toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

En finir avec la subordination et la « sabordi-nation », par Pat Quartier


En finir avec la subordination et la « sabordi-nation »,  par Pat Quartier

Israël n’a-t-il pas accordé un intérêt immérité aux inconsistants Juifs d’Europe ces vingt dernières années ?

Les habitudes ne se modifient que très lentement.

Rien d’anormal à cela en rapport des évènements à l’origine de la création de l’Etat d’Israël.

Loading...

L’impulsion effective de la renaissance est partie d’Europe, alors puissance mondiale dont le concours était indispensable.

Tel n’est plus le cas aujourd’hui.

La dynamique historique remonte à Théodore Herzl, faisant le constat de l’antisémitisme européen et son cortège de souffrances doublées d’humiliation depuis des siècles.

Que de difficultés, pour que finisse par s’imposer le projet du retour au sein des Juifs partagés entre l’immobilisme des religieux orthodoxes rivalisant avec les Juifs assimilés adeptes de la culture libérale, sans compter ceux imaginant disparaître dans « l’homme nouveau » marxiste.

Le projet a néanmoins pu se réaliser, malgré les obstacles dressés par l’occupant britannique et les puissances européennes qui n’ont pas aidé les Juifs à fuir lors la montée du nazisme puis de son déchaînement.

Sueurs, sang, et larmes ont précédé et suivi la création de l’Etat d’Israël dont les pionniers ont défriché les terres et purgé les marais, tout en combattant les terroristes et les armées arabes coalisées, lesquelles visaient à l’éradication des juifs et de leur Etat.

Learn Hebrew online

Une partie conséquente de l’immigration est due à la politique de rejet des pays arabes qui ont expulsé 900.000 juifs de leurs pays, complétant partiellement l’immigration première des Juifs Ashkénazes.

Mais depuis la guerre de 1967 qui a permis à Israël de conquérir des territoires lui donnant de l’espace au point d’en faire un pays viable et digne de ce nom, avant de les reperdre en grande partie, que s’est-il passé ?

Il y’a eu certes un renouveau spirituel procurant aux Juifs un sentiment de fierté, mais ce sentiment ne s’est pas traduit dans les faits par un retour massif en Israël.

Loading...

Le phénomène n’est pas nouveau. Mais il est humain.
Seules des poignées de personnes déterminées osent prendre des risques par idéal.

Combien rejettent les habitudes, la facilité et les conforts matériels une fois enracinés dans des pays dont ils ont adopté jusqu’à s’identifier l’idéologie et le mode de vie ?

En 539 avant l’ère chrétienne, le roi de Perse Cyrus renvoyait les Juifs à un décret divin les enjoignant de quitter la Perse pour retourner en Israël reconstruire le deuxième temple.

Le cortège de Juifs ayant quitté les provinces Perses fut ridicule en nombre : Moins de 30.000 selon les sources Talmudiques.

Fort de cet exemple, lié en rappel aux versets bibliques mentionnant le refus ou la crainte des Hébreux d’entrer en guerre contre les peuples qui occupaient indûment la Terre d’Israël, on peut comprendre à quel point l’Histoire juive fraye son chemin au forceps.

A chaque fois que les Hébreux ou les Juifs n’ont pas suivi, des catastrophes se sont abattues sur eux du fait des nations chez lesquelles ils se sont attardés après un court âge d’or culturel.

Avec le recul de l’Histoire, l’on serait parfois tenté de penser « tant pis pour eux », ils ont fait leur choix. Ils ont pris leurs risques.

Qui ne perçoit pas les menaces que les Juifs courent de nouveau dans une « nouvelle » Europe dont l’avenir ne semble pas encourageant ?

Aujourd’hui ces mêmes Juifs – degré d’abaissement ultime – dont les représentants Français sont allés serrer la main du négationniste Abbas ou bien organisent sans contestation des soirées littéraires en y faisant participer des signataires de la flottille pour Gaza (!) mettent en danger l’existence de leurs enfants, mais aussi celle de leurs frères en Israël en ne peuplant pas des territoires de Judée-Samarie, du Golan, de la Galilée, du Néguev, alors qu’ils n’ont plus rien à attendre de leurs pays d’accueil.

Il eut suffi et il suffit qu’un dixième d’entre eux-soit un peu plus de 50.000 – viennent s’installer dans ces territoires pour ne plus entendre la voix hypocrite du concert des nations, devant le fait accompli.

Les habitants du Gouch Katif aurait-il été expulsés si ceux-ci l’avaient peuplé ?

Rien que pour les Juifs de France, si seulement 20.000 personnes peuplaient la Judée-Samarie la face d’Israël en serait changé.

Car c’est bien une lutte féroce qui se déroule entre les arabes et Israël pour occuper la moindre parcelle de terre.

Il suffit de se promener aux abords des routes jouxtant par exemple la Judée-Samarie pour constater les constructions massives de maisons – à l’architecture coréenne – payées par des fonds provenant des Emirats Arabes.

Qu’importe pour les arabes que ces maisons soient vides, elles existent pour marquer un fait d’occupation et d’expansion.

Il s’agit pour les arabes de créer sur le terrain des droits acquis en repoussant progressivement les Juifs sur des territoires qui se rétrécissent … En attendant la victoire finale par la démographie ou/et la guerre.

Les gouvernements israéliens ont-ils conscience de cette guerre silencieuse ?

Qu’ont-ils faits depuis les accords d’Oslo pour contrecarrer cette menace grandissante ?

A vrai dire pas grand chose, ceux-ci étant tétanisés par la pression internationale qui se manifeste chaque fois qu’une dizaine d’appartements bénéficient péniblement d’un permis de construire. Pourtant les arabes, ne s’embarrassent d’aucun préjugé !
Ils construisent illégalement à tours de bras.

Ne nous voilons pas la face : A moins d’un retournement historique toujours possible en Europe, il ne faudra pas compter sur les Juifs de ce continent qui masquent leurs défaillances sous le paravent de vertus religieuses, du laïcisme (qui commence à les combattre), ou du communautarisme, sans oublier les prétendus intellectuels de gauche qui font corps avec les ennemis d’Israël.

Or le temps presse à présent.

Des solutions de repeuplement existent.

Israël doit réorienter sa politique d’immigration en favorisant des groupements humains qui s’affirment Juifs sur le continent Africain et Asiatique.

La plupart d’entre eux ont subi aussi les vicissitudes de l’Histoire, se sont convertis ou ont été convertis de force, à l’Islam ou au Christianisme. Ils désirent en éliminer les scories et rentrer en Israël !

Un prochain article leur sera consacré.

Ceux-ci opèrent un retour aux sources, à leur identité première hébraïque dont ils sont fiers. Ils seraient plusieurs millions !
(cf. : source)

Ils pourront revivifier le sionisme paralysé dont les dirigeants actuels sont le reflet, et mettre un terme aux jacassements d’une communauté internationale soumise à l’influence des pays islamiques et pétroliers.

Quelle meilleure perspective pour réduire la subordination face aux nations occidentales et le sabordage du sionisme que pratiquent les gouvernants israéliens en essayant de maintenir un statu quo qui s’effrite de plus en plus ?

« Si vous le voulez ce ne sera pas une légende ». L’Histoire Juive n’a pas dit son dernier mot.

Sources : Ynet  : Millions of Africans see themselves as Jews, researcher says & Parole volée





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *