toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Après la trêve, voici la connivence française à l’ONU !, par Freddy Eytan


Après la trêve, voici la connivence française à l’ONU !, par Freddy Eytan

Sauf surprise ou coup de théâtre de dernière minute, la France de François Hollande votera en faveur de l’adhésion de la « Palestine » comme membre non-étatique à l’Assemblée générale de l’ONU.

Une fois encore, la France prouve son attachement aveugle à la cause palestinienne, et comme d’habitude, Paris se détache des Etats-Unis et des capitales européennes et fait cavalier seule. Le dernier vote à l’UNESCO ne fut qu’un prélude dans cette logique cartésienne.

Les Palestiniens ont choisi la date symbolique après avoir « réfléchi » durant plus de …six décennies… et après avoir compris qu’aucun pays arabe n’est capable de détruire l’Etat juif.

En effet, c’est le 29 novembre 1947, deux ans après la fin de la Deuxième Guerre mondiale et la Shoah, que l’Assemblée générale de l’ONU a adopté la résolution 181 sur le partage du territoire mandataire de la Palestine. 33 pays ont voté, pour dont la France, les USA et l’URSS, et 13 contre, dont les pays arabes et musulmans, et la Grèce. 10 pays se sont abstenus, dont le Royaume Uni et la Chine.

Cependant, la France depuis Giscard D’Estaing à ce jour, favorise les Palestiniens au détriment d’Israël. Le 13 novembre 1974, le chef de l’OLP, Yasser Arafat, est invité à l’ONU. Rappelons la scène absurde : Lunettes noires, rasé de quinze jours, coiffé de son keffieh quadrillé, noir et blanc, en veste beige et pantalon marron, un Colt Beretta 9 mm pendu à sa grosse ceinture de cuir, il monte à la tribune, triomphant, devant une salle en délire … Aujourd’hui, la dépouille d’Arafat est exhumé à Ramallah en présence de juges français … Une scène absurde et macabre digne de série noire …

Le 10 novembre 1975, c’est la même Assemblée générale des Nations-Unies qui adopte la résolution 3379 assimilant le sionisme au racisme. Le délégué d’Israël, Haïm Herzog monte à la tribune et devant les caméras du monde entier déchire, en morceaux, cette infâme résolution. Elle ne fut abrogée qu’en 1981.

Le 14 novembre 1988, Yasser Arafat proclame à Alger la création d’un Etat palestinien et déclare : « la résolution 181 assure le droit du peuple palestinien à la souveraineté et à l’indépendance ».

Cet Etat demeure toujours virtuel en dépit du fait que Mahmoud Abbas s’est attribué le titre : « Président de l’Etat palestinien ». On se demande lequel ? Celui qui siège à Ramallah ou à Gaza ? …

L’ONU n’a jamais réussi à imposer un règlement durable au Proche-Orient, mais toujours témoigne et en grande pompe sa solidarité avec le peuple palestinien. La dernière visite dans la région du Secrétaire général des Nations-Unies fut éloquente par son désarroi. C’est la logique du fameux « machin », puisque au mois de septembre dernier, l’ONU a accordé sa tribune au président de l’Iran … l’homme au rire crapuleux qui nie la Shoah et appelle à la destruction de l’Etat d’Israël.
Quant à la France, elle déplore à chaque fois qu’il n’ait toujours pas un réel Etat, propre aux Palestiniens. Mais à qui la faute ? Qui est responsable du fait que les Palestiniens ratent à chaque fois les rendez-vous de l’Histoire et s’entretuent pour régner ? A qui la faute si Mahmoud Abbas est persona non grata dans « une partie de son propre Etat » …

Learn Hebrew online

Israël a accepté le plan du partage en 1947 et accepte aujourd’hui la formule de deux Etats en dépit des grands risques et d’une trêve fragile dans la bande de Gaza.

La supercherie à l’ONU se poursuit dans l’euphorie belliqueuse et hélas avec la connivence et l’encouragement de pays occidentaux, dont la France.

L’opinion publique internationale est manipulée par la propagande arabe, soutenue par des révisionnistes et des historiens nouveaux et négationnistes du sionisme.

Certains faits historiques sont cachés ou falsifiés et des organes de presse suivent pour induire en erreur.

L’image de l’Etat juif est bafouée quotidiennement au sein de la principale organisation internationale et le monde libre laisse faire. Les membres de l’ancienne Société des Nations et en particulier les USA, qui accueillent les délégués, et accordent un budget annuel important pour le bon fonctionnement de cet organisme international doivent réviser et conditionner leur adhésion. Le vote massif contre Israël devenu automatique ne doit plus être accepté à n’importe quel prix !

Enfin, si les Palestiniens prennent des décisions unilatérales contrairement aux accords signés, et bien, l’Etat juif a lui aussi le droit de répliquer par des mesures adéquates et sévères.

La cessation provisoire des combats est impérative pour se réorganiser, tirer des conclusions et réfléchir aux étapes suivantes. Une trêve est toujours fragile mais elle est préférable à des hostilités.

Le Hamas crie victoire mais en fait lance des appels SOS. Cette organisation terroriste se trouve au pied du mur et en détresse. Le bouclage de la bande de Gaza, les raids et les incursions intensives de Tsahal ont ébranlé le mode de vie du Hamas et ont rendu la situation intenable. Les pressions de Tsahal et les sanctions de la communauté internationale ont prouvé leur efficacité même s’ils n’ont pas mis un terme définitif aux tirs des Qassam.

La trêve n’est certes pas idéale mais elle est impérative pour les villageois israéliens qui vivent depuis plus de 7 ans sous la menace quotidienne des roquettes. Nous ne devons pas aussi nous bercer d’illusions quant aux intentions du Hamas. Nous connaissons parfaitement sa tactique. Il va sans doute se réorganiser pour un second souffle et il n’est toujours pas prêt à reconnaître l’existence de l’Etat juif. 

Cette accalmie est temporaire et fragile, mais elle pourrait jeter des bases solides pour consolider les relations de bon voisinage et de coexistence avec nos voisins palestiniens, surtout sur le plan humanitaire et renforcer nos relations avec l’Egypte et l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas.

Dans le contexte régional, cette trêve est aussi logique et sage. En dépit des menaces de l’Iran et du fléau du terrorisme, le Proche-Orient commence à bouger dans le bon sens. Au Liban, un accord est intervenu et la stabilité règne avec l’élection d’un nouveau président de la république.

La Syrie sort de son isolement en négociant avec Israël par l’intermédiaire de la Turquie. Le mois prochain se tiendra à Paris une conférence sur l’avenir du bassin méditerranéen avec la participation de nombreux dirigeants de la région dont Bashar el Assad et Ehoud Olmert. Les six mois prochains seront cruciaux pour l’avenir du monde avec les élections présidentielles aux Etats-Unis et la présidence européenne de la France. Israël a tout intérêt à montrer son habilité diplomatique et ses bonnes intentions plutôt que de prouver ses capacités militaires et démontrer sur l’arène internationale une image belliqueuse.

Sur tous ces plans, la trêve pourrait être bénéfique à Israël à condition bien sûr, de l’appliquer à la lettre. Une violation de la part du Hamas ou des autres organisations terroristes amènerait Tsahal à réagir fortement et dans ce cas aucune chancellerie ne pourra alors reprocher à Jérusalem la légitimité des raids.

Les Palestiniens doivent comprendre que la trêve n’est qu’une épreuve sur le terrain et non un accord en position de faiblesse.

Une opération de grande envergure sera écartée définitivement si le Hamas respecte l’accalmie. Cette tentative de compromis est imprévisible et bien fragile mais elle demeure la meilleure des solutions possibles pour éviter le pire.

Source : Le CAPE, par Freddy Eytan





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Après la trêve, voici la connivence française à l’ONU !, par Freddy Eytan

    1. BENTATA ROGER DAVID

      Je me parmets de rappeler à l’auteur de l’article que la France suit une politique dictée par deux engagements:
      – Elle a initiée les Accords avec la Ligue Arabe dans les années 70: fourniture de Pétrole réguliére contre politique pro palestinienne et « invasion » du territoire par les Musulmans recevant imédiatement la nationalité avec tous les avantages. L’Europe s’est jointe.
      – La France, fille aînée de l’Eglise catholique, fait la politique du Vatican: les dernières déclarations du Cardinal Gianfranco, des évèques Michel Sabbah etWilliam Somali ne laissent aucun doute sur le soutien du Vatican de la cause palestinienne contre tout bon sens: en effet les Chrétiens sont persécutés dans les pays arabes; viols et assassinats font fuir les Chrétiens même de Bethlehem. Le Vatican reste silencieux dans ces désastres subis par les siens et la question est: Pourquoi? (j’ai une réponse!)
      Il n’y a donc pas à s’étonner de la position de la France.

    2. jankel

      Bentata donnez votre réponse???!!!!
      On attend aussi la réponse au silence prudent quasi diasporique d’Israël depuis 90 ans face à l’imposture et forfaiture britannique de San Remo transgressé pour Fayçal contre la Palestine juive alors à nouveau sujette à RE partition…qui est le soi-disant problème d’aujourd’hui…
      Curieux, que personne jamais ne réponde à mes critiques????????????????
      C’est comme pour le Yiddish, jargon franconien-souabe « émergé » miraculeusement (sic..) au 12e siècle en Europe de l’Est…….??????? personne ne morfle, ne serait-ce que pour me réduire au ridicule…!!!!!!

    3. sanfilippo

      Si Nicolas Sarkozy serait a la tète de la présidence de la France jamais il n’aurait signer ce traité

    4. daniele

      Oui c’est triste et honteux de voir la France complice du nouvel ordre mondial en agissant contre Israël.
      Sarkozy n’a pas fait mieux ! Il est sur le tapis maintenant et son parti dans le déshonneur !
      J’ai honte de la France avec ses lois iniques ! Le Président actuel entraîne cette nation sous la colère de Dieu par ses actions actuelles et précédentes.
      Mon seul réconfort, c’est ma foi en un Dieu unique, juste et compatissant.
      Tout est dans les mains du Tout-Puissant ! Il y aura une montée de l’apostasie extrême, mais contrôlé ! jusqu’au retour du Messie le Mashia’h !
      Israël attention aux mauvaises alliances sous la pression du monde !
      Tenez bon votre défense.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *