toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Hezbollahphilie : La France sans vergogne s’apprête à libérer le terroriste Georges Ibrahim Abdallah


Hezbollahphilie : La France sans vergogne s’apprête à libérer le terroriste Georges Ibrahim Abdallah

Le Libanais emprisonné depuis vingt-huit ans peut retrouver la liberté si le ministère de l’Intérieur l’expulse vers son pays.

La huitième demande a finalement été la bonne. Incarcéré depuis vingt-huit ans pour complicité lors de l’assassinat de deux diplomates, Georges Ibrahim Abdallah (1) pourra sortir de prison à condition d’être expulsé du territoire français. Ainsi en a décidé jeudi la chambre d’application des peines de Paris, qui examinait l’affaire en appel. Mais, avant qu’il puisse regagner le Liban »Palestine » , le ministère de l’Intérieur doit impérativement prendre cet arrêté d’expulsion d’ici au 14 janvier.

Sans ce préalable, l’ancien chef des « Fractions armées révolutionnaires libanaises », âgé de 61 ans, ne pourra quitter la prison de Lannemezan. Interrogé, le ministère de l’Intérieur n’a pas répondu à notre demande de clarification de sa position. Les juges d’appel ont confirmé la décision rendue le 21 novembre 2012 par le tribunal d’application des peines de Paris, qui avait répondu positivement à la demande de libération d’Abdallah en la conditionnant à son expulsion.

Engagé auprès du « Front populaire pour la libération de la « Palestine » (2) », Abdallah avait été arrêté le 24 octobre 1984 et condamné à perpétuité en 1987 pour complicité dans les assassinats à Paris de deux diplomates, l’Américain Charles Robert Ray et l’Israélien Yacov Barsimantov (3). Libérable depuis 1999, il avait déjà obtenu une libération conditionnelle en 2003, mais celle-ci avait été finalement refusée par la juridiction d’appel en janvier 2004.

Un geste envers le Hezbollah

Nul doute que la décision de la justice française va mécontenter les États-Unis et leur allié israélien. D’autant que, du fond de sa geôle, Abdallah n’a jamais vraiment renoncé à la lutte armée contre Israël. Ce qui avait motivé l’appel du parquet contre la décision de libération, estimant que «tout risque de récidive» ne pouvait être exclu.

Ces dernières années, sa demande de libération avait été récupérée par le Hezbollah chiite pro-iranien (4). Ses partisans manifestaient régulièrement devant l’ambassade de France à Beyrouth et le journal al-Akhbar avait fait de la libération de cet ancien (?) communiste passé à la lutte anti-israélienne un de ses chevaux de bataille. Face aux refus successifs de la justice française, certains menaçaient même d’enlever des Français pour arracher sa remise en liberté.

Si le ministère de l’Intérieur accepte de l’expulser, son retour à Beyrouth devrait être célébré par ceux qui n’ont cessé de le soutenir, à moins qu’un accord tacite ait été conclu entre Paris et le Hezbollah pour clore silencieusement ce chapitre. Lors de sa dernière visite en France, en novembre, le premier ministre libanais, Najib Mikati, avait réclamé à François Hollande sa remise en liberté pour « raisons humanitaires » (sic !).

Même si elle intervient au terme d’une très longue peine de prison, son expulsion ne manquerait pas d’être interprétée comme un nouveau message d’apaisement au Hezbollah, au moment où Paris refuse de s’associer à la demande de certains pays européens de replacer le « Parti de Dieu » sur la liste des organisations terroristes, comme le réclame Israël. Alors que la crise sy­rienne l’oppose au Hezbollah, la France chercherait également à calmer ceux qui pourraient s’en prendre aux soldats français déployés avec les Nations unies dans le fief du Hezbollah, dans le sud du Liban. Cette crainte est particulièrement vive au ministère de la Défense.

Enfin, la France montre qu’elle adopte une « position équilibrée » dans ses relations avec les différentes factions libanaises. Depuis quelques semaines, Paris accueille en effet très discrètement cheikh Malek al-Chaar, un imam sunnite anti-syrien de Tripoli, qui craint pour sa sécurité.

Source : Non-dits, Paru dans Le Figaro, le 11 Janvier 2013, par Georges Malbrunot

Note EI :

(1)  Georges Ibrahim Abdallah pour qui sont mobilisés depuis des années des comités de soutien de gauche et d’extrême gauche. Il a pour avocat celui qui se nomme ainsi « Le salaud lumineux »,  Jacques Vergès, spécialiste des causes perdues et défenseur entre autres de Tarek Aziz, ministre de Saddam Hussein ; Klaus Barbie, ancien chef de la section IV (Gestapo) surnommé « le boucher de Lyon » ; Djamila Bouhired (Algérienne condamnée à mort pour terrorisme), qu’il épousa par la suite ; le terroriste Carlos ; les membres « d’Action directe » ; de Roger Garaudy, ancien communiste passé à l’islam et négationniste notoire ; Khieu Samphân l’un des trois dirigeants khmers rouges jugé jugés pour leurs crimes, etc.

Notons encore et surtout, qu’en février dernier, le Premier ministre libanais Najib Mikati en visite à Paris demandait aux autorités françaises la libération de ce compatriote qualifié de « prisonnier politique ». Le 21 novembre, le Tribunal d’application des peines répond positivement à une nouvelle demande de mise en liberté. Le parquet, cette fois encore, fait appel. Réaction de l’intéressé : « Neuf années après Perben, Madame Taubira, Garde des sceaux, laisse peu de place pour la nuance quand il s’agit des prétentions de l’Oncle Sam ».

(2)  Le même « Front populaire pour la libération de la Palestine » imprégné de marxisme que d’islamisme, au nom duquel Salah Hamouri avait tenté d’assassiner le Grand rabbin d’Israël Ovadia Yossef, leader spirituel du parti religieux Shass et ancien Grand Rabbin d’Israël. C’est cet acte qui valut à cet apprenti terroriste d’être nommé « citoyen d’honneur » par toute le ban et l’arrière-ban de la gauche et l’extrême gauche antisioniste-antisémite en France.

(3)  Mais aussi, en 1984, à Rome, de l’amiral américain Leamon Hunt. Egalement sympathisant des mouvements radicaux violents comme Action directe en France et les Brigades rouges en Italie » (Yves Bonnet).

(4)  Et nazislamiste !

Moralité : Soyez de gauche, ou d’extrême gauche, assassinez ou tentez d’assassiner des Juifs de préférence (ou des américains), habillez cela au nom de la « cause antisioniste », et non seulement vous serez graciés, mais encore encensés comme des « héros révolutionnaires  » !





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Hezbollahphilie : La France sans vergogne s’apprête à libérer le terroriste Georges Ibrahim Abdallah

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap