toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Tunisie : Ennadha , Hamas, Juppé : « Les frères d’armes ? »


Tunisie : Ennadha , Hamas, Juppé : « Les frères d’armes ? »

Ah comme le Jasmin sent bon !  Vidéo à l’aéroport « Tuez les juifs est notre devoir et quelques commentaires de Tunisiens

«Nous vous promettons que nous ne céderons pas une seule partie de la Palestine, nous ne céderont pas Jérusalem, nous continuerons à nous battre et nous ne déposerons pas les armes, pour la Tunisie, nous disons:« elle est parmi nous aujourd’hui et veut construire le nouveau Moyen-Orient ».

Haniyeh a insisté  »Nous ne reconnaîtrons pas Israël », comme la foule scandait: «Mort à Israël », « La révolution tunisienne soutient la Palestine », et « L’armée de Mohammed est de retour ».

Loading...

La visite d’Haniyeh a rendu les responsables de l’entité terroriste du Fatah furieux car disent-ils ils n’avaient pas été prévenus

Juifs de Tunisie a demandé au gouvernement plus tôt dimanche à prendre des mesures pour éviter une répétition de slogans antisémitesscandés lors la visite du dirigeant du Hamas.

« Israël ne restera pas sur des terres palestiniennes dans le futur, et devra se préparer à l’avance à jours sombres car le printemps arabe a changé les conditions stratégiques dans la région », a dit encore Haniyeh lors d’une visite à Sfax.dans le sud-tunisien

«La révolution tunisienne a été une continuation de la révolution palestinienne contre l’occupation et sa tyrannie»,source

La visite de Haniyeh en Tunisie, pas appréciée par les officiels palestiniens

La visite en Tunisie du responsable du Hamas Ismaïl Haniyeh a suscité l’irritation du côté des représentants palestiniens officiels à Tunis, qui estiment avoir été totalement tenus à l’écart, a-t-on appris samedi de source palestinienne. Le chef du gouvernement Hamas à Gaza a été accueilli jeudi en grande pompe à Tunis, entamant une visite de 5 jours dans le pays, dans le cadre d’une tournée régionale. « Les Palestiniens sont furieux. Ni le gouvernement, ni le ministère des Affaires étrangères, ni le parti Ennahda ne les ont tenus informés des dates et du programme de la visite de M. Haniyeh, alors qu’ils auraient dû y être associés », a déclaré une source palestinienne. « Cela ne sert pas les efforts de réconciliation en cours entre le Fatah (parti du président palestinien Mahmoud Abbas) et le Hamas », a indiqué une autre source au journal arabophone Le Maghreb, qui évoque en une « erreur politique ».Revue de presse Israêl-flash 08.01.2012

Learn Hebrew online

M. Haniyeh a été reçu en grande pompe jeudi à l’aéroport de Tunis, accueilli par des responsables islamistes tunisiens, dont le Premier ministre Hamadi Jebali et le chef du parti Ennahda Rached Ghannouchi.

Tunis a abrité l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) de Yasser Arafat de 1982 à 1994.

Loading...

Plus généralement, la presse et des représentants de l’opposition tunisienne se sont interrogés sur le sens de la visite du représentant du Hamas. M. Haniyeh visite-t-il la Tunisie ou un parti politique (Ennahda) ? a demandé l’élu du Parti démocrate progressiste (PDP) Iyad Dahmani sur la radio Shems FM.

Loading...

Interrogée par l’AFP, une source gouvernementale a précisé que le chef du gouvernement du Hamas était l’invité de la Tunisie et du parti Ennahda.source

Fidèle, Tunis a abrité l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) de Yasser Arafat de 1982 à 1994. et donc pas d’inconvénients pour :

C’est en Tunisie que s’installera le Hamas !

Encore une pierre dans le jardin de ceux qui exultaient à l’idée d’une Tunisie se rapprochant des valeurs démocratiques à l’occidentale : le nouveau gouvernement tunisien a accepté que le Hamas installe ses nouveaux bureaux à Tunis si la situation en Syrie continue à se détériorer. Le chef terroriste Ismaïl Hanyeh a effectué une tournée dans différents pays musulmans et c’est finalement la Tunisie qui a accepté d’héberger les terroristes, comme elle l’avait fait pour le Fatah de Yasser Arafat en 1982. Le Hamas a décidé de quitter Damas suite aux incertitudes quant à l’avenir du régime de Bachar El-Assad et à une tension de plus en plus palpable entre ce dernier et les chefs du Hamas à Damas.
Abdallah Zouari, porte-parole du nouveau parti au pouvoir « Ennahda », a déclaré « que le nouveau régime tunisien voulait renforcer ses liens avec tous les mouvements de libération et tous les forces libres du monde » !! Il a rajouté « que le président, le Premier ministre et les leaders de tous les partis politiques tunisiens soutenaient le peuple palestinien et ne ménageraient pas leurs efforts dans ce domaine »Revue.de Presse Israêl-flash 08.01.2012

Les Juifs tunisiens sur place sont très mal à l’aise !

les Juifs tunisiens refusent d’être mêlés au conflit du Proche-Orient

La communauté juive de Tunisie « refuse d’être mêlée au conflit israélo-palestinien » et « ne doit pas être insultée » ont déclaré dimanche ses représentants, interrogés sur des slogans anti-juifs entendus lors de l’arrivée en Tunisie du représentant du Hamas palestinien Ismaïl Haniyeh.

« Il n’y a pas de sionistes en Tunisie et on ne veut pas être mêlés au problème du Proche-Orient, la Tunisie est notre pays », a déclaré à l’AFP Peres Trabelsi, un des représentants de la communauté juive, qui compte environ un millier de personnes (contre 100.000 à l’indépendance en 1956).

Il était interrogé sur des slogans antisémites lancés jeudi à l’aéroport de Tunis-Carthage par des sympathisants islamistes venus accueillir le chef du gouvernement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza.

Selon des images diffusées sur internet, des personnes qui attendaient à l’extérieur de l’aéroport ont crié: « Il faut tuer les Juifs, c’est notre devoir », au milieu de slogans pro-palestiniens et anti-israéliens.

Quelque 2.000 personnes, dont de nombreux sympathisants du parti islamiste tunisien Ennahda, s’étaient rassemblées pour accueillir M. Haniyeh, invité par les nouvelles autorités tunisiennes pour une visite de cinq jours.

« Aucun Tunisien ne doit être insulté, et le gouvernement doit prendre des mesures pour que ce genre d’incident ne se reproduise pas », a déclaré M. Trabelsi, estimant que les gens qui profèrent ces slogans veulent « détruire la Tunisie ». (..)

« Certains membres de la communauté ont eu peur après cet incident, mais il faut faire la différence entre la situation au Proche-Orient et ici », a estimé pour sa part le grand rabbin de Tunis, Haïm Bittan. « Tous les invités de la Tunisie sont les bienvenus », a-t-il ajouté à propos de la présence de M. Haniyeh. source

A voir aussi

Déclaration d’Alain Juppé à l’issue d’un entretien avec le président de la République tunisienne, Moncef Marzouki (Palais de carthage, le 5 janvier 2012)

Je viens d’avoir avec le président de la République un entretien extrêmement chaleureux et tout à fait intéressant parce que nous nous sommes retrouvés sur bien des sujets et bien des objectifs partagés entre la France et la Tunisie.

Je suis venu ici pour dire que la France se réjouissait de voir la transition démocratique en marche, en Tunisie, après les élections dont nous avons salué les résultats.

La France souhaite développer avec la Tunisie un nouveau partenariat d’égal à égal, dans le respect des choix des uns et des autres, avec une dimension politique. Nos deux pays ont beaucoup de choses à faire ensemble dans la région, plus particulièrement, où l’exemple tunisien peut servir de référence.

Dans le domaine économique aussi. Lorsque j’étais venu ici au mois d’avril j’avais annoncé que l’Agence française de développement allait augmenter ses interventions en Tunisie au niveau de 350 millions d’euros. La moitié de cette somme a déjà été décaissée et nous allons poursuivre en 2012.

Nous avons également mobilisé l’aide de l’Union européenne et puis, dans le cadre du partenariat de Deauville que le président Sarkozy a lancé, il y a quelque mois, nous souhaitons aider la Tunisie dans son développement économique.

Les investisseurs français sont prêts à venir en Tunisie. Nous incitons aussi les Français à reprendre le chemin de la Tunisie sur le plan touristique. C’est un pays magnifique qui offre toutes les garanties aujourd’hui. Voilà.

Je me suis enfin réjoui de voir que le président de la Tunisie était prêt à venir en France comme le président français l’a invité à le faire. J’espère que ce voyage pourra se concrétiser aussi rapidement que possible.source

Notre ami Jean-Patrick Grumberg lui s’est intéressé d’un peu plus près à la visite du « frère musulman français » chez ses collègues tunisiens

Scoop Dreuz.info : Alain Juppé a rencontré le chef du Hamas à Tunis

Lorsque la politique étrangère obéit à des impératifs peu honorables, on doit s’attendre à tout.

Monsieur « islamistes modérés » était à Tunis pour tenter de renouer des relations sérieusement écornées avec les tunisiens, apprend t-on de Webdo, une émanation web 2.0 de Tunis Hebdo.

Webdo : « la France, qui a précipité pour la seconde fois son chef de diplomatie (note de JPG : Alain Juppé) dans les contrées tunisiennes en moins d’une année depuis la chute de Ben Ali, entend réparer ses erreurs après tant d’atermoiements et d’errements ».

D’ailleurs, toujours selon le site d’information tunisien, le Ministre français a sérieusement courbé l’échine dans la position de demandeur, en déclarant, je cite Alain Juppé : « la France doit mériter sa place en Tunisie, qui intéresse d’autres pays et s’intéresse à d’autres que nous également ».

Webdo : « le Coq français a perdu beaucoup de son aura sous nos cieux, ces derniers temps, aux profits de forces plus conviviales, moins autoritaires, mais surtout qui ont accueilli la Tunisie, à bras ouverts… »

Ce qui n’a pas empêché Alain Juppé d’ajouter : « il faut sortir du passé – colonial – et s’inscrire dans le registre du présent dans nos relations ».

Les français apprécieront cette présentation de l’histoire.

Mais au delà de cette posture qui tient pour une part du tapis de prière et pour une autre de l’auto flagellation, c’est la rencontre entre le représentant de la France et le terroriste du Hamas qui aura été le point d’orgue de la visite d’Alain Juppé.

EspaceManager.com (2), troublé comme Dreuz.info par cette « coïncidence » (les deux leaders sont arrivés en Tunisie le même jour, ont été accueillis par les mêmes diplomates, et ils sont restés deux jours dans la capitale tunisienne) a questionné l’Ambassade de France à Tunis sur l’éventuelle rencontre entre le Ministre français et le terroriste arabe. « jusqu’à maintenant, a répondu l’Ambassade vendredi à 13 heures, les deux responsables ne se sont pas vus ». Puis l’attaché d’ambassade a ajouté avec un petit sourire : « il faut attendre la fin de la journée pour avoir une réponse ».

Arabs today (3), en revanche, est bien mieux informé : Nabil Zaghdoud affirmait, jeudi 5 janvier, que « le parti tunisien Ennada a mentionné sur son site que le premier Ministre de Gaza, Ismail Haniyeh, qui est en visite en Tunisie, rencontrera le Ministre des Affaires étrangères Alain Juppé durant sa visite de deux jours »

Nabil Zaghdoud : « Les analystes politiques affirment que la rencontre doit contribuer à créer un consensus entre le gouvernement français et le Hamas, après la signature d’un accord de réconciliation entre le Hamas et le Fatah pour former un nouveau gouvernement »

Nabil Zaghdoud : « de plus, la rencontre a pour objectif de clarifier la position officielle de la France sur la réconciliation des palestiniens afin de mettre fin à la division de Gaza et de la West bank. »

(note de JPG : une clarification officielle sera en effet la bienvenue, car le Hamas a été reconnu comme une organisation terroriste par la France, par l’Union Européenne, et par les Etats Unis, et l’on s’habitue mal à l’idée qu’un Ministre de la France rencontre – en grand secret – le responsable d’une organisation qu’il désigne lui-même comme terroriste. Mais peut-être qu’après les islamistes modérés, Alain Juppé va revenir de Tunis en affirmant avoir croisé des terroristes modérés tout à fait fréquentables ?

Nabil Zaghdoud : « Il convient de rappeler qu’Alain Juppé a déclaré en avril dernier, lors de son voyage en Tunisie, qu’il était disposé à « s’ouvrir sous conditions » aux islamistes modérés, et qu’il a affirmé que « le monde change et la France doit rester dans la course de ces changements, particulièrement dans le monde Arabe, et même des pays comme l’Afghanistan ». (note de JPG : déclarations à l’évocation douloureuse)

De son coté, gnet.tn (4) cite une déclaration faite à la presse par Haniyeh, où il évoque à mots à peine voilés sa rencontre avec Alain Juppé  : « (ma) visite en Tunisie vise à briser l’embargo politique imposé au gouvernement palestinien élu, ainsi que l’embargo économique imposé à Gaza depuis la victoire de Hamas aux élections de 2006 ».

On se souvient que la France a voté lors de la victoire du mouvement terroriste, pour un embargo économique en conjonction avec l’Union Européenne tant que le Hamas ne remplirait pas les trois conditions suivantes : 1) renoncer au terrorisme, 2) reconnaître les accords passés entre Israël et l’OLP, 3) modifier sa constitution (qui est une charte), qui stipule vouloir tuer tous les juifs présents en Palestine jusqu’au dernier.

Le Hamas n’a évidemment accepté aucune des conditions imposées par l’Union Européenne et par la France, car sa seule raison d’être consiste, précisément, à exterminer les juifs présents sur le sol de Palestine, et à conquérir Israël. il est donc aisé de comprendre la gêne de la Diplomatie Française si les grands médias révèlent cette rencontre.

Toute mention de cet article doit indiquer la source, et impérativement le lien html ci dessous :

© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

(1) http://www.webdo.tn (2) http://www.espacemanager.com (3) http://www.arabstoday.net/haniyeh-to-meet-alain-juppe-in-tunisia (4) http://www.gnet.tn/temps-fort/ismail-haniyeh-en-tunisie

Affaire à suivre donc !!





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *