toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Mythes, mensonges et réalités sur la Palestine par Jean-Marc MOSKOWICZ


Mythes, mensonges et réalités sur la Palestine par Jean-Marc MOSKOWICZ

A l’heure où l’ONU dans un vote inique reconnait implicitement un « État Palestinien » fantôme et fantoche, cet article daté de 2010 remet clairement les choses en place sur la réalité du « grand mensonge » d’un peuple qui n’a été créé que pour détruire Israël mais dont l’existence n’est qu’une invention de pure propagande.

Aujourd’hui, ces populations arabes qu’on appelle « palestinien » sont une réalité avec laquelle Israël doit coexister mais pour autant ces Arabes n’ont aucune légitimité sur la terre de Judée-Samarie et encore moins sur Jérusalem. A-t-on déjà vu dans l’histoire de l’humanité les vainqueurs de conflits donner leur propre terre à des groupes de réfugiés hétéroclites  ?

Depuis la Guerre des Six Jours de 1967 pendant laquelle Israël infligea une défaite cuisante aux armées Arabes qui s’étaient coalisées pour détruire ce jeune pays, les populations arabes déplacées se sont réfugiées en Jordanie, au Sud Liban, en Syrie et en Cisjordanie.

Puis vint la Guerre du Kippour, nouvelle attaque d’Israël par ses voisins aux fins de détruire Israël et rejeter les « Juifs à la Mer ». Cette guerre fut meurtrière mais Israël en sortit à nouveau vainqueur infligeant une nouvelle défaite aux pays arabes belligérants.
Constatant ainsi l’échec de cette politique de guerres contre Israël qui semblait de plus en plus invincible, certains intellectuels arabes dont Yasser Arafat, jeune Egyptien qui n’avait jamais réellement vécu en Palestine, commencèrent à penser à une autre forme de lutte armée contre Israël. Leur seul but n’était pas de créer un état Palestinien mais de rejeter les Juifs à la Mer car ils ne supportaient pas la création d’un État Juif depuis 1948.

De cette nouvelle forme de guerre contre Israël sont nés plusieurs mythes palestiniens qui, à force d’être mille fois rabâchés, ont fini par devenir une sorte de « vérité ».

Israël n’a jusque là rien fait pour dénoncer ces mythes, trop préoccupé par la défense du territoire pour comprendre que la guerre s’était déplacée sur le terrain de la communication et de la désinformation.

Les « Palestiniens » eux l’ont compris depuis longtemps. D’ailleurs, il est temps de leur redonner leur vraie appellation : les Arabes !

En effet, sans refaire toute l’histoire de cette région il est important de rappeler que les populations arabes vivant en Palestine, en dehors de quelques tribus bédouines, ne sont arrivées en masse qu’après que les Juifs aient commencé à rendre prospère ce pays, environ après la seconde Alyah.

Les Juifs avaient relancé une économie, créé des emplois agricoles et industriels et ce pays dont tout le monde se moquait éperdument commençait à revivre ce qui attira les populations arabes en quête de revenus.

Le propos de cet article n’est pas de réécrire toute l’histoire du Peuple Juif et d’Israël mais de rétablir certaines vérités en démontrant que la « vérité palestinienne » n’est basée que sur des mensonges et des mythes créés de toutes pièces pour servir leur cause dans le seul but de détruire Israël.

——————————

Le premier de ces mythes est celui de la présence palestinienne sur ces terres depuis toujours :

Pour combattre ce mythe d’une présence majoritairement arabe en Palestine il existe quelques documents très peu connus d’observateurs « neutres » qui permettent d’établir une présence majoritairement juive en ces terres depuis très longtemps :

1/ Un ouvrage historique capital sur cette question, écrit au XVIIe  siècle, apporte un nouvel éclairage de la plus haute importance.

« Voyage en Palestine »‘, est le titre d’une œuvre écrite en 1695, par Hadrian Reland (ou Relandi), cartographe, géographe, philologue et professeur de philosophie hollandais. Le sous-titre de l’ouvrage, rédigé en latin, s’intitule: « Monumentis Veteribus Illustrata », édité en 1714 aux Éditions Brodelet.  L’auteur de cet ouvrage, l’un des premiers orientalistes, connaissait les langues hébraïque, arabe et grecque (ancien).

En 1695, Relandi (ou Reland) est envoyé en voyage d’études en Israël, en Palestine d’alors, pour un objectif bien spécifique: recenser plus de 2500 lieux (villes et villages) apparaissant dans le texte du Tanah (Bible) ou de la Michna, dans leur appellation originelle. A chaque fois, Reland y mentionne le nom hébraïque tel qu’il apparaît dans le texte et le verset exact auquel il se réfère. Reland y fait également figurer son équivalent en latin-romain ou grec ancien.

Outre ce remarquable travail linguistique, l’auteur opère surtout un recensement de l’époque, pour chaque localité visitée: d’abord une considération d’ordre général spécifiant que la terre d’Israël d’alors est pratiquement déserte, très peu peuplée.

La majorité de ses habitants se concentre alors dans les villes de Jérusalem, Acco (Acre), Tsfat (Safed), Yafo (Jaffa), Tveria (Tibériade) et Aza (Gaza). Surtout, le constat établi par le géographe conclut à une présence dominante de Juifs sur cette terre, quelques chrétiens et très peu de musulmans, dont la plupart étaient des Bédouins.

"Palestina"

« Palestina » voyage en Palestine par Hadrian Reland

Quelques remarques extraites de cette passionnante étude :

  • Aucune localité d’alors ne propose de nom ou de source arabe;
  • La grande majorité de ces villes ou villages possède un nom hébreu, quelques-uns en Grec ou LatinRomain;
  • Pratiquement aucune ville qui possède aujourd’hui un nom en arabe n’en possédait à l’époque: ni Haïfa, ni Yafo, ni Naplouse (Shehem), Gaza ou Djénine;
  • Aucune trace dans les recherches de Reland de sources historiques ou philologiques établies aux noms arabes, plus tardifs, de Ramallah. Al Halil (Hébron) ou Al Qods (Jérusalem);
  • En 1696, Ramallah s’appelle « Beteïlé » (du nom hébreu « Bet El »), Hévron s’appelle … Hévron et Méarnt Hamahpéla (Caveau des Patriarches) : AI Halil, du nom donné à Avraham Avinou en arabe;
  • La plupart des villes étaient composées de Juifs, à l’exception de Naplouse (Shehem) qui comptait 120 personnes issues d’une même famille musulmane, les « Natashe », ainsi que 70 Samaritains;
  • A Nazareth, en Galilée, une ville entièrement chrétienne: 700 chrétiens;
  • A Jérusalem, plus de 5000 habitants, dont la plus grande majorité est juive, et quelques chrétiens;
  • Retand n’évoque que quelques familles bédouines musulmanes isolées, composées d’ouvriers temporaires saisonniers, dans les domaines de l’agriculture ou de la construction;
  • A Gaza, près de 550 personnes, 50% de Juifs et 50% de Chrétiens. Les Juifs étaient essentiellement spécialisés dans l’agriculture: la vigne, les olives et le blé (Goush Katif), les Chrétiens s’occupant davantage de commerce et transport des différents produits de la région;
  • Tibériade et Safed étaient des localités juives et on sait surtout que la pêche du Lac de Tibériade constituait le principal emploi de l’époque;
  • Une ville comme Oum El Fahem par exemple était complètement chrétienne:10 familles

L’une des conclusions qui découle de ces recherches est la contradiction définitive et rédhibitoire apportée aux arguments arabes, à savoir l’affirmation d’une légitimité palestinienne ou même d’un « peuple palestinien ». On en veut pour preuve le fait même qu’un nom latin, celui de « Palestine » ait été repris à son compte par le camp arabe…

2/ Un second document un peu oublié est la fameuse « Proclamation à la nation juive au Quartier général de Jérusalem – 20 avril 1799 » de Napoléon Bonaparte.

Il est important de rappeler que sans l’échec devant Acre, Napoléon, par cette proclamation imprimée et datée le 20 avril 1799, aurait créé l’État d’Israël. Les Juifs n’auraient pas eu à attendre 150 ans de plus avant de retrouver un état indépendant.

Ce texte confirme la présence majoritaire des Juifs en cette Terre de « Palestine » :

«Israélites, nation unique que les conquêtes et la tyrannie ont pu, pendant des milliers d’années, priver de leur terre ancestrale, mais ni de leur nom, ni de leur existence nationale !
Les observateurs attentifs et impartiaux du destin des nations, même s’ils n’ont pas les dons prophétiques d’Israël et de Joël, se sont rendus compte de la justesse des prédictions des grands prophètes qui, à la veille de la destruction de Sion, ont prédit que les enfants du Seigneur reviendraient dans leur patrie avec des chansons et dans la joie et que la tristesse et que les soupirs s’enfuiraient à jamais. (Isaïe 35.10)

Debout dans la joie, les exilés ! Cette guerre sans exemple dans toute l’histoire, a été engagée pour sa propre défense par une nation, de qui les terres héréditaires étaient considérées par ses ennemis comme une proie offerte à dépecer. Maintenant cette nation se venge de deux mille ans d’ignominie. Bien que l’époque et les circonstances semblent peu favorables à l’affirmation ou même à l’expression de vos demandes, cette guerre vous offre aujourd’hui, contrairement à toute attente, le patrimoine israélien.

La Providence m’a envoyé ici avec une jeune armée, guidée par la justice et accompagnée par la victoire. Mon quartier général est à Jérusalem et dans quelques jours je serais à Damas, dont la proximité n’est plus à craindre pour la ville de David. Héritiers légitimes de la Palestine !
La Grande Nation qui ne trafique pas les hommes et les pays selon la façon de ceux qui ont vendu vos ancêtres à tous les peuples (Joël 4.6) ne vous appelle pas à conquérir votre patrimoine. Non, elle vous demande de prendre seulement ce qu’elle a déjà conquis avec son appui et son autorisation de rester maître de cette terre et de la garder malgré tous les adversaires.
Levez-vous ! Montrez que toute la puissance de vos oppresseurs n’a pu anéantir le courage des descendants de ces héros qui auraient fait honneur à Sparte et à Rome (Macchabée 12.15). Montrez que deux mille ans d’esclavage n’ont pas réussi à étouffer ce courage.
Hâtez vous! C’est le moment qui ne reviendra peut-être pas d’ici mille ans, de réclamer la restauration de vos droits civils, de votre place parmi les peuples du monde. Vous avez le droit à une existence politique en tant que nation parmi les autres nations. Vous avez le droit d’adorer librement le Seigneur selon votre religion. (Joël 4.20) »

http://www.ere-napoleonienne.com/2007/01/15/proclamation-a-la-nation-juive-au-quartier-general-de-jerusalem/

Napoléon Bonaparte

Napoléon Bonaparte

——–

Autre mythe « Palestinien » : « Israël a été créé par l’Europe pour sa culpabilité dans l’Holocauste.
Pourquoi les Palestiniens devraient ils en payer le prix ? »

L’un des ouvrages de référence pour combattre ce mythe est bien sûr la Bible. Les Écritures Saintes Hébraïques et Chrétiennes ne font que rapporter la présence juive en ces Terres.

Trois mille ans avant l’Holocauste, avant qu’il n’y ait un Empire romain, les rois et prophètes d’Israël  marchaient dans les rues de Jérusalem. Le monde entier sait qu’Isaïe n’a pas annoncé ses prophéties du Portugal, ni que Jérémie eut ses lamentations en France.

Carte Israel Biblique

Carte Israel Biblique

Jérusalem est mentionné 600 fois dans les Écritures Saintes Hébraïques mais pas une seule fois dans le Coran !

Pendant son exil de 2000 ans, il y a toujours eu une présence juive en Terre Sainte comme on l’a vu plus haut.

La « renaissance moderne » d’Israël a débuté dans les années 1800 avec les premiers pionniers qui décidèrent d’exploiter cette terre devenue rocailleuse et désertique depuis trop longtemps, depuis la destruction du dernier Temple de Jérusalem. Ainsi vit le jour petit à petit le « Projet sioniste » de redonner au Peuple Juif un foyer National en Israël.

Cette terre était largement à majorité juive bien avant l’arrivée du Nazisme et donc de l’Holocauste.
Après l’Holocauste, près de 200,000 survivants de la Shoah ont trouvé refuge dans l’État Juif, créé par un vote des deux-tiers de l’ONU en 1947.

Peu après la naissance du jeune état, près de 1 million de Juifs ont dû fuir les persécutions des pays arabes pour trouver refuge en Israël. Quelques décennies plus tard, Israël absorba un million d’immigrants de l’ex-Union soviétique et des milliers de Juifs éthiopiens.

La création d’Israël est surtout due à la pugnacité des Sionistes de vouloir absolument créer un Foyer National Juif.

La meilleure preuve en est que dès 1917 Lord Balfour faisait sa « fameuse déclaration » promettant ainsi au Peuple Juif la création d’un Foyer National Juif.

Cette déclaration Balfour fut confirmée par un vote de la Société des Nations en 1922 attribuant environ 23 % de l’ensemble de la Palestine sous mandat Britannique. Les autres 77% étaient attribués aux populations arabes amputant ainsi déjà le territoire promis aux Juifs.

Jusqu’à la création de l’État d’Israël, le Monde arabe se moquait éperdument de cette terre. Jusqu’à ce que les Juifs refleurissent cette terre, y créent des emplois, de l’industrie, les Arabes n’avaient aucune envie de s’y installer.

On connaît la suite, Israël fut créé en 1948 mais les Arabes refusèrent de créer leur propre état. Preuve encore une fois qu’ils n’avaient aucun sentiment d’appartenir à un peuple et encore moins à une « nation ».

Plan de Partage lors du vote de la Société des Nations en 1922

Plan de Partage lors du vote de la Société des Nations en 1922

——–

Autre mythe, celui des « Lieux Saints de l’Islam » :

Comme il est indiqué plus haut si la Thora mentionne bien 600 fois Jérusalem, il n’existe aucune mention de Jérusalem ni même de cette terre dans le Coran.

Ce mythe a été créé de toute pièce à partir d’une sourate qui parle d’une mosquée lointaine et oubliée sans la nommer. Il s’agit de la sourate « Al Isra » qui traite de la corruption prophétisée par les Enfants d’Israël. Elle est nommée aussi Sourate des Israélites ( Béni Israël) qui sont mentionnés au verset 4 et dont leur histoire est détaillée au cours de la Sourate pour « que les mécréants de Quraysh tirent une leçon de leur fin pitoyable ainsi que des autres communautés qui ont nié la vérité de la prophétie des messagers envoyés par Dieu ».

Le premier verset de la Sourate : ‘‘Gloire à Celui qui fit voyager de nuit Son Serviteur de la Mosquée sacrée à la Mosquée la plus éloignée dont nous avons béni les alentours »

« La mosquée la plus éloignée » n’est en rien une référence à Jérusalem contrairement à ce qu’affirment les musulmans bien en mal de démontrer qu’une mosquée aurait existé à Jérusalem qui était totalement juive et chrétienne à l’époque.

Rappelons qu’en dehors des Juifs à l’époque où fut rédigé le Coran, Jérusalem était également peuplée de chrétiens. Ce n’est que bien plus tard que Jérusalem fut conquise par les armées musulmanes qui furent chassées par les Croisés.

Les historiens de l’art affirment que durant la période chrétienne, le lieu fut laissé à l’abandon, sans doute pour marquer le triomphe du christianisme sur l’ancienne religion.
Selon eux, ce n’est qu’avec l’arrivée de l’islam que l’Esplanade des mosquées est à nouveau utilisée pour des édifices religieux. Ce fait est confirmé par l’étude d’Andreas Kaplony sur les sources historiques, qui indiquent que l’Esplanade du Temple, sous les Byzantins, avait été négligée et qu’il s’agissait d’un lieu de non-architecture, où la nature avait repris ses droits.
Toujours selon cette étude, il semble que les Juifs de la ville aient tenté, sous Julien l’Apostat (règne de 361 – 363) puis lors de l’occupation sassanide de la ville (614 – 628) d’y reconstruire un temple, en vain. Certains guides touristiques affirment, suivant une opinion récurrente dans les ouvrages du XIXe siècle, qu’une église avait été établie à cet emplacement en 530 par l’empereur Justinien.

Des historiens de l’islam ont suggéré que la « mosquée Al-Aqsa » mentionnée dans le Coran n’était pas celle de Jérusalem, thèse que l’on retrouve dans l’article de Ahmed Mohammed Arafa, chroniqueur de l’hebdomadaire égyptien Al-Qahira (5 août 2003).

L’auteur y soutient que la sourate, dite « Du voyage nocturne », ne fait pas référence au voyage miraculeux de la Mecque à Jérusalem, mais à l’émigration de Mahomet (Hégire) de la Mecque à Médine. Celui-ci s’était bien tourné pour prier vers Aelia (Jérusalem), ville de culture juive, mais Jérusalem n’avait pas encore été conquise par les musulmans.

Il se serait alors détourné de cette direction pour la prière (qibla) pour s’orienter de Médine vers la mosquée, « la plus lointaine » (Al Aqsâ) soit celle d’Al Haram à la Mecque. Le changement de la direction de la qibla de Jérusalem vers la Mecque par Mahomet est en effet bien attesté dans les hadiths, mais rien a priori ne le met en relation avec le masjid al-Haram mentionné dans le Coran ; rien non plus n’indique que celui-ci est bien Jérusalem, cette tradition apparaissant dans les sources au VIIIe siècle seulement.

Ce serait à des fins politiques que bien plus tard le calife Abd El-Malik fit construire une nouvelle mosquée à Jérusalem comme nouveau lieu de pèlerinage, dans le but de détourner le peuple des pèlerins de La Mecque alors dominée par son rival le Ibn Al-Zubayr Marwan. Cette idée d’un détournement de pèlerinage, soutenue par des sources abbasides du IXe siècle hostiles à la dynastie omeyyade.

Il n’existe donc aucune preuve d’un lien quelconque entre l’islam et Jérusalem ou la Terre Sainte.

Quant au Tombeau de Rachel et celui des Patriarches du Peuple Juif le monument en question porte depuis des temps immémoriaux le nom de « tombeau de Rachel ».

Les Juifs ne sont pas les seuls à l’appeler ainsi : dans l’histoire les musulmans ne l’ont jamais appelé autrement, jamais… jusqu’en 1996 où pour la première fois, est apparu le terme, sans justification historique, religieuse ou culturelle, de « mosquée de Bilal bin Rabah ».

Le tombeau de Rachel a été attribué en exclusivité aux Juifs par le pacha de Jérusalem en 1615. Il a fait l’objet d’un achat par le dirigeant juif anglais Moses Montefiore en 1841 aux autorités turques. C’est le même Moses Montefiore, qui par respect a construit un mihrab attenant au bâtiment. Le tombeau de Rachel est un lieu célèbre de pèlerinage pour les Juifs. Il ne représente rien de particulier pour les autres religions.

——–

Voici  les principaux mythes ou mensonges fondateurs qui ont permis aux Arabes d’affirmer l’existence d’un « Peuple palestinien » à qui les Juifs auraient volé leur terre…

Il serait trop long de rappeler que cette Terre fut rachetée mètre carré par mètre carré par les pionniers, payée parfois à prix d’or à des Arabes qui prétendent aujourd’hui être des « réfugiés » spoliés de leur terre…

D’autres Mythes-mensonges plus récents ont vu le jour depuis et je vous renvoie à l’article «le Top 10 des mensonges anti-Israel 2010 » du Centre Simon Wiesenthal :

http://www.europe-israel.org/2010/09/10/le-top-10-des-mensonges-anti-israel-2010-par-le-simon-wiesenthal-center/

L’un des mensonges les plus meurtriers qui fut le prétexte pour déclencher la Seconde Intifada fut l’Affaire du jeune Al-Dura prétendument assassiné par des balles israéliennes devant la caméra d’un « reporter » de France 2. Mais ce grand mensonge vous le connaissez sûrement.

Il est grand temps de combattre ces mythes et mensonges. Grand temps aussi de renommer les choses telles qu’elles doivent être.

Débarrassons-nous définitivement des vocables mensongers tels que :

« Peuple palestinien » = Peuple arabe
« Colonies israéliennes » = territoires conquis par Israël qui étaient annexés précédemment par la Jordanie et non par les « Palestiniens »
« Palestiniens » = Arabes issus de l’immigration et souvent originaires des pays voisins.

Nous écrirons bientôt un lexique complet des termes inventés par la « cause palestinienne »

Jean-Marc MOSKOWICZ pour Europe-Israel.org – novembre 2010





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 23 thoughts on “Mythes, mensonges et réalités sur la Palestine par Jean-Marc MOSKOWICZ

    1. Nico

      TOut ceci est très bien, mais il faut faire attention aux cartes, car dans celle que vous montrez sur le mandat de 1922, vous y intégrez le plateau du Golan dans le mandat britannique, alors qu’il était sous le mandat français et donc hors du champs de proposition pour un foyer national juif.

    2. Michel Zloto

      Félicitations pour ce bref, mais indispensable rappel de quelques vérités trop longtemps occultées, remplacées par des mensonges qui nous sont assénés à longueur de journée par une presse oublieuse de ses propres reportages de l’époque, et qui est maintenant le relais obséquieux d’une propagande mensongère benoîtement avalée par une opinion publique bien peu curieuse de comprendre notre monde d’aujourd’hui.

    3. Ron Rajtberger

      Va sérieusement falloir la notion de critique historique, la vérification des sources entre autres.
      Ceci dit, l’article mène à quoi? à démontrer à trois ou quatre millions d’individus qu’ils n’existent pas à l’endroit où ils vivent depuis des siècles?
      Je connais assez bien cet argument: il est celui de quelques adversaires du droit des juifs sur le territoire de la Palestine du mandat britanique.

    4. regis

      Enfin la vérité sur les origines de ce conflit ! Israël est le seul état démocratique au Moyen-Orient qui permet aux arabes vivant dans le pays d’élire ses propres députés. Même l’Europe soit disant démocrate et progressiste ne donne pas le droit de votes aux immigrés ou aux minorités. Un bel exemple de démocratie dont ferait bien de s’inspirer beaucoup de pays. Merci pour cet article !

    5. Europe-Israel.org Post author

      Cet article comme il est indiqué vise à rétablir la vérité tout d’abord. Ensuite quand le Monde et les Arabes admettrons la légitimité d’Israël et des Juifs (remise en cause tous les jours un peu partout) alors il sera temps de parler de ces populations Arabes et de trouver une solution permettant une vraie paix.
      Aujourd’hui c’est impossible dès lors où la seule préoccupation des « Palestiniens » est et reste depuis 62 ans la destruction d’Israël

    6. Bernice Dubois

      Article excellent et qui répond à une réelle nécessité. Il faudrait l’envoyer à tous nos médias et aux femmes et hommes politiques dont la plupart ignorent totalement les fondements historiques du sujet.
      Félicitations.

    7. MisterClairvoyant

      Si on parle des cartes pour le « Foyer National Juif » conférence de Nations de San Rémo, puis celle de 1922 (traité de Sèvres) la Carte plus haut est encore Bonne. C’est par le traité de Lausanne qui l’Angleterre que donna le Golan a la France en échange des puits du pétrole en Irak. Puis a l’indépendance de la Syrie et du Liban1946, le Golan les échoua à la Syrie.
      Donc sont la Syrie a eu le Golan (21 ans). Alors, il faut relativiser sur son appartenance, car Israël gouverne le Golan depuis 45 ans, et la population qui vie actuellement au Golan, est à majorité Juive.

    8. MisterClairvoyant

      *C’est un très bon article, avec des données historique anciennes y récentes

      Si on parle des cartes pour le « Foyer National Juif » conférence de Nations de San Rémo, puis celle de 1922 (traité de Sèvres) la Carte de plus haut est encore Bonne. C’est par le traité de Lausanne de 1923 qui l’Angleterre donna le Golan a la France en échange des puits du pétrole en Irak. Puis a l’indépendance de la Syrie et du Liban 1946, le Golan les échoua à la Syrie.
      Donc la Syrie a eu le Golan (21 ans). Alors, il faut relativiser sur son appartenance, car Israël gouverne le Golan depuis 45 ans, et la population qui vie actuellement au Golan, est à majorité Juive.

    9. Mendel

      Tout ce qui est écrit est vrai peut être mais les conclusions me semblent fausses et sont elle aussi orientées avec un a priori et un axiome de base.
      Le conflit ne serait fondé que parce qu il y a haine du juif.

      1-Il est important de constater que lorsque la Palestine a été choisie comme foyer juif,et non l Argentine ou l Ouganda, tous les sionistes savaient d avance que ce projet allait nécessiter de construire un mur de plomb de la terre au ciel.Et certains mouvements juifs se sont opposés a ce choix a cause précisément du nationalisme arabe naissant ou de la vision des arabes quant a la présence de non musulmans sur une terre musulmane.Et ces mouvements ne pouvaient être taxes d antisémites.
      JABOTINSKI l a déclaré et tous l ont déclaré.

      Donc le conflit ne vient pas a l origine d une haine contre nous mais de notre choix délibéré d édifier un état dans une région ou une présence non musulmane est un sacrilège .Nous avons choisi en pleine connaissance de cause et nous le payons.
      Ne renversons pas les responsabilités…on ne peut accuser une voiture de nous écraser quand on traverse délibérément au feu rouge et que la voiture arrive.
      C est important de voir les faits tels qu ils sont et non tels que nous sommes.

      -2-Prouver que de larges bandes de la Palestine étaient inhabitées ne permet pas de rejeter les arguments arabes ou palestiniens.

      En effet,les USA,l Australie,L Amérique du Sud etc étaient largement inoccupées par des populations(indiens ou aborigènes) qui s entretuaient
      MAIS POUR AUTANT ces populations se sont regroupées pour faire face aux migrants car dans leur vision ce territoire ne pouvait appartenir aux migrants.
      En cela les arabes et les palestiniens sont dans le rôle historique de toutes les populations du monde entier qui n ont JAMAIS vu d un bon œil l arrivée de millions de migrants et les indigènes ont toujours essayé de les massacrer.
      Il n existe aucune exception.
      Par contre leur cruauté ne cesse de m étonner.

      -3-Si il est vrai que la revendication palestinienne s est fait uniquement contre Israël et que sans notre présence il n y aurait jamais eu d état palestinien
      DE MEME l état d Israël ne s est construit qu a cause de l antisémitisme Sans les pogroms de Russie il n y aurait jamais eu de projet juif d état.
      EN SOMME se construire contre quelque chose ne permet pas en soi d invalider les projets.

      Observons aussi que un million d israélien vivent hors d Israël,beaucoup en Allemagne ce qui fragilise aussi notre projet du point de vue théorique. Il est difficile de justifier notre venue et les bouleversements que nous avons créés sur cette terre quand tant de citoyens ne s identifient plus tellement au projet ou le font pour leurs vacances ou leur seule retraite.

      4-je crois que le problème n est pas la et que tous les nationalismes et toutes les pensées rendent aveugles et bêtes des lors qu elles sont érigées en idéologie.

      Pour preuve,nul ne pourra contester qu en Judée Samarie il y a eu des palestiniens qui y vivaient avant 1967 et donc avant que des implantations n y soient faites.
      Pendant 30 ans nous avons argumenté que la Cisjordanie nécessitait une présence de colons a seule fin de sécurité et tel était l argument de l état et des habitants

      OR DEPUIS, les personnes qui y habitent, au moins leurs leaders, et particulièrement les habitants francophones affirment que la terre est juive et que les palestiniens cisjordaniens y sont seulement invités et tolérés …
      On n a pas mis longtemps a penser comme les nationalistes polonais vis a vis des juifs pour qui un juif même présent depuis 100 ans n est pas un vrai polonais.

      EN SOMME ces personnes ont exactement le même discours que les palestiniens.
      Bien que présent depuis peu longtemps, les 2eme et 3eme générations dénaturent l histoire,s approprient l endroit et nient les droits des autres….comme le font les palestiniens a notre égard.
      Nous ne sommes pas si différents d eux ,cruauté mise a part.

      Si le projet sioniste connait des difficultés cela vient du fait selon moi que:

      a-nous n avons pas exterminé les populations locales et en cela nous sommes des gens biens et nous avons eu raison

      b-nous n avons pas submergé les populations locales de migrants.
      le projet sioniste n a pas été suivi par le peuple juif;une minorité est montée et seulement sous la contrainte des expulsions arabes et de l antisémitisme.En cela il y a responsabilité de tous les juifs.Et jusqu a ce jour dans les écoles juives de France comme harédi, Le Raincy, les écoles Loubavitch etc le projet d un état juif est vécu comme un projet négatif.Nous le payons.

      c-Les dirigeants religieux se sont abstenus et refuse de drainer le peuple vers ce projet.
      Même les plus influents comme le Rabbi de Loubavitch ,et D sait si il a clamé son attachement a un grand Israël,ne l a fait qu en paroles et n a jamais envoyé un seul hassid dans les territoires ni voulu organisé une alyah de masse en Judée Samarie qui aurait rendu caduque tout projet palestinien .Il s est contenté de paroles.

      Israel paie le prix de toutes nos petites et grands lâchetés.Les miennes aussi

    10. SAUTIERE André

      Un petit bonus pour cet article:
      Zair Muhswe’in, membre du comité exécutif de l’OLP déclarait en 1977 :
      « Le peuple palestinien n’existe pas. La création d’un état palestinien n’est qu’un moyen de continuer notre lutte contre l’état d’Israël et pour l’unité arabe. En réalité, aujourd’hui, il n’y a pas de différence entre les Jordaniens, les Palestiniens, les Syriens, et les Libanais. Nous ne parlons d’un peuple palestinien que pour des raisons de tactique politique, puisque les intérêts arabes nationaux exigent qu’on propose un « peuple palestinien » distinct pour s’opposer au sionisme ». (James Dorsey, Wij zijn alleen Palestijn om politieke reden, Trouw, 31 March 1977)

    11. Europe-Israel.org Post author

      Quelques remarques:

      1/ votre analyse est fausse, la majeure partie des villes de l’ouest étaient peuplées essentiellement de juifs, idem en Judée Samarie ! Les arabes n’étaient pas « dérangés » par la présence turque puis anglaise, mais ne peuvent supporter l’idée d’une nation juive ! Dire que la Palestine mandataire était une terre d’islam est faux, le monde Arabe se moquait totalement de la « Palestine ».

      2/ la présence arabe s’est accrue en Palestine mandataire après les différentes Alya qui ont permis de créer de l’emploi car avant il y avait très peu d’arabe et cette terre n’attirait personne

      4/ concernant la Judée Samarie, c’est de tout temps le berceau du judaïsme et la présence juive y fût permanente comme à Jérusalem. La seule période où les arabes l’ont occupés fût de 1948 à 1967 pendant l’annexion et l’occupation Jordanienne, cela crée-t-il un droit à ces arabes occupants ? La Jordanie ayant renoncé à son annexion, les populations arabes qui ont colonisés la Judée Samarie y ont perdu tout droit au profit d’Israël.
      Dès lors leur accordé un Etat en Judée Samarie ne peut se faire que par la négociation et avec la volonté d’Israël

    12. Abram

      La dernière décision inique du 29 novembre 2012 par laquelle l’assemblée générale de l’ONU accorde un statut « d’Etat non membre de la Palestine », est un acte de piraterie juridique internationale. Car depuis quand, une population sans territoires sûrs et reconnus, sans traités de paix écrits cosignés par un comité de nations de grande puissance est-elle devenue un « Etat » ?. La définition juridique d’un tel nomen existe et se définit autrement que ce que l’assemblée générale vient d’adopter. C’est donc un scandale sans précédent et un coup de pied au nez au droit international ? Les Roms de Marseille peuvent-ils revendiquer un Etat ?
      Au delà de cette supercherie, il convient de se pencher sur le succés de cette opération de propagande palestinienne et arabe qui réussit à mystifier et à distordre l’histoire de ce conflit israélo-arabe. Yasser Arafat est né au Caire et durant toute sa vie, il s’est battu pour la cause palestinienne. Une forte tranche de la population palestinienne a des liens fratricides avec des égyptiens, des jordaniens et des syriens. C’est de ces pays qu’ont convergé vers Israël. Les travailleurs « palestiniens ».Les premiers établissements de kibboutzs, mochavims et nouvelles villes Israéliennes réclamaient de la main d’oeuvre du voisinage. Je ne vais pas retracer l’histoire du conflit israélo-arabe. Mais j’insiste pour dire que ce sont les pays arabes qui son responsables de la problématique qu’ils ont créée. Les terres arabes sont 648 fois plus grandes que celle d’Israël. La capacité d’absorption de leurs « frères palestiniens » est énorme. D’ailleurs un certain nombre d’arabes de diverses origines se sont établies au Qatar, en Arabie Saoudite, au Liban, en Syrie, etc. Ces pays disposant de ressources de pétrole et donc d’argent considérables. Que leurs eurent coûté d’absorber encore plus de « palestiniens » au regard de leur superficie territoriale ?. L’Allemagne a bien absorbé quelques millions de Sudètes indésirables en ex Tchécoslovaquie ! Avant 1948, ni la Jordanie ni l’Egypte ne se sont souciés de leur installer un « Etat », ne se sont souciés d’absorber cette population ? En fait, le vrai but des pays arabes, c’est de ne jamais accepter, l’existence d’un « Etat juif » sur cette parcelle de territoire du Proche-Orient. But souligné dans la déclaration de Khartoum, dite « des trois non ».
      Aujourd’hui, la « Deux ex machina » de la propagande arabe, soutenue par l’axe Euro-arabe, dénoncé intelligemment par Bat Yéor, a bouleversé la donne. Le résultat et un pas inquiétant vers la dé légitimité d’Israël. Ca, c’est grave !

      Que peut faire Israël dans cette situation ?
      Nous pensons qu’Israël doit poursuivre et accélérer la construction en Judée-Samarie. C’est un besoin vital pour loger ses citoyens et une consolidation de ses frontières. Il dispose maintenant d’une bonne armée pour s’affirmer.
      Il faut renverser la vapeur de la propagande palestinienne. Ce n’est pas trop tard. Il faut revenir aux racines historiques de la Terre sainte. Des fouilles archéologiques, des textes anciens, des textes d’auteurs anciens et modernes, penser aux volontés exprimées par Napoléon Bonaparte par ex. Au livre du XVIe siècle récemment lu, etc. Il faut brandir ces preuves à la face des nations. Organiser des expositions internationales partout ou c’est possible. Il faut battre à plate couture la propagande palestinienne, sa langue, ses coutumes, sa culture, tout le fatras mensonger et fabriqué de toute pièce.
      Que les pays occidents soient devenus amnésiques, il faut réveiller énergiquement leur mémoire les ramener aux vraies sources. S’ils font les sourds, tant pis. Israël ira de l’avant et le plus vite qu’il peut, gagner du temps toujours du temps, faire le dos rond et qu’ils viennent s’expliquer juridiquement. Il ne faut rien céder sur l’Histoire réelle de cette région du globe et se battre pour démonter tout l’échafaudage faux et mensonger construit depuis lors par les palestiniens. Aujourd’hui, Israël en a les moyens. Rien à craindre d’Obama et de la clique des pays occidentaux traitres. « Les siècles passent, le peuple juif demeure ». Chateaubriand 1811.

    13. cerise

      OUI OUI OUI Abram « Il faut renverser la vapeur de la propagande palestinienne » URGENTISSIME !!!

      Cette dernière décennie, les arabes ont avancé globalement sur tous les fronts présentés comme « culturels » …
      Puis cette été le Centre culturel Suisse (en plein Marais…) a accueilli la Palestine « avec sa soiréé spéciale « Jéricho cité universelle …12.000 ans de construction et de création.. »

    14. Metanoya

      Bravo pour cet excellent article, à compléter par le livre : »Comment le peuple palestinien fut inventé  » de Daniel Horowitz et Guy Millère, (Ed. David Reinharc), mais aussi celui de Mosab Hassan Youssef : »Le Prince Vert » (Ed. Denoël) où comment un fils d’un co-fondateur du Hamas est devenu agent secret pour la FBI israelien, suite à la confrontation de la cruauté, de la corruption et de l’hypocrisie des dirigeants de son propre peuple.
      Son point de vue de l’intérieur de l’OLP, de l’Autorité Palestinienne et du Hamas est très intéressant.

      Il faudrait aussi que les média israeliens cessent d’appeler la Judée-Samarie « les colonies » !!! Je l’entends souvent sur les ondes radiophoniques juives où les journalistes parlent de « colonies », cela me fâche sérieusement.
      Il faudrait au contraire dénoncer cette appellation impropre et incorrecte, parler plutôt de « territoires disputées ou contestées » comme c’est le cas.

      Je suis chrétienne-sionniste et quand l’occasion se présente, j’essaie d’expliquer à mes amis chrétiens qui veulent bien m’entendre la complexité et la vérité sur cette petite bande de terre qui provoque tant de polémiques, de guerres, apporte tant de divisions et versé tant de sang innocent.
      Car malheureusement, beaucoup de chrétiens ont été enseigné par la « théorie du remplacement », doctrine erronée et non biblique et de ce fait, croient que l’Eglise chrétienne a remplacé Israël, par conséquence, ne prennent pas au sérieux les prophéties bibliques concernant le retour du peuple juif sur cette terre ! Comme l’annonçait des siècles auparavant le prophète Jérémie (Jér.31:10 « Celui qui a dispersé Israël le rassemblera… ») et il y en a bien d’autres. Mais quand on rejette la vérité, on finit par croire aux mensonges, on préfère croire aux mythes dont celui du « peuple Palestinien » !

      La Bible l’a bien annoncé :
      « En effet, un temps viendra où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine (la vérité). Au contraire, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule d’enseignants conformes à leurs propres désirs. Ils détourneront l’oreille de la vérité et se tourneront vers les fables (les mythes) »
      2e Timothée 4:3-4
      Mais, heureusement, « nous n’avons pas de puissance contre la vérité, nous n’en avons que pour la vérité »
      2e Corinthiens 13:8

      Ha Sameach HANOUKA à tous !

    15. Serge Belley

      Il ne faut jamais perdre de vue que les occidentaux feraient n’importe quoi pour se procurer du pétrole, alors accepter les mensonges arabes ne constituent pas un problème pour eux. Les européens et les français en particulier et probablement les anglais aussi, sont responsables tous les deux de tout ce qui se passe au Moyen-Orient aujourd’hui et qui plus est vise a délégitimer l’état d’Israël. Il y a des batteries de gens payés pour faire ce boulot et l’argent ne manque pas, des propagandistes professionnels bien formés. L’argent coule a flot pour Gaza et Ramallah.
      et le PÉTROLE, elle est là la clef pour les occidentaux, ils ont tellement soif de ce liquide qu’ils vendraient leur mère pour s’en procurer.

    16. MisterClairvoyant

      C’est bien d’exposer son point de vue, mais pas de distordre l’histoire réelle pour imaginer une histoire autre sans racines. Car la Racines du peuple d’Israël son là et pas ailleurs, et celle des arabes en Arabie. Alors comment peut-ont dire pareilles bêtises, que créer l’état d’Israël dans la Palestine Mandataire fut une erreur! Les racines du peule juif sont là, pas en Australie, en Argentine, le Brésil ni en Sibérie comme la tentative des Russes.
      Si créer un état juif dans la Palestine Mandataire posait des inconvénients, où est-ce qu’il n’aurais pas posé aucun problème, pour commencer ou à terme? Nulle-part pouvait convenir à tous les juifs, alors éparpillés dans presque tous les pays du monde. Si leur état était crée ailleurs qu’en Palestine, (alors très peu peuplée, et politiquement non organisée comme un pays, ni même pas comme une région autonome. Comme les Initiateurs d’un état juif, comme Sir Montefiore et tous les autres, pouvaient-ils anticiper il y a 150 ans avant : la Shoah, les guerres d’Israël avec les pays arabes ou le décision de l’ONU de novembre 2012 ? et de vouloir créer un état arabe, là où la Société des Nations à la Conférence de San Remo en 1920 avait accordait au Foyer Juif des frontières qui incluaient tout l’Israël actuel, plus la Judée-Samarie, le Golan, Gaza, la Transjordanie et jusqu’au fleuve Litani au Liban.
      Dans une vision global le juifs sionistes (nationalistes) doivent voir leur Grand Israël à la baise, mais les palestiniens aussi, car autrement il y a recouvrement entre les 2 pays et de là les conflits que aucun Camp des 3, ne saura régler par trop d’exigences et d’ultimatums; (ni la ONU, ni les palestiniens, ni les israéliens). Et ‘est de là qui vient tout le danger !. Quoi qu’ils dissent les Arabes, les juifs sionistes, les juifs opposants et politiciens du monde entier qui sont contre un état d’Israël réaliste et en sécurité. Israël se trouve là ou il l’a voulu l’histoire de son passé, plus que tel ou tel juif éclairé, plus que Napoléon ne l’a voulu En 1799, mais il est là par la volonté d’une majorité de juifs qui ont prié D.ieu en disant « l’an prochain a Jérusalem ». Mais jamais ils ont prié « l’an prochain en Argentine, en Australie, au Brésil, ni en Sibérie ». Point

    17. Quedemensonges

      Non seulement l’ONU, ce « machin », a reconnu un Etat fantôme mais WIKIPEDIA fait mieux! Etonnez-vous en lisant ceci:

      Afghanistan • Arabie saoudite • Arménie1 • Azerbaïdjan1 • Bahreïn • Chypre1 • Égypte2 • Émirats arabes unis • Géorgie1 • Iran • Irak • Israël • Jordanie • Koweït • Liban • Oman • Etat de Palestine • Qatar • Syrie • Turquie1 • Yémen2

      IL FAUT LE FAIRE!

    18. Jacques

      Excellent article récapitulatif, dont j’espère qu’il a été envoyé à toutes les rédactions de France et de Navarre, qui en ont terriblement besoin.

      Quand on voit ce qui s’écrit par certains internautes dans les commentaires sous les articles relatifs à Israël… où l’ignorance crasse le dispute à l’étroitesse d’esprit et à la méchanceté gratuite (antisémite qui ne s’assume pas)… quand on voit les mensonges ‘göbbelesques’ qui sont assénés, provocations dignes des nazis… on voit de qui ces gens sont les héritiers.
      Avec des journalistes informés (on peut rêver), de telles horreurs seraient interdites de publication.

    19. MisterClairvoyant

      «Analyse, d’un Songe et Voyage Nocturne sur une bien étrange Monture».
      * Le premier verset de la Sourate : ‘‘Gloire à Celui qui fit voyager de nuit Son Serviteur de la Mosquée sacrée à la Mosquée la plus éloignée dont nous avons béni les alentours»
      Est-ce des musulmans avaient béni les alentours du Mont du Temple de Jérusalem sans nommer la la ville de Jérusalem? Non, donc, il sous-entend une ville connu arabes de sa «cour rapprochée» qui sans la nommer savaient de quelle ville il parlait.
      Il ne peut s’agir d’une quelconque mosquée de Jérusalem, qui n’existait même pas en rêve. Elle est sûrement celle de Médine, car à ce moment le « prophète » Mahomet se trouvait à la Mecque, soit à plusieurs semaines de chameau de la ville de Médine. Les distances étant grandes vu les moyens pour se déplacer de l’époque, (et les tribus en révolte et les pillards) et que le prophète n’étais pas en bon termes avec médina. Car il a dû s’enfuir de la Mecque à Médine, et quand il conquis la Mecque, il n’était plus en bons termes avec Médine, ni les trois tribus juives de la ville, etc. Toutes les batailles (78 au total) pour soumettre de force l’Arabie et beaucoup de juifs à sa religion, fit d’aller de massacre en massacre. C’est ainsi que béatifier un tel personnage, c’est un cas unique dans l’histoire des religions.
      Sans préciser la ville. Son SONGE et voyage on peut l’interpréter fallacieusement, qu’il a pu le réaliser depuis mosquée de Paris, plus éloignée de la Mecque encore et non construite de son vivant comme la mosquée de Jérusalem.
      Mais c’est cela qu’il y a sur l’histoire, des gagnants et des perdants, de manière injuste, auxquels s’adressent des livres saints, par des écrivains dhimmis ou soudoyés. Car on sait que le Coran fut écrit par un rabbin ou juif ou converti de force à l’islam, donc il ne nomme pas Jérusalem, car il savait très bien, qu’il y avait pas de mosquée construite à Jérusalem.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *