toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Une performance israélienne pour les AVC !


Une performance israélienne pour les AVC !

Thrombotech Israël teste un médicament «piggyback» (signifiant ‘porter quelqu’un sur son dos’) qui améliore grandement le seul médicament existant pour détruire les caillots sanguins dans le cerveau.

Il y a une petite fenêtre d’opportunité lorsque le dommage causé par un accident vasculaire cérébral peut être minimisé par des médicaments. Le problème est que le médicament, tPA ou PLAT, fonctionne au minimum pour 10 % de toutes les victimes d’AVC, et doit être administré rapidement. Pour les personnes qui vivent loin des hôpitaux et pour ceux qui ne sont pas de bons candidats pour recevoir le médicament en raison de ses effets secondaires, une solution israélienne est en cours.

Thrombotech teste son médicament “piggyback” – un peptide synthétique qui se lie au tPA et semble annuler ses effets secondaires potentiellement dangereux tout en élargissant considérablement le délai dans lequel il peut travailler à dissoudre les caillots sanguins dans le système vasculaire du cerveau.

La société Thrombotech a été fondée en 2000 basée sur la recherche du Professeur de l’Université Hébraïque Abdel-Raouf Hijazi, un israélo-arabe. Les premiers essaies cliniques suggèrent que la formule Hijazi peut réduire considérablement les effets d’un AVC en faisant des tPA applicables à une population beaucoup plus large.

À l’heure actuelle son utilisation est très limitée en raison d’un laps de temps court et parce qu’il peut provoquer des saignements au cerveau ou œdème.

“Il est seulement pertinent pour un sous-ensemble restreint de personnes”, explique le PDG de Thrombotech Ruth Ben-Yakar.

Elle est convaincue que le médicament Thrombotech, actuellement appelée THR-18, permettrait d’aller jusqu’à 85% de toutes les victimes d’AVC à recevoir tPA, et par conséquent d’éviter à long terme les dommages causés par un accident vasculaire cérébral, comme la paralysie.

“Tout ce qui est plus de 10% est bon pour nous,” dit Ruth Ben-Yakar. Les patients peuvent prendre TH-18 jusqu’à 9 heures après un accident vasculaire cérébral. “Il pourrait augmenter le nombre de patients qui peuvent prendre tPA aujourd’hui sur la base des symptômes ou la gravité de l’AVC.”

Les tests de toxicité de la Phase I ont été effectués sur des volontaires humains au centre médical de l’Université d’Hadassah à Jérusalem, qui est affilié à l’Université Hébraïque.

Learn Hebrew online

L’entreprise a commencé un essai de phase II impliquant des patients d’AVC. Dans l’étude en double aveugle, certains patients reçoivent le tPA et TH-18, tandis que d’autres reçoivent le tPA et un placebo afin de mesurer l’effet de l’ajout TH-18.

Thrombotech est en attente d’approbation pour commencer des études similaires en Europe et aux États-Unis.

Ruth Ben-Yakar explique que Thrombotech attaque le problème sous un angle différent de celui d’autres entreprises qui tentent (en vain jusqu’à présent) de venir avec une solution de rechange tPA.

“L’AVC est un domaine très dangereux pour les entreprises”, dit-elle. “Plutôt que de chercher un autre agent neuroprotecteur, nous appartenons à un groupe différent en travaillant à améliorer quelque chose qui a été acceptée pendant de nombreuses années.”

TH-18 agit en modifiant la molécule tPA pour éviter les interactions chimiques entre tPA et les cibles non-emboliques dans le cerveau. Cela permet aux tPA de dissoudre les caillots sanguins sans provoquer de saignement.

Thrombotech a aussi de bonnes raisons d’espérer que le même agent pharmaceutique pourrait être efficace pour des indications cardiovasculaires et d’hyper-tension sanguine.

Basée à Nes Ziona avec un effectif de six personnes, cette toute petite entreprise cherche à répondre à un marché de 3 milliards de dollars. L’AVC est la troisième cause de décès aux États-Unis, où il tue environ 140.000 personnes chaque année.

Certains des actionnaires de Thrombotech comprennent Clal Biotechnology Industries, Ofer Salut-Tech et Hadasit Bio-Holdings.

Si tout va bien, selon Ruth Ben-Yakar, le nouveau médicament pourrait être sur le marché d’ici 2017.

Par Rivka Borochov, adaptation Siliconwadi.fr

 

Siliconwadi

27/04/2012







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Une performance israélienne pour les AVC !

    1. Ephraïm

      Il est à prévoir que bien sûr , tous les ennemis boycotteurs de produits israéliens de par le monde ,refuseront de se guérir avec tous ces nouveaux remèdes issus du génie et du labeur israéliens , nous en serons plus vite débarrassés !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *