toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Violences antisémites en Europe


Violences antisémites en Europe

La fusillade de Toulouse réveille de vieux démons. Le drame qui a coûté la vie à quatre membres de la communauté juive est l’acte antisémite le plus grave commis dans l’Hexagone depuis 1982. Il faut remonter à l’attentat de la rue des Rosiers contre le restaurant Goldenberg pour trouver un bilan aussi lourd, 6 morts et 22 blessés, le 9 août de cette année-là. Cette tuerie est-elle un acte isolé ou témoigne-t-elle d’un mouvement plus profond en France et en Europe ? Tentative d’analyse.

Basée à Vienne, l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) recense les données fournies par les états membres concernant les violences antisémites mais aussi racistes. S’il se dégage une tendance à la recrudescence de ces actes en Europe, il est difficile de comparer l’évolution pays par pays.

Rapport de la FRA 2011

Pas de norme

Selon Blanca Tapia, porte-parole de l’Agence, il n’existe pas de norme, comme une nomenclature des actes, ou de caractère obligatoire à cette démarche au sein de l’Union. Seuls douze états membres rassemblent des données concernant les actes de violences racistes selon leurs propres critères et les communiquent ensuite à l’Agence. Cette dernière les publie sur son site.

 

Le scandale de la cellule de zwickau

Et sur ces douze pays, seuls l’Autriche, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Suède et le Royaume-Uni font un distinguo entre les actes racistes et les actes antisémites. Mais là encore, si le contexte antisémite ou raciste n’a pas été identifié clairement lors de l’enquête, certains crimes ne sont pas officiellement reconnus comme tels et n’apparaissent pas dans les statistiques. C’est le cas par exemple en Allemagne avec l’affaire de la cellule des terroristes de Zwickau. Les trois membres de ce groupe néo-nazi sont accusés d’avoir assassinés dix personnes d’origine étrangère, dont huit dans la communauté turque entre 2000 et 2007. La police n’avait pas relié, avant l’automne dernier, les affaires entre elles et reconnu les motivations racistes.

Cette découverte avait alors fait scandale.

L’exemple français

L’Hexagone fait par contre office de “bon élève” dans la prise en compte des actes antisémites. Selon Blanca Tapia, « la France est, pour l’instant, le seul pays d’Europe qui recense dans une base de données les actes antisémites en milieu scolaire. Ils ont un logiciel spécifique à l’enregistrement de ce type de violences. Cela ne signifie pas pour autant qu’il y ait plus d’actes de cette nature dans le pays. » Mais cela démontre que la France est sensible au problème. Elle a d’ailleurs présenté le mois dernier un plan national d’action de deux ans sur ce sujet.

Source: CFCA (Forum de coordination pour la lutte contre l’antisémitisme), interview de Blanca Tapia, de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) (en anglais).





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Violences antisémites en Europe

    1. Bobby

      Acte antisémite le plus grave depuis 1982 dans l’hexagone ? N’oublions pas en 2006, Ilan Halimi, kidnappé, torturé et assassiné dans les conditions les plus abjectes, uniquement à cause de sa judéité, un acte longuement prémédité pas plusieurs monstres, dont aucun ne fût capable de dire stop.

      Le prédicateur antisémite Kémi Séba dont l’influence est incontestable et qui avait menacé les rabbins au cas où l’on toucherait un cheveux de « son frère » Fofana , mais aussi Dieudonné, ont bénéficié d’une trop grande indulgence de la Justice Française, jusqu’à maintenant.

      Qu’attendons nous aussi, pour réclamer la fermeture du site « La Banlieue s’Exprime » dont le fond de commerce est l’antisémitisme de son créateur Ahmed Moualek, gros soutien de Dieudonné, leurs vidéos haineuses polluent le Net. Et par dessus le marché, ce site ose sous-entendre, ce vendredi 23 mars, qu’Israël aurait armé et entrainé, le chien Merah. Des insinuations reprises par Soral dans une interview à une radio iranienne francophone, toujours la même meute. Ceci mérite amplement l’étude d’une plainte en diffamation.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap