toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Une histoire d’Abeille par Rachel Franco


Une histoire d’Abeille par Rachel Franco

Combien de Juives et Juifs, d’Ami(e)s d’Israël ne se sont pas trouvés confrontés comme Rachel Franco l’exprime plus bas, à cette dure période de découragement, de remise en question face à une exécration croissante et expansionniste à outrance  contre Israël et le Peuple Juif ?

Tout semble profiler (à tort) devant des BDS, et autres acabits tout aussi « élogieux », la réussite de cet acharnement diaboliquement noir, cette récurrence ô combien machiavélique de la haine antijuive et antiisraélienne.

Cette aversion calfeutrée sous des pseudos aspirations à la paix et justice, d’humanisme travestie, de ténacité aliénatrice contre l’objet innocent n’est autre, nous le savons tous, que de l’antipathie primaire et gratuite.

Consciente ou dramatiquement inconsciente (cas rare), troublante et étourdissante mentalité se reposant sur de tels paradoxes…, et/ou encore en d’autres endroits, d’intérêts réducteurs et utopiques (politique, économique…), sacrifiant pour un contrat à la « Daladier » la véritable paix aspirée, peuvent donner l’impression que nous perdrions notre temps.

Devant cet étalage se place également la tristesse répétitive déjà connue dans l’histoire des montées extrémistes, tant de droite que de gauche, un populisme se galvaudant à une vitesse propre aux conjonctures actuelles, mais laissant présager pour l’avenir des jours sombres et obscurs où, Israël encore, se trouvera toujours dans la ligne de mire.

Rien de nouveau sous le soleil me dira t on, mais devant cette évidence se profile néanmoins non pas un hypothétique espoir, mais la conviction qu’Israël ne perdra pas.

Elle ne perdra jamais malgré les circonstances qui voudraient en donner un avis contraire.

Utopie ? Certainement pas.

Elle se repose sur l’assurance sans équivoque d’un fondement juste, réel, se révélant non à des rêvasseurs romantiques à la recherche dans le passé d’une « Atlantide » imaginaire et poétique, ou le mythe andalou de Cordoue , mais bien la concrétisation de ce qui a déjà commencé il y a bien des années avec le retour à Sion, et Jérusalem, Capitale Eternellement Juive.

Les civilisations du passé comme le citait si bien Nathalie Abrahamian pour israel-flash n’ont pas survécues. Le Peuple Juif et son retour après des millénaires est lui bien réel.

Ce joyaux que tout Israël, la Communauté Juive et ses ami(e)s savent ne se finalisera non pas sur l’hadith mensonger figurant dans l’article 7 de la charte du hamas :

 » Lorsque le Juif se cache derrière un rocher ou un arbre, celui-ci dira : ô musulman esclave d’allah, un Juif se cache derrière moi viens le tuer »,

mais bien certainement sur  » dix hommes de toutes les langues des nations saisiront un Juif par le pan de son vêtement et diront : Nous irons avec vous !!! »

Jérusalem, Israël, le 26/08/2012

Un soir, j’ai été prise par la pensée que si mes écritures à tonalité journalistique se font plus rares, c’est sans doute parce que j’ai tant à faire pour réussir à me centrer et me construire qu’il est difficile de courir plusieurs lièvres à la fois, et qu’il faut savoir mettre de l’ordre dans ses priorités. J’ai aussi pensé qu’il y a de nombreux autres compagnons de route qui écrivent fort bien ce que je pense et qu’il n’est donc pas utile de se disperser pour dire la même chose, même si c’est d’une autre manière.

Ce matin, comme chaque matin, j’ai parcouru les articles des sites qui luttent contre la désinformation, pour suivre les pas de géants que font, malheureusement, les islamistes contre le monde libre. J’ai alors vu que l’un de mes anciens articles était publié à nouveau par Europe-Israël. Il s’agissait de ma reconnaissance à notre ami Guy Millière. J’ai alors pensé que mon désir de relâchement de la veille n’était peut-être pas juste et que chacun apporte toujours un éclairage qui lui est personnel.

Loading...

Sur le chemin de Jérusalem, je me suis arrêtée sur la montagne où repose le prophète Samuel. En ce lieu, régulièrement, je vais déposer mes prières et je sais que la vue splendide sur Jérusalem et ses environs me remplissent de force et de joie profonde pour la journée. Il était encore très tôt, j’étais la seule femme présente. Habituellement, je me place aux pieds de la tombe mais ce matin-là, mon désir a été de me placer près de la tête, je ne saurai dire pourquoi.

Puis en quittant ce lieu chargé d’énergies, j’ai passé ma main sur mes cheveux et une abeille qui s’était posée là, m’a piquée un doigt. La douleur a été vive et a duré quelque temps.

Je savais pourquoi j’avais été piquée et comme Dreuz.info fait partie de cette histoire, j’ai donc décidé de la partager avec vous.

En hébreu, une abeille se dit Dévorah (Deborah en français) qui s’écrit avec les racines du mot Dibour qui veut dire Parole.

Parce que j’ai souhaité freiner ma parole dans notre combat contre les forces obscures de l’islam nazifiant, une abeille posée sur mes cheveux m’a piquée. Les cheveux sont, entre autres, l’expression de la force mais surtout un lien de connexion avec la lumière divine, d’ailleurs la tête est le lieu où réside la pensée. C’est donc là que l’abeille s’est posée et c’est près de ma tête qu’elle a enfoncé son dard dans mon doigt. Moi, qui aime lire le monde comme un livre de signes, il m’a semblé alors comprendre que je ne devais en aucun cas me reposer et que ma parole devait s’ajouter à celles de mes compagnons de route.

Puis, j’ai parlé de cette histoire à mon époux et il m’a rappelée qui était Deborah.

Learn Hebrew online

Deborah était une femme, juge et prophète, qui a encouragé le peuple Juif et notamment le ministre de la guerre de cette époque, qui s’appelait Barak, à œuvrer dans la guerre contre les ennemis des enfants d’Israël. Barak refusait le principe de cette guerre si Deborah n’était pas du combat. Deborah était une femme qui parlait, chantait et savait prier. Elle a accepté en répondant à Barak que le mérite reviendra alors à une femme d’avoir gagné cette guerre. La guerre a été gagnée, également grâce à Yaël, autre femme qui a tué le chef ennemi de ses propres mains… après l’avoir nourri de lait.

Je ne connais pas bien cette histoire biblique mais je me suis laissée aller à penser ainsi :

Ce sont les femmes qui sont maitresses de l’art de la compréhension profonde, de la déduction, ou encore de l’intuition, et ce sont elles qui savent, plus que bien des hommes, recevoir et entendre les non-dits et sentir les dangers qui guettent les hommes. Ce que je dis ici est bien sûr une généralité fatalement inexacte pour toutes et tous, mais si profonde en tant que vérité ésotérique.

Loading...

Deborah dit à l’Eclair (Barak veut dire Eclair) d’agir et d’avoir confiance. Elle sait entendre dans le silence, elle sait parler en Son nom, elle sait prier et elle sait chanter.

Yaël donne le lait qui endort l’ennemi et elle le tue par un coup porté sur sa tête, et Deborah, l’abeille, récolte le miel de la victoire décisive.

La parole, quand elle est épurée, donne la force et le courage d’agir dans les situations les plus extrêmes. Je ne sais quelle est la position de notre Chef d’état-major actuel dénommé Ehoud Barak, dans cette guerre malheureusement nécessaire contre l’Iran et je suppose qu’il s’agira d’une opération-éclair, destinée à détruire les nombreuses têtes d’ogives nucléaires de l’ennemi, mais je sais que le lait et le miel coulent dans le pays d’Israël et que les femmes, ici, sont vaillantes et courageuses.

Il n’y a plus de prophètes en Israël et il n’y a plus de femmes juges et prophètes. Mais le mérite des Justes existe et agit pour nous dans chaque génération.

Les femmes d’Israël ne sont pas des femmes qui chantent de joie et distribuent des bonbons quand leurs fils se font exploser au milieu des Juifs. Ce ne sont pas des femmes qui aiment la mort et se réjouissent des attentats suicides de leurs progénitures. Non, ce ne sont pas des femmes qui nourrissent leurs bébés avec la haine anti juive et anti occidentale.

Quand les femmes d’Israël prient, c’est pour le bien de tous et pour remercier le Ciel de la protection divine qui nous est garantie. Chacune d’entre nous est un petit soldat qui agit en toute discrétion, selon sa nature et ses qualités propres et souvent cette action prend l’habit de la parole et de la prière.

Ma manière à moi est d’écrire et l’abeille est venue me le rappeler, un peu douloureusement. Ceci a également eu le mérite de réveiller ma mémoire, et je me suis souvenue du temps où « Dreuz » se nommait « drzz ». Comme ce nom était imprononçable, je m’adressai à son directeur en l’appelant « l’abeille ». Je suis certaine qu’il me lit aujourd’hui et s’en souvient bien. Encore un hasard ? Mais non, c’est justement une histoire d’abeille.

© Rachel Franco pour www.Dreuz.info







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Une histoire d’Abeille par Rachel Franco

    1. Joëlle

      « Ce joyaux que tout Israël, la Communauté Juive et ses ami(e)s savent ne se finalisera non pas sur l’hadith mensonger figurant dans l’article 7 de la charte du hamas :
      » Lorsque le Juif se cache derrière un rocher ou un arbre, celui-ci dira : ô musulman esclave d’allah, un Juif se cache derrière moi viens le tuer »,
      mais bien certainement sur » dix hommes de toutes les langues des nations saisiront un Juif par le pan de son vêtement et diront : Nous irons avec vous !!! » »

      quelle belle et vraie conclusion ! 🙂
      l’ idéal pour Israël serait qu’ il arrive à ne plus entendre les voix vociférantes du monde qui n’ appartient pas à D.ieu ( je sais, c’ est difficile; elles sont si bruyantes ! ), et qu’ il se focalise sur la Bible qui seule dit la vérité. Qu’ il s’ y accroche de toute son âme et avec toute sa confiance. Que ses dirigeants aux-mêmes cherchent à gouverner selon les voies de D.ieu. Quoi d’ autre est important ?

      voici des récits de voyage du XIXe siècle, racontés par le pasteur Jean-Marc Thobois, histoire de rappeler aux ignorants ou aux menteurs, à qui est la Terre Sainte :

      Chateaubriand, entre Jaffa et Jérusalem, n’ a pas vu un seul arbre.

      Pierre Loti : « Jérusalem »
      « Ô Jérusalem, quelle splendeur dans ce nom qui va s’ éteindre, dans cette ville qui est à l’ agonie, et dont demain il ne restera plus rien, plus aucun souvenir, plus aucune trace, Jérusalem, ô l’ éclat mourant de ce nom, comme il résonne encore du fond des âges et des poussières. Je veux dire dans cette époque transitaire le degré d’ effacement de sa grande ombre sainte, qu’ une génération à venir ne verra même plus . »

      Félix Bovet, théologien protestant suisse : « voyage en Terre Sainte » 1861
      « les chrétiens qui l’ ont conquise, la Terre Sainte, n’ ont pas su la garder. Les Sarrasins qui la leur ont enlevée en ont été chassés par les Ottomans. Ceux qui sont maintenant les propriétaires l’ ont réduite à un désert. Les Arabes eux-mêmes qui la peuplent ne peuvent être considérés que comme campés dans le pays. Ils ont dressé leurs tentes dans ses pâturages et s’ y sont pratiqué un gîte dans ses ruines, mais ils sont restés étrangers à son sol et ne l’ ont pas épousé. Le vent du désert qui les a amenés peut aussi les emporter sans qu’ il subsiste la moindre trace de leur passage. D.ieu, qui a donné la Palestine à tous ces peuples, n’ a permis à aucun d’ entre eux de s’ y enraciner. Il la tient en réserve jusqu’ à ce que vienne ce peuple auquel il l’ a promise ».

      « Quelle heure est-il à l’horloge de Dieu ? » du pasteur Jean-Marc Thobois – Partie 3 à partir de 2 mn
      http://www.wideo.fr/video/iLyROoafzF8n.html

      avec tendresse, une amie

      _________________________
      I added cool smileys to this message… if you don’t see them go to: http://s.exps.me

    2. Francis

      Merci Rachel pour cette réflexion.
      Sur le passage : « Ce sont les femmes qui sont maitresses de l’art de la compréhension profonde, de la déduction, ou encore de l’intuition, et ce sont elles qui savent, plus que bien des hommes, recevoir et entendre les non-dits et sentir les dangers qui guettent les hommes. Ce que je dis ici est bien sûr une généralité fatalement inexacte pour toutes et tous, mais si profonde en tant que vérité ésotérique. »
      Je vous propose 2 enseignements du Rav Ron Chaya (2x 33min. courage… ?) qui éclaire bien cette pensée.
      Et Dieu créa l’Homme-Femme
      http://www.leava.fr/cours-torah-judaisme/pensee-juive/530_et-dieu-crea-l-homme-femme.php
      Masculin / Féminin
      http://www.leava.fr/cours-torah-judaisme/homme-femme/268_masculin-feminin.php
      Dans nos vie d’église, nous pouvons aussi remarquer que les femmes sont plus réceptives (en générale) aux dons de l’Esprit. (Prophéties et paroles de connaissances)
      Sur le mot « hasard », je l’écris « hasarD » avec un D comme D.ieu ?
      Que D.ieu vous bénisse

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *