toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Gaza n’est pas une ville « palestinienne » par le professeur Franklin


Gaza n’est pas une ville « palestinienne » par le professeur Franklin

Détruire les mythes du Proche-Orient (Chapitre 2)

La semaine dernière, nous avons montré que, au 17e siècle, la majorité des habitants de « Palestine » (terme romain utilisé pour désigner la terre d’Israël) étaient des juifs, avec une forte minorité de chrétiens, et qu’il n’y avait que peu de musulmans sur cette terre à cette époque. (1)

Cette semaine, nous allons étudier un lieu précis de cette région : Gaza.

Ce que dit la propagande des médias et des chancelleries

Selon la propagande des journalistes et diplomates occidentaux, Gaza est une ville « palestinienne » et musulmane. Jamais, au grand jamais, la présence de juifs dans cette ville n’est évoquée. Comme s’il fallait effacer toute mémoire des juifs dans cette ville, à la façon des nazis tentant d’effacer toute présence et toute mémoire juives en Europe de l’Est, pendant la Deuxième Guerre Mondiale.

Cette propagande des journalistes et diplomates occidentaux n’est que la fidèle reprise des mensonges négationnistes et antisémites diffusés par les groupes terroristes musulmans que sont le Hamas, le Jihad Islamique, le FPLP, le Fatah, l’OLP, etc.

En réalité, au cours des siècles, Gaza a été habitée et occupée par une dizaine de peuples différents, dont le peuple juif.

Gaza dans l’antiquité

De 140 à 36 avant J.-C., la dynastie juive des Hasmonéens règne sur la Judée. (2)

En 96 avant J.-C., après un long siège, le roi hasmonéen Alexandre Jannée (103-76) s’empare de Gaza et incorpore son territoire au royaume juif. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’invasion romaine de Pompée, en 63 avant J.-C., met fin à cette domination juive sur Gaza. (3)

Gaza pendant l’occupation byzantine

Pendant l’occupation romaine et byzantine (2e au 7e siècle après J.-C.), Gaza est habitée en majorité par des chrétiens. (4)

Learn Hebrew online

Une forte minorité juive y vit, y travaille, et y fréquente ses synagogues.

L’une de ces synagogues de Gaza est découverte en 1965, par des archéologues égyptiens (qui tentent dans un premier temps de la faire passer pour une église). Elle se trouvait en plein centre de la ville antique de Gaza (aujourd’hui, dans le quartier de Rimal).

Dans l’aile sud de cette synagogue, un pavement en mosaïque, représentant, entre autre, David jouant de la harpe, est dégagé. Peu après, des vandales musulmans arrachent la partie de mosaïque contenant le visage de David, afin de supprimer cette preuve de présence juive à Gaza. Heureusement, en 1967, lors de la Guerre des Six-Jours, Israël capture Gaza : ce fragment de mosaïque est restauré, et depuis exposé dans le musée d’Israël, à Jérusalem. (5)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Selon une inscription, cette mosaïque a été réalisée en 508-509 après J.-C. ; en 634 après J.-C., les Arabes musulmans prennent Gaza, détruisent les églises et les synagogues, et assassinent plus de 4000 chrétiens et juifs. (6)

Gaza au dix-septième siècle

Pendant l’occupation musulmane (Arabes de 634 à 1277 ; Mamelouks de 1277 à 1516 ; Ottomans de 1516 à 1917), des juifs et des chrétiens se ré-installent peu à peu à Gaza. Considérés par les musulmans comme des dhimmis, ils y vivent (comme dans tous les territoires contrôlés par des musulmans) comme des sous-humains, pouvant être à n’importe quel moment insultés, battus, volés, torturés, assassinés.

Pendant cette période, des rabbins officient à Gaza.

Le plus célèbre des rabbins de Gaza est Israël Ben-Moses Najara (1555-1625), poète, commentateur de la Bible, kabbaliste, et prêcheur. Dans ses poèmes, écrits en araméen et en hébreu, il s’inspire de chants et de mètres grecs, espagnols, italiens, turcs et arabes. (7)

Son fils, Moses Najara II, lui succède en tant que rabbin de Gaza. (8)

Gaza de 1967 à 2005

En 1948, l’Égypte envahit illégalement la bande de Gaza, et en chasse tous les juifs.

En 1967, lors de la Guerre des Six-Jours, Israël prend le contrôle de Gaza, après un acte de guerre de l’Égypte (blocus du détroit de Tiran). De 1967 à 2005, des juifs peuvent à nouveau vivre dans la bande de Gaza. En 2005, suite à la décision unilatérale d’Ariel Sharon, Israël démantèle les villes juives de la bande de Gaza. Dans un déferlement de violence, les musulmans détruisent les synagogues de ces villes. (9)

Gaza n’est pas une ville « palestinienne »

En résumé :

– à diverses époques, couvrant plusieurs siècles, des juifs vécurent à Gaza.

– il y eut des synagogues et des rabbins à Gaza.

– aujourd’hui s’est mis en place un véritable négationnisme, avec la complicité des médias occidentaux, qui vise à ne jamais mentionner cette présence juive à Gaza, et à faire croire que cette ville est une ville « palestinienne », jamais « souillée » par la présence de juifs.

La volonté musulmane d’éradiquer toute présence non-musulmane

Ce comportement est caractéristique de la volonté musulmane de détruire tout ce qui n’est pas musulman : hommes, œuvres, histoire.

Les musulmans ont réussi, dans leur volonté suprémaciste, à rendre Gaza totalement « judenrein », pour reprendre la terminologie nazie. (10)

Ils sont sur le point d’éradiquer totalement toute présence chrétienne dans cette ville, qui fut pendant plusieurs siècles un important centre chrétien. (11)

La bande de Gaza est à présent une dictature musulmane, soumise à la barbarie du Hamas, dont la charte appelle, en son article 7, au génocide mondial des juifs. (12)

Nous sommes tous visés par la haine musulmane

De nombreux immigrés musulmans, que nos gouvernements successifs ont imprudemment laissé entrer en France, commencent à falsifier notre Histoire (en prétendant mensongèrement que les musulmans ont sauvé la France en 1945, ou qu’ils l’ont reconstruite après guerre, par exemple), comme ils le font à Gaza et au Proche-Orient.

Un nombre important de ces immigrés musulmans ne cachent pas que leur but ultime est de détruire nos démocraties occidentales, afin de les remplacer par un califat (dictature) musulman.

L’Occident doit réagir, avant qu’il ne soit trop tard.

La suite dans un prochain numéro

Dans un numéro suivant, nous examinerons comment les arabo-musulmans qui vivent en Israël se sont installés sur cette terre à partir de la deuxième moitié du 19e siècle, et surtout pendant la première moitié du 20e siècle.

Professeur Franklin

Source: RispoteLaique
Il n’y a pas de peuple « palestinien »





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Gaza n’est pas une ville « palestinienne » par le professeur Franklin

    1. jankel

      C’est à Mme Clinton et Mr Obama et tous les chefs d’Etats que vous devez faire connaître ce que NOUS (JE) connaissons depuis longtemps et que MÊME les Gouvernements ISRAELIENS n’ont JAMAIS dit ni défendu devant les instances internationales…Jamais. En tout cas…cela m’a complètement échappé!
      Je ne me sens plus concerné par la bêtise pleutre des gouvernants d’Israël, gauche et droite confondues depuis 60 ans et a fortiori par ceux de la Diaspora qui sont comme ces deux juifs d’Ukraine importunés par deux Moujiks ivres et d’autant plus antisémites, à la tombée de la nuit devant la Taverne de la bourgadender, et qui se disent:
      « Fuyons… ils sont deux et nous sommes seuls… »

    2. Abram

      La version historique de Gaza du Pr Franklin mérite un large écho en Israël et partout dans le monde. Je pense pour ma part que le moment est venu, hélas tardivement, de diffuser en termes de rappels historiques, les convulsions passées et présentes de cette région du monde. Il faut taper incessamment sur le clou de l’Histoire et dérouiller le cortex hermétique des médias et des gouvernements occidentaux. L’Histoire vraie est là et elle crève les yeux. Pour les récalcitrants, montrer des copies d’objets qui dorment dans les vitrines des musées d’Israël, et ils sont nombreux, puis les distribuer aux portes des institutions internationales autour de tentes offrant des collations et prospectus explicatifs. La propagande arabe doit être étouffée et dénoncée pour ses mensonges et ses fabrications soutenus en Europe par des subsides à des mairies et groupes d’influence dans les médias. Elle doit être prouvée par des textes probants rédigés par des historiens hors pair. Les palestiniens ont senti la connivence de l’Europe en suppliant le Qatar d’aller arroser généreusement tous les pouvoirs européens à sa portée et notamment la traitre France gauchiste et irresponsable, ignorante de son juste avenir. Une campagne de sensibilisation à l’échelle mondiale, mais principalement en Amérique et en Europe avec pour but de placer les gens devant les réalités historiques cachées et biaisées jusqu’à aujourd’hui doit être largement orchestrée. Le gouvernement israélien doit mettre sur pied un office capable de piloter ce mouvement en offrant une nouvelle vision de cette partie du monde conforme à la vérité. Le laisser faire comme il a été constaté antérieurement est coupable. Les guerres conventionnelles ne persuadent plus la masse des gens qui gobent automatiquement tout ce que la télévision leur débite. La télévision comme les autres médias sont des marionnettes dont les ficelles sont commandées par l’argent arabe. La jeunesse et les hommes bien pensants européens abhorrent l’uniforme militaire et le déploiement d’armées envahissantes, déformation mentale formatée par la gauche, héritage de la propagande soviétique précédente.
      S’appuyant sur les revenus immenses tirés du pétrole, les pays arabes ne pouvant pas parvenir à gagner la guerre sur le terrain ont réussi à gagner la guerre psychologique via les médias occidentaux et surtout dans l’enceinte de l’ONU. C’est ahurissant et diabolique. Le mensonge actuel doit être combattu, même si comme dit Léon Blum, le « tribunal intérieur » de chacun y remède. L’histoire doit restée à l’avantage du peuple juif selon la formule de Chateaubrilland 1811. « Les siècles passent, le peuple juif demeure »

    3. Claude Germain V

      N’oubliez surtout pas la très forte immigration Turque organisée vers les mêmes dates ou légèrement supérieure pour occuper ces terres …. qui n’avaient que de noms de substitution Palestine …. Car pour les occupants de ces périodes là , il fallait bien trouver un nom au moins pour indiquer le lieu .En attente du retours de son appellation d’origine ce fut Palestine , comme cela aurait pu s’appeler Petite-Egypte ou autre.
      A titre d’exemple notre pays de son vrai nom historique FRANCE ( ISRAËL )s’appelle depuis quelques temps Francarabia ( Palestine ) et dans quelques temps lors de l’élimination des traitres polilopettes qui nous ont vendu et de la Reconquista nous récupérerons le VRAI NOM de NOTRE PAYS:la FRANCE ( ISRAËL ) .
      Comme vous le voyez nos deux histoires se suivent , avec des hauts et des bas , des périodes ou des temps différents , mais TOUJOURS en parallèle.
      Bizarre l’Histoire quand même ….pour cela , nous nous appelons : civilisation judéo-chrétienne .

    4. MisterClervoyant

      Clairvoyant, sans haine, mais avec beaucoup d’amertume
      On doit prendre conscience que nos démocraties et nos libertés commencent à être submergées et détruites par l’islam de la charria et ses complices, qui n’arrête de progresser dans le monde. Cet islam qui a volé des millions de kilomètres carrés aux chrétiens dans la pourtour de la Méditerranée, dans l’actualité il envahit l’Occident, et veut délégitimer notre culture judéo-chrétienne en Europe et de tout l’Occident.
      A Gaza il a eu un nettoyage ethnique, car habité depuis des siècles par une majorité juive et chrétienne et seulement une petite minorité musulmane, (depuis l’annexion de l’Égypte en 1948 à nos jours, c’est 99% de musulmans, pour 1% de chrétiens et aucun juif), des églises et synagogues détruites, des juifs et chrétiens expulsés ou convertis de force à l’islam. Et en occident pas de protestations. Complicités et de l’argent donné pour les aider à faire une «cage de fauves» avec nos impôts.

    5. LORTHOIS

      Hag Sameah Hanoukka à toute l’équipe et lecteur/lectrice !

      Le prophège SOPHONIE prédit au chapitre 2 de son message, versets 4 à 7, que la bande de Gaza est appelée dans le futur à revenir à la tribu de Juda (aux temps messianiques, bien sûr); je cite :
      « En effet, Gaza sera abandonnée, Askalon sera dévastée, Asdod sera chassée en plein midi. Ekron sera déracinée. Malheur aux habitants des régions maritimes, à la nation des Kéréthiens. L’Eternel a parlé contre toi Canaan, pays des Philistins : « Je te détruirai, tu n’auras plus d’habitants ». Les régions maritimes deviendront des paturâges, des terrains pour les bergers et des parcs pour les troupeaux. Ces régions seront pour le reste de la communauté de Juda. »

      En cette période de Hanoukka, proclamons à haute voix les promesses de l’Eternel, El Guibor !

      Ceci dit, très bon article bien détaillé et qu’il faudrait apprendre par coeur pour contrer tous les mensonges depuis plus de deux millénaires.

      Shabbat Shalom
      Denise

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *