toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Attribution arbitraire de capitale lorsqu’il s’agit d’Israël !


Attribution arbitraire de capitale lorsqu’il s’agit d’Israël !

Un usage bien établi consiste à désigner l’action et la communication d’un État en les référant au nom de sa capitale : « Paris a précisé que … »,  « Washington a décidé de … ».

Or, de nombreux journalistes, encore récemment sur France 24 par exemple, où mon commentaire courtois à ce sujet a été purement et simplement censuré, désignent l’action du gouvernement israélien en la référant à « Tel-Aviv ».

Mais qui a décidé que la capitale d’Israël était Tel-Aviv ?Certainement pas Israël !

Or, personne ne peut décider à la place d’un État quelle est sa capitale.

Certes, la centralité politique et religieuse de Jérusalem pour les Juifs de l’antiquité, la place qu’elle occupe depuis dans leur cœur et dans leurs prières, aussi essentielles soient-elles, n’auraient pas suffi à elles seules à asseoir la légitimité du choix de Jérusalem unifiée comme capitale d’Israël, car on ne peut a priori nier les aspirations également légitimes d’autres peuples qui depuis des siècles vivent, eux aussi dans cette région. 

Néanmoins, avant 1967, à une époque où aucune occupation n’est reprochée à Israël, le choix par cet État de la seule Jérusalem Ouest comme capitale ne pouvait en droit lui être contesté.

L’ONU a fait des recommandations contraires, mais il est clair que les Israéliens n’avaient aucune obligation à suivre de telles recommandations s’agissant de choix internes, portant sur l’organisation d’un territoire internationalement reconnu comme israélien.

A cette époque, entre 1949 et 1967, le comportement scandaleux des Jordaniens, détruisant les synagogues de la vieille ville de Jérusalem, profanant l’antique cimetière juif du Mont des Oliviers, interdisant aux Juifs l’accès au « Mur des lamentations », pour finalement, en 1967, préparer avec d’autres pays arabes une guerre visant à la destruction de l’État d’Israël a finalement rendu légitime qu’au lendemain de la victoire d’Israël, celui-ci décide de réunifier Jérusalem et d’en faire sa capitale. 

Depuis, la liberté de culte est assurée pour les pratiquants des trois religions, et tous les sondages montrent qu’une majorité d’arabes-palestiniens* israéliens de Jérusalem préfèrent garder la citoyenneté israélienne, plutôt que de devenir un jour citoyens d’un futur État arabe-palestinien**. 

Ainsi, soulignons-le encore une fois, la légitimité israélienne sur Jérusalem est donc bien le produit de plusieurs facteurs : Non seulement l’antiquité juive, la religion juive et le sentiment juif quant à Jérusalem, mais aussi et surtout, car les raisons précédentes  n’auraient pas été suffisantes, l’histoire qui, de la création d’Israël à la guerre des Six Jours en 1967, aura finalement conduit à la proclamation par Israël de Jérusalem unifiée comme sa capitale.

Une fois que l’on a dit cela, le fait est que la plupart des pays, du fait de la contestation par les arabes-palestiniens de cette situation et de la poursuite du conflit, ont décidé de ne pas reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

On peut le regretter, on peut comprendre que certains s’en réjouissent, mais de toute façon, c’est un fait.

Dans ces conditions, on peut comprendre qu’un journaliste français (par exemple) se trouve embarrassé pour désigner la capitale d’Israël. Or, la solution est dans ce cas assez simple : Il lui suffit de dire « Israël a décidé de … ». 

Ce qui par contre est totalement incompréhensible est qu’il décide de son propre chef de dire « Tel-Aviv a décidé de … ».

En effet, au nom de quoi déciderait-il d’attribuer à un État une capitale que celui-ci ne se serait pas lui-même choisie ?

Il y a des ambassades à Tel-Aviv, mais il y en a aussi dans d’autres villes, ce n’est de toute façon pas un critère suffisant.

Ceux qui, comme on le fait ordinairement à Ramallah ou à Gaza, refusent de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, eh bien, c’est leur affaire, mais rien ne les autorise à désigner arbitrairement Tel-Aviv comme étant cette capitale. 

 NDLR d’Europe Israël :

  • * c’est nous qui rajoutons « arabes-palestiniens », car le terme »palestiniens concerne également les Juifs qui vivent dans cette région, tout comme les chrétiens et autres minorités.
  • ** Car il existe déjà un État palestinien en Jordanie.

Source : Anatole Zed





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Attribution arbitraire de capitale lorsqu’il s’agit d’Israël !

    1. Ixiane

      Il n’y a plus à discuter : cette Palestine israélites depuis des millénaires est l’Etat d’israël ; l’islam est venue se greffer la dessus et n’a aucune légitimité !
      Cette cause « palestinienne » s’essoufflera peu à peu, vu qu’elle ne pourra jamais prouver une quelconque légitimité sur cette Terre ; il suffit que Israël reste ferme et ne recommence pas « un traité d’Oslo » qui lui aurait été fatale voire létale!!
      Tant pis pour ce greffon qu’est le Dome du Rocher, Jérusalem sera pour toujours la CAPITALE d’Israël!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap