toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’antisémitisme français contemporain : Un baromètre qui prend la mesure des problèmes de société. Une interview de Shmuel Trigano


L’antisémitisme français contemporain : Un baromètre qui prend la mesure des problèmes de société. Une interview de Shmuel Trigano

« Les conditions de renaissance d’un courant d’opinion antisémite (« antisioniste »), en France, résultant d’une fusion avec l’antijudaïsme islamique classique, reflètent l’état actuel de la société française. Les nouveaux-arrivants, autant que d’autres secteurs de l’opinion démontrent – depuis, maintenant, une décennie – combien l’instrumentalisation de la position symbolique et mythique des Juifs dans la société française et la mentalité européenne, est devenue le moyen de faire progresser leur propre agenda politique, dans le plus parfait cynisme.

Plusieurs partis politiques de diverses obédiences, des hommes politiques et des publicistes manipulent également la situation des Juifs comme un levier, dans des domaines variés.

« Lorsque le second soulèvement palestinien a éclaté, en 2000, une vague d’antisémitisme virulent a traversé l’opinion publique française. Israël était décrit comme monstrueux, un Etat nazi qui cherchait à tuer intentionnellement des enfants. Ce narratif anti-israélien a des racines plus profondes. Les stéréotypes antisémites étaient déjà présents – quoiqu’encore enfouis – tout au long du processus d’Oslo. Les Juifs étaient, alors, souvent accusés de « surexploiter la mémoire de la Shoah », pour en tirer du prestige, du pouvoir et se l’approprier en exclusivité ».

Shmuel Trigano est Professeur de Sociologie à l’Université de Paris Nanterre, Président de l’Observatoire du Monde Juif et auteur de nombreux livres traitant de philosophie et de pensée politique juives.

Trigano remarque que, si l’on veut comprendre la situation actuelle, il est essentiel de se rappeler, non seulement l’accroissement important des actes d’antisémitisme violent en France, qui a explosé en 2000, mais aussi la réaction du public qui l’a accompagné : « C’était sans précédent, en ce qui concerne toute la période de l’après-guerre. Ses principaux auteurs étaient des citoyens français d’origine arabo-musulmane et d’Afrique sub-saharienne. Il y avait déjà eu des incidents similaires – bien qu’en moins grand nombre – au cours de la Première Guerre du Golfe, au début des années 1990. »

Trigano rappelle que la violence antisémite fut largement passée sous silence, autant dans la presse que de la part des autorités publiques, durant plusieurs mois.

« Même les organisations juives demeuraient silencieuses, nous avons su plus tard que c’était à la requête expresse du gouvernement socialiste, conduit par le Premier Ministre Lionel Jospin. Cette Omerta a constitué un facteur déterminant expliquant pourquoi la communauté juive s’est sentie abandonnée, aussi bien par les autorités françaises que par une société trop complaisante.

« La situation des Juifs, en France n’a fait qu’empirer, lorsque divers medias ont exprimé des opinions affirmant que la violence et la haine étaient « compréhensibles », au vu des évènements au Moyen-Orient et des politiques adoptées par Israël. Cela impliquait que la destinée des Juifs de France était déterminée par les politiques israéliennes et la posture critique française à son égard.

« Durant les premiers mois de ces attaques, la communauté juive a demandé de l’aide, mais personne ne l’a entendue. Cela a conduit à ce que beaucoup de Juifs de France prennent conscience que leur place et leur citoyenneté dans ce pays étaient, désormais, remises en question. Ils ont commencé à comprendre que les autorités préféraient sacrifier la communauté juive sur l’autel de la paix civile. Cette attitude se voyait encore renforcée, du fait de la politique pro-arabe de la France, à partir du déclenchement de la guerre d’Irak.

« Les Juifs ne comprenaient pas qu’on commettait des actes violents contre eux, au nom des évolutions qui se déroulaient à plus de 3000 kms de là. Aujourd’hui, certains se rappellent encore les paroles d’Hubert Védrine, ancien Ministre socialiste des affaires étrangères, que plusieurs hommes politiques ont répété, avec des tonalités à peine différentes : « On ne doit pas forcément se sentir choqué que des jeunes Français d’origine immigrée éprouvent de la compassion pour les Palestiniens et qu’ils se montrent particulièrement agités, à cause de ce qui leur arrive
».

Trigano remarque que : « Individuellement, les Juifs réagissent en fonction de leurs propres expériences du passé. Une psychanalyste française d’origine juive, la regrettée Janine Chasseguet-Smirgel me racontait que, pour elle, cela lui rappelait les années 1930. Sur le coup, cela m’avait semblé relever de l’exagération, parce que la France est censée être une société démocratique ouverte. Pourtant, il devenait très difficile de comprendre comment le discours de la presse libre d’un Etat libéral pouvait suivre l’injonction du gouvernement avec une telle uniformité. Par la suite, cela m’a permis de mieux comprendre la réalité de l’Union Soviétique.

« Mes propres associations d’idées faisaient plutôt retour sur le départ d’Algérie de notre famille, en juin 1962, lorsque nous avions dû fuir et attendre durant deux jours, sur un aéroport militaire, seulement munis de deux valises. Nous avions alors juste refermé la porte de notre maison derrière nous et quitté les lieux, alors que le pouvoir gaullien nous avaient abandonnés. Il ne nous restait plus qu’à nous sauver, si nous ne voulions pas être tués dans ce chaos.

« Ces sentiments liés aux traumatismes subis n’ont pas quitté les Juifs de France, malgré le fait que, deux ans plus tard, Nicolas Sarkozy, devenu Ministre de l’Intérieur, a commencé à tenter de combattre l’antisémitisme. Peut-être que la prise de conscience publique de ce problème survenait trop tard.

En France, l’autocensure, concernant la libération de la parole antisémite, était rompue. Depuis lors, on rencontre de fréquentes expressions antisémites dans le domaine public.

Un gouvernement démocratique ne dispose d’aucun moyen pour modifier ce phénomène. Les médias et le gouvernement désignent, de manière fallacieuse, l’antisémitisme comme relevant de « tensions inter- communautaires ».

« L’une des conséquences de l’hostilité dirigée contre les Juifs, c’est le développement croissant d’une attitude politique en leur sein qui rappelle plus celle du temps du ghetto que de la citoyenneté. Ils se sentent marginalisés et, par conséquent, tendent à s’abstenir de se manifester comme tels. Cela ne concerne pas seulement l’habit (la kippa) mais aussi les formes symboliques du judaïsme et de l’être juif.

Un autre phénomène remarquable est le nombre croissant d’élèves et d’enseignants qui sollicitent l’adhésion dans des écoles privées juives, parce qu’ils se sentent vulnérables et sans défense au sein des écoles publiques où la puissance publique ne les protège plus.

« Le processus idéologique d’incitation à la haine anti-juive se poursuit depuis plus de dix ans, au sein de cercles convergents où les islamistes, l’extrême-gauche et l’extrême-droite se retrouvent.

Les Juifs représentent une portion trop faible de l’électorat pour s’attendre à un changement quelconque de la part de quelque courant politique que ce soit. Pour le dire de façon globale, il y a actuellement très peu d’empathie pour les Juifs et Israël dans l’opinion publique française ».


Source : Lessakele, Interviewé par Manfred Gerstenfeld, le 5 avril 2012 (soit un mois avant l’échéance électorale), plus que jamais en phase avec l’actualité. Adaptation : Marc Brzustowski. Le Dr. Manfred Gerstenfeld préside le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 9 thoughts on “L’antisémitisme français contemporain : Un baromètre qui prend la mesure des problèmes de société. Une interview de Shmuel Trigano

    1. Moshé007

      Je ne comprend pas l’inquiétude des Juifs de France vis-à-vis de Hollande, ne pas le confondre avec la clic qu’il va écarté d’un revers de main.
      Ayrault a choisit François Rebsamen comme ministre le l’intérieur, qui lui a, décliné l’offre en raison de son poste de Maire de Dijon.

      Bien des choses vont changer en France, mais les mafias islamistes en cheville avec les ex-tenants et lieutenant des brigades de l’oas ayant plutôt arranger leurs affaires avec les petits barons se cachant derrière les idéologies soutenues par l’ex-président.

      La France va revenir dans son ornière « plus » républicaine et les communautarismes n’aurons pas la vie aussi belle que sous Sarkozy !

    2. Brigitte - Europe-Israel.org

      J’aimerais tant avoir le même optimisme que le vôtre !!
      Bonne journée Moshé007

    3. CSL-Europe-Israël.org Post author

      Cher monsieur, vous dites « ne pas comprendre l’inquiétude des Juifs de France vis-à-vis de Hollande », ne pas le confondre avec la clique qu’il va écarter d’un revers de main. »
      Vous dites plusieurs choses.
      Autrement que de l’inquiétude car la communauté juive e France est mature et courageuse pour ne pas avoir à s’inquiéter, car les Juifs aujourd’hui ont des réponses à la situation qui leur est faite, c’est de la méfiance et de la défiance qu’éprouvent les Juifs de France, et d’ailleurs, vis-à-vis de la gauche française. Car comment expliquez-vous les mauvaises fréquentations de Hollande (PCF, Parti de gauche, Verts, Extrême-gauche) et ses soutiens par les islamistes ?
      « Ne pas le confondre avec la clique qu’il va écarter d’un revers de main » ? Pourtant le dicton assure que, « qui se ressemble s’assemble ! ». Et comment fera-t-il pour les « écarter d’un revers de main » ? F. Hollande serait-il à ce point versatile vis-à-vis de ses alliances et de ses soutiens, et en ferait-il un emploi jetable dès qu’il accède à la plus fonction ?
      « Bien des choses vont changer en France » promettez-vous, mais elles ont déjà changé, en négatif, grâce à l’idéologie dominante qui est de gauche, et toutes ces régressions à son actif, dans tous les domaines, le sont peut-être de manière irréversible.
      Enfin, je ne sais si vous connaissez réellement ce que sont en réalité « les mafias islamistes » pour alléguer qu’elles sont « en cheville avec les ex-tenants et lieutenant des brigades de l’oas ».
      Vous ne deviez pas être né au moment de la Guerre d’Algérie, et vous ne l’avez sûrement pas vécue, et peut-être même pas étudié pour avancer de telles fantaisies. Vous semblez ne pas savoir ce qu’est l’islamisme, et moins encore ce que fut l’OAS.
      Quant à l’ex-président Sarkozy, je suis à l’aise pour en parler, ne l’ayant pas ménagé lors de son mandat.
      Mais là aussi, vos associations ne font pas sérieuses.
      Quant aux communautarismes dont vous dites qu’elles « n’aurons pas la vie aussi belle que sous Sarkozy ! », vous semblez ignorer l’époque Mitterrand qui, par l’entremise de SOS racisme et autres officines qui furent inventées par lui pour les flatter dans le sens du poil, et surtout les « potes ».
      Le « communautarisme », au sens du refus des lois de la République et du repli sur soi date de cette époque et Sarkozy en a au mieux hérité, au pire il n’a pas su le combattre, ou s’il tenta de le faire de manière inefficace, la gauche et toute la bien-pensance s’employèrent à prendre la défense de ces communautarismes anti républicains.

    4. Moshé007

      CSL, je vous comprend, et vous suis, maintenant lorsque vous déclarez que je ne serais pas né ou que je méconnaisse l’histoire des bandes de barbouzes, aujourd’hui, complétement macquées, chevillées avec les mafias islamistes, vous vous méprenez !

      N’oubliez jamais qui fut le mentor de Sarkozy en matière « d’affaires », ses méthodes et ses pratiques. Je ne vais pas venir vous inonder avec les nombreux dossiers mêlant Sarkozy et ses « anciennes » relations proches des milieux les plus fumants mais je vais quant même citer le nom de Pasqua, qui n’est pas à l’ombre des réseaux proches « des » milieux algériens et libyens.

      Réseaux qui ont permis à des centaines de milliers de « racailles » de s’armer lourd, mettant l’ordre public dans une impasse chronique. Ce problème n’est pratiquement jamais soulevé, mais dites-vous bien qu’il s’agit d’une menace allant bien au delà des voitures incendiées et autres incivilités largement missent sous tapis par le gouvernement Fillon.

      Pire que les 5 dernières années, serait difficile à concevoir en matière de sécurité dans une nation occupée par des terroristes en devenir et au travers de centaines de zones dans lesquelles aucune force de l’ordre n’ose pénétrer.

      Donc un arsenal largement au delà des capacités de la nation française d’être représentée sur son propre territoire, et il s’agit de centaines, plutôt de milliers de containers remplis d’armes de guerre et étrangement, en retour de, une France qui livre plus de 190 missiles « hot » au gouvernement hizbollah libanais, dont un certain nombre aurait transités le long de la frontière israélienne, alors CSL, si vous le souhaitez, parlons de ces missiles étrangement cédés par Sarkozy au hizbollah, car je ne vois pas vraiment à qui d’autre dans ce Liban mité par les factions islamistes, ce cadeau était censé être destiné ???

    5. Moshé007

      Maintenant, plus largement, vouloir absolument amalgamer ou plutôt, cantonner le parti socialiste avec les soutiens provenant des populismes de gauche ne me semble pas très productif, même si l’on prend en compte les inconnus au bataillon, ces placards rutilants de non-existence en politique concrète, on ne peut pas encore voir poindre de sales museaux au passé entachés, nous pouvons plus ou moins attester que les plus douteux ont été écartés habilement, là, je vise la mère Aubry et son mari plus qu’embarrassant. Il me semble que ce rejet catégorique de la mère Aubry des tables ministérielles est plutôt un signe encouragent et fait que nous pouvons nous dire que le pire est derrière.

      Egalement, aucun retour d’ascenseur envers mélanchon ou quiconque venant de l’aile gauche ou écolo faisant les louanges des enturbannés les plus proches des nazismes soutenus par la gauche ou plutôt, « les gauches » !

      N’oublions pas non plus cette gauche caviar dont certains membre de notre communauté ont pour faire partie de la photo, engagé des actions incendiaires comme ce fameux BHL soudain à droite de Sarko, si nous cherchons à pointer du doigt les véritables dangers qui pourraient nuire aux Juifs de France, pas la peine d’aller chercher chez Hollande, il suffit de tourner la tête de 90° et regarder dans nos propres rangs, comme dans les signatures encore présente sur la liste de jcal et voyons si beaucoup de membre du nouveau gouvernement auraient souillés leurs postérité avec de tels trahison ?

      Conclusion, si il faut chercher des poux ans la tête du gouvernement PS, d’accord, mais avant, il vaudrait mieux chercher ailleurs, en tout cas pas en regardant par le petit bout de la lorgnette !!

    6. CSL-Europe-Israël.org Post author

      Ce que vous dévellpez-là me paraît plus proche de la réalité.
      Quant au fait de chercher chez JCall quelques poux, bien entendu. Mais les quelques petits juifs très marginaux qui en sont, qu’ont-ils encore de Juif ?
      Enfin, attention à ne pas trop idéaliser le PS, comme d’autres le feraient avec d’autres tendance politique. C’est vrai que la gauche se prête volontiers à ce type d’adhésion, elle qui depuis son origine se prétend messianique. Et des faux-messianismes, en 2000 ans, on a bien connu une bonne trentaine.

    7. CSL-Europe-Israël.org Post author

      Sur de nombreux points que vous soulevez, vous prêchez un convaincu. Quoique, sans cautionner certaines pratiques, l’histoire des barbouzes (que je condamnais quand je m’étais égaré à gauche, erreur de jeunesse …) est à remettre dans son contexte de « guerre froide », « en face », chez les communistes surtout, ils n’y allaient pas « avec le dos de la cuillère » non plus. Donc, il faut faire attention à évaluer les évènements en les replaçant dans leur contexte historique, sans les banaliser évidemment.
      Les réseaux de « racailles » que la France arme de lourd, « la politique arabe de la Françarabie » bien sûr !, où la France, sous la gauche comme sous la France vend son âme depuis si longtemps.

    8. Moshé007

      Contrairement à vous, je ne me suis jamais laissé enivrer par les sirènes de la propagande trotsko-mao-stalinienne, alors que j’avais environ 18 ans (anecdote) je me suis fait jeté d’une faction jeunesse trotskiste après 2 mois de volages ; parmi ses membres il y avait une des adhérentes particulièrement envoutante et une fois avoir conclu une alliance strictement apolitique et envoutante, le chef scout de la secte me demanda, en présence de toute la clic, ce que je venais faire au sein de l’austère et dogmatique congrégation militante ? Ma réponse fut courte ; eh bien, je suis juste venu pour pratiquer une forme de socialisme plus physique, disons plus charnelle !

      Ce fut ma dernière minute au sein d’un groupuscule politique !

      Maintenant CSL, il ne faudrait pas parce que vous avez trop trainé dans le bercail des staliniens d’antan trop vouloir idolâtrer l’autre camp, car si vous regardez bien, en 2012 et dans les hospices des mouvements de droite, hormis les cravates et autres quolibets de séant, comme une rolex ou des boutons de manchette thiery mugler, la droite s’est largement rattrapée dans le sport de l’élevage de braves petits militants !

      Donc rassurez-vous, et si il me reste quelques traces de gauche sous l’une de mes semelles, sachez, qu’avant de venir sur ce site, je m’engage formellement à bien m’acquitter de me frotter énergiquement les pieds sur le paillasson de la décence.

      Mais pour revenir à un sujet qui me préoccupe par dessus tout, c’est à dire la sécurité et la place de choix qu’occupe le peuple des Bnei-Israël et celui de l’état d’Israël, je reviens sur ce transfert de missile dans le giron du hizbollah, cadeau de Sarko aux pires menaces visant Israël, quel est votre position face au précédent gouvernement dans cette sombre affaire ?

    9. CSL-Europe-Israël.org Post author

      On pourrait poursuivre longtemps encore ce courtois échange. Sachez que « je ne me suis jamais laissé enivrer par les sirènes de la propagande trotsko-mao-stalinienne », alors que j’étais plus jeune. Ma culture et mon éthique juive me préserva de cet égarement.
      De même, sur les conseils de Maïmonide, ma recherche du « juste milieu » me garantit aussi de sombrer dans un fonctionnement binaire. C’est-à-dire, si je ne suis pas de gauche, il faut être à droite, et inversement.
      Je ne peux m’étendre, je prends un avion dans peu de temps pour la Guaule, ou du moins ce qu’il en reste. Mais il va de soi que, venant de la gauche ou de la droite, je suis sans aucune complaisance avec quiconque arme les ennemis des Juifs et d’Israël. Et ajouterais-je aussi, même si cela peut sembler désuet, pour l’honneur de la France.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap