toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

A part ça ils ne sont pas antisémites par Michel Garroté


A part ça ils ne sont pas antisémites par Michel Garroté

Michel Garroté –  »Le plus gros mensonge de l’histoire moderne ». C’est ainsi que le négationniste français Robert Faurisson définit la Shoah dans l’un de ses articles publiés par le journal italien Rinascita. Son texte fait scandale au sein de la communauté juive. Et dans la foulée, son texte rappelle le problème de l’antisémitisme latent en Italie, où 44% des citoyens  »ont des préjugés ou sont hostiles aux juifs », selon une étude du Parlement italien, datant de l’automne dernier.

J’avoue ressentir une certaine lassitude. Certes, Faurisson ne représente ni l’opinion du peuple français, ni celle du peuple italien. Certes, Faurisson, à force de s’afficher avec Mahmoud Ahmadinejad, a perdu le peu de crédit qu’il avait encore. Mais ce n’est pas cela qui provoque en moi une certaine lassitude. Ce qui provoque en moi une certaine lassitude, c’est le fait que malgré la lutte contre l’antisémitisme menée depuis 1945, il demeure, en Europe, une dose considérable de judéophobie. Peu d’individus vont nous dire : « Oui, je suis antisémite ». C’est vrai. En revanche, nombre d’individus vont nous dire : « Je ne suis pas antisémite mais… ». Or, la question n’est pas seulement de savoir si les gens ne sont plus antisémites. La question est de savoir si les gens sont capables d’éprouver de l’amitié pour le peuple juif en diaspora et pour le peuple juif en Israël.

Dans ma jeunesse, j’ai été « antisioniste ». Je ne l’ai pas été longtemps. Mais je l’ai été suffisamment pour avoir le temps de réaliser que les deux moteurs de « l’antisionisme » étaient – et demeurent – la haine et l’ignorance. Je l’ai été suffisamment pour réaliser toute la haine antijuive contenue dans « l’antisionisme ». L’on peut toujours me rétorquer qu’il y a des Juifs « antisionistes », aussi bien en diaspora qu’en Israël. Oui, c’est exact. Mais cela n’enlève rien à la haine antijuive contenue dans « l’antisionisme ». Si tel ou tel Juif est alterjuif au point de devenir antijuif, pour mieux s’intégrer dans un milieu qu’il sait pro-palestinien, pro-arabe et pro-musulman ou pour se faire bien voir par la gauche, en quoi cela abolirait-il le fait que « l’antisionisme » est une forme de haine antijuive ? La haine de soi de certains Juifs ne change rien à la nature antisémite et judéophobe de « l’antisionisme ».

Une partie de la gauche, toute l’extrême-gauche et une partie de l’extrême-droite sont « antisionistes ». Or, je n’ai absolument jamais vu la moindre compassion chez tous ces gens envers le peuple juif israélien. Pour eux, la lutte contre l’antisémitisme se limite – tout au plus – à condamner l’antisémitisme national-socialiste. Et encore. A droite, il n’y a pas d’antisionisme aussi militant qu’ailleurs. C’est vrai. Mais il y a à droite comme ailleurs une compromission plus que douteuse avec les causes arabe et musulmane. Or, cette compromission implique, de plus en plus, une attitude ouvertement et systématiquement anti-israélienne ; et une attitude de plus en plus complice et complaisante envers l’islam radical, les frères musulmans, les salafistes, le Hamas. On est en plein dans ce qu’ils appellent « je ne suis pas antisémite mais… ».

Michel Garroté

http://www.rinascita.eu/index.php?action=news&id=13280





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “A part ça ils ne sont pas antisémites par Michel Garroté

    1. MP

      « La question est de savoir si les gens sont capables d’éprouver de l’amitié pour le peuple juif
      en diaspora et pour le peuple juif en Israël. »

      Drôle de façon de poser le problème, à mon avis.
      On dit souvent, pour résumer ses sentiments à l’égard d’un pays,
      « j’aime la France, les USA, la Grande-Bretagne, etc… »

      Mais que signifie « aimer le peuple » de tel ou tel pays ?

      Vous êtes capable d’éprouver de l’amitié pour « le peuple » Finlandais, « le peuple » Péruvien, etc… ?
      Ou bien, vous êtes capable d’éprouver de l’amitié pour un Finlandais, une Péruvienne ?

      Je ne suis pas capable d’éprouver, à priori, de l’amitié pour « un peuple » quel qu’il soit.
      Je peux le respecter, estimer sa culture, son histoire, etc….
      Si c’est le cas, je dit « j’aime tel ou tel pays ».

      Mon amitié, je la réserve à des individus, des êtres humains si vous préférez, pas à des groupes,
      appelés « peuple », « ethnie », ou, pourquoi pas, « race »….

      En résumant les choses à « j’aime/j’aime pas », vous vous placer délibérément dans une optique
      simpliste, qui est celle des adversaires d’Israël pour lesquels « les juifs sont…ceci…ou cela ».

      Pour ce qui est du « peuple juif en Israël », sauf à être raciste, si on aime Israël, on aime
      aussi toutes ses composantes (Juifs, arabes chrétiens et autres chrétiens, musulmans, druzes, etc…)

      Quant au « peuple juif en diaspora », pardon, mais dans ce contexte, le mot « peuple » à pour moi une signification uniquement religieuse (comme « le peuple des baptisés », etc…)

      Un compatriote Juif est pour moi avant tout un compatriote Français.
      Sa « judaïté » a pour moi autant d’importance que si il était protestant, orthodoxe, boudhiste,
      ou, comme je le suis, athée.

      Je me sentirais toujours plus proche d’un compatriote juif que d’un suisse ou d’un argentin juif.
      J’aimerais pouvoir dire la même chose des musulmans Français, mais objectivement, ça n’est pas le cas.
      Si cela est de l’antisémitisme, alors pas de problème, je suis antisémite.

      Au dela, si on estime que ce n’est pas assez, que c’est trop de « tiédeur » envers Israël, il faut aller
      au bout de son raisonnement :
      Partir vivre en Israël, apprendre à se servir d’un Galil, et mettre ses c…. sur la table.

      Pour beaucoup, manifestement, les discours de soutien « inconditionnel » à Israël ressemblent à des incantations qui permettent de faire l’impasse sur l’essentiel : la « terre promise » est là, elle existe,
      n’importe qui peut aller y vivre, juif ou pas, et risquer sa peau pour la défendre.

    2. Maria dit

      Il n’y a qu’une chose que vous avez oublié MP, L’histoire c’est l’histoire qui fait un peuple même contre votre désir individuel,c’est le destin vous naissez a un lieu, a un moment.
      Puis le poison que l’église a distillé pendant 2 milles ans, elle avait ses raisons..elle a fait ingérer par l’hostie la haine dans les entrailles des peuples qui est une haine devenu inconsciente de nos jours dans chaqu’un.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap