toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La commémoration de l’Achoura, ou le culte barbare du sang, symbolisant la violence et la destruction sans frontières


La commémoration de l’Achoura, ou le culte barbare du sang, symbolisant la violence et la destruction sans frontières

Des morts au Pakistan, au Yémen, en Afghanistan, mais aussi à Gaza, en Israël, etc.

La commémoration de l’Achoura, un des plus importants événements religieux du calendrier chiite, a été marquée cette année encore par une série d’incidents meurtriers dans plusieurs pays musulmans, entre musulmans. Et au-delà.

Exemples : Au Pakistan, l’explosion d’une bombe lors d’une procession de la minorité musulmane chiite a fait au moins cinq morts et plus de 80 blessés dimanche dans le nord-ouest du pays, au terme d’une semaine où les attentats contre les chiites auront fait au total près de 40 morts.

Loading...

Des Pakistanais chiites commémorant l’Achoura, le 25 novembre, à Karachi. Asif HASSAN /AFP

 

L’attentat a eu lieu à Dera Ismaïl Khan, un bastion de groupes sunnites liés à el-Qaëda qui considèrent que les chiites ne sont pas des musulmans.

De premières informations indiquaient que la bombe était dissimulée à l’intérieur d’un magasin et qu’elle avait été mise à feu à distance, lorsque la foule commémorant l’Achoura s’est approchée. Mais il pourrait s’agir d’un attentat suicide, selon Shafeerulla Khan.

Un porte-parole des talibans pakistanais a revendiqué l’attentat. « C’était un attentat suicide et nous le revendiquons », a déclaré à l’AFP Ehsanullah Ehsan par téléphone.

Samedi, au moins sept personnes ont été tuées samedi dans la même région dans l’explosion d’une bombe placée sur le bord d’une route où défilait une procession chiite, a annoncé la police.

Quatre enfants se trouvaient parmi les victimes de cet engin explosif de 8 à 10 kg déclenché à distance à l’aide d’une télécommande de télévision, le réseau téléphonique ayant été coupé, a-t-il été précisé.

Learn Hebrew online

Au Yémen, des inconnus ont ouvert le feu samedi à Sanaa sur des chiites zaïdites lors d’un rassemblement, faisant trois morts et 10 blessés, selon un responsable de la sécurité et des témoins.

Des milliers de zaïdites, une minorité yéménite qui a combattu pendant des années les troupes de l’ancien président Ali Abdallah Saleh dans le nord du pays, avaient participé pour la première fois à Sanaa à un rassemblement public à l’occasion du deuil de Achoura.

Selon des témoins, une explosion suivie de tirs intenses ont résonné vers 18h30 (15h30 GMT) à l’entrée du lieu de rassemblement dans le nord de la capitale.

Loading...

Le zaïdisme est une branche du chiisme dont la plupart des adeptes résident au Yémen, où ils sont minoritaires dans un pays à majorité sunnite. Depuis quelques années, les zaïdites ont commencé à exprimer des revendications politiques sous la conduite de leur chef Abdel Malek al-Houthi.

Par ailleurs, en Afghanistan, un étudiant afghan a été tué et vingt-huit autres ont été blessés samedi lors de heurts entre sunnites et chiites à l’université de Kaboul, a-t-on appris de source policière.

« Il semble que des violences se soient produites entre sunnites et chiites quand des étudiants chiites ont voulu pratiquer le rite de Achoura dans un dortoir », a indiqué à l’AFP Mohammad Zaher, chef du département d’enquête criminelle de la police de Kaboul, ajoutant que la situation était désormais sous contrôle et qu’une enquête était en cours.

Dimanche, le ministère de l’Intérieur, a annoncé que les universités de Kaboul seront fermées pendant dix jours.

Achoura est une cérémonie commémorant le meurtre de l’imam Hussein, le petit-fils du prophète Mahomet, par des armées du calife Yazid en 680. Lors de cette célébration, des hommes se frappent la poitrine à des dizaines de reprises, avant de se lacérer parfois le dos à coups de lames aiguisées.

L’année dernière, plus de 80 personnes avaient été tuées lorsqu’un kamikaze s’est fait exploser dans la foule à Kaboul pendant cette célébration. Cette année, une forte protection policière a empêché de tels événements de se reproduire, même si des rumeurs de heurts sporadiques ont été rapportées dans Kaboul.

 

Pure coïncidence, au même moment, les groupes djihadistes tels le Hamas, le Djihad islamiste, le Fatah, etc., envoyaient plus de 1500 roquettes, missiles Farj, Katiouchas, etc. sur la population civile d’Israël. Rien que sur la population civile.

La population civile gazaouie, elle aussi a été associée à la fête, peut-être à son corps défendant, en servant de « boucliers humains » aux barbares djihadistes.

Le culte du sang, de la violence, de la destruction et de la mort pratiqué par des musulmans ne connaît pas de frontières.

 

Source : à partir de L’Orient le Jour.





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *