toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Et dire que certains pensent que la persécution des juifs d’Europe, c’est la Shoah…


Et dire que certains pensent que la persécution des juifs d’Europe, c’est la Shoah…

La persécution des juifs d’Europe montre d’une façon cinglante que la Shoah n’est que le paroxysme de 2000 ans d’une haine meurtrière et sauvage. Le tableau ci dessous, qui ne concerne que l’Europe (le monde arabe est à suivre), explique pourquoi l’antisémitisme n’avait aucune raison de cesser et que de fait, il ne s’arrête pas. 

Quand, à la découverte des camps d’extermination, les juifs ont dit « plus jamais ça », ce n’était pas, en toute lucidité, pour souhaiter que les peuples ne leurs fassent plus jamais ça, mais l’engagement que les juifs réuniront les conditions pour que les peuples ne puissent plus jamais leur faire ça.

L’Iran, le Hamas, le Hezbollah et les factions islamistes ont ce but unique vissé en tête. Qu’ils aient, en Europe, des millions de complices ne surprendra pas, à la lecture de la liste ci-dessous :

PS : Cela surprendra, la liste ci-dessous n’est pas encore complète…

59 avant JC : Les Juifs d’Italie suscitent déjà la jalousie, comme le montre la plaidoirie fortement hostile de Cicéron en faveur de Lucius Valerius Flaccus : « […] cette foule de gens que voilà tu sais quelle force ils représentent, combien ils sont unis et quel rôle ils jouent dans nos réunions. […] Tous les ans, de l’or était régulièrement exporté à Jérusalem pour le compte des juifs, d’Italie et de toutes nos provinces ».

41 : Claudius expulse les Juifs de Rome qu’il accuse de prosélytisme actif.

70 : L’armée romaine détruit Jérusalem. Plus d’un million de juifs sont massacrés, 97 000 sont pris en esclavage et en captivité, beaucoup arrivent à fuir.

115-117 : Des juifs de Chypre, de Cyrene, d’Egypte et de Mésopotamie se révoltèrent contre l’empire romain lors d’une guerre connue sous le nom de guerre de Kitos ou révolte des exilés. Plusieurs centaines de milliers de romains et de juifs périrent. La légion romaine fini par dominer la rébellion.

132 : Bar Kochba mena une guerre de trois ans contre l’empire romain. Environ un demi million de juifs périrent, des milliers furent vendus comme esclaves, et le reste fut expulsé de Palestine un peu partout dans le monde.

135 : Les persécutions romaines contre les juifs continuent. Les juifs n’ont pas le droit de pratiquer la circoncision, ni de lire la Thora, ni de manger du pain azyme à Pessah.

135 : Après la répression des révoltes juives, les Romains débaptisent la terre de Judée pour l’appeler Palestine.

200 : L’empereur romain Severus interdit de se convertir au judaïsme.

224 : Des juifs italiens sont contraints à la conversion.

306 : Le synode d’Elvira interdit le mariage et tout contact entre chrétiens et juifs.

315 : Constantin le Grand publie l’édit de Milan, qui retire de nombreux droits aux juifs.

325 : Le concile de Nicée interdit aux juifs de respecter le shabbat et déclare hérétique les pratiques de la religion juive. Les juifs se voient retirés la citoyenneté romaine et sont expulsés de Jérusalem.

337 : L’empereur chrétien Constantin promulgue une loi qui punit de mort le mariage entre les chrétiens et les juifs.

339 : La conversion au judaïsme devient un crime.

343 : Le synode laodicéen édicte que « un chrétien n’est pas autorisé à recevoir du pain non levé d’un juif ».

367 : St Hilaire de Poitiers fait référence aux juifs comme un peuple pervers que Dieu a maudit pour toujours. St Ephraim tient les synagogues pour des bordels.

379 : Théodose le Grand autorise la destruction des synagogues si elles sont utilisées à des fins religieuses. La synagogue de Milan est brûlée.

380 : L’évêque de Milan brûle une synagogue en affirmant que « c’est un acte qui plait à Dieu ».

415 : St Augustin écrit que « la vraie image des juifs est Judas, qui a vendu Jesus pour de l’argent. Le juif … portera pour toujours la responsabilité de la mort de Jésus »

418 : St Jérôme, qui publia une traduction de la bible, écrit au sujet des synagogues : « si vous appelez ça un bordel, une chambre du vice, le refuge du diable, la forteresse de satan, un endroit de dépravation des âmes, un abysse de tous les désastres concevables, ou tout ce que vous voulez, vous êtes encore en dessous de la réalité »

418 : Les juifs de Minorque en Espagne sont contraints de se convertir, et les synagogues sont brûlées.

519 : La synagogue de Ravenna en Italie est détruite par le feu.

528 : L’empereur Justinien édicte le code justinien qui interdit aux juifs de construire des synagogues, de lire la bible en hébreu, de se rassembler en public, de célébrer Pessah avant Pâques, et de témoigner devant une cour chrétienne.

533 : Childebert 1er roi de Paris à partir de 511 et d’Orléans à partir de 524, prend contre les juifs un arrêté d’expulsion.

535 : Le synode de Clermont décrète que les juifs ne peuvent occuper d’emploi public, ni devenir juges, ni avoir aucune autorité sur un chrétien.

538 : Les 3e et 4e conciles d’Orléans interdisent aux juifs de se montrer en public pendant la période de Pâques. Les mariages entre chrétiens et juifs sont interdits, ainsi que les conversions de chrétiens à la religion juive.

554 : Les juifs sont chassés du diocèse de Clément en France.

561 : Les juifs sont chassés du diocèse de Uzes.

576 : Avit, évêque de Clermont, impose aux 500 Juifs de sa ville de se convertir, et ceux qui refusent sont expulsés vers Marseille.

576 : A Clermont, un incident entre un juif et un converti conduit à la destruction de la synagogue par la population.

582 : Chilpéric 1er établit un édit ordonnant «à tous les Juifs de Paris d’être baptisés sous peine d’avoir les yeux crevés et de venir présider lui-même à son exécution».

582 : La synagogue d’Orléans est détruite lors d’émeutes, et reconstruite aux frais et aux dépens des juifs par l’exécutant de l’autorité royale. Chilpéric fait condamné à mort son ancien conseiller juif Priscus.

583 : Le concile de Mâcon autorise les chrétiens a racheter aux juifs des esclaves.

585 : le roi Gontran vient à Orléans et dit : «Malheur à cette nation juive méchante et perfide, ne vivant que de fourberies. Ils me prodiguent aujourd’hui de bruyantes acclamations, c’est qu’ils veulent obtenir de moi que j’ordonne de relever, aux frais publics, leur synagogue que les chrétiens ont détruite ; mais je ne le ferai pas : Dieu le défend.»

589 : Le 3e concile de Tolède décide que les enfants nés d’un mariage entre des juifs et des chrétiens soient baptisés de force. Une loi de conversion forcée de tous les juifs est prise. Des milliers de juifs fuient, tandis que plusieurs milliers sont convertis de force.

591 : le pape Grégoire 1er dit le Grand s’oppose aux conversions forcées des juifs et prône la persuasion. Il refuse que leurs biens soient saccagés et voit avec importance qu’ils soient protégés par la loi.

612 : Les juifs n’ont pas le droit de posséder de la terre, d’être fermiers et de pratiquer certains commerces.

613 : Persécution des juifs d’Espagne par le roi wisigoth Sisebut. Les juifs qui refusent d’être baptisés sont expulsés du pays. Ceux qui restèrent furent dépossédés de leurs biens, réduits à l’esclavage chez des notables chrétiens. Tous les enfants juifs de plus de 7 ans furent arrachés à leurs familles et placés pour recevoir une éducation chrétienne de force.

614 : Des clauses aux conciles de Paris et de Clermont interdisent la nomination de juifs à des fonctions civiles et militaires. Un édit de Clotaire II défend aux juifs d’intenter des actions publiques contre les chrétiens.

629 : Le roi Dagobert exige des juifs qu’ils se convertissent au christianisme.

633 : Expulsion des juifs qui refusent la conversion du « bon » Roi Dagobert. À Paris, la communauté refuse de se convertir au catholicisme et s’exile vers le Rhin et la Provence.

694 : Le 17e concile de Tolède, en Espagne, décrit les juifs comme les esclaves du prince en raison de leur supposée responsabilité dans l’exécution de Jésus.

694 : En Espagne, Egica roi wisigoth réduit en esclavage tous les juifs de son royaume, et en confie la garde aux grands propriétaires fonciers.

800 : Charlemagne désigne Machir à Narbonne pour créer une école talmudique. Sous son règne, de 771 à 814, la condition des juifs s’améliore, toutefois leur liberté restera limitée. Au tribunal, ils prêtaient serment à un texte appelé «more judaico ».

850 : Le concile de Meaux adopte une série de dispositions destinées à réprimer le prosélytisme juif et à éviter toute promiscuité avec les Chrétiens :

  • Interdiction pour les Juifs de servir dans l’armée,
  • Interdiction d’occuper un emploi public,
  • Interdiction d’avoir des esclaves chrétiens et faire le commerce des esclaves.
  • Interdiction de sortir de chez soi à la fin de la semaine sainte, pour éviter que leur vue n’excite la colère des Chrétiens.
  • Interdiction de construire de nouvelles synagogues.
  • La garde des enfants juifs est confiée à des clercs pour les élever dans la religion chrétienne.

850 : Charles le Chauve (843 – 877), tolérant, refusera d’appliquer les mesures d’exception et de les inscrire dans un capitulaire.

855 : Les juifs sont chassés d’Italie.

876 : L’archevêque et Vicomte de Sens expulse les juifs de Sens.

1009 : Les Juifs sont expulsés de Limoges.

1050 : Le synode de Narbonne interdit aux chrétiens d’habiter dans la maison des juifs.

1078 : Le Pape Grégoire VII décrète que les juifs ne peuvent être employés publics ni être supérieurs aux chrétiens.

1078 : Le synode de Gérone en Espagne force les juifs à payer une taxe à l’église.

1096 : Persécution et massacre des juifs en Allemagne au début de la première croisade. 12 000 juifs sont massacrés dans les villes allemandes qui longent le Rhin, et les juifs sont considérés comme les ennemis du christianisme, juste derrière les musulmans.

1099 : Les croisés enferment tous les juifs de Jérusalem dans une synagogue du centre de la ville et y mettent le feu. Ceux qui réussirent à s’échapper sont ramenés à l’intérieur du bâtiment en flammes.

1121 : Des juifs sont chassés de Flandre (aujourd’hui Belge), tant qu’ils ne se repentissent pas d’avoir tué Jésus Christ.

1130 : Les Juifs de Londres doivent payer une compensation d’1 million de marks pour avoir supposément tué un homme malade.

1146-47 : Nouvelles persécutions des juifs d’Allemagne au début de la seconde croisade. Le moine français Rudolf appelle à la destruction des juifs comme point de départ de la seconde croisade. C’est à l’intervention de l’empereur Conrad qui déclare Nuremberg comme refuge des juifs, et celle de Bernard de Clairvaux que le massacre des juifs ne sera pas aussi désastreux que lors de la première croisade.

1171 : Des juifs de Blois, en France, sont accusés de crime de sang après la disparition du jeune Richard. On leur reproche d’avoir tué l’enfant pour préparer des pains azymes avec son sang. 31 juifs sont brulés vifs.

1179 : Le pape Alexandre III oblige tous les Juifs à porter la rouelle rouge.

1179 : Le IIIe Concile du Latran interdit l’emploi de chrétiens par des juifs.

1180 : Massacre des juifs de Bray-sur-Seine.

1181 : Philippe Auguste, roi de France chasse les juifs de son royaume. Il les autorise à vendre leurs meubles, mais il saisit et s’attribue toutes leurs terres, leurs maisons et leurs demeures. Sept ans plus tard, il rappelle les juifs.

1181 : Philippe Auguste annule tous les prêts faits par des juifs aux Chrétiens et prend un pourcentage pour lui.

1182 : Les synagogues sont transformées en églises.

1184-1206 : Les Juifs sont bannis d’Auxerre par le Comte Pierre de Courtenay, neveu de Louis Le Gros.

1189 : En Angleterre, lors du couronnement de Richard cœur de Lion, la délégation juive est attaqué par la foule. Commence alors la persécution des juifs en Angleterre. La plupart des maisons des juif de Londres sont brûlées, et de très nombreux juifs sont assassinés. Toutes les possessions des juifs sont confisquées par la couronne. Les successeurs de Richard confisquent plus de 8 millions de marks appartenant aux juifs.

1190 : Les juifs de Norwich sont massacrés dans leurs maisons, et seuls ceux qui réussirent à se réfugier au château survécurent.

1194 : Le Comte Pierre vend une place d’Auxerre qui appartenait aux Juifs dans la « Rue des Juifs ». En les chassant de la ville, il leur confisque leur cimetière et leur synagogue qu’il convertit en église.

1198 : Philippe Auguste  réadmet les juifs dans son royaume, après qu’une rançon soit payée et qu’un arrangement de taxation soit fait pour qu’ils lui procurent des fonds.

1202 : La tour qui abrite la synagogue de Sens est détruite et brûlée.

1205 : Le pape Innocent III écrit aux archevêques de Sens et de Paris que « les juifs, par leur propre faute, sont consigné à la servitude perpétuelle parce qu’ils ont crucifié le seigneur… et qu’en tant qu’esclaves rejetés par Dieu, dont ils ont conspiré pour obtenir la mort, ils devront se reconnaître comme les esclaves de ceux que la mort du Christ a rendu libres ».

1209 : Massacre de 200 juifs de Béziers, en France.

1215 : Lors du IVe Concile du Latran, l’église considère les juifs comme des serfs, et met en place des mesures discriminatoires et des restrictions contre les juifs.

  • Les juifs doivent porter un insigne dans les provinces du Languedoc, de la Normandie et de Provence parce qu’il leur fait interdiction de se mélanger aux chrétiens.
  • Ils ne doivent pas apparaitre en public pendant les jours saints et le dimanche de la Passion
  • les juifs doivent payer la dîme et les offrandes dues à l’église
  • Interdiction aux emplois publics : « Il semble absurde que des blasphémateurs du Christ aient le pouvoir sur des chrétiens. Nous interdisons aux juifs d’avoir des emplois publics, puisque, sous ce couvert, ils sont particulièrement hostiles aux Chrétiens. Nous étendons la même interdiction aux païens. »
  • les juifs convertis sont solennellement avertis par l’évêque d’abandonner l’observance de leur ancien rite

1227 : Le synode de Narbonne oblige les juifs à porter la rouelle jaune. Hitler a repris cette obligation en changeant l’ovale en étoile.

1229 : Début de l’inquisition espagnole. Le Pape Innocent IV autorise l’inquisition à utiliser la torture.

1233 : Le pape Grégoire IX crée et désigne un tribunal d’exception («Inquisitio hereticae pravitatis») ayant pour objet de condamner au sein du royaume de France, «les hérétiques et les catholiques non sincères »

1236 : Le Pape Grégoire ordonne aux églises d’Angleterre, de France, du Portugal et d’Espagne de confisquer les livres juifs.

1236 : Les croisés attaquent les communautés juives d’Anjou et du Poitou et tentent de baptiser tous les Juifs, ceux qui  résistent sont tués. Environ 3,000 juifs sont assassinés.

1240 : Le pape Grégoire envoie aux Evêques et aux Souverains de l’Occident une lettre dans laquelle il demande de saisir tous les livres Juifs. Seule la France s’exécute.

1240 : Les Juifs sont expulsés de la Bretagne.

1242 : Nicolas Donin, un juif converti, explique au Pape que les livres sacrés des juifs contiennent des injures contre le Christ.

1242 : Louis IX ordonne un autodafé et 24 charrettes remplies de Talmud et de manuscrits hébraïques sont brûlés en Place de Grève à Paris.

1247 : Une rumeur de crime rituel à Valréas entraîne vers le bûcher la totalité de la petite Communauté juive.

1250 : Thomas de Cantim (théologien 1201- 1272) reprend à son compte la rumeur des crimes rituels. Une mythologie purement d’inspiration antisémite qui prétend que le sang des enfants chrétiens sert aux juifs pour ses propriétés curatives. La rumeur restera longtemps comme une illustration du juif comme bouc émissaire des maux des sociétés chrétiennes en Europe.

1254 : Louis IX bannit les juifs de France, mais contre finance, ils sont autorisés à rester quelques années plus tard.

1259 : Un synode de l’archidiocèse de Mayence en Allemagne ordonne aux juifs de porter un signe jaune.

1261 : Le duc Henri III de Brabant, en Belgique, déclare dans son testament « les juifs doivent être chassés de Brabant et être totalement annihilés de telle sorte qu’il ne reste aucun d’entre eux, sauf ceux qui sont prêts à faire du commerce, comme les autres commerçants, sans prêter d’argent avec intérêt »

1266 : Avec la prise du pouvoir par la dynastie angevine à Naples en 1266, apparentée au roi de France et protégée par le pape, l’hostilité envers les Juifs s’étend à l’Italie du sud et la Sicile. De 1266 à 1294, on estime que la moitié de la population juive du sud de l’Italie (estimée alors de 12 000 à 15 000 personnes) est forcée à se convertir.

1267 : Le synode de Vienne, en Autriche, ordonne aux juifs de porter des chapeaux à cornes. Thomas d’Aquin dira que les juifs doivent vivre perpétuellement dans la servitude.

1269 : Louis IX impose aux juifs le port de deux signes jaune l’un dans le dos, l’autre sur la poitrine, à partir de 14 ans, pour les distinguer du reste de la population et prévenir les unions mixtes.

1278 : A Milan, les Juifs sont forcés d’assister à des sermons les invitant à la conversion.

1280 : La dame de Vierzon réclame un juif arrêté par les gens du roi, car le prisonnier n’a pas été pris en flagrant délit. A la même époque, le prieur de Saint-Benoît-du-Sault veut expulser les juifs du Sault, mais le vicomte de Brosse s’y refuse.

1288 : La communauté juive de Troyes fait les frais de la révolte. La foule se saisit de tous les membres de la famille d’Isaac « le Chatelin » et les fait brûler vifs. Dans la même journée, treize des plus notables membres de la Communauté et des environs périrent.

1290 : Edouard I banni les juifs d’Angleterre, 16 000 juifs voient tous leurs biens confisqués et sont expulsés du pays. Ils ne seront autorisés à revenir qu’en 1655.

1294 : Première persécutions de juifs, à Berne, où ils sont accusés d’avoir cruellement assassiné un enfant, Ruff. Ils furent expulsés de la ville, mais rapidement réintégrés.

1298 : Persécution des juifs de Franconia, de Bavière et d’Autriche. Un noble allemand, Kalbfleish, déclara avoir reçu l’ordre divin d’exterminer tous les juifs. 140 communautés juives sont détruites, et plus de 100 000 juifs furent massacrés en 6 mois.

1299 : Philippe IV dit Philippe le Bel interdit aux juifs de faire du prosélytisme, ordonne la répression de leur « maléfices », et les accuse de cacher des hérétiques.

1305 : Philippe IV emprisonne tous les juifs et saisi tout ce qu’ils possèdent, sauf les vêtements sur leurs dos.

1306 : 100 000 juifs sont chassés de France par le roi Philippe IV.

1309 : Zurich, un décret ordonne aux juifs de prêter de l’argent aux bourgeois de la ville moyennant caution. S’ils s’y refusent, ils encourent des sanctions.

1315 : Louis X demande le retour des Juifs à titre provisoire : les impôts payés par les juifs s’avèrent plus lucratifs pour le trésor royal que la spoliation pure et simple de leurs biens.

1319 : Le Talmud est brûle à Paris et à Toulouse.

1320 : En France, 40 000 bergers décident de s’engager dans la « Croisade des pastoureaux » pour libérer la Palestine des musulmans. Sous l’influence de criminels et de spéculateurs nobles, ils détruisent 120 communautés juives et massacrent des milliers de juifs en Aquitaine et dans les Pyrénées.

1320 : Le pape Jean XXII protège les Juifs, mais des juifs sont massacrés à Auch, Castelsarrazin, Albi, Toulouse (déjà), et Verdun sur Garonne.

1321 : Des juifs sont accusés d’avoir incités des hors la loi à empoisonner une source et des fontaines de Guyenne, en France. 5 000 juifs sont brûlés vifs.

1322 : Expulsion, sans effet, des Juifs du Comtat d’Avignon par Jean XXII.

1322 : Une ordonnance du 24 juin 1322 et mise à exécution en 1323 ordonne une nouvelle expulsion des Juifs de France.

1326 : Le concile d’Avignon, sous Jean XXII, impose la Rouelle aux juifs de plus de quatorze ans et les « cornailles » (chapeau à cornes) aux juives de plus de douze ans.

1337 : Dans le Haut Rhin (Rouffach et Ensisheim) plus de 1500 juifs sont exterminés par les Armelder, des paysans inquiets des impôts qu’ils doivent payer, dans un lieu qui prendra le nom de « champ des juifs ». Les autorités ferment les yeux sur les massacres et s’emparent des biens des juifs. L’empereur Louis de Bavière promulgue un édit donnant pleine absolution de ces méfaits.

1345 : Le pape Clément VI réprime le prosélytisme des Juifs et expulse les Juifs de Bédarrides. Il fait détruire la synagogue d’Avignon.

1345 – 1346  : Pogroms à Orange.

1347 : La peste noire s’abat sur l’Europe en provenance d’extrême orient. Parce qu’ils suivaient des règles diététiques et hygiéniques strictes héritées de l’ancien testament, les juifs en furent beaucoup moins victimes. Des rumeurs commencèrent à circuler dans toute l’Europe selon laquelle les juifs avaient fait un pacte avec satan, et, en échange de sa protection, devaient empoisonner les puits et les sources d’eau utilisés par les chrétiens. La solution consistait à torturer les juifs, à les assassiner, et à les brûler vifs.

1348 : A Mayence en Allemagne, 6 000 juifs sont massacrés de la façon la plus horrible

1348 : 3 000 juifs sont sauvagement massacrés à Erfut en Allemagne.

1348 : A Worms, toujours en Allemagne, 400 juifs sont brûlés dans leurs maisons.

1348 : Les juifs de Toulon sont massacrés, et leurs maisons sont pillées.

1348 : La synagogue de Saint-Rémy-de-Provence est incendiée.

1348 : En Languedoc, à Narbonne et Carcassonne, les Juifs sont massacrés par la foule.

1348 : En Dauphiné, des Juifs sont brûlés à Serres.

1348 : N’arrivant pas à maîtriser la foule, le dauphin Humbert II fait arrêter les Juifs pour éviter les massacres. Ceux-ci se poursuivent à Buis-les-Baronnies, Valence, la-Tour-du-Pin, Saint Saturnin et Pont-de-Beauvoisin où des Juifs sont précipités dans un puits qu’on les accuse d’avoir empoisonnés.

1348 : D’autres massacres ont lieu en Navarre et en Castille.

1348 : En mai, le quartier juif de Barcelone en Espagne est pillé.

1348 : En juillet, le roi de France Philippe VI fait traduire en justice les Juifs accusés d’avoir empoisonné les puits. 6 Juifs sont pris à Orléans et exécutés.

1348 : En août, la Savoie est à son tour le théâtre de massacre de juifs. Le comte tente de protéger puis laisse massacrer les Juifs du ghetto de Chambéry.

1348 : En octobre, les massacres continuent dans le Bugey, à Miribel et en Franche-Comté.

1348 : En Suisse, les juifs de la région de Chillon, sur le lac Léman, sont torturés jusqu’à ce qu’ils avouent, faussement, avoir empoisonné des puits.

1348 : Trois cents communautés juives de Suisse sont détruites ou expulsées.

1349 : A Vevey en Suisse, à Genève et dans la région, les juifs sont écartelés sur des roues, pendus, et soumis à de nombreuses persécutions.

1349 : A Strasbourg, le maire refuse de croire aux rumeurs sur la culpabilité des juifs et veut les protéger, il est démis de ses fonctions. 2 000 juifs sont brûlés vifs, leurs biens sont confisqués et répartis entre les bourgeois de la ville, l’évêché et la nouvelle municipalité qui garantit l’impunité aux citoyens qui ont participé aux massacres.

1349 : Des juifs sont jetés dans la Vienne à Chinon en France.

1349 : En Autriche, le peuple, pris de panique, s’en prend aux communautés juives, les soupçonnant d’être à l’origine de la propagation de l’épidémie, et Albert II d’Autriche doit intervenir pour protéger ses sujets juifs.

1349 : A Krems en Autriche, l’armée qui protège le ghetto juif est débordée et tous les juifs de la ville sont brûlés vifs.

1349 : Les juifs de Cologne en Allemagne sont massacrés.

1349 : Les juifs de Nuremberg sont massacrés.

1349 : Des juifs sont brûlés à Hanovre en Allemagne.

1349 : A Zofingue en Suisse, les juifs sont accusés d’avoir empoisonné des puits et sont soumis à la « question » (écrasement des pouces jusqu’à ce qu’ils avouent ce dont on les accuse).

1349 : De nombreux juifs sont tués à Bruxelles.

1349 : Les juifs de Bâle en Suisse, sont brûlés sur une ile du Rhin le 9 janvier, et leurs enfants, qui furent épargnés, furent baptisés.

1349 : A Zurich, et à Bâle, en Suisse, les juifs sont accusés d’avoir tué un enfant dont le corps est retrouvé dans le Wolfsbach, et les autorités ne peuvent arrêter la population. Les juifs furent torturés et brûlés vifs la veille de la Saint Matthias, le 21 septembre 1349.

1349 : Eberhard de Kybourg chasse les juifs de Berthoud, dans le territoire de Berne en Suisse, pendant la nuit du 16 février 1349, et confisque tous leurs biens.

1349 : At St. Gall en Suisse, de nombreux juifs sont brûlés, d’autres sont chassés. A Diessenhofen, les juifs sont brûlés vifs, leurs maisons sont dévalisées puis saccagées. Certains s’échappent au château de Kybourg. Les villes d’où les juifs sont chassés demandent à leur protecteur, le duc Albrecht d’Autriche, qu’ils soient brûlés vifs par leurs juges, et menacent de le faire eux-mêmes. Un grand nombre de juifs, environ 330, sont envoyés au bûcher le 18 septembre, et quelques uns sauvent leur vie en acceptant de se faire baptiser. A Schaffhouse, de nombreux juifs sont massacrés et brûlés vifs.

1349 : A la fin de la Peste Noire, les juifs ont été attaqués dans plus de 340 villes de l’empire germanique (territoire qui couvre actuellement l’Allemagne, la Suisse, l’Alsace, l’Autriche, la Belgique, les Pays-Bas). Cela représente la presque totalité des villes où vivaient des juifs au milieu du xive siècle, à l’exception des territoires autrichiens où ils furent relativement épargnés.

1354 : 12 000 juifs sont massacrés à Tolède, en Espagne.

1370 : Les juifs de Bruxelles sont accusés d’avoir profané le Saint sacrement. 6 juifs sont brûlés vifs, et tous les juifs sont bannis du comté de Brabant, et jusqu’en 1820, une fête était célébrée tous les 15 ans à cette occasion.

1380 : Emeutes et assassinats de juifs à Paris et à Nantes.

1380 : Les Juifs sont expulsés de la ville libre d’Ulm en Allemagne.

1382 : Emeutes contre les juifs à Paris et à Rome.

1384 : Les Juifs sont expulsés de la ville libre de Magdebourg en Allemagne.

1388 : Les Juifs sont expulsés de la ville libre de Strasbourg.

1391 : Persécution des juifs d’Espagne. A Séville et dans 70 autres communautés, les juifs sont sauvagement massacrés et leurs corps déchiquetés.

1393 : La ville d’Auxerre se tourne vers les autorités de Paris pour faire expulser les Juifs de son territoire.

1394 : Seconde expulsion des juifs de France. Le roi Charles VI signe un Edit d’expulsion des Juifs de France pour calmer le mécontentement populaire suite à la guerre de 100 ans, avant le 03 novembre. La population les accuse d’empoisonnement, de causer des épidémies et leur reproche la pratique de l’usure. La théologie chrétienne élabore sa doctrine antisémite.

1401 : Accusé de crime de sang, tous les juifs de Schaffhouse en Suisse sont condamnés à mort et 30 furent brûlés vifs le 25 juin 1401.

1401 : 18 juifs de Winterthour en Suisse sont brûlés vifs.

1410 : Les Juifs sont expulsés de la ville libre d’Augsbourg en Allemagne.

1420 : Les Juifs sont expulsés de l’archevéché de Mayence en Allemagne.

1427 : Les juifs sont expulsés de la ville et du canton de Berne en Suisse.

1428 : Les juifs sont chassés de Fribourg, en Suisse.

1428 : Massacres de juifs à Manosque, en France.

1431 : Le concile de Bâle interdit aux juifs d’aller à l’université, leur interdit d’agir comme les agents de chrétiens lors de contrats et les oblige à assister aux sermons de l’église.

1434 : Les Juifs sont expulsés de la ville libre de Spire.

1434 : Un édit de l’église de Bâle obligeant les juifs à assister à des sermons de conversion eut pour conséquence qu’il n’y eu plus aucune communauté juive à Bâle pendant 400 ans.

1434 : Les hommes juifs d’Augsbourg en Allemagne doivent coudre des boutons jaunes sur leurs vêtements. Les juifs sont forcés de porter de long sous vêtements, des manteaux avec des bandes jaunes, des cloches, et des grands chapeaux jaunes et pointus à gros boutons.

1436 : Les juifs sont chassés de Zurich, en Suisse.

1437 : A Florence, Cosme de Médicis autorise des financiers juifs à créer une banque de prêt et suscite une grande activité littéraire et religieuse. L’Italie attire alors les savants juifs comme ou Abraham Farissol, savant né à Avignon et premier géographe juif. C’est aussi le temps des grands grammairiens et poètes juifs italiens.

1453 : Le moine franciscain Capistrano persuade le roi de Pologne de supprimer tous ses droits aux juifs.

1456 : Emeutes contre les juifs de Cavaillon en France.

1457 : Le Concile d’Avignon interdit aux Juifs l’exercice de la médecine et la vente de viande préparée selon leurs rites.

1458 : Un règlement de police d’Avignon interdit aux juifs de pratiquer certains métiers.

1459 : A Carpentras, une émeute éclate contre les juifs, fomentée par un notaire, Robert Martini. Plus de 60 Juifs sont tués. Les coupables sont tous graciés.

1459 : Interdiction aux juifs d’être fermiers.

1460 : Demande du Conseil Municipal de l’expulsion des Juifs de Pernes, en France.

1460 : Massacre évité à Mazan où les juifs seront protégés, voire cachés par le seigneur, Honoré Astoaud.

1472 : Les Suisses sont expulsés de Schaffhouse en Suisse.

1475 : Les juifs de Trente sont accusés de crime rituel et d’avoir tué un enfant chrétien, Simon de Trente, pour confectionner des galettes de Pâques avec son sang. Plusieurs dizaines de juifs de Trente sont torturés et brûlés vifs (ou étranglés pour ceux qui acceptent la conversion avant l’exécution).

1475 : Pogrom à Digne, en France, le vendredi Saint.

1478 : L’inquisition espagnole contre les juifs commence.

1484 : Pogrom à Arles, en France.

1485 : Emeutes contre les juifs de Cavaillon.

1485 : En mai, émeutes contre les juifs à Avignon.

1486 : 60 juifs s’embarquent pour la Sardaigne. Des « Comités spontanés » les empêchent de vendre leurs biens.

1486 : A Carpentras, conformément à des ordres supérieurs, le Conseil Municipal ordonne aux Juifs d’abandonner aux Chrétiens la rue de la Galaffe, et de se contenter de la rue de la Muse. Les maisons des Juifs ne doivent avoir aucune vue sur les rues des Chrétiens « parce que le fils de l’esclave ne doit pas être place au même rang que le fils de la femme libre ».

1490 : Les juifs sont chassés de Rheinau en Suisse.

1491 : La Guardia, Espagne, 5 juifs sont arrêtés sous l’accusation d’avoir tué un enfant dont le corps n’a jamais été retrouvé. 3 d’entre eux sont des juifs baptisés de force. Ils sont garrottés et brûlés. Les autres sont écartelés. Le dominicain Tomàs de Torquemada, responsable des persécutions, vise à renforcer par un décret les sentiments antijuifs en Espagne.

1492 : Les juifs sont interdits à Arles.

1492 : Expulsion des juifs d’Espagne. Les Rois Catholiques Ferdinand II d’Aragon et Isabelle de Castille publient le décret d’Alhambra ordonnant la conversion ou le départ des Juifs d’Espagne. 300 000 juifs qui refusent d’être baptisés voient tous leurs biens confisqués et sont chassés d’Espagne sans rien pouvoir emporter avec eux.

1492 : Les juifs sont expulsés de Sardaigne, possession aragonaise, où de nombreux Juifs provençaux s’étaient établis aux xive et xve siècles.

1492 : Les juifs de Sicile sont chassés.

1494 : Les Juifs sont expulsés du canton de Thurgovie en Suisse.

1496 : Les juifs commencent à être expulsés du Portugal.

1496 : Les juifs sont interdits à Tarascon en France.

1497 : Bannissement des juifs du Portugal. Le roi Manuel, habituellement amical envers les juifs, met en place le baptême forcé des juifs sous la pression de l’Espagne. 20 000 juifs cherchent à quitter le pays, et beaucoup sont réduits à l’esclavage.

1498 : Charles VIII expulse les juifs de Provence.

1501 : L’édit d’expulsion contre les juifs de Provence est confirmé par Louis XII.

1504 : A Pernes, les juifs sont enfermés dans la rue Catte, où il leur est permis d’édifier une synagogue, « pour les séparer des Chrétiens ».

1505 : Expulsion des Juifs d’Orange (Ordonnance de Courthezon).

1510 : Les juifs sont chassés du royaume de Naples où ils étaient venus se réfugiés après avoir été chassés de Sardaigne et de Sicile.

1515 : A Isle, en France, émeutes et violences contre les Juifs. Le Légat gracie les coupables.

1516 : Le gouverneur de la république de Venise ordonne aux juifs de vivre en ghetto.

1540 : Les juifs sont chassés de Naples en Italie.

1541 :  Charles Quint expulse les juifs de toutes ses possessions en Italie du sud.

1543 : Les juifs sont expédiés de Bâle en Suisse.

1543 : Martin Luther publie un pamphlet intitulé « Sur les juifs et leurs mensonges » qui servira de base idéologique aux nazis et à Hitler.

1545 : La situation des juifs se détériore sous le Concile de Trente, qui durera 18 ans en réponse à la Réforme protestante.

1550 : Les juifs sont expulsés de Gènes et de Venise.

1553 : des autodafés de livres juifs sont organisés à Rome et à Crémone.

1555 : Une bulle catholique romaine obligea les juifs à porter des insignes et de vivre dans des ghettos. Ils ne furent pas autorisés à posséder des biens en dehors du ghetto. Les conditions de vie furent pénibles, les juifs furent entassés dans un tout petit carré de terre, les femmes forcées de porter des voiles jaunes, et les hommes une pièce de tissu jaune sur leurs vêtements ou leurs chapeaux.

1569 : Le 4 avril, les Juifs sont exclus par le pape de tous ses états, sauf Rome et Ancone. Le cardinal d’Armagnac, co-légat d’Avignon, les expulse du Comtat. L’Ecole est vendue. De nombreux actes de notaire attestent des ventes de maisons, étables, granges. Une partie des familles émigrent vers l’Empire Ottoman et le Piémont.

1570 : Les élus du Comtat, réunis à Carpentras, demandent le départ effectif des Juifs.

1582 : Des juifs sont expulsés de Hollande.

1570 : Une Ordonnance du Légat confirme l’expulsion des Juifs. Les maisons du quartier juif, y compris la synagogue, sont « passées » aux chrétiens.

1603 : Le Vendredi Saint, les Juifs de Carpentras sont accusés d’avoir traîné la Croix dans la boue et crucifié un agneau, d’autres disent un mannequin de paille. Ils sont condamnés et une inscription est placée dans la cathédrale.

1622 : 13 cantons décident d’expulser tous les juifs de Suisse, à l’exception des physiciens. Deux villages du canton d’Argovie font exception car ils ne rejoignirent la confédération qu’en 1803, et furent donc exemptés d’expulser leurs juifs.

1648 : Chmielnicki Bogdan conduit une révolte contre la domination polonaise en Ukraine, et décide d’exterminer les juifs du pays. Le massacre commence par une tuerie sauvage d’environ 6 000 juifs de Nemirov en Ukraine. D’autres massacres massifs suivent à Tulchin, Polonnoye, Volhynia, Bar, Lvov, etc. Environ  100,000 sont exterminés et 300 communautés juives détruites.

1652 : Le Vice-Légat impose la séparation absolue des habitations juives et chrétiennes d’Avignon.

1653 : Interdiction faite aux Juifs, sous peine de fouet, de passer la nuit hors du quartier des Carrières d’Avignon, sauf autorisation.

1660 : Louis XIV s’empare d’Orange. Les juifs sont autorisés à revenir habiter Orange.

1666 : La Communauté de Bédarrides est condamnée pour avoir enterré, dans son cimetière, un Juif d’Orange.

1687 : Expulsion des Juifs d’Orange, à la suite de la Révocation de l’Edit de Nantes (1685).

1699 : Les Juifs de Carpentras, menacés d’expulsion, émigrèrent en grand nombre. L’édit d’expulsion ne fut pas publié. Une partie de ces exilés alla en Turquie, en Palestine (encore), d’autres en Provence.

1704 : L’inquisiteur Général d’Avignon, le père Lacrampe, définit un règlement qui est, sans doute, une des premières législations antijuives formelles.

1709 : Année de grave disette. On attribue une livre de blé par jour aux chrétiens, une demie aux juifs.

1732 : Nouvel arrête d’expulsion des juifs d’Orange.

1738 : Accueil à Carpentras du rabbin Abraham Gediliya, émissaire de la Communauté juive d’Hébron en Palestine, qui sera suivi par la construction de l’actuelle synagogue de Carpentras.

1753 : Confiscation de livres hébreux a Carpentras, ordonnée par la Sainte Congrégation de Rome.

1774 : Edification de l’actuelle synagogue de Cavaillon. Sur la porte on pouvait lire « C’est ici la porte du Seigneur, les Justes peuvent y entrer ».

1787 : Edit de Tolérance aux non catholiques.

1788 : Versailles précise que l’Edit de Tolérance n’est pas applicable aux juifs.

1790 : Le 28 janvier, les Lettres Patentes du Roi reconnaissent citoyens français les juifs portugais, espagnols et avignonnais.

1791 : Le 27 septembre, les juifs d’Alsace et de Lorraine deviennent citoyens français.

1793 : Pendant le Règne de la Terreur (1793-94), les synagogues et des organisations communautaires sont fermées.

1794 : Lois restrictives contre les juifs en Russie. Les juifs sont contraints de servir pendant 25 ans dans l’armée russe. Des centaines de milliers de juifs fuient la Russie.

1806 : Un prêtre jésuite de France, l’Abbé Barruel, publie un traité accusant les franc-maçons d’être les auteurs de la révolution française. Puis il publie une lettre expliquant que les coupables ne sont pas les maçons mais les juifs. Ces écrits déclenchèrent la légende de la conspiration internationale des juifs en Allemagne, en Pologne et dans d’autres pays d’Europe à partir du 19e siècle.

1806 : Napoléon considère les juifs comme « une nation avec une nation » et décide de créer une structure commune juive sanctionnée par l’état, et forme le système consistorial qui fait du judaïsme une religion reconnue et placée sous le contrôle du gouvernement.

1808 : Napoléon déclare annulées toutes les dettes envers des juifs, les réduits ou les reporte, ce qui cause la ruine de la communauté juive. Des restrictions sont placées là où les juifs ont le droit de vivre, dans un effort pour les assimiler dans la société française.

1816 : La loi du canton de Genève devenu suisse du 14 novembre interdit aux juifs de posséder des terres dans le canton.

1819 : Les juifs européens qui demandaient l’émancipation, les mêmes droits et le même traitement que les non-juifs à leurs gouvernements déclenchèrent des vagues d’antisémitisme et de violence partout en Europe. Les biens et commerces des juifs furent attaqués et vandalisés à Wurtzbourg, en Allemagne en août 1819. Les émeutes gagnèrent toute l’Allemagne et atteignirent le Danemark et la Pologne.

1841 : Les juifs du canton de Genève en Suisse reçoivent l’égalité des droits.

1843 : Les premiers juifs suisses sont naturalisés et bénéficient d’une totale liberté religieuse.

1846-78 : Toutes les lois discriminatoires contre les juifs dans l’état du Vatican sont renforcées par le Pape Pie IX.

1846 : Tous les juifs vivant dans les régions sous contrôle du Pape Pie IX sont parqués dans le ghetto de Rome.

1848 :  L’accusation d’un crime de sang à Damas provoque l’éruption de désordres antisémites en France. L’agitation mène aux attaques contre les juifs en Alsace. On a pillé des maisons juives dans le nord, et l’armée a dû être envoyée pour reprendre l’ordre.

1873 : Le mot « antisémite » apparaît pour la première fois sous la plume du journalisme allemand Wilhelm Marr, dans un pamphlet intitulé Der Sieg des Judenthums über das Germanenthum (« La victoire de la judéité sur la germanité »).

1874 : La Suisse offre la totale liberté religieuse aux juifs lors de la ratification de la constitution de la confédération.

1881 : Alexander II de Russie est assassiné. Les juifs sont accusés. Environ 200 pogroms (destructions de commerces juifs, incendie de maisons appartenant à des juifs, massacres, viols) s’en suivent. Des milliers de juifs se retrouvent sans abris et ruinés. Quelques juifs sont poursuivis en justice pour l’assassinat, et reçurent de très faibles sentences.

1886 : Reprise de l’antisémitisme à la fin des années 1800. Des journaux antisémites circulent, y compris « La France Juive » d’Edouard Drumont (1886), qui devient un best-seller. Les juifs sont blâmés de l’écroulement de l’Union Générale  une banque principale catholique.

1894 : Le capitaine Dreyfus, un officier français, est accusé de trahison par un faux documents écrit par un officier antisémite. Il est condamné à la prison à vie, alors que le gouvernement savait que le major Esterhazy était coupable. Emile Zola et Jean Jaurès luttèrent pour rendre justice à Dreyfus.

1896 : Le journaliste Théodore Herzl, motivé par cet évènement, publia « l’état juif, une solution moderne à la question juive ».

1903 : De nouvelles lois réduisent les droits des juifs de Russie, suivis de nombreux massacres en Russie et en Ukraine. Pendant les pogroms, des milliers de femmes juives furent violées, battues ou massacrées. La communauté juive de Russie s’appauvrit très fortement suite à ces restrictions.

1903 : A Kishinev, un journaliste publia une série d’articles accusant la communauté juive d’avoir tué un enfant chrétien, ce qui excita la population. 40 juifs furent massacrés, 500 furent blessés, 700 maisons furent mises à sac et détruites, 600 commerces furent pillés et détruits et 2000 familles juives se retrouvèrent sans abris, ayant tout perdu. L’enquête permit de découvrir que l’enfant avait été tué par des membres de la famille, et le journaliste déclaré ne porter aucune responsabilité.

1905 : un pamphlet antisémite publié en 1900 est transformé par l’Okhrana, la police secrète de Nicolas II en un document intitulé « Le protocole des sages de Sion » qui soutient qu’il existe une conspiration mondiale des leaders juifs pour monter les nations chrétiennes les unes contre les autres pour dominer le monde. Le livre circule largement en Russie, en Allemagne, en France et aux Etats Unis, et étend l’antisémitisme.

1915 : 600 000 juifs sont déplacés des frontières de la Russie vers l’intérieur du pays. Environ 100 000 périssent de faim.

1917 : Après la révolution de 1917, l’armée blanche se sert du protocole des sages de Sion pour diffuser la haine des juifs. 200 000 juifs sont massacrés en Ukraine.

1920 : En Allemagne, la défaite durant la première guerre mondiale et les difficultés économiques sont mises sur le dos de « l’influence juive ».

1920 : Le protocole des sages de Sion est publié en Grande Bretagne et aux Etats Unis en tant que faux, mais obtient un grand succès. Henri Ford finance une étude sur les activités internationales des juifs dont découlent des articles antisémites publiés dans le Dearborn Independant, puis dans un livre, « Le juif international ». Le protocole des sages de Sion a continué à être vendu chez Wall Mart jusqu’en 2004.

1923 : 51 état membres, soit la totalité de la ligue des nations, déclarent à l’unanimité que : « Nous décidons de reconnaitre la relation historique du peuple juif avec la Palestine comme motif pour reconstituer leur foyer national dans ce pays ».

1925 : Hitler publie Mein Kampf.

1930 : Des pogroms apparaissent en Grèce, en Hongrie, en Pologne, en Roumanie et en URSS.

1933 : Nouvelles persécutions des juifs d’Allemagne.

1934 : De nouvelles lois contre les juifs sont établies en Allemagne qui leurs interdits certaines grandes écoles et certains métiers.

1936 : Le cardinal Hloud de Pologne ordonne aux catholiques de boycotter les commerces des juifs.

1938 : Pendant la nuit de cristal, des allemands massacrent des centaines de juifs, et brûlent 2 000 synagogues. 7 500 entreprises appartenant à des juifs sont détruites. 30 000 juifs sont arrêtés et envoyés dans des camps de concentration. Hitler remet en vigueur une vieille loi chrétienne qui ordonne aux juifs de porter une étoile jaune.

1938 : Les Suisses donnent refuge à environ 23 000 juifs qui sont protégés par la neutralité helvétique, et en rejettent environ 30 000 en fermant leur frontière, et en demandant aux allemands de mettre un tampon J sur leurs passeports pour faciliter le travail de rejet.

1940 : La France prend des mesures pour restreindre les droits de juifs, et prévoit d’enfermer les étrangers juifs dans des camps d’internement dans le sud de la France. Le régime de Vichy gèle 80 000 comptes bancaires appartenant à des juifs.

1940 : La France déporte 76 000 juifs dans les camps de la mort des nazis.

1941 : Lors d’un pogrom, 13 000 juifs de Bucarest en Roumanie sont massacrés à la demande du régime pro-nazi de Ion Antonescu. Le gouvernement actuel a confirmé cette atrocité, mais la plupart des roumains continuent de nier que les juifs furent tués sur ordre de leur propre gouvernement.

1941 : Les biens des juifs français sont spoliés, les rafles s’intensifient et la déportation des juifs devient massive avec la rafle du Vel’d’Hiv en 1942.

1941 : En Pologne, les habitants de Jedwabne massacrent des centaines de juifs en les battants à mort ou en les brûlant vifs. La responsabilité des habitants fut niée pendant soixante ans jusqu’à la parution d’un livre « les voisins » en 2000, qui provoque un profond examen de conscience parmi la population, qui eut du mal à croire que quiconque d’autre que les nazis pouvaient avoir commis ces atrocités.

1942 : La police suisse prend un arrêt qui refuse le statut de réfugiés aux juifs.

1939-45 : 6 millions de juifs sont exterminés par les Européens.

1946 : Bien que la seconde guerre mondiale était terminée depuis un an, des pogroms antisémites continuent, particulièrement en Pologne, où de nombreux juifs périrent.

1948 : l’ONU crée l’UNWRA, une bombe à retardement plantée au milieu de l’état juif naissant. Il s’agit d’un organisme spécialement inventé pour les réfugiés de Palestine, qui, contrairement à tous les réfugiés du monde, crée un statut unique et inique stipulant qu’il suffit qu’une personne ait résidé pendant 5 ans en Palestine pour en devenir réfugiés, ce qui inclut des dizaines de milliers de travailleurs temporaires, et décide que tous les descendants des réfugiés de Palestine deviennent automatiquement réfugiés eux-mêmes, faisant ainsi croître leur nombre de quelques centaines de milliers à 5 millions. Les mêmes règles, si elles étaient appliquées aux autres réfugiés du monde, ferait grossir leur nombre à 250 millions.

1967 : De Gaulle adopte des positions anti-israéliennes.

1968 : La propagande anti-israélienne est publiée en mai 1968 par la Nouvelle Gauche et les partisans du terrorisme palestinien.

1969 : Un avion de la compagnie israélienne El Al est attaqué par des terroristes arabes à Zurich en Suisse.

1970 : Un avion de la Swissair en route pour Israël est saboté par des terroristes islamistes.

1972 : Des terroristes arabes de Palestine avec la complicité de militants néo-nazis allemands massacrent 11 athlètes israéliens durant les jeux olympiques de Munich en Allemagne.

1980 : Une bombe éclate à l’extérieur d’une synagogue de Paris, rue Copernic.

2000 : L’antisémitisme et le sentiment anti-israélien se sont renforcés en Suisse.

2012 : En Allemagne, un tribunal interdit la circoncision.

2012 : l’Europe vote pour l’élévation au rang d’observateur de l’état palestinien qui n’existe pas.

© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Et dire que certains pensent que la persécution des juifs d’Europe, c’est la Shoah…

    1. AYIN BEOTHY

      Merci pour le travail que représente votre article.
      Attention à l’usage du mot « Palestine ». Je vous cite :

      132 : Bar Kochba mena une guerre de trois ans contre l’empire romain. Environ un demi-million de Juifs périrent, des milliers furent vendus comme esclaves, et le reste fut expulsé de Palestine un peu partout dans le monde.
      (…)
      135 : Après la répression des révoltes juives, les Romains débaptisent la terre de Judée pour l’appeler Palestine.

      SHALOM

    2. Christian De Lablatinière

      Au pseudo azert dont l’adresse email est [email protected] et l’adresse IP est 89.84.207.104, localisé à Bourges, rue Bourbonnoux (lau18-h04-89-84-207-104.dsl.sta.abo.bbox.fr – Bouygues Telecom S.A.), nous déposons une plainte contre vous dès demain auprès des services de police spécialisé dans la traque internet pour propos antisémites
      Ils n’auront aucun mal à vous localiser, nous l’avons déjà fait…

      Nous verrons si vous êtes aussi loquace devant les Tribunaux…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *