toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Tweets antisémites : Twitter obligé d’aider à identifier les auteurs


Tweets antisémites : Twitter obligé d’aider à identifier les auteurs

 

Le Tribunal de grande instance de Paris a ordonné, ce jeudi, à Twitter, de communiquer les données permettant d’identifier les auteurs de tweets racistes ou antisémites.

Après la diffusion, en octobre dernier, de tweets reprenant les mots-clés #unbonjuif et #unjuifmort, l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) avait assigné en référé le réseau social américain. Les tweets en question avaient été retirés mais la plateforme avait à nouveau fait parler d’elle avec les hashtags #unbonnoir et #sijetaisnazi, ces derniers mois.

À l’audience du 8 janvier, l’avocate de la société, Me Alexandra Neri, avait affirmé que les données étant « collectées et conservées aux Etats-Unis », un tel jugement français devrait être ratifié par un juge américain.

« Avancée décisive »

« Il s’agit d’une excellente décision […] qui proscrira à l’avenir, nous l’espérons, le sentiment d’impunité qui fait le lit de toutes les dérives », a dit Me Stéphane Lilti, avocat des associations, à la presse. « Nous allons pouvoir poursuivre les auteurs qui étaient à l’origine de ce record de messages de haine sur Twitter », s’est félicité le président de l’UEJF Jonathan Hayoun. Pour la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), cette décision « crée une avancée décisive dans le combat contre les infractions racistes, antisémites et homophobes sur Internet ».

Astreinte de 1 000 €

Twitter n’a pas immédiatement réagi. « Nous étudions la décision », a dit un porte-parole. La compagnie a désormais 15 jours, après signification de l’ordonnance, pour exécuter la demande du juge, faute de quoi elle sera soumise au paiement d’une astreinte de 1 000 euros par jour.

La justice française a également accédé à la demande des associations de mettre en place un dispositif de signalement des tweets litigieux, dans le but de poursuivre les auteurs. Le réseau social dispose d’un filtre de censure par pays depuis un an mais ne contrôle pas a priori le contenu posté par les internautes.

 

source : Ouest France







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Tweets antisémites : Twitter obligé d’aider à identifier les auteurs

    1. kravi

      Si jamais il y a procès, vous verrez que ces raclures antisémites plaideront la plaisanterie. Peut-être même iront-ils jusqu’à dire, pour échapper à la justice, qu’elle était d’un goût douteux.
      Malheureusement, ni la mauvaise foi ni le mauvais goût ne sont passibles de peines de prison.
      Les cons ne sont pas les seuls à pouvoir tout se permettre : les ordures aussi.

    2. ad

      “Benjamin Netanyahu a reçu du Qatar 3 millions de dollars pour sa campagne électorale. De même, pour son allié Israël Beitenou, présidé par Avigdor Lieberman, qui a reçu 2,5 millions de dollars”. C’est ce que l’ancienne ministre sioniste des Affaires étrangères, Tzipi Livni, a révélé à une chaîne de télévision israélienne.

      Selon la responsable du parti Kadima certains hauts responsables “commettent une grave erreur, car nous apparaissons dans le monde comme des voleurs de grand chemin”.

      Pour elle, “le Qatar est un pays ami et je suis personnellement très amie avec madame Moza, mais il s’agit de notre Etat et de notre démocratie qu’il ne faut pas discréditer dans le monde”. Néanmoins les révélations de Tzipi Livni n’ont pas été largement reprises par la presse israéliennes hormis quelques titres de la presse écrite qui les ont évoquée

    3. yacotito

      @ad
      avez vous quelque preuve de ce que vous avancez ?
      dans le cas contraire répéter un calomnie s’apparente à un faux témoignage et je vous rappelle que cela nous est formellement interdit chez nous, les juifs.

      A moins que vous ne soyez de l’autre bord, auquel cas la calomnie vous a sans doute été chaudement recommandée par vos ministres de culte ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap