiennent les Palestiniens et, comme eux,  ils n’ont que haine pour le peuple juif.

Alors, si les Arabes partagent à l’égard de l’État juif les sentiments de leurs frères palestiniens, ils devraient choisir de dépendre de Mahmoud Abbas ou du Hamas et non d’un gouvernement juif.

Enfin, pourquoi l’État juif devrait-il offrir à ceux qui rêvent de l’éradiquer les mêmes avantages que ceux qu’il offre aux juifs ?  Et pourquoi serait-ce aux Juifs à tenter un rapprochement avec leurs ennemis ?

Dora Marrache

Radio-Shalom (Montréal) pour israel-flash et europe-israel

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec un lien vers la source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Contre la calomnie, une arme : la Vérité – 2ème partie- par Dora Marrache

    1. nessim

      il n’y a pas d’apartheid en Israel et certains journaux israéliens et arabes en mal de scoop tentent de démontrer que cette discrimination existe…
      Pour les arabes comme pour les juifs le religieux demeure dans la sphère du privé, le mezzin importune les non arabes avec l’appel à la prière sans que pour autant les juifs aient entendu,par tolérance, mettre un terme à ce réveil aussi insupportable qu’intrusif dans la sphère privée de l’autre, le bénéfice du sommeil étant un droit qui ne peut être interrompu pour pour nuire à l’épanouissement du non arabe…
      Apartheid économique il est plutôt pratiqué par les arabes qui passent leur temps à l’instaurer plutôt que s’inspirer de ce que font les juifs pour parvenir à s’émanciper économiquement.
      sur le plan sociétal le traitement de la femme arabe diffère de celui de la femme non arabe et dépend des traditions qui font partie de la sphère du privé…
      le traitement des prisonniers arabes dans les prisons israeliennes est tout ce qu’il y a deplus conforme à l’éthique de la nation juive le sort des assassins arabes est autrement plus respecté que ne le seraient celui de simples contrevenants juifs en pays arabes…
      alors après le massacre de 6 millions de juifs par une europe complice du crime des nazis on assiste encore non seulement à des velleités de cette europe de se comporter en coupables d’assassinat de juifs mais de réitérer les assassinats perpétrés…les juifs ont un état et la solution de la question juive a été réglée par la décision de la SDN/ONU d’accéder à la création de cet état et il est étonnant que l’europe coupable de crimes veuille à nouveau perpétrer le m^me en s’en prenant aux juifs pour tenter de les déposséder de l’abri pourtant voulu par une europe rongée de remords ineffacables…entre ahston fabius et sa complicité avec le monde arabe les juifs dont je fais partie attendent de pied ferme ceux qui auraient la volonté de renouveler leurs crimes génocidaires…c’est donc une invite à ceux qui s’y hasarderaient de prendre leurs responsabilités y compris de mourir comme l’a exprimé Sharon dans son discours d’octobre 2001…

    2. Redomier

      Tout le monde sait que le journal Haaretz est un journal proche de l’extrême gauche et n’hésite pas à tenter de disqualifier ses adversaires en les traitant de racistes , de fascistes, d’antisémites et de tout le bla bla éculé ,conventionnel et qui fonctionne sur des esprits faibles .

      Ainsi la gauche européenne , en particulier la française , héritière du stalinisme ,procède t elle .

      Les Arabo-musulmans ont une démographie telle qu’un jour ,ils seront un danger pour Israël d’autant qu’ils se disent en même temps Palestiniens ,avec une religion inadaptable au monde moderne

      Pourquoi dans l’Etat Juif ,il y aurait une moitié de la population (dans à peine 30 ans ) ennemie irréductible de l’autre moitié et vivant mêlée à elle ?

      C’est un non sens total , un abandon de l’idéal sioniste ,un danger mortel pour l’avenir

      Tout cela parce que quelques rêveurs baba cools , adeptes du narguilé et du joint ,qui ont raté leurs études ,qui se trompés sur le communisme comme ils se sont trompés sur Oslo ou sur tout ,veulent dans leur échec permanent ,entraîner celui d’Israël.

      Non , utopistes d’Haaretz et de Chalom Achchav , allez donc vivre auprès de vos frères palestiniens ,en Jordanie ou en Judée Samarie . Occupez vous donc de leur santé ou de leur éducation ,

      Bande de parasites

    3. Redomier

      Si les Israéliens veulent garder un Etat juif pour leurs descendants , il n’’y a pas d’autre solution que le transfert .
      Personne ne dit qu’il faudrait tirer ni brutaliser des populations, cela n’’est pas juif .

      Par contre , se débarrasser d’’ennemis qui collent à la peau , de gens enragés de haine , ces Arabo-musulmans israéliens , c’’est rejeter le suicide , le masochisme , ce que que les Juifs dans leur séculaire histoire , n’’ont cessé de faire .

      Bien sûr , il s’’agirait d’une EPREUVE mais il s’’agirait aussi d’’une épreuve bien moins grave que celle d’une guerre civile vers laquelle Israël COURT TOUT DROIT si les dirigeants laissent les choses qui ne resteront pas… en l’’état mais ÉVOLUERONT, là , dans un sens catastrophique étant donné la démographie musulmane

      Pour l’’instant , une partie essentielle de la Judée-Samarie est sous le contrôle de Tsahal . En deux jours , cela est réalisable :censure militaire ,pas de journalistes sur les lieux, ni étrangers ni israéliens ,qui rapporteraient les images pleurnichardes telles que savent en produire les ennemis palestiniens . On mobilise les autobus de Egged, civils donc , durant deux jours baptisés » journées de la paix et on transporterait calmement mais fermement les populations arabo -musulmanes israéliennes en Cisjordanie vers des zones choisies , occupées et canalisées par Tsahal en laissant un minimum alimentaire et médical avec force photos et films .

      Et Tsahal se retire de ce merdier de Cisjordanie à l’’ exception des colonies à l’’ ouest .

      L ‘O.N.U. votera des résolutions ,des manifestations ne manqueront pas de se produire dans le monde mais aucune opération militaire ne pourra s’’ensuivre , ne sera possible et Israël pourra argüer ,très fort du fait que des populations juives , elles aussi, ont été chassées de régions où elle se trouvaient depuis des temps immémoriaux avant bien sûr l’’arrivée des conquérants arabes.

      Certes une crise politique et diplomatique aura lieu puis avec le temps , tel un soufflet , les choses retomberont ,les frontières rendues hermétiques et pour la sécurité et pour la pureté d’’un Israël juif et sécurisé .

      En supposant que l’’épreuve sera dure ,il faudra évaluer les risques d’’une intervention de l’’O.N.U. qui ne me semble pas probable car elle n’’a pas eu lieu au Soudan , en Egypte où les Coptes sont martyrisés , en Irak ,en Syrie, au Nigéria où les Chrétiens à force d’’attentats et de persécutions au quotidien ,finalement décampent .

      Certes je ne prétends pas que les choses se passeront aussi schématiquement que je les entrevois mais 1°) Puisque l’’on va vers l’’affrontement autant que ce soit Israël ,comme en 67 ,qui prenne l’’initiative , qu’’il choisisse tous les éléments d’’un plan 2°)Qu’’on commence à préparer SERIEUSEMENT , CONCRETEMENT LE DEPART PACIFIQUE de ces populations 3°)Dès qu’’on aura la détermination , la volonté politique , alors de nouvelles idées tactiques et techniques , immanquablement, germeront .

      Bien sûr, les Bédouins , les Druzes et les Arabes -chrétiens qui ont fait la preuve de leur loyauté citoyenne , qui accomplissent sans problème , leurs obligations militaires , ne sont pas concernés par ce transfert .

      Ce faisant d’’ailleurs, Israël donnera la preuve et le gage , à la différence des Etats arabes actuels , qu’’il est capable de garder en son sein une minorité musulmane et une minorité arabe non musulmane et que se retirant de Judée Samarie, il laisse les Palestiniens créer leur propre Etat .
      Donc il y a de quoi faire pièce aux mensonges des ennemis .

      Aux autorités israéliennes , aux intellectuels , aux historiens , à tous les amis d’’Israël de faire leur travail d’élucidation et de protection : Israël ne doit pas étouffer sous le poids de la démographie musulmane et les Juifs de ce pays n’ont aucune raison d’aller vers ’une guerre civile inévitable , sanglante et où rien précisément n’aura avancé .

    4. BENTATA ROGER DAVID

      Excellent article de Dora Marrache! Mais qui l’entend? Alors que Gidhon Lévy est largement publié.
      Dora a raison: dire la vérité! Mais pourquoi les gouvernements de droite ne la disent pas?
      Pour confirmer les propos de Dora, je signalerai le fait suivant passé inaperçu: La Ligue Arabe a engagé officiellement les Musulmans à aller voter aux dernières élections. (pourquoi la Ligue Arabe? c’est-elle qui dirige la guerre contre Israël depuis sa naissance et non Arafat ou Abbou Mazen). Elle espérait que suivant les proportions les Arabes israèliens permettraient de faire entrer à la Knesset environ 24 députés des partis Arabes anti israéliens; or elle a échoué! 11 comme avant.
      Conclusion: plus de 50% des Arabes israéliens ne veulent pas entendre parler des partis arabes malgré la propagande anti israélienne à laquelle ils sont soumis.
      Alors l’apartheid? C’est une méfiance envers celui qui est peut-être un ennemi et non une apartheid. Comment faire la différence entre ceux qui nous acceptent et ceux qui se posent en ennemis de l’Etat juif?
      Encore le gouvernement qui recule devant son devoir: à savoir séparer le bon du mauvais (c’est possible!) et à ce dernier le privé au moins du droit de vote à la Knesset.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *