toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Antisémitisme la parole se libère: « 300 balles de pistolet c’est énorme pour un homme qui a tué des Juifs cette sale race »


Antisémitisme la parole se libère: « 300 balles de pistolet c’est énorme pour un homme qui a tué des Juifs cette sale race »

L’attentat antisémite du terroriste Mohamed Merah (notons que les médias ont bien du mal à qualifier d’attentat ce qu’ils appellent la « tuerie ») a libéré la parole de l’antisémitisme véhiculé dans certains milieux musulmans et dans certains mosquées où prêchent des imams radicaux.

Des manifestations de femmes voilées à la mémoire de Merah au rassemblement d’extrêmistes islamistes organisé par le collectif Cheik Yassine à Saint Michel, en passant par les pages facebook et les blogs, le saccage de tombes juives à Nice, l’agression de jeune collégien dans le XIIIème, la France se réveille pour s’apercevoir qu’elle est envahit de cette haine antisémite islamiste ! Tous les jours depuis l’attentat de nouveaux faits divers antisémites ont lieu un peu partout en France.

Il est temps de le gouvernement adopte des mesures draconiennes pour contrôler la conformité aux valeurs républicaines de l’enseignement répandus par les imams !
Le BNVCA reçoit depuis la tragique tuerie antijuive de Toulouse,le 19 mars 2012, et l’élimination du tueur islamiste Mohamed MERAH, un grand nombre de signalements qui mettent à jour la libération de la parole violemment antisémite, sur des sites de partage, des forums de discussion,ou même dans la vie courante.
Parmi les cas recensés, le BNVCA dénonce et condamne les faits qui lui ont été rapportés par la cliente du magasin ZARA situé au Centre commercial de Creteil.

Selon Mme Rachel N. . . Elle se trouvait le 22 mars 2012 dans cette boutique, lorsque 2 vendeuses vêtues de l’uniforme ZARA, commentant l’affaire effroyable de Toulouse, à haute voix pour être bien entendues,auraient déclaré :

« 300 balles de pistolet c’est énorme pour un homme qui a tué des Juifs cette sale race ! » à une autre vendeuse qui aura répliqué « Mais il a tué des enfants quand même ! » il est répondu « Et alors ? ce sont des Juifs quand même ils allaient bien devenir un jour des adultes ! De toute façon ils doivent tous mourir cette sale race de merde !« 

Le BNVCA a décidé de déposer plainte auprès du Procureur de la République de Creteil.
Le BNVCA demande à la direction des 2tablissements de ZARA de prendre les mesures disciplinaires et pénales qui vont s’imposer.





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 22 thoughts on “Antisémitisme la parole se libère: « 300 balles de pistolet c’est énorme pour un homme qui a tué des Juifs cette sale race »

    1. Nadja

      J’ai entendu un jeune collégien appeler ses camarades à une manifestation « contre toutes les religions, pour la liberté » en m’expliquant (car je suis intervenue immédiatement) que « c’était contre les juifs qui ont fait exprès de tuer des juifs pour faire croire que c’est des musulmans qui sont responsables ». J’ai pris le temps de lui dire ce qui s’est passé pour qu’il s’enlève ce film de la tête. Et il m’a répondu : « Ah bon? C’est ça qui s’est passé, je ne savais pas. ». Nous vivons un vrai cauchemar

    2. BaruchG

      Ce sont les arabes la sale race de merde maudite avec leur prophete pedophile et assassin comme eux.

    3. Jacky

      Dire que leur prophète est un assassin ce n’est pas une insulte mais un fait historique d’après le Coran.Quant à le traiter de pédophile la il y a matière à discutions.Épouser une petite de 6 ans est ce de la pédophilie?

    4. Bobby

      [email protected]
      Merci de remettre les pendules à l’heure, car les barbares n’attendent qu’une chose pour justifier leurs actes : qu’on rentre dans leur jeu en tombant, aussi bas qu’eux.

      Les islamistes misent sur une forte stigmatisation des musulmans, pour que les modérés finissent par les rejoindre, contrariés de subir l’amalgame malgré leurs efforts. Et méfions nous des trolls du FN, qui viennent dans les forums, jeter de l’huile sur le feu, en espérant que la population française « de souche » rejettera d’un bloc, juifs et arabes.

    5. Bobby

      Regardons les choses en face, l’antisémitisme en France ne s’est pas libéré depuis quelques jours, mais depuis bientôt 12 ans, le jour où France 2 a décomplexé l’antisionsime, en instrumentalisant l’affaire Al Dura, et en récidivant à mainte reprises, depuis. D’une chaine publique fortement syndiquée par des centrales aux mains d’idéologues, ça n’étonne pas, mais que les directeurs autorisent et cautionnent cette propagande, là, il y a des comptes à rendre, aujourd’hui.

      J’ai constaté depuis cette époque, que les esprits se lâchaient, et pas seulement chez les prétendus musulmans, car de nombreux français athées ou catholiques de Gauche comme de Droite, toutes catégories sociales confondues, ne se gênaient plus pour attaquer les juifs frontalement, avec des propos qui avant, n’étaient que suggérés. J’ai été de couper les ponts avec nombre de personnes, fermement et parfois violemment, épuisé de tenter d’expliquer des évidences à des sourdingues ou des provocateurs.

      Si France 2 a exacerbé l’antijudaïsme de nombreux musulmans, elle a surtout décomplexé l’antisémitisme latent d’une partie de la population française, qui a saisi à cet instant là, une opportunité de libérer sa mauvaise conscience collaborationniste. De nombreuses familles en France, sont concernées, ou bien par le manque de courage de leurs aïeux ou alors par la collaboration directe avec les nazis. Au lieu de faire leur méa culpa, les médiocres préfèrent, par orgueil mal placé, trouver une « bonne » mauvaise excuse pour justifier l’injustifiable, dès qu’on leur en donne l’occasion, comme France 2 l’a fait ce jour là et ensuite, ainsi que d’autres médias.

    6. BaruchG

      C est cela, quelle passivite et quelle molesse, meme que les insulter c est trop pour vous!
      Expliquer moi quel avantage donne votre tactique?Moins de haine de leur part, moins de meurtres?
      Pauvre communaute vous me faites de la peine.

    7. Bobby

      Vous avez 100 % raison Lydie, sur les fondements de ce nouvel antisémitisme véhiculé par de prétendus doits-de-l’hommistes depuis les années 60, la plupart de Gauche. J’ai déjà dit la même chose sur d’autres posts, mais je ne parlais donc pas des racines de ce mal, mais de sa libération frontale dont parle l’article ici, cette explosion sans complexes, accompagnée de violences récurrentes, qui elle, est vraiment liée à l’instrumentalisation par France 2 des événements à Gaza depuis 2000, avec toute la désinformation dans laquelle, cette chaîne s’est vautrée.

      Avant, les gens étaient plus hypocrites et cachaient leur haine derrière des discours pseudo politiques alambiqués, là, ils sont passés à la vitesse supérieure depuis 12 ans, en criant à l’Hallali sur Israël et leur fantasmé « lobby juif » et ont réussi comme vous le dites, à laisser leurs divergences de côté, pour se retrouver tous unis autour du même bouc émissaire : gauchistes, frontistes et islamistes, ensembles pour casser du juif.

      Je suis partagé entre peur et colère, il sera difficile de ne pas se radicaliser nous aussi contre ces fanatiques, vu le laxisme de nos élus et d’une Justice aux mains d’un trop important Syndicat de la Magistrature, qui selon ses principes gauchistes, défend toujours le criminel contre la victime, mais aussi de l’influence d’une franc-maçonnerie souvent encline à la démagogie, elle-aussi, au nom d’une prétendue fraternité à sens unique, pour maintenir la paix sociale.

      Et bien sûr, critiquer les excès de ces deux influences (trotskyste et maçonnique) sur les décisions de justice, vous classe aussitôt dans la catégorie des fascistes, puisque que la liberté d’expression est à sens unique, comme le prouvent les condamnations injustifiées contre le courageux Eric Zemmour, au nom du politiquement correct pour ne pas dire politique de l’autruche : maintenant, même relever une évidence est passible de poursuites, alors que l’antisémitisme est en comparaison, bien moins pénalisé dans la France de 2012.

    8. Bobby

      @Nadja
      Oui, un cauchemar car depuis trente ans, la république a fui les quartiers pauvres, l’enseignement et la discipline ont déserté de l’école, la culture a été éjectée de la télévision, confortant les parents dans leur statut d’assistés puisque l’on exige même plus de leur part la moindre éducation, mais surtout, nos élus se sont acquittés depuis longtemps, de leur devoir de protéger le citoyen et de l’éduquer.

      Comment peut-on combattre ces ignominies face à une jeunesse dont le QI moyen ne dépasse pas celui d’un mollusque, comme ces jeunes que vous décrivez ici ? En tous cas, bravo pour votre courage car vous prenez un risque en tentant d’éduquer ces imbéciles, c’est pire qu’une insulte pour eux, vous êtes « une impie à la solde des sionistes », pour ces petits crétins.

    9. Lola-de-Lou

      Entièrement d’accord. Les Français SONT antisémites dans leur immense majorité – à 90 pour cent ou pas loin. Inconsciemment pour beaucoup d’entre eux, c’est vrai, mais l’antisémitisme latent se réveille de plus en plus, à la moindre sollicitation, même chez les « braves gens ». Et ça ne date pas d’hier. Je ne suis pas Juive, les gens perlent sans contrainte devant moi : ce qu’ils disent de façon plus ou moins détournée est épouvantable – et si un Hittler revenait, leur attitude serait pire, plus active, plus mortelle que celles des populations de 1940/45.

    10. Nadja

      Ce que je voulais dire c’est que la théorie du complot traverse une partie de la population et sort toute crue et mal ficelée de la bouche de ce jeune (pas musulman mais ayant des copains musulmans) mais chez des gens de gauche (et là non plus pas tous dans le même sac)elle sera dite autrement (ce sera par exemple un fait du président), etc… Aussi, il est contre-productif de mettre de la distance entre l’objectif (combattre l’antisémitisme en dévoilant ses différents discours et ses relais politiques et médiatiques) et le public visé (les jeunes des quartiers difficiles prompts à s’enflammer parce que jeunes et radicalisés, la gauche pro-palestinienne qui attise le feu, les musulmans (1ère cible des Frères Musulmans),et les autres) en employant des mots comme « barbares » ou « islamistes » qui ne lui parlent pas du tout. Il est nécessaire de revenir vite très vite aux valeurs qui nous fédèrent (des valeurs systématiquement détournées par les musulmans radicalisés prompts à se servir de la loi de 1901, mais aussi par une bonne partie des intellectuels de gauche)et de travailler à cela avec les jeunes dans les établissements scolaires parce que c’est là qu’ils sont pendant 5 à 6h par jour.

    11. Bobby

      @Nadia
      Mais je dis quasiment la même chose que vous, sauf que l’école toute seule ne peut rien, si la république ne retrouve pas sa place dans les quartiers pauvres et si les médias ne suivent pas. Ensuite, parler à ces jeunes comme à des enfants ne marche plus, à l’heure actuelle, au stade où nous en sommes, le discours doit être clair et ferme sur le respect de l’autre et des valeurs républicaines.

      Des jeunes de 13 ans qui commettent un viol collectif sont parfaitement conscients de leur acte et doivent subir une peine exemplaire, de même que ceux qui commettent un acte raciste ou antisémite, avec bien sûr un enseignement et un vrai suivi dans des établissements adaptés, et non pas les écoles du crimes que sont nos prisons. Ces jeunes connaissent leurs droits de mineurs et savent en abuser, arrêtons de les prendre pour des Bisounours, car c’est les encourager dans leur vice.

      Maintenant, que peut faire un prof dans une classe surchargée avec des moyens limités, des mômes abrutis par une télévision de moins en moins culturelle et qui véhicule des valeurs individualistes, un prof confronté à des bandes qui font la loi dans sa classe et par dessus le marché, si ce même prof n’a pas sa sécurité assurée à l’heure où il quitte son travail ?

      Et je ne parle même pas des MJC, comme celles que j’ai connues il y a 25 ans et où les jeunes maghrébins avaient chassé tous les autres -français blancs, jaunes ou blacks- qui eux se faisaient traiter de « bamboulas », niaquoués, sales feujs ou sales gaoulis », parce que deux ou trois animateurs « bien français », étouffés par leur sentiment de culpabilité et leur dogmatisme gauchiste se laissaient dicter ce qu’ils avaient à faire par une communauté de gosses mal élevés par des mères laxistes et des pères aveugles par commodité, ces animateurs ne contrôlaient rien et n’étaient pas vraiment respectés.

      Les seuls animateurs qui combattaient ce type de communautarisme, des types vraiment compétents et pédagogues avec un discours républicain et ferme, étaient justement, des maghrébins aussi, mais eux étaient vraiment respectés car ils avaient une attitude juste, et aucun môme ne se serait permis le moindre écart sans se faire éjecter fissa par un grand coup de pieds aux derrière, avec excuses obligatoires, comme conditions de retour au Centre.

      Cette anecdote pour rappeler surtout, que les français avec leur « Bien Pensance » de rigueur, sont toujours plus royalistes que le roi (et lâches surtout)on voit en 2012 avec horreur, où toute cette démagogie nous a amené, malgré toutes les sonnettes d’alarmes que les esprits libres ont tiré, depuis trente ans. Autrefois, juifs et arabes travaillaient ensemble, les algériennes que je connaissais préféraient directement la boucherie cacher, s’entendaient mieux -je cite- avec « les feujs que les gaoulis » et aimaient fréquenter les restaurants juifs, car elles avaient plus confiance, question rigueur. Aujourd’hui, tout ça a bien changé.

    12. Nadja

      Chacun-e à son niveau et dans sa matière peut provoquer une discussion par divers documents. Je le fais pour le sexisme ordinaire mais aussi pour les religions et l’histoire lorsque j’aborde certaines périodes parce que je lis, je m’informe, j’écoute les gens ordinaires (dont je fais partie)que je rencontre, j’essaye de comprendre loin des médias. Finalement en leur proposant des chemins de traverse qu’ils n’ont pas emprunté, sans les ramener à leur culture ou leur origine, on peut mener les élèves en douceur à s’ouvrir pour voir avec leurs propres yeux. C’est un long et laborieux chemin sur une année passée avec eux et je n’y parviens pas pour tous. Quand la dérive verbale ou le comportement remettent en question les valeurs de la démocratie (par exemple la minute de recueillement perturbée par des rires ou autres comportements insupportables) il est nécessaire de questionner l’adolescent et ses parents.

    13. Bobby

      En fait je répondais à la première réponse de Nadja (2h13) par contre, en lisant la seconde (7h29)je ne suis pas d’accord avec cet angélisme déguisé. C’est bien de parler avec des jeunes que l’on côtoie tous les jours, c’est encore mieux de les « infiltrer » et les voir « respirer » au quotidien, pour revenir un un peu plus de lucidité et moins de démagogie.

      Pour qualifier des crimes comme ceux de l’ignoble Merah, parler comme je l’ai fait, d’islamisme, c’est justement éviter l’amalgame entre musulmans et islamistes et le mot barbare est celui qui convient le mieux, afin que ces jeunes comprennent bien la gravité de ces actes. Les pensées hostiles à l’encontre des juifs, ont toujours existé dans le prolétariat et le sous-prolétariat maghrébin, elles ne datent pas des islamistes mais ont été un terreau favorable à la radicalisation des esprits. Il fallait être sur le terrain depuis plus de 20 ans et gagner la confiance de ces gens, pour s’en rendre compte et voir aussi clairement, l’entreprise de démolition des valeurs républicaines par les petits missionnaires de la Gauche bien pensante et du marketing de l’antiracisme, qui ont « évangélisé » les banlieues avec la haine de la France et du français, bien avant les barbus.

      L’antisémitisme a pu se développer plus facilement chez une population qui se croyait la seule opprimée en France, puisque seuls les actes de racisme commis par des blancs étaient condamnés moralement et pénalement (comme le rappelle si bien, Goldnadel) Une haine encouragée et « légitimée » ensuite par l’antisionisme de nos petits commissaires politiques, trotskystes ou libertaires, qui prirent le relais de l’angélisme mitterrandien, avec ce tournant plus radical.

      Le dialogue c’est indispensable mais sans oublier de garder son rôle : un enseignant, ce n’est pas un pote et c’est lui qui doit diriger le cours. Mais encore, parler à ces jeunes comme à des bébés, c’est de la lâcheté car ces jeunes en questions ne sont pas dupes, et malgré leur manque de culture sont assez malins et même intelligents pour avoir conscience de ce qui est juste ou non. Les crimes de Toulouse sont le résultat de tente ans de cet angélisme, qui nous montre dans toute son horreur, ses limites.

      Les jeunes en questions ne veulent pas que l’on prennent des gants avec eux, ils veulent qu’on leur parle comme a des citoyens normaux, qu’on les récompense et qu’on les punisse comme des citoyens normaux, qu’on leur enseigne comme à des citoyens normaux (nous et nos parents à nos époques respectives) les mêmes matières sans ménagement, avec des réponses fermes et cinglantes contre tous ceux qui veulent imposer leur vision de l’histoire et leurs lois tribales dans nos classes républicaines.

      Quand j’étais au collège, nous avions tous une conscience politique et tout simplement, une conscience. Les profs s’adressaient à nous comme à des adultes sans prendre des gants ou nous trouver des excuses à chaque dérapage. Maintenant, allez trouver dans nos écoles d’État, un peu de cette conscience chez des lycéens, à part une petite élite, les collégiens, n’en parlons même pas.

    14. Nadja

      D’accord avec vous sauf que je ne sais pas ce que vous mettez dans « la république dans les quartiers pauvres » mais c’est aux citoyens de le demander aux politiques. Les profs dans leur majorité trouvent leur métier de plus en plus difficile pour les raisons que l’on connaît (classes surchargées, sous-effectif d’enseignants, manque de surveillants pour encadrer et des programmes axés sur « le consommable » alors que la culture ouvre l’esprit)mais ne renoncent pas sauf à être épuisés. Contrairement à vous, je crois qu’entre l’école et le quartier, il y un échange constant. Il existe des individus pour lesquels l’école ne peut rien faire. La violence je l’ai rencontrée comme d’autres collègues. Mais quand il reste un interstice par lequel il est possible de toucher l’autre, impossible de passer à côté. Par ailleurs , un élève n’est pas un bisounours c’est pourquoi il est heureux de saisir l’opportunité de réfléchir par lui-même et grâce aux autres au sein du collectif. En cas de dérive, le rappel à la loi est évident.

    15. Bobby

      @Nadja
      Ne soyez pas dans la spéculation ou le procès d’intention, vis à vis de mes réponses, je suis sincère et sans arrières pensées, j’entends parfaitement votre témoignage, avec tout mon respect. Quant à moi, oui je parle cash, et ça froisse souvent les oreilles consensuelles et pour vous répondre enfin, non, je ne mets rien de spécial dans la République, sinon les valeurs françaises laïques et républicaines, puisque nous vivons en France et non pas en Afghanistan, c’est logique, non ? La République, il n’y en a qu’une, celle d’un état de Droit laïque. Dans cet état républicain, ce sont les enseignants qui dirigent les cours et la discipline, eux, et non pas les racailles, dans les quartiers, ce sont les élus du peuples et les policiers qui représentent la Loi, non pas les gangs ni les « grands frères ».

      Enfin, la culture prédominante en France n’est pas l’Islam, et les nouveaux venus sont tenus de l’accepter et de s’y plier, comme nous citoyens français, le faisons, quand nous allons travailler à l’étranger. Tous les immigrés ont compris cela depuis deux siècles, russes, espagnols, italiens, portugais, polonais, vietnamiens, chinois, latinos… les catholiques, protestants, juifs ou bouddhistes ont compris que nous vivons dans un état laïc et se comportent en conséquence. En résumé, je ne vois pas pourquoi la communauté arabo musulmane devrait bénéficier d’une exception, dans un pays où nous avons (en théorie) supprimé les privilèges, alors que tous les autres on fait leur effort d’intégration et n’ont jamais importé chez nous, quelque conflit étranger que ce soit… Si on écoute les justifications des gamins de cités, qui trouvent légitime de haïr la France et de tout détruire, à la moindre contrariété, pourquoi nous, victimes de la Shoah, n’incitons nous pas, nos gamins à devenir des délinquants et à brûler les voitures des ouvriers français ?

      Mon père était très pauvre et toute sa famille a été exterminée dans les conditions que vous connaissez, avec la complicité des autorités françaises, mais ils respectait la France sans faire d’amalgame, et il nous a éduqué avec des valeurs. Quand, tout mioche, j’eus un jour le malheur d’utiliser des qualificatifs très grossiers pour qualifier le Président et la France, je reçu une baffe mémorable. Que les parents des gamins dont vous parlez commencent à faire comme mon pauvre père, ce sera un début : j’en ai assez, à chaque 14 juillet, match de foot, ou Fête de la Musique, d’entendre « ces gamins qu’il ne faut pas stigmatiser » hurler des « Nique la France », « Bouffons de français », lançant même des pétards en direction des gens ou en dehors de ces périodes jeter des cailloux, sur tout ce qui est trop blanc pour eux, quand on a le malheur de passer sur le trottoir de leur HLM.

      Les premières victimes du racisme frontal et de la stigmatisation en France, ce sont d’abord ceux qui sont trop blancs et trop français, essayez d’aller porter plainte quand vous êtes blanc et que vous vous êtes fait massacré par un gang black, les flics refusent de prendre les plaintes, trop de boulot et de risques, les assos refusent de vous considérer comme victime et, quand vous êtes juif, vous êtes toujours soupçonné d’affabuler et d’instrumentaliser votre victimisation, on va vous dire, « mais mon bon monsieur, c’est pas pour ça que vous avez été agressé, ça arrive à tout le monde », etc… Connaissant le taux de sympathisants FN dans la police, je préfère maintenant éviter de porter plainte et régler les problèmes à ma façon.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap