toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Obama réélu, quelle sera la politique d’Obama II au Proche-Orient ?


Obama réélu, quelle sera la politique d’Obama II au Proche-Orient ?

Le Parti Républicain n’a pas  su se renouveler et attirer vers lui tous ceux qui ont choisi leur nouvelle vie en Amérique : les Asiatiques, les Hispaniques  et les Africains. Romney n’a pas été agressif, il n’a pas attaqué les points faibles d’Obama, montré que ce dernier ne pouvait pas être le Président de la première Puissance mondiale.

Comme en France, c’est la démographie qui a dit son dernier mot et non les idées, comme en France ce sont les médias qui ont tout orienté.
Alors que les Américains faisaient la queue devant les urnes, un film de propagande pro Obama  était diffusé dans pratiquement toutes les télévisions du Monde. Un film qui ne vous donne qu’une envie : voter pour le locataire actuel de la Maison Blanche. Son extrait de naissance problématique ?… résolu par une bande dessinée ; ses échecs économiques balayés par son soutien à l’industrie automobile ; l’absence hurlante des Etats Unis au Proche Orient… ! remplacée par une forte volonté de trouver un accord en faveur des palestiniens ; la promotion des frères musulmans n’est nullement relevée, l’irresponsabilité d’Obama et son équipe qui a coûté la vie à quatre américains  à Benghazi, dont un ambassadeur, lynché humilié vivant et mort, n’a même pas été citée ; l’abandon de la Syrie ; des armes à des groupes suspects qui se retourneront demain contre les citoyens américains ; l’amateurisme de la politique étrangère ;l’absence totale de l’Amérique en Afrique qui devient de jour en jour une véritable bombe à retardement ;le chômage grandissant ;la croissance à peine existante ; la dépendance quasi-totale de la Chine dans les industries de biens de consommation, mais aussi financière  et économique … rien de ce qui  est un échec cuisant du premier  président noir américain ,qui a suscité d’immenses espoirs n’a été relevé .

C’est encore la preuve que nous vivons à l’ère où une bonne campagne médiatique et la dynamique de clans projettent des hommes incompétents aux plus hautes fonctions.

 

Ce qui nous intéresse à présent, c’est la question que se posent tous les observateurs : quelle sera la politique de Obama II en ce qui concerne le conflit israélo-arabe, le problème iranien, mais aussi et surtout comment la vengeance d’Obama sur Netanyahou s’exprimera-t-elle ?

Netanyahou n’a pas caché sa préférence pour Romney, même si démenti sur démenti il y a eu ; comme au demeurant Peres, Mofaz, Livni et même Ehud  Barak n’ont pas caché leur préférence pour Obama.  Ehud Barak a même eu le privilège de figurer dans les films de campagne d’Obama. Nul ne l’a exprimé directement sauf le Président Peres, mais la préférence pour Obama était visible à l’œil nu.

La première chaîne  ainsi que Reshet Beth les deux organes officiels, financés par les deniers publics ont mené une campagne  bien orchestrée en faveur d’Obama, comme ils savent le faire pour d’autres dossiers dont la gauche israélienne est friande.

Aussi, et d’autant plus qu’Israël est en campagne électorale, Obama ne manquera pas de faire barrage à Netanyahou. Ira-t-il jusqu’à organiser à partir de Washington une opposition soudée pour faire front au Likoud ? Tout est possible pour le Président arrogant, froid et calculateur qu’est Obama.

Concernant le problème palestinien : Obama, présentera un ou plusieurs projets de règlement du conflit, alors que ce dernier ne fait plus la une des médias, occulté par les tempêtes dans les pays arabes.

Ces propositions auront pour objectif de mettre Netanyahou au pied du mur s’il est réélu. Obama connaît le point névralgique de la Droite israélienne : la construction en Judée Samarie  et à Jérusalem. Il n’hésitera pas  cyniquement à utiliser cela pour créer des discordes  entre  le Likoud  et les autres partis de droite. Il donnera ainsi une tribune à la gauche israélienne. Cela sera accompagné de nombreuses conférences de presse, même si en fin de compte rien n’aboutira car Netanyahou et surtout la nouvelle coalition du Likoud avec Israël Beteinou, résistera.

Il s’opposera au projet d’Abou Mazen de présenter une fois de plus  sa candidature à l’ONU pour un état non membre ; mais il exigera d’Israël une contrepartie inacceptable, voire même une contrepartie qui  relie les problèmes iranien et palestinien.

Il n’est pas impossible comme il l’avait fait au début de son premier mandat, de considérer que le des concessions d’Israël aux palestiniens seraient une condition à un assouplissement des dirigeants iraniens.

Une position complètement fausse que les iraniens ont toujours présentée, et qui n’a pour objectif que l’instrumentalisation du problème palestinien à des fins politiques et stratégiques. Le Congrès continuera à appliquer ses sanctions envers les palestiniens  et Obama ne pourra rien y faire.

Le Gouvernement israélien mettra à exécution des rétorsions envers l’Autorité palestinienne,

L’acte unilatéral d’Abou Mazen ne saurait être acceptable ;il met fin aux accords d’Oslo et surtout à toute perspective de négociation .Cela fait quatre ans qu’Abou Mazen refuse des négociations de paix . Il s’est exprimé dernièrement sur la question des réfugiés, mais toujours en deux langues, arabe  et anglais, une pour la propagande et une pour s’attirer les sympathies, mais cette fois aussi pour interférer dans la campagne électorale israélienne.

 

 

Obama n’osera pas toucher aux différents projets de défense déjà acquis, mais sa générosité orientée durant son premier mandat ne sera pas la même, pour une raison très simple, les Républicains majoritaires au Congrès mèneront la vie dure à Obama II, et il sera obligé de réduire les dépenses pour permettre une plus grande confiance des investisseurs.

D’ailleurs la bourse de New York a salué la réélection d’Obama par une baisse de 2%.

 

Concernant l’Iran, il officialisera le dialogue  stratégique qu’il a entamé ces derniers mois avec l’Iran à l’instar d’Israël, sans consultations. Ainsi il permettra aux iraniens, comme il l’a fait lors de sa première élection de gagner un temps précieux pour atteindre leurs objectifs nucléaires à des fins militaires. Il n’ira en guerre, que si Israël mette à exécution sa théorie de la ligne rouge.  Obama ne pourra pas supporter qu’avec du matériel américain Israël marquera  à lui seul des points contre l’Iran. La réaction de l’Iran  affichée au demeurant sera de cibler des centres stratégiques américains  au Proche Orient  .Etre de la partie minimisera toute tentative iranienne de nuire à ce qui reste des intérêts stratégiques des USA.

Mais avant une intervention, il sera encore une fois tenté par des négociations –pure roublardise des iraniens- ainsi que par l’arme des sanctions. Cela lui donnera le temps de se préparer mais aussi il narguera Netanyahou sur ce point d’ici le printemps 2013. Car le Gouvernement israélien ne croit pas à la bonne foi des iraniens.

 

Concernant la Syrie  la position d’Obama ne changera pas « wait and see ». Il fera semblant de s’y intéresser de nouveau  vis-à-vis de l’Arabie Saoudite, mais il ne fera rien seul.

En Afghanistan il réalisera le désengagement des armées de la coalition, encore quelques têtes d’el-qaïda qui s’envoleront par des frappes de drones. Après le retrait l’Afghanistan connaîtra le sort du Yémen et de l’Irak.

L’Afrique continuera à être ignorée, alors que là se joue une des plus grandes crise qui occupera le Monde vu le renforcement constant des terroristes sur ce Continent..

Obama  a déjà réalisé sa promesse du discours du Caire en 2009. la réconciliation avec le Monde Musulman. Il a parlé de réconciliation, mais en fait c’est d’une promotion des frères musulmans qu’il s’agissait. Sous le nez de Moubarak qui l’a accueilli avec faste, il préparait la déchéance de ce dernier. C’est cela Obama.

C’est sans doute ce qui a encouragé le Président égyptien Morsi à exprimer sa satisfaction, et le Hamas, à nuancer sa réaction.

 

Obama aura été l’homme politique du siècle, qui aura encouragé le panislamisme pour remplacer le panarabisme du siècle dernier.

Il a joué avec le feu, car c’est une guerre sans merci entre Chiites  et Sunnites  qui a commencé à travers les révoltions dans les pays arabo- musulmans ; une guerre qui éclaboussera également Israël .En effet le prochain pays qui tombera entre les mains des frères musulmans sera la Jordanie, et Obama  le progressiste  haineux des royautés lâchera le Roi  de Jordanie.

Ainsi une ceinture de frères musulmans va se resserrer sur Israël, au-delà de la crise iranienne, ce phénomène donnera des soucis majeurs aux israéliens  qui s’y préparent déjà.

 

Obama II sera le président qui aura divisé l’Amérique , permis par son laxisme  et son inexpérience à l’Iran de se doter de l’arme nucléaire , installer confortablement les frères musulmans, se désengager du reste du monde et réduire les USA à une simple expression :une puissance décadente qui n’aura plus aucune influence sur le Monde libre ,pire elle aura une influence pour promouvoir l’Islam radical que Barak Hussein Obama pense pouvoir atténuer.

 

 

Yossi Malka

 

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec un lien vers la source

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Obama réélu, quelle sera la politique d’Obama II au Proche-Orient ?

    1. o.icaros

      Je n’ai pas suivi l’élection américaine. Après 19 années de complicité, mon chien m’abandonnait. Plus rien n’avait d’importance.

      En revanche, j’avais suivi avec grand intérêt la précédente élection d’Obama. Un homme sorti de l’ombre et qui a fasciné la terre entière. Il est vrai qu’il avait des atouts pour lui. Plutôt beau gosse. De l’allure, du charisme, une voix agréable et un discours séduisant. De plus il formait un beau couple avec sa femme. Bon, très bien, mais on n’élit pas un homme pour sa belle gueule. Les moches n’auraient aucune chance, grande injustice, et si tout était écrit sur le visage, tous les salauds seraient en prison.

      Avec Obama, il y avait quelque chose d’autre.

      Jusqu’au coin le plus reculé de la planète, on avait entendu parlé de lui (alors qu’il n’avait rien fait) et on était dans un grand enthousiasme. Jamais le coeur de la terre n’avait battu d’un même mouvement.

      Celui des Africains, cela fait beaucoup de monde, parce que Obama était un peu noir.

      Celui des musulmans, qui sont pas mal nombreux aussi, parce que Barack s’appelait aussi Hussein.

      Plus étrange, celui des Asiatiques, alors qu’ils ne sont ni noirs, ni musulmans, enfin pas tous.

      Pourquoi cette ferveur et cette unanimité alors qu’il s’agissait d’une élection américaine, étatsunienne comme disent certains?

      Parce que cette élection, a marqué une fin et un commencement: la fin de la domination du monde par les blancs chrétiens. Et le commencement d’une nouvelle ère qui annonce l’arrivée des damnés de la terre sur le devant de la scène planétaire.

      On peut alors se demander pourquoi les occidentaux se sont passionnés pour Obama et ont appelé de tous leurs voeux cette élection.

      On ne peut s’opposer à la dynamique du monde mais de là à applaudir à deux mains à son propre effacement cela ne relève-t-il pas de la schizophrénie?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap