toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Interview de Dan Meridor : « Les Iraniens connaissent le prix fort à payer »


Interview de Dan Meridor : « Les Iraniens connaissent le prix fort à payer »

INTERVIEW : Vice-Premier ministre en charge du Renseignement et de l’Énergie atomique, Dan Meridor détaille au JDD les plans israéliens vis-à-vis de la menace iranienne. « Si on donne une date limite, cela restreint l’effet de surprise d’une attaque éventuelle », explique-t-il.

Pour Dan Meridor, « les Iraniens doivent en savoir le moins possible sur nos possibilités et sur nos plans. » (Reuters)

Votre ministre de la Défense, Ehoud Barak, ne cesse de dire depuis des mois que l’Iran, à force de cacher et d’enterrer ses installations nucléaires, va entrer dans « une zone d’immunité », ce qui rendrait des frappes militaires contre ces sites inefficaces. Ce discours est-il toujours d’actualité ?

Vous pouvez voir les choses de deux façons : Les Iraniens cherchent à se doter d’une bombe nucléaire depuis près de trente ans et ils n’y sont toujours pas arrivés.
Peut-être parce qu’ils savent que le prix à payer sera très élevé et parce qu’ils ont peur des réactions de la communauté internationale. En même temps, il faut le dire, nous n’avons pas réussi à les stopper, et c’est pour cette raison que toutes les options restent sur la table.

Faut-il, comme le souhaite votre Premier ministre, Benjamin Netanyahou, fixer « des lignes rouges » à l’Iran, adresser un ultimatum ?

Je ne veux pas entrer dans les détails mais les Iraniens doivent en savoir le moins possible sur nos possibilités et sur nos plans. Si on donne une date limite, cela restreint l’effet de surprise d’une attaque éventuelle. Il se trouve que les Iraniens ont interrompu une fois leur programme nucléaire, lorsque les États-Unis ont attaqué l’Irak en 2003. Puis ils l’ont repris et en moins de cinq ans, ils sont devenus capables d’enrichir de l’uranium de 3,5% à 20%.
Aujourd’hui leurs recherches sur l’étape cruciale de l’assemblage d’une bombe atomique, une fois qu’elle sera fabriquée, est en cours. Nous le savons, ils savent que nous le savons.

« Il y a une telle disproportion entre l’Iran et Israël, nous restons David contre Goliath. »

Mais que se passera-t-il si vous n’attaquez pas l’Iran ou si les États-Unis n’interviennent pas non plus ?

La difficulté, c’est que les États-Unis sont depuis longtemps perçus par leurs alliés arabes sunnites comme la seule puissance qui peut et qui doit les protéger. Aujourd’hui, surtout depuis les printemps arabes, ces pays sont entrés dans une ère du soupçon. Si les Américains, soutenus par la communauté internationale, ne parviennent pas à mettre fin au programme nucléaire iranien, ces pays arabes seront tentés très vite de se doter également d’un arsenal nucléaire, ce qui changera radicalement l’équilibre stratégique du Moyen-Orient.

Vous ne croyez donc pas dans la dissuasion nucléaire qui permettrait à l’Iran de se comporter de façon responsable comme les Russes, les Chinois ou même les Pakistanais jusqu’à présent ?

Non. L’Iran affirme haut et fort qu’Israël n’a pas le droit d’exister et doit disparaître. Cela ne veut pas dire qu’ils le feront, mais l’acquisition de la bombe les rendra plus forts et plus audacieux dans l’exportation de leur révolution islamique et du terrorisme. Leurs alliés, comme le Hezbollah ou le Hamas, comprendront qu’ils pourront plus facilement enrayer le processus de paix au Proche-Orient qui reconnaît l’existence et la réalité d’Israël. Depuis la Shoah, Israël est devenu un État fort et les Iraniens ne le supportent pas. C’est ce qui a fait dire au président Rafsandjani, il y a presque vingt ans déjà, qu’Israël était un pays destructible avec une seule bombe. Il y a une telle disproportion entre la superficie de leur territoire et le nôtre que même puissants, nous restons David contre Goliath.

Israël peut-il se permettre de frapper l’Iran sans l’accord ou la participation des États-Unis ?

Nous avons réussi à former une coalition qui dépasse de loin l’alliance entre Israël et les États-Unis. Grâce aux rapports de l’AIEA alimentés par les informations des services de renseignement d’une dizaine de pays, dont le nôtre et le vôtre, nous ne sommes plus seuls à vouloir stopper l’Iran. Les États-Unis sauront assumer leurs responsabilités, ce sont les leaders du monde libre mais ils savent aussi que nous sommes indépendants et que nous prenons nos décisions nous-mêmes lorsque nos intérêts sont en jeu. Ce fut le cas en 1967 pour la guerre des Six Jours et en 1981 pour le bombardement de la centrale nucléaire irakienne d’Osirak …

Source : Journal Du Dimanche





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Interview de Dan Meridor : « Les Iraniens connaissent le prix fort à payer »

    1. masca38

      Sachant qu’un Pays doté d’une arme destructrice peut être aussi bien dangereux pour l’état d’Israël que pour tous les autres états, avant de déclencher une guerre mondiale, il serait désastreux que la communauté international ne se mobilise pas pour exiger que l’état d’Iran cesse immédiatement de vouloir créer une arme destructrice.

    2. Manoufox

      Quand je transmets ceci j’enlève le soupçon qui est porté sur les services secrets israéliens.

      C’est l’histoire normale d’un mec normal qui naît à Bagdad…
      Dans les années 70, sa famille immigre au Royaume-Uni pour raison politique. Normal !
      En 2002, cet irakien obtient la nationalité britannique. Normal!
      En 2002 juste avant que l’Angleterre n’attaque l’Irak ! Normal !
      Il s’avère que le mec est un chef d’entreprise, ingénieur-consultant qui bosse dans les satellites… Normal !
      Son dernier client était l’entreprise SSTL, Surrey Satellite Technology Ltd, entreprise travaillant pour l’agence spatiale britannique et faisant partie du groupe EADS, complexe militaro-industriel français. Le job normal quoi !
      Le mec, il habite avec toute sa famille dans un quartier aisé de la capitale londonienne dans une maison cossue d’une valeur minimum d’1 million d’euros; mais il aime aller en France régulièrement pour aller faire du camping avec sa caravane. Normal !
      Toute la famille est sous surveillance des services secrets britanniques, Normal !
      Le mec, il décide juste au moment de la rentrée scolaire et du business, en Septembre, de partir en vacances avec toute sa famille. Normal !
      Il part avec sa voiture, prend le ferry pour aller dans un camping français en Haute-Savoie, mais sans sa caravane qui, elle, est restée en Angleterre. Normal !
      Par contre, le mec, en plus de son passeport britannique, il prend également son passeport irakien pour aller en France! Normal !
      Ah oui, y a aussi la grand-mère dans la voiture…et. elle, elle a un passeport suédois. Normal !
      Bon, le mec, il arrive avec toute cette famille dans un camping près d’Annecy un lundi matin et le mercredi après-midi, Il emmène toute la famille faire une petite excursion (sans oublier mamie suédoise) dans la montagne, en prenant soin d’emmener tous les bagages dans sa voiture. Normal !
      Et le mec, une fois arrivé sur le parking de cet endroit isolé en pleine montagne, il n’a même pas le temps de dire ouf et d’arrêter le moteur de la voiture qu’il se fait buter, lui, sa femme et la grand-mère au pistolet-mitrailleur. Normal !
      Chacun avec une balle dans la tête.…Normal !
      La voiture, elle, est restée intacte, sans avoir reçu de balles.…Normal !
      Ah oui, quand même, la voiture, elle a un pneu dégonflé……Normal !
      Ah et puis, tant qu’on y est, y a aussi à côté de la voiture un cycliste français qui s’est fait buter en même temps. Normal !
      Le cycliste, il bossait pour Cezus du groupe Areva dans le secteur des combustibles nucléaires. Normal !
      Alors, pour résumer la situation, le cycliste français d’Areva, l’ingénieur britannique d’origine irakienne bossant à la fois pour l’agence spatiale anglaise et EADS, sa femme et puis la grand-mère irakienne avec un passeport suédois se sont fait buter par un ou plusieurs pros de la gâchette avec 15 douilles retrouvées, mais la gamine de 8 ans, elle, elle s’est uniquement fait tabasser et est toujours vivante.…Normal !
      Juste après la tuerie, y a un témoin qui se pointe. Normal !
      Lui aussi, c’est un cycliste. Normal !
      Lui aussi, il est britannique. Normal !
      Et c’est un ancien de la Royal Air Force. Normal !
      Quand il arrive sur les lieux, la voiture est toujours en marche, la gamine titube encore, debout, mais les agresseurs, eux, ont disparu…Normal !
      Après avoir secouru la gamine et appelé les secours à 15h48, le cycliste anglais de la RAF casse la vitre du conducteur pour rentrer dans la voiture, au lieu d’ouvrir simplement la portière…Normal !
      Les secours arrivent sur place, constatent le décès des 3 adultes dans la voiture sans remarquer la présence d’une deuxième gamine de 4 ans à l’arrière aux pieds des 2 passagères. Normal !
      L’enquête est tout de suite confiée à des experts parisiens au lieu des experts lyonnais quasiment sur place…Normal !
      Les experts parisiens (qui eux sont pros et réactifs) arrivent sur la scène du crime 8 heures après le premier appel au secours. Normal !
      Et là, parce qu’ils sont de vrais bons experts, ils découvrent la deuxième gamine de 4 ans dans la voiture. Normal !
      Tandis que les policiers d’Annecy, eux, ils ont cherché cette deuxième gamine pendant des heures dans la montagne sans la trouver.
      Ben ouais, puisqu’elle s’était cachée dans la voiture !!! Normal !
      La gamine de 8 ans, elle, elle a été déclarée morte dans un premier temps, puis en vie et sauvée dans un deuxième temps, et enfin, dans un troisième temps, plongée dans un coma artificiel pour une seconde opération médicale lors de la conférence de presse du procureur d’Annecy…Normal !
      Toujours à cette conférence de presse, le procureur nous explique qu’il faut être prudent, qu’il n’est pas sûr de l’identité des victimes, que l’enquête commence tout juste. Par contre, il nous présente le déroulement des faits avec précision, intégrant d’office la version du cycliste britannique. Normal !
      Une dernière news nous apprend que l’ingénieur irakien d’EADS était aussi un cycliste passionné,
      Bref, pas de quoi en faire un gruyère, c’est juste une histoire normale de 3 cyclistes en balade en Haute-Savoie !…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap