toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Nouvel État arabo-musulman-palestinien : Sarkozy à droite en a rêvé, Hollande à gauche veut le réaliser, par Claude Salomon LAGRANGE


Nouvel État arabo-musulman-palestinien : Sarkozy à droite en a rêvé, Hollande à gauche veut le réaliser, par Claude Salomon LAGRANGE

Je republie cet article déjà affiché en octobre 2011 à peu près dans la même forme sous le titre « Ali Babbas et les nations menteuses ».

Car depuis rien a changé depuis, bien au contraire. Le dernier conflit armé ayant contraint Israël à intervenir pour mettre un terme aux milliers d’engins mortels en tout genre tirés par les groupes nazislamistes sur les populations civiles israéliennes est là pour nous rappeler la réalité des intentions du monde arabo musulman à l’encontre d’Israël.

Une réalité que le Gouvernement de F. Hollande, une année après celui de N. Sarkozy, s’ingénie à nier cyniquement pour des motifs immoraux.

Mais depuis quand fait-on en France de la politique étrangère avec moralité !

 Nous avons déjà eu le droit à une obscène mascarade le 23 septembre 2011, certes sans surprise, dans l’enceinte de la non moins obscène « Organisation des Nations Unies » constituée d’une majorité de nations indignes qui font de la diplomatie pour masquer des mœurs malfaisantes.

Les masques tombent chaque jour un peu plus sur les véritables motivations anti-israéliennes des gouvernants de la France depuis plus de quarante années, même si leurs discours se pare des plumes d’une cause généreuse et d’une phraséologie à connotation progressiste et de justice. L’enfer promis à Israël est pavé de bonnes intentions.

Ce projet de « nouvel État arabo-musulman-palestinien », tel qu’il se révèle être dans sa véritable finalité, conduit Mahmoud Abbas – dans un partage des rôles avec le Hamas et les autres groupes djihadistes soutenus par l’Iran -, à tenter, par toutes les ruses et les escroqueries diplomatiques, à se subsister, qu’à D’ieu ne plaise, par étapes, en lieu et place de l’État juif en vue de son éradication finale. Cela, au sommet de l’Etat français, on le sait.

Dernière photo montrant M. Abbas du Fatah congratulant  I. Haniyeh du Hamas après la trève à Gaza ; 

M. Abbas ayant assuré que son organisation avait  tiré pas moins de 500 roquettes et autres projectiles sur Israël !

D’un côté, le chef de gang terroriste Mahmoud Abbas, mythomane pervers et négationniste Ès-qualité, grimé en homme de « paix » pour mieux leurrer les ambassades européennes consentantes dans ce jeu de dupes.

Il pratique en expert l’escroquerie diplomatique depuis l’ONU ou d’autres enceintes internationales, et il parvient ainsi à abuser, avec leur consentement, des États et des leaders politiques qui agissent comme des « ambassadeurs du mal » en se rendant complices de ses impostures afin de provoquer une reconnaissance d’un deuxième État de Palestine sur la terre souveraine de l’État d’Israël.

De l’autre, les fous de leur Moloch, avec des déclarations réitérées venant d’Iran, ou de ses affidés du Hamas, du Djihad islamique et du Hezbollah. Avec eux ça a le « mérite » d’être sans ambiguïté : Ils n’ont que faire des « frontières de 1967 » ou autres. Ils le proclament sans détour : C’est un « Israël sans plus aucune frontière » qu’ils appellent de leurs vœux !

On entendra bien ici ou là, en France et en Europe un double discours hypocrite consistant, comme en « compensation », sur le « droit d’Israël à vivre en sécurité ». Discours aussitôt invalidés par des condamnations déniant à Israël le droit de se défendre, ou tout simplement de construire en toute souveraineté sur son territoire !

Certes, nous avons aussi entendu précédemment la proposition faite à Israël par N. Sarkozy d’un « suicide assisté » quand il promettait que « si quiconque menaçait l’existence d’Israël (NDLR : une fois rétracté en deçà de ses frontières), la France serait au côté d’Israël », alors qu’il organisait en même temps les conditions de son extrême vulnérabilité en soutenant la démarche du gangster Mahmoud Abbas ! F. Hollande aujourd’hui imite ses prédécesseurs de manière inepte.

Quand ce n’est pas leur franche hostilité, c’est toujours l’ambivalence, l’hypocrisie et le cynisme des nations qui prévaut. La France, à grand son déshonneur, qu’elle soit gouvernée à droite ou à gauche, excelle malheureusement dans ce domaine.

Nous entendons aussi, de plus en plus bruyamment, en Europe et en France en particulier, à droite et à l’extrême droite, mais tout autant à gauche et à l’extrême-gauche qui œuvrent sournoisement avec la meute des pourfendeurs de l’État juif pour manifester, désormais, son « empathie » grandissante avec la cause de l’islam « militant ». Cela leur octroie un double bénéfice : Passer en fraude et sous-traiter des sentiments peu avouables à l’égard de l’État juif, tout en s’octroyant un diplôme de bien-pensance et de progressisme en préconisant « un État palestinien avec Jérusalem pour capitale » !

Pensez donc si c’est la priorité des priorités à défendre la création « d’un État palestinien avec Jérusalem pour capitale » !

Car en France, comme chacun sait, il n’y a pas de problèmes de chômage, ni de crise économique, ni d’insécurité. Comme chacun sait, il n’y a de problèmes gravissimes en Syrie où le pouvoir sanguinaire se bat contre des rebelles tout autant sanguinaires qui ont fait ensemble, en une année, des dizaines de milliers de morts, des dizaines de milliers de blessés surtout dans la population civile et des centaines de milliers de civils réfugiés dans les pays voisins, sans que tous ces faux humanistes ou une cinquantaine de lauréats du Prix Nobel de la paix n’prouvent le besoin moral de protester contre cette barbarie ; trop occuper à diffamer Israël et à appeler à son boycott !

Non, il ne se passe rien dans tant d’autres régions du monde qui justifierait une juste mobilisation. Non, il n’y a rien à dire en France sur la dérive néocoloniale de la France, en Côte d’Ivoire, en Libye, et encore dans tant d’autres régions d’Afrique.

Non, l’alpha et l’oméga de toutes les préoccupations que connaît le monde, c’est Israël !

C’est ainsi que nous observons à quel point l’extrême trivialisation de la vie politique et la haine transgressive ont été élevées depuis des décennies au rang de nouvelle valeur prétendument « avant-gardiste », et comment cela a participé à installer un totalitarisme doux, consistant à s’inventer, sur le dos de l’État juif, une « nouvelle cause du peuple » imaginaire pour un « non peuple sans nom » baptisé « palestinien ».

Nous assistons à des énoncés de plus en plus ouvertement nauséabonds, affranchis de leur charge de culpabilité contre Israël et les Juifs en général par ceux qui se comportent, dans leurs actes et par leurs obscures intentions, comme les héritiers symboliques des éradicateurs de Juifs, en perpétuant une haine des descendants des victimes juives d’hier, en Israël ou en Europe, et en France singulièrement.

Pour donner corps à ces impostures et pour justifier leur complicité active avec l’islamofascisme, nous voyons ressurgir une propagande perverse remise au goût du jour, et qui déjà avait été un temps adaptée par l’idéologie communiste à partir de la propagande nazie, pour procéder, aujourd’hui par tous les rejetons de ces totalitarismes, à une lutte totale contre l’État juif traité comme le « Juif des nations ».

Les évènements s’accélèrent. Ils mettent à jour, comme un révélateur photographique, les intentions qui ne sont plus camouflées de tous ces faux progressistes ou autres justiciers de pacotille, mais qui sont en vérité de vrais imposteurs qui agissent, par procuration, leur haine de l’État juif sous le prétexte fallacieux du soutien aveugle à ce projet de « nouvel État arabo-musulman-palestinien ».

Répétons-le, les guerres terroristes et celles travesties en démarches hypocritement diplomatiques que les arabo musulmans mènent contre l’État juif ne sont pas des guerres visant à régler un quelconque litige frontalier ou à parvenir à un État de paix juste et permanent avec Israël. Le fait est que, ne pouvant parvenir à leurs fins en gagnant les guerres qu’ils ont à chaque fois provoquées et perdues, il ne leur reste plus que la stratégie du mensonge pour tenter de pratiquer un hold-up sur la Terre d’Israël. C’est toujours une guerre de survie qu’Israël doit mener contre ces menaces existentielles clairement revendiquées par ses ennemis.

Il suffit simplement de s’en tenir strictement aux déclarations des leaders arabo musulmans, déclinées régulièrement sur tous les modes comme quoi, « l’État palestinien sur son étendue provisoire sera ethniquement « nettoyé » de toute présence juive », en attendant qu’il en soit ainsi sur toute l’étendue de la « Palestine ».

Un exemple éloquent parmi d’autres, l’interview d’Abbas Zaki, membre du Comité central du Fatah diffusée sur la chaîne Al-Jazeera le 23 Septembre et qui avoue que : « L’accord devrait être basé sur les frontières du 4 Juin, 1967. Lorsque nous disons que l’accord doit être basée sur ces frontières, le président [Mahmoud Abbas] comprend, nous comprenons, et tout le monde sait que : L’objectif ultime ne peut être accompli en une seule fois ». « Si nous disons que nous voulons détruire Israël … Allez, c’est trop difficile. Ce n’est pas une politique acceptable à dire. Ne dites pas ces choses au monde. Gardez-les pour vous … » (…) « Si Israël se retire de Jérusalem, évacue les 650 000 colons, et démonte le mur – Que deviendra Israël ? Il viendra à sa fin. » (Voir l’enregistrement traduit en anglais par MEMRI).

Déclaration ratifiée par anticipation avec le logo exhibé par la Mission de Palestine en France, sous le nez et à la barbe, à moins que ce soit avec la bénédiction du Quai d’Orsay et de l’Élysée, où Israël est remplacé par la Palestine appelée de leurs vœux !

(http://www.palestine-diplo.com/spip.php?article132)

Il arrive que certaines vérités parfois sortent de la bouche des menteurs et plaisent aux oreilles de ceux partagent ce projet de porter atteinte à l’intégrité d’Israël.

La clique terroriste du faussaire Mahmoud Abbas ne recule devant aucun moyen, ni devant aucun stratagème pour s’approprier, par étapes et par la diplomatie désormais, à défaut de pouvoir l’obtenir par les guerres ou le terrorisme, TOUTE la « Palestine », selon ses termes.

Se sentant soutenu par des nations immorales et des leaders politiques qui s’accommodent honteusement de ses mensonges le gouvernement français actuel, à l’instar du précédent, Mahmoud Abbas ne s’embarrasse plus de précautions oratoires pour mentir grossièrement. Et « plus le mensonge est gros, plus il passe ! » en disciple spirituels de J. Goebbels.

C’est ainsi que plus un trompeur cherche à être convaincant, s’il réussit à convaincre le plus grand nombre par la force de sa manipulation et de ses distorsions de la vérité, plus il a de chances de croire lui-même, par effet de répétition, à ses propres mensonges du fait du lien étroit qui existe entre la tromperie et l’autosuggestion.

Les idéologies totalitaires fonctionnent ainsi, par autosuggestion pour soi et par des mensonges grossiers pour le public : « Un mensonge répété mille fois reste un mensonge, un mensonge répété un million de fois devient une vérité » (J. Goebbels).

Une fausse vérité assénée un million de fois par la propagande arabo islamiste, constitue une fausse vérité pour un public abusé, parfois « à l’insu de son plein gré », de même que ceux qui se répètent tant et plus à eux-mêmes que c’est être « progressistes » que d’haïr l’État juif et de soutenir les prétendants à son éradication, finissent par en être convaincus.

Et tout cela est relayé par des médias pervertis, comme nous l’avons encore vu à l’occasion de la dernière opération défensive israélienne à Gaza par les médias français spécifiquement.

C’est ainsi qu’en Europe, décidément terre fertile à l’engouement pour les idéologies totalitaires et judéophobes, est soutenue autant à droite qu’à gauche l’idée d’un nouvel État arabo palestinien dont personne n’ignore sa visée éradicatrice de l’État juif.

Hélas, tout cela se traduira encore davantage par que ce nous voyons déjà à l’œuvre dans ses effets, c’est-à-dire en une guerre contre la civilisation occidentale et ses valeurs, favorisé par le fait que celle-ci souffre gravement d’une « haine de soi » suicidaire en s’identifiant à la cause de ses propres ennemis.

C’est ainsi que, comme cela s’est déjà produit dans l’histoire, que ce qui est injuste contre les Juifs en général et contre Israël en particulier – et je ne dis pas « ce qui n’est pas inconditionnellement pour l’État juif » –, se révélera, à terme, une fois encore, également catastrophique pour les l’Europe en général et pour la France en particulier.

Outre les visées éradicatrices de plus en plus affichées à l’encontre d’Israël par les pays arabo musulmans, corrélativement, il est intéressant d’observer comment les « arabo-palestiniens », comme l’ensemble des sociétés arabo musulmanes éprouvent pour leur ennemi juif désigné et si jalousé, un sentiment formé par l’union de deux contraires que sont, une vénération secrète pour ce que les Juifs représentent de puissance et de réussite ; et un sentiment d’humiliation et de haine la plus intense qui les renvoie à leur incapacité à s’élever dans n’importe quel domaine de leurs activités sociales, culturelles et scientifiques et militaires.

Cela dit, la question de fond demeure de savoir comment une civilisation musulmane structurée dans ses moindres molécules par l’islam peut engendrer des individus et des sociétés dont l’unique raison d’être est l’anéantissement de l’État juif avec lequel les pays arabo musulmans n’ont objectivement aucun contentieux (l’exemple des payas du Maghreb, de l’Iran, etc.). Pourtant, ces pays n’existent qu’à travers cette volonté de détruire et de tuer des Juifs, sans pouvoir se consacrer à rien d’autres que cela pour sortir leurs sociétés de l’arriération profonde dans laquelle elles se trouvent et où leurs « Printemps » les ont enfoncées encore davantage!

Dans leur manière pathologique et chronique de haïr les Juifs, les arabo-musulmans en général se haïssent d’abord eux-mêmes en raison de l’admiration secrète que recèle une haine qui les consume de l’intérieur.

C’est pourquoi une paix véritable reste, aujourd’hui, et pour très longtemps encore, malheureusement, une chimère, et ce, tant que ces obscurs régimes n’auront pas pensé une remise en cause en profondeur de leurs sociétés en vue de se libérer de leurs archaïsmes et de leurs démons intérieurs.

En vérité, si les pourfendeurs de l’État juif étaient si soucieux de justice pour régler le sort des arabes-palestiniens « entretenus » depuis plus de soixante années dans des camps de « réfugiés » par le Liban, la Syrie, la Jordanie, l’Égypte, etc., ainsi que par l’UNRWA et autres ONG, ils exigeraient prioritairement de ces régimes et autres officines, d’améliorer urgemment et définitivement leur sort pour « services rendus » à la cause du pan-islamisme.

Or, nous avons actuellement une magistrale démonstration du grand mensonge que constitue cette initiative auprès de l’ONU par M. Abbas, avec la caution des nations dites « civilisées », dont la France se veut la figure de proue.

Car, si la population arabo-palestinienne doit nécessairement être « reclassée » et libérée de sa fonction mercenaire dans laquelle les « pays-frères » l’ont instrumentalisé depuis 1964, elle doit l’être prioritairement dans l’État palestinien de Jordanie et le territoire de Gaza qui leur ont déjà été attribués, et non au détriment des Juifs-palestiniens, ni au prix d’une amputation supplémentaire de la Terre d’Israël !

C’est pourquoi tous ceux qui soutiennent cette diabolique démarche d’un « nouvel État arabo-palestinien », et particulièrement le gouvernement français qui par sa position très zélée, immorale et déshonorante, n’aident en rien ni les arabes-palestiniens, ni les États arabo-musulmans en général à se démocratiser et à sortir de leurs ténèbres. En revanche, en réglant leurs comptes avec l’État juif, ils ajoutent au cynisme l’injustice.

Mais sont-ils si inconscients des conséquences de leurs actes au préjudice d’Israël ?

Voir également : «  L’acte de pure folie » des pousses-au-crime en faveur d’un NOUVEL État palestinien : Analyse, par Claude Salomon LAGRANGE

Source : Claude salomn LAGRANGE, pour Europe-Israël





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Nouvel État arabo-musulman-palestinien : Sarkozy à droite en a rêvé, Hollande à gauche veut le réaliser, par Claude Salomon LAGRANGE

    1. serge027

      Cette nuit l’ONU a décidé de chasser 500 000 juifs de leur foyer en décrétant « l’existence » d’un état de Palestine sur les « frontières de 67 avec Jérusalem est comme capitale ». Honte à ceux qui ont voté cette résolution. Les palestiniens ne veulent pas d’UN ETAT ils veulent NOTRE ETAT.

    2. didier

      Les Palestiniens ont gagné cette bataille de l’Image, Nethanyaou l’a perdu avec son arrogance.
      Comme le texte en référence trop long et illisible, qui n’apporte rien au sujet.
      De persécuté nous sommes passé à persécuteur, mais c’est du à cette arrogance qui caractérise le peuple Juif et, quand je vois beaucoup de juifs franciliens agir je comprends les réactions négatives des autres…

    3. Rony d'Alger

      Effectivement les nations occidentales font preuve du plus extrême cynisme mais des israëliens, et qui plus est, des gens informés et même bien informés, comme un ancien ambassadeur d’Israël en France, en l’occurrence Mr Daniel Sheck, qui emploie les termes de « palestiniens modérés » à propos de mahmoud abbas, président de l’ATAR (autorité terroriste arabe de ramallah), et de ses sbires. En cela il décerne à ce négationniste un brevet de respectabilité, qu’invoquent souvent ceux qui défendent les ennemis mortels d’Israël.

    4. Didier

      En préambule je signale que je ne suis pas le Didier (Juif complexé et honteux ou antisémite trainant sur le site ) du post de 9H57.

      Je voudrais seulement dire que l’on peut autant faire confiance dans les capacités d’analyse et de réaction d’un fabius actuel ministre des affaires étrangères comme on a pu faire confiance dans la gestion du sang contaminé au même fabius premier ministre de 1984 à 1986.

    5. choasef

      Et apres l’on dira qu’Hollande n’est pas antisemtique, de plus entoure de juifs de cour dans son equipe.

      C’est a se demander de qui se fout-on

    6. DANY

      IL me semble que, dans l’hypothèse où les juifs de Judée-Samarie seraient inquiétés ou assassinés ou expulsés du nouvel Etat Palestinien, tous les Arabes qui vivent en Israël , soit 20 % de la population, devraient être renvoyés « manu-militari » dans leurs pays d’origine et cela à titre de réciprocité.

    7. Robert.Davis

      La réflexion de C.S.Lagrange est intéressante mais il me semble qu’elle est trop « académique »,philosophique et que la REALITE relève plutôt d’une politique de bazar à l’arabe,tout le monde s’étant mis à cette politique de bazar des arabes(voyez le commentaire de fabius d’hier qui disait que la politique de « fermeté » a bien réussi contre assad…)qui consiste à faire d’énormes pressions pour obtenir un tout petit résultat. Par ailleurs Didier n’a que partiellement raison en traitant netanyahou d’arrogant sans doute parce qu’il dédaigne de faire de la propagande mais ses prédécesseurs en faisaient encore moins cela fait 40 ans que cela dure! On peut comprendre dés lors que ces européenstraditionnellement lâches se disent que c’est un « morceau facile » du genre qu’ils adorent et qu’ils peuvent y aller. En somme toiut cela n’est qu’un jeu de poker fait de PRESSIONS POLITIQUESqu’Israel peut facilement gagner s’il se montre DETERMINE et CHASSE LES ARAFATIENS PAR LA FORCE.Encore faut-il VOULOIR vraiment le faire. Son arrogance irait-elle de pair avec la PEUR? Cette peur tous les gouvernements israéliens l’ont toujours eu,celle de perdre et ils ne se battaient que acculés militairement,et qu’ils ne pouvaient vraiment pas faire autrement . Pour eux être acculés POLITIQUEMENT ne semble pas être assez dangereux pour agir enfin.Ce qui est une erreur.

    8. Robert.Davis

      Dany : si le gouvernement israélien a si peur de ce qu’il croit être l’opinion publque mais qui n’est que l’opinion de la gauche,il n’osera pas plus chasser le million d’arabes d’Israel que les les 2,5 m.d’arabes de Judée/Samarie et ceux de Gaza(1m.) Soit il décide d’y aller une bonne fois soit il remet à plus tard comme toujours.Il trouve toujours une bonne raison pour ne pas y aller et entretemps les pressions continuent. Peut-être attend-t-il la fin du mandat de obamama?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap